Monde: Libye : intensification des combats au sud de Tripoli - - PressFrom - France
  •   
  •   

MondeLibye : intensification des combats au sud de Tripoli

23:05  20 avril  2019
23:05  20 avril  2019 Source:   france24.com

Libye : les combats ont fait 121 morts et près de 600 blessés en 10 jours

Libye : les combats ont fait 121 morts et près de 600 blessés en 10 jours Le bilan, après 10 jours de combats, est très lourd. Au moins 121 personnes ont été tuées et 561 autres blessés depuis le début le 4 avril d'une offensive du maréchal Khalifa Haftar contre la capitale libyenne Tripoli, a indiqué l'Organisation mondiale de santé (OMS). Le bureau de l'organisation en Libye, qui ne précise pas le nombre des victimes civiles, a condamné par ailleurs sur son compte Twitter "les attaques répétées contre le personnel soignant" et les ambulances à Tripoli.

Les combats redoublent d'intensité à Tripoli , alors que les forces du gouvernement d'union nationale, reconnu par la communauté internationale, ont lancé Les forces loyales au gouvernement d'union nationale (GNA) venant de prendre le contrôle de la zone d'al-Aziziyah, à 40 km au sud de Tripoli , le

Les combats redoublent d'intensité à Tripoli , alors que les forces du gouvernement d'union nationale, reconnu par la communauté internationale, ont lancé une attaque contre les troupes du maréchal Haftar.

Libye : intensification des combats au sud de Tripoli © Mahmud Turkia, AFP Les forces loyales au gouvernement d'union nationale (GNA) venant de prendre le contrôle de la zone d'al-Aziziyah, à 40 km au sud de Tripoli, le 18 avril 2019.

Les combats redoublent d'intensité à Tripoli, alors que les forces du gouvernement d'union nationale, reconnu par la communauté internationale, ont lancé une attaque contre les troupes du maréchal Haftar.

Les combats se sont intensifiés samedi 20 avril aux portes de Tripoli, après l'annonce par les forces loyales au gouvernement d'union nationale (GNA) d'une "phase d'attaque" contre les troupes du maréchal Khalifa Haftar lancées à la conquête de la capitale libyenne.

En Libye, le parlement de l’est promet la poursuite de l’offensive sur Tripoli

En Libye, le parlement de l’est promet la poursuite de l’offensive sur Tripoli Le président du parlement de l'est libyen a annoncé que les forces du maréchal Khalifa Haftar poursuivraient leur offensive sur Tripoli, malgré les nombreux appels à cesser des combats qui ont déjà fait au moins 121 morts. L'Armée nationale libyenne (ANL) du maréchal Khalifa Haftar va poursuivre son offensive à Tripoli. C’est ce qu’a promis, samedi 13 avril, le président du parlement basé dans l'est libyen – siégeant dorénavant à Benghazi –, malgré les appels pressants à l'arrêt des combats qui menacent de nombreux civils.

Les combats se sont intensifiés samedi 20 avril aux portes de Tripoli , après l’annonce par les forces loyales au gouvernement d’union nationale (GNA) Depuis plusieurs jours, les positions étaient figées dans la banlieue sud de Tripoli . Mais après avoir contenu la progression de l’ANL, « nous avons

Les combats se sont intensifiés, mardi, au sud de la capitale libyenne, au moment où l'émissaire de l'ONU pour la Libye , Ghassan Salamé, prévenait le Conseil de sécurité que Des forces du GNA près de la ligne de front, le 21 mai 2019, dans la région de Salaheddine, au sud de Tripoli en Libye .

Les troupes de l'Armée nationale libyenne (ANL) du maréchal Haftar, l'homme fort de l'est du pays, ont lancé cette offensive le 4 avril contre le GNA, seul gouvernement reconnu par la communauté internationale.

Depuis plusieurs jours, les positions étaient figées dans la banlieue sud de Tripoli. Mais après avoir contenu la progression de l'ANL, "nous avons commencé la phase d'attaque", a déclaré samedi à l'AFP Moustafa al-Mejii, un porte-parole de l'opération militaire du GNA.

"Des ordres ont été donnés dès les premières heures de la matinée pour avancer et gagner du terrain", a-t-il affirmé.

Cette contre-attaque intervient suite à l'annonce par la Maison Blanche d'un entretien téléphonique entre le président Donald Trump et Haftar sur une "vision commune pour la transition de la Libye vers un système politique démocratique et stable".

Bataille de Tripoli : la méprise de Khalifa Haftar

Bataille de Tripoli : la méprise de Khalifa Haftar Pourquoi le chef de guerre et les gouvernements occidentaux se sont trompés sur la réaction que la tentative de prise de Tripoli allait susciter dans l’ouest de la Libye. © MAHMUD TURKIA / AFP Manifestation contre Khalifa Haftar sur la place des Martyrs de Tripoli, le 12 avril 2019. Depuis une semaine, la Libye est en proie à sa troisième guerre civile depuis 2011. L’élément déclencheur a été l’offensive menée par Khalifa Haftar, le chef de guerre qui contrôle l’est de la Libye, pour prendre le contrôle, par la force, de la capitale Tripoli.

