Monde: Syrie: la France n'envisage pas de rapatrier les enfants de djihadistes - PressFrom - France
  •   
  •   

MondeSyrie: la France n'envisage pas de rapatrier les enfants de djihadistes

12:10  14 mars  2019
12:10  14 mars  2019 Source:   lefigaro.fr

Paris rapatrie de Syrie des enfants de djihadistes

Paris rapatrie de Syrie des enfants de djihadistes Ces orphelins ou mineurs isolés âgés de moins de cinq ans se trouvaient dans des camps ou dans des familles d'accueil au nord-est de la Syrie. L'opération pourrait être renouvelée dans un avenir proche. © BULENT KILIC/AFP Des femmes et des enfants évacués par les Forces démocratiques syriennes (FDS) de territoires aux mains de l'État islamique vers Baghouz, dans la province de Deir Ezzor, le 6 mars. La décision a été prise par le président de la République: cinq enfants de djihadistes français ont été rapatriés de Syrie vendredi à 13h30.

D'après un sondage Odoxa-Dentsu Consulting, près de deux tiers des Français souhaitent que les enfants de djihadistes français en Irak et en Syrie restent sur ces territoires et ne soient pas rapatriés . Le gouvernement semble tergiverser.

Les enfants mineurs nés de mères djihadistes présumées ou compagnes de djihadistes , retenus en Syrie ou en Irak, seront bientôt rapatriés en France . La France , toujours embarrassée par l'épineuse question des combattants français en Syrie , a annoncé le 24 octobre vouloir rapatrier une

Pour le secrétaire d'État à l'Intérieur, Laurent Nuñez, lorsque les enfants sont détenus avec leur mère, la question du retour «ne se pose pas». Une affirmation qui hérisse les avocats des familles concernées.

Syrie: la France n'envisage pas de rapatrier les enfants de djihadistes © RODI SAID/REUTERS Des familles de djihadistes, non loin du dernier bastion de l'État islamique, mardi 12 mars (illustration).

Sur l'épineuse question des enfants de djihadistes français en Syrie, la France conserve sa position d'attente. Mercredi, le secrétaire d'État à l'Intérieur, Laurent Nuñez a fermé la porte à l'idée d'un retour organisé par l'État. Entendu par la commission des Affaires européennes de l'Assemblée, le secrétaire d'État a rappelé que l'avenir des enfants de djihadistes était indissociable de celui de leurs parents, avec qui ils sont détenus, «dans la majorité des cas […] en tout cas avec leur mère». Or la France a fait le choix de laisser les autorités locales (en l'occurrence les Forces démocratiques syriennes, FDS) décider du sort de leurs prisonniers. Conséquence: «Les FDS ont fait le choix que les enfants restent avec leur mère donc, pour l'instant, il n'y a pas de retour envisagé […] La question du retour ne se pose pas à l'heure actuelle.» On estime que les enfants représentent plus de la moitié des 150 Français détenus actuellement en Syrie.

La France a rapatrié aujourd'hui de Syrie plusieurs enfants de jihadistes

La France a rapatrié aujourd'hui de Syrie plusieurs enfants de jihadistes "La décision a été prise au regard de la situation de ces très jeunes enfants particulièrement vulnérables", indique le ministère des Affaires étrangères. © Fournis par France Télévisions C'était une question épineuse qui déchirait la classe politique depuis de nombreux mois. La France a rapatrié, vendredi 15 mars, "plusieurs mineurs orphelins et isolés, âgés de 5 ans et moins, qui se trouvaient dans des camps du nord-est de la Syrie", annonce le mini "Ces enfants font l’objet d’un suivi médical et psychologique particulier et ont été remis aux autorités judiciaires.

Interdit d'interdire : Retour des djihadistes , de leurs femmes et de leurs enfants : le débat. D'après un sondage Odoxa-Dentsu Consulting, près de deux tiers des Français souhaitent que les enfants de djihadistes français en Irak et en Syrie restent sur ces territoires et ne soient pas rapatriés .

D'après un sondage Odoxa-Dentsu Consulting, près de deux tiers des Français souhaitent que les enfants de djihadistes français en Irak et en Syrie restent sur ces territoires et ne soient pas rapatriés . Le gouvernement semble tergiverser.

Interrogé le même jour en marge de son déplacement au Kenya, Emmanuel Macron est resté sur la position qui est la sienne depuis un an et demi: une «approche au cas par cas», en «lien avec la Croix-Rouge internationale», sans en dire plus. Fin 2017, le chef de l'exécutif avait détaillé les différents scénarios possibles pour les enfants de djihadistes: «Il y en a qui peuvent revenir sans qu'ils soient rapatriés, il y en a qui peuvent être rapatriés, et il y en a qui seront jugés avec leurs familles, dans certaines circonstances, dans les pays où ils sont, en particulier l'Irak.»

Le problème des orphelins

Surgit tout de même une «vraie difficulté» au milieu des différents cas, selon l'aveu du ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner: celui des orphelins. Impossible cette fois d'invoquer l'autorité parentale pour justifier leur non-rapatriement. «Nous sommes dans un pays, la Syrie, avec une certaine désorganisation, explique le ministre. Les enfants ne sont pas sous l'autorité du gouvernement français, des soldats français, et il ne m'appartient pas de dire: “Tel ou tel enfant est Français, je vais aller le chercher.” Ce n'est juste pas possible.»

