•   
  •   

Monde La Libye à la recherche d'une nouvelle Constitution

05:16  26 janvier  2022
05:16  26 janvier  2022 Source:   rfi.fr

Congo-Brazzaville: inquiétude de l'opposition devant une modification de la Constitution

  Congo-Brazzaville: inquiétude de l'opposition devant une modification de la Constitution Sur proposition du président de la République, le Parlement congolais a procédé le 7 janvier 2022 à la modification de l’article 157 de la Constitution en vigueur depuis 2015 ; faisant passer le délai de l’état d’urgence de 20 à 90 jours. L’opposition conteste et y voit plutôt une disposition de renforcement du pouvoir. Avec notre correspondant à Brazzaville, Loïcia Martial Hier, samedi 15 janvier, au cours d’une conférence de presse, devant un parterre de militants, l’opposant Jean Itadi du Congrès africain pour le progrès (CAP) a dénoncé les nouvelles dispositions de la Constitution : « J’ai peur qu’ils (les dirigeants) n’utilisent ce régime d’exception pour mater l’opp

Le Premier ministre libyen Abdul Hamid Dbeibah devant le Parlement. Le 9 mars 2021 à Syrte. © AFP - MAHMUD TURKIA Le Premier ministre libyen Abdul Hamid Dbeibah devant le Parlement. Le 9 mars 2021 à Syrte.

« Organiser des élections libres dans de bonnes conditions en Libye nécessite neuf mois de préparation ». C'est ce qu'a annoncé la commission parlementaire chargée du suivi des élections, lors de la séance parlementaire qui s'est tenue lundi 24 janvier à Tobrouk dans l'Est libyen en présence de plus de 100 députés. Avant d'avoir des élections, plusieurs responsables à l'Est comme à l'Ouest réclament d'abord une Constitution.

Le Parlement libyen se dirige vers la formation d'une commission qui travaillera sur une nouvelle Constitution à la place de celle suspendue par Mouammar Kadhafi en 1969, à la suite de son coup d’État.

Libye: des alliances se créent pour faire tomber le gouvernement Dbeibah

  Libye: des alliances se créent pour faire tomber le gouvernement Dbeibah Le Parlement libyen tiendra, lundi 17 janvier, à Toubrouk dans l'est du pays, une séance officielle pour discuter de la feuille de route pour la prochaine période. La question de la destitution du gouvernement Abdel Hamid Dbeibah sera également à l'ordre du jour. Une quinzaine de parlementaires avaient devancé la séance en publiant un communiqué réclamant la suspension du gouvernement, accusé de corruption. Aguila Saleh, le chef du Parlement tout comme le maréchal Haftar souhaitent impérativement remplacer le gouvernement Dbeibah. Mais il leur faut y obtenir la majorité des voix, ce qui leur est loin d'être acquis.

Pour rédiger un nouveau projet de Constitution, le président du Parlement a proposé de former une commission d’experts mixtes, entre parlementaires et non parlementaires. Une proposition qui divise et qui sera discutée aujourd’hui par les députés.


Vidéo: Libye : l'élection présidentielle reportée à deux jours du scrutin (Dailymotion)

De son côté, le camp de l’Ouest libyen à Tripoli s’attache au projet de Constitution de 2017 rédigé par une commission parlementaire et soumis au Parlement pour faire l'objet d'un référendum. Mais le projet était enterré, tout comme les amendements un moment évoqués.

Dimanche, le Premier ministre par intérim Abdelhamid Dbeibah a appelé à l'élaboration d'une Constitution qui « protège le pays et ses citoyens et qui régisse les élections ». C'était lors d'un colloque intitulé « la Constitution d'abord » en présence des dignitaires de l'ouest libyens. L’Ouest cherche juste à amender la Constitution de 2017 et refuse une nouvelle Constitution.

Le sujet divise donc profondément et l'on ne parle pas d'un même projet de Constitution, au risque de menacer une nouvelle fois les élections prévues à l'origine le 24 décembre et pour lesquelles une nouvelle date n'est pas encore annoncée.

La communauté internationale presse les Libyens de définir une feuille de route avec une date précise et rapide pour le scrutin.

Etats-Unis : Joe Biden va nommer une juge afro-américaine à la Cour suprême, pour une première historique .
Sur les 115 juges ayant siégé à la Cour suprême, tous sauf sept était des hommes blancs © AP/SIPA Six des candidates préssenties pour être nommées à la Cour suprême des Etats-Unis: Ketanji Brown Jackson, Ketanji Brown Jackson, Michelle Childs, Candace Jackson-Akiwumi, Sherrilyn Ilfill et Holly Thomas. DIVERSITE - Sur les 115 juges ayant siégé à la Cour suprême, tous sau « Il est plus que temps ».

usr: 1
C'est intéressant!