Monde: Algérie : nouvelle déferlante de manifestants à Alger pour réclamer le départ du président par intérim Abdelkader Bensalah - PressFrom - France
  •   
  •   

MondeAlgérie : nouvelle déferlante de manifestants à Alger pour réclamer le départ du président par intérim Abdelkader Bensalah

20:40  12 avril  2019
20:40  12 avril  2019 Source:   francetvinfo.fr

Algérie: Bensalah, le président du Conseil de la nation, va-t-il démissionner?

Algérie: Bensalah, le président du Conseil de la nation, va-t-il démissionner? Une nouvelle semaine cruciale débute en Algérie. Le Parlement doit se réunir dans 24 heures pour officialiser la vacance du pouvoir à la suite de la démission d’Abdelaziz Bouteflika et désigner un président par intérim. Abdelkader Bensalah est un fidèle parmi les fidèles du président démissionnaire Abdelaziz Bouteflika. Et comme lui, il fait partie des indésirables. La rue algérienne est intransigeante : la transition doit se faire sans lui. Et pour la première fois, le très officiel quotidien algérien El Moudjahid évoque cette possibilité. En Une de l’édition de dimanche, le titre de l’éditorial est évocateur : « Rien n’est impossible ».

de manifestants à Alger pour réclamer le départ du président par intérim Abdelkader Un cortège monstre défile dans le centre d' Alger ( Algérie ), vendredi 12 avril. C'est le huitième fonctions du président par intérim Abdelkader Bensalahet l'annonce d'une élection présidentielle pour le 4

Abdelkader Bensalah , président du Conseil de la nation, applaudit à l'annonce de sa nomination comme D'autant que le nouveau président par intérim est aussi un des co-fondateurs du RND Les étudiants ont été les premiers à se mobiliser dans le centre d' Alger . La police a tiré des gaz

Pour la première fois, un important dispositif policier a essayé d'empêcher les manifestants de se rassembler près de la Grande Poste, à Alger.

Algérie : nouvelle déferlante de manifestants à Alger pour réclamer le départ du président par intérim Abdelkader Bensalah © Fournis par France Télévisions

"Bensalah, va dormir chez toi", peut-on lire sur de nombreuses affiches. Un cortège monstre défile dans le centre d'Alger (Algérie), vendredi 12 avril. C'est le huitième vendredi de mobilisation consécutif, mais le premier depuis l'entrée en fonctions du président par intérim Abdelkader Bensalah et l'annonce d'une élection présidentielle pour le 4 juillet. D'importantes manifestations sont aussi en cours à Béjaïa et Tizi Ouzou, principales villes de la région de Kabylie (nord), mais aussi à Constantine et Annaba, troisième et quatrième ville du pays, selon des journalistes sur place.

Algérie : Abdelkader Bensalah est nommé président par intérim pour trois mois

Algérie : Abdelkader Bensalah est nommé président par intérim pour trois mois Le Parlement algérien était réuni ce mardi, une semaine après la démission d'Abdelaziz Bouteflika, pour lancer ce processus d'intérim. © Fournis par France Télévisions Abdelkader Bensalah a été nommé président de l'Algérie par intérim, annonce la télévision nationale algérienne, mardi 9 avril. Le Parlement algérien s'est réuni pour lancer ce processus d'intérim, une semaine après la démission d'Abdelaziz Bouteflika. Abdelkader Bensalah, président de la chambre haute et incarnation d'un "système" dont les Algériens veulent se débarrasser, doit assurer l'intérim à la tête de l'Etat pendant 90 jours.

Abdelkader Bensalah a été nommé mardi 9 avril 2019, président par intérim de l' Algérie , par le Parlement. est conforme à ce que prévoit la Constitution, mais va à l'encontre de ce que réclament les Algériens qui continuent massivement à manifester pour réclamer le départ de l'ensemble du

Par 453, il a désigné Abdelkader Bensalah , président par intérim pour 90 jours. Cette décision est en effet conforme à ce que prévoit la Constitution algérienne, mais va à l'encontre de ce que réclament les Algériens, qui continuent massivement à manifester pour réclamer le départ de l'ensemble du

Les appels à se mobiliser massivement se sont multipliés dès l'annonce, mardi, de l'entrée en fonctions d'Abdelkader Bensalah. Agé de 77 ans, il est le président de la Chambre haute du Parlement depuis dix-sept ans et reste une figure de l'appareil mis en place par Bouteflika. Les slogans visent particulièrement cet apparatchik, chargé d'organiser des élections, ainsi que le général Ahmed Gaïd Salah, qui lui a assuré son soutien.