Djihadistes : pourquoi la France ne rapatrie que les orphelins et "au cas par cas"

Djihadistes : pourquoi la France ne rapatrie que les orphelins et Cinq enfants de djihadistes français ont été rapatriés vendredi. Mais pour les autorités françaises, il n'est plus question de rapatrier les enfants dont la mère ou le père est présent à leurs côtés dans les camps kurdes. Des problèmes juridiques et le maintien d'une partie des troupes de la coalition internationale sur place ont conduit Paris à privilégier le statu quo pour ces familles françaises. © Reuters Cinq enfants de djihadistes français ont été rapatriés vendredi. Mais pour les autorités françaises, il n'est plus question de rapatrier les enfants dont la mère ou le père est présent à leurs côtés dans les camps kurdes.

» LIRE AUSSI - La France envisage le rapatriement d' enfants de djihadistes français signalés en Syrie "Ces gosses de moins de cinq ans sont en train de crever en zone Leurs grands-parents ont plusieurs fois exhorté le président Emmanuel Macron à avoir "l'humanité" de les rapatrier d'urgence.

Le palais de justice de Bruxelles le 20 décembre 2018. L'Etat belge est-il dans l'obligation de rapatrier les enfants de combattants djihadistes détenus La Belgique est, avec la France , un des premiers pourvoyeurs de combattants étrangers pour le djihad en Syrie . Plus de 400 départs d'adultes depuis

«Les enfants sont exposés à un risque de mort»

La position de l'exécutif français fait bondir les avocats représentant les familles de djihadistes partis en Syrie. «Les enfants, dont la grande majorité a moins de six ans, sont exposés à des épidémies de tuberculose et de choléra, affirment Mes Marie Dosé, Henri Leclerc et Martin Pradel, dans un communiqué. Ils sont tous malnutris, et presque tous atteints de dysenterie. Ils souffrent de chocs post-traumatiques sévères et ne bénéficient d'aucun soin digne de ce nom.» Les avocats affirment que «tous ces enfants sont exposés à court et moyen termes à un risque de mort. Faut-il attendre qu'un enfant français meure pour que le président de la République prenne conscience du drame qui est en train de se jouer?»

Ils ont lancé, depuis un an, une série d'initiatives pour tenter d'obliger le gouvernement français à rapatrier mères et enfants. Des plaintes avaient été déposées devant la justice française contre l'État, coupable, selon les avocats, de non-assistance à personne en danger. Une autre plainte avait été déposée, cette fois devant le Comité des droits de l'enfant de l'ONU pour dénoncer «l'inaction» de la France. Cette dernière instance n'a pas de pouvoir de sanction, mais peut exiger qu'un État prenne des mesures. Enfin, une pétition, qui a recueilli les signatures de politiques (Benoît Hamon, Daniel Cohn-Bendit, Georges Fenech, etc) ou du monde culturel (Philippe Torreton, Romain Goupil, Anny Duperey), a été lancée en début de semaine. Elle avait recueilli, jeudi, 3800 signatures.

Daech a perdu son dernier territoire en Syrie

Daech a perdu son dernier territoire en Syrie Après un mois de combat, les forces démocratiques syriennes se sont emparées du dernier territoire tenu par les djihadistes de l'EI en Syrie. Le "califat" autoproclamé du groupe Etat islamique (EI) a été totalement éliminé après la conquête par une force arabo-kurde soutenue par les Etats-Unis du dernier territoire tenu par les djihadistes en Syrie, a annoncé cette force. Mustefa Bali, un porte-parole des FDS, écrit dans un communiqué : "Les Forces démocratiques syriennes (FDS) déclarent la totale élimination du soi-disant califat et une défaite territoriale à 100% de l'EI.

Selon des informations de BFM TV, Paris compterait sur l'aide des Etats-Unis pour rapatrier les Français Si le gouvernement reste flou sur le retour en France des djihadistes actuellement détenus en Syrie , les modalités de ce retour se Il n'y a pas eu , à ce stade, de confirmation orfficielle.

La France devrait rapatrier de Syrie des enfants mineurs sans leurs mères, djihadistes présumées ou compagnes de djihadistes , pour la plupart aujourd’hui entre les mains des Kurdes syriens. Au total, 150 enfants pourraient revenir dans l’Hexagone. Les familles ont signalé à ce jour une soixantaine de

Sur le même sujet : Syrie : deux familles veulent contraindre la France à rapatrier des orphelins

AUSSI SUR MSN : Des grands-parents réclament le rapatriement des enfants de djihadistes français retenus en Syrie


Syrie: huit ans plus tard, le retour en grâce progressif de Bachar el-Assad.
Le 15 mars 2011 avaient lieu les premières manifestations contre le pouvoir de Bachar el-Assad en Syrie. Huit ans plus tard, dans ce pays, le soulèvement des « printemps arabes » s'est transformé en une guerre aux multiples acteurs et plus de 360 000 personnes ont trouvé la mort, des millions sont déplacés ou réfugiés. L'isolement diplomatique de la Syrie s'est fissuré ces derniers mois. Fin 2018, le Soudanais Omar el-Béchir a été le premier chef d'Etat arabe à se rendre en visite officielle à Damas depuis 2011 ; les Emirats Arabes Unis et Bahreïn ont annoncé la réouverture de leurs ambassades dans la capitale syrienne ; le chef de la sécurité nationale syrienne s'est rend

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 7
C'est intéressant!