Monde: Crise politique et sociale en Haïti: cinquième jour de paralysie successif - PressFrom - France
  •   
  •   

MondeCrise politique et sociale en Haïti: cinquième jour de paralysie successif

09:25  12 février  2019
09:25  12 février  2019 Source:   rfi.fr

En Algérie, une fossilisation du pouvoir

En Algérie, une fossilisation du pouvoir Editorial. A 81 ans, Abdelaziz Bouteflika briguera un cinquième mandat. Une mauvaise nouvelle pour la société algérienne, étouffée par la paralysie du pouvoir. © RYAD KRAMDI / AFP Rassemblement du Front de libération nationale algérien, soutenant le cinquième mandat du président Bouteflika, le 9 février à Alger.

De 1804, date à laquelle Haïti accède à l'indépendance après la révolution, à 1986 le pays a connu de nombreux régimes politiques sans jamais arriver à mettre en place un système démocratique, malgré la promulgation de 22 constitutions successives .

Le centre d’analyses International Crisis Group pointe la « paralysie » politique et économique du pays. « Malgré les promesses des gouvernements successifs de faire des réformes et de rééquilibrer les finances publiques, la paralysie politique a fait obstacle à toute mesure décisive

Crise politique et sociale en Haïti: cinquième jour de paralysie successif © HECTOR RETAMAL / AFP Port-au-Prince, le 11 février 2019.

Haïti s'enfonce dans l’incertitude. Pour la cinquième journée consécutive, lundi 11 février, la capitale et les principales villes du pays ont été paralysées par des barricades et des manifestations d’opposants radicaux exigeant le départ immédiat du président Jovenel Moïse.

Avec notre correspondante à Port-au-Prince, Amélie Baron

Au cœur de l'aire métropolitaine, les centaines de manifestants venus de Cité Soleil n’ont caché ni leur colère ni leur envie de tout détruire. Les visages majoritairement masqués, ces jeunes se déclarent à bout, comme en témoigne l’un d’eux qui souhaite qu’on l’appelle « Pierrelet ».

Un accord de principe signé pour éviter un nouveau shutdown

Un accord de principe signé pour éviter un nouveau shutdown Dimanche soir encore, les négociations étaient au point mort. Mais un accord a finalement pris forme. © afp.com/Brendan Smialowski Donald Trump dans les jardins de la Maison Blanche le 29 novembre 2018 Lundi encore, on parlait d'un nouveau shutdown aux États-Unis, à venir dès le 15 février. Mais en fin de journée, les parlementaires américains ont trouvé un accord de principe permettant d'éviter une nouvelle paralysie partielle des administrations, selon un haut responsable parlementaire.

La politique sociale constitue, dans une société organisée autour du principe de solidarité, un ensemble d’actions mises en œuvre progressivement par les pouvoirs publics pour parvenir à transformer les conditions de vie des salariés et éviter les explosions sociales

L'extension de la crise de 1929 et ses conséquences économiques et sociales Après une forte croissance économique en 1929, l'Amérique se voit une  Crise de 2009 Pour bien cerner la crise de 1929, il y a trois aspects : économiques, social et politique qu’il faut pour comprendre cette crise

« On est restés calmes, dit-il, mais Jovenel Moïse nous a abandonnés avec notre faim. Et quand on a faim, ils savent ce qu’on peut faire. On n’a qu’à tout casser mais on veut pas ça, on veut du travail. Sans ça, on va tout raser dans le pays parce qu’on n’en peut plus de souffrir, on a trop faim. »

A grand renfort de gaz lacrymogènes et de tirs en l’air, la foule s’est dispersée, en commettant quelques petits pillages. Joël a perdu tout son stock de boissons gazeuses mais il n’en veut à personne d’autre qu’au président, nous confie-t-il :

« C’est pas leur faute, [c'est] parce qu’ils ont faim. Ce qu’ils ont pris, ils l’ont bu ou vont le vendre et avoir de quoi un peu soulager leur famille. Je n’ai rien contre eux, c’est parce qu’on n'a pas de bons dirigeants. Si tout le monde avait du travail, ça n’arriverait pas. C’est à cause de ce président de mascarade que toutes ces dérives se produisent en Haïti. »

La révolte contre le président Jovenel Moïse s'intensifie en Haïti

La révolte contre le président Jovenel Moïse s'intensifie en Haïti Manifestations, magasins pillés, évasion de prison : la révolte contre le président Jovenel Moïse qui dure depuis le 7 février a donné lieu mardi à des scènes chaotiques en Haïti. Les tensions vont crescendo depuis jeudi dernier en Haïti. Mardi 12 février, des manifestations réclamant la démission du président Jovenel Moïse ont été émaillées de scènes chaotiques, tandis que des détenus se sont évadés d'une prison dans le sud de l'île. Les 78 détenus de la prison d'Aquin, une petite ville sur la côte sud, se sont évadés à la mi-journée, a confirmé le porte-parole de la police nationale d'Haïti (PNH). Les circonstances exactes de l'évasion ne sont pas encore déterminées.

Une crise politique (ou crise de pouvoir) apparaît lorsqu'une population perd toute confiance dans son régime politique ou le gouvernement. Une crise politique est une phase grave dans l'évolution de la situation politique d'un État : elle peut entraîner des grèves, des manifestations

La paralysie faciale, de type périphérique ou centrale, est le plus souvent unilatérale. Dans les deux types de paralysie la bouche est déviée au côté sain[1] et le patient éprouve des difficultés à montrer ses dents. Portail:Sciences humaines et sociales /Articles liés.

Qualifié de menteur et de corrompu dans les rues du pays depuis déjà cinq jours, le président reste terré dans son mutisme, ce qui ne fait qu’amplifier la colère populaire.

AUSSI SUR MSN: Haïti : dans la rue contre le président Jovenel Moïse

Corse: Gilles Simeoni décline une rencontre avec Macron à cause de la «situation de blocage politique».
Le président du conseil exécutif de Corse regrette que « de nombreuses demandes » de sa majorité nationaliste aient été accueillies avec « indifférence, refus, voire mépris ». © PASCAL POCHARD-CASABIANCA Gilles Simeoni, le leader nationaliste autonomiste corse. Le président du conseil exécutif de Corse, Gilles Simeoni, a indiqué mardi avoir décliné « un entretien en tête-à-tête à l’Elysée » avec le président Emmanuel Macron, regrettant que « de nombreuses demandes » de sa majorité nationaliste aient été accueillies avec « indifférence, refus, voire mépris ».

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 0
C'est intéressant!