Une présence policière renforcée

Pour la première fois aussi, depuis le début des manifestations hebdomadaires, des policiers ont tenté d'évacuer, sans toutefois utiliser la force et sans y parvenir, le parvis de la Grande Poste, point de ralliement des contestataires à Alger. Plusieurs dizaines de policiers casqués et munis de boucliers ont tenté de barrer, vendredi matin, l'accès aux abords de ce bâtiment emblématique du cœur d'Alger.

En Algérie, Abdelkader Bensalah nommé président par intérim

En Algérie, Abdelkader Bensalah nommé président par intérim Abdelkader Bensalah, le président du Conseil de la Nation, a été nommé président par intérim, pour 90 jours, par le Parlement algérien. © Zohra Bensemra / Reuters Abdelkader Bensalah Le président du Conseil de la Nation, Abdelkader Bensalah, a été nommé mardi président par intérim, pour 90 jours, lors d'une réunion du Parlement algérien, une semaine après la démission d'Abdelaziz Bouteflika, selon la télévision nationale. Le Parlement a acté la vacance du poste de président de la République et désigné le président du Conseil de la Nation comme chef d'Etat pour une durée de 90 jours.

Abdelkader Bensalah le 9 avril 2019 à Alger . Cette décision est conforme à ce que prévoit la Constitution, mais va à l'encontre de ce que réclament la majorité des Algériens qui continuent à manifester pour réclamer le départ de l'ensemble du «système» Bouteflika, dont Abdelkader

Le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah , a été nommé mardi 9 avril président par intérim , pour quatre-vingt-dix jours, lors d’une Elle va toutefois à l’encontre de ce que réclament les Algériens, qui continuent à manifester massivement pour réclamer le départ de l’ensemble du

Les policiers sont arrivés vers 8 heures du matin, sous les sifflets de quelques centaines de manifestants, rassemblés dès l'aube sur le vaste escalier de la Grande Poste. Quelques heures plus tard, les policiers ont encerclé ces manifestants et ont tenté de les pousser hors des marches. Mais ils se sont retrouvés en sous-nombre et ont vite été débordés. Certains ont même été cernés par la foule, qui criait "Silmiya, silmiya" ("Pacifique, pacifique", en arabe).

Les manifestants ont finalement ouvert un chemin permettant aux policiers de rebrousser chemin, sans violence, sous les youyous des femmes. "On n'a rien contre vous, on veut le départ de la mafia", ont lancé certaines femmes aux policiers. "Policier, enlève ta casquette et viens manifester", ont scandé certains manifestants, tandis que d'autres ont rappelé : "C'est notre pays, c'est nous qui décidons". "Ce vendredi on sent qu'il y a une tension, les policiers sont nombreux", soulignait Karima Bourenane 36 ans, venue manifester avec sa fille, lycéenne. "J'espère que la manifestation restera pacifique".

Algérie : le président du Conseil constitutionnel Tayeb Belaiz a remis sa démission.
Il s'agit de l'une des principales figures du régime visées par les manifestants algériens. © Fournis par France Télévisions C'est un départ hautement symbolique en Algérie. Le président du Conseil constitutionnel, Tayeb Belaiz, "a prévenu" l'institution "qu'il avait présenté sa démission (...) au chef de l'Etat", selon la télévision nationale, mardi 16 avril. Le Conseil constitutionnel est notamment chargé de valider les candidatures à la présidentielle, fixée au 4 juillet pour élire un successeur au président démissionnaire Abdelaziz Bouteflika, et de veiller à la régularité des opérations de vote.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 1
C'est intéressant!