Les combats redoublent d’intensité à Tripoli , alors que les forces du gouvernement d’union nationale, reconnu par la communauté internationale, ont lancé une attaque contre les troupes du maréchal Haftar.

Toujours dans cette banlieue sud de la capitale, les soutiens du gouvernement ont aussi avancé à Wadi Rabie. C'est ici la Force de protection de Tripoli , une Pas de quoi mettre en alerte le personnel médical. Malgré l' intensification des combats , l 'hôpital, le plus proche de la zone de front sud , ne

Les deux hommes ont notamment discuté "de la nécessité de parvenir à la paix et à la stabilité en Libye", selon la Maison Blanche, indiquant que le président américain a "reconnu le rôle significatif du maréchal Haftar dans la lutte contre le terrorisme et la sécurisation des ressources pétrolières de Libye".

Frappes aériennes

Dans plusieurs quartiers de la capitale libyenne, de lourdes détonations de tirs de roquettes et d'obus ont été entendus dans la matinée.

Une équipe de l'AFP sur place a confirmé une progression des forces pro-GNA à Ain Zara, dans la banlieue sud de Tripoli, où la ligne de front s'est déplacée de quelques kilomètres vers le sud.

La Force de protection de Tripoli -coalition de milices tripolitaines pro-GNA et appuyée par la force anti-terroriste de la ville de Misrata- a aussi avancé à Wadi Rabie, également dans la banlieue sud de Tripoli, à la faveur d'une attaque à "l'artillerie lourde et aux armes de calibre moyen dès les premières heures de la matinée", a indiqué à l'AFP un commandant de cette force sur le terrain.

Libye: accusée par Tripoli de soutenir Khalifa Haftar, la France dément

Libye: accusée par Tripoli de soutenir Khalifa Haftar, la France dément Jeudi 18 avril, le gouvernement d'union nationale de Fayez el-Sarraj, officiellement reconnu par la communauté internationale, a directement accusé la France de soutenir le maréchal Khalifa Haftar. Paris rejette ces reproches et les juge infondés. Dans un communiqué, le ministère de l’Intérieur libyen accuse le gouvernement français de soutenir celui qu’il appelle « le criminel Haftar ». Fathi Bach Agha ordonne la suspension de tout lien entre son ministère et la partie française dans le cadre des accords sécuritaires bilatéraux. Des accusations « complètement infondées », selon l’Élysée.

La force de protection de Tripoli , une coalition de milices fidèles au GNA, a aussitôt annoncé une contre-offensive et de puissants groupes armés de la De premiers combats significatifs ont éclaté vendredi en fin de journée, entre les deux camps à une cinquantaine de kilomètres au sud de Tripoli .

Depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, Tripoli est sous la coupe de milices en quête d’argent et de pouvoir. Le tout est contrôlé par la « Force de dissuasion », un groupe salafiste qui fait office de police à Tripoli et est impliqué dans les combats au sud de la capitale.

Ce commandant, qui s'exprimait sous couvert d'anonymat, déplorait "huit blessés seulement jusqu'ici" (14h GMT).

Sept frappes aériennes ont été menées contre des positions militaires de l'ANL, notamment au sud de Gharian, située à une centaine de kilomètres au sud-ouest de Tripoli, ainsi que contre la base aérienne d'al-Wotya, à une cinquantaine de kilomètres plus loin, selon un autre porte-parole, le colonel Mohamad Gnounou.

De son côté, l'ANL a affirmé qu'elle "prenait le contrôle de plusieurs nouvelles positions sur les fronts des combats à Tripoli".

"Nos forces progressent alors que les milices du GNA battent en retraite sur tous les fronts", a-t-elle indiqué sur sa page Facebook officielle, ajoutant que "des renforts sont arrivés sur les fronts -des brigades militaires, des bataillons de l'armée- pour (remporter) la bataille le plus tôt possible".

Situation bloquée à l'ONU

Depuis le début de l'offensive de Haftar, le 4 avril, les combats ont fait au moins 220 morts, 1 066 blessés et plus de 30 000 déplacés, selon l'ONU, qui redoute d'une reprise des affrontements dans ce pays régulièrement secoué par les conflits depuis la chute de Mouammar Khadafi en 2011.

Libye: la vie continue à Tripoli malgré la menace du maréchal Haftar

Libye: la vie continue à Tripoli malgré la menace du maréchal Haftar En Libye, près de 20 jours après le début de son offensive, Khalifa Haftar n'est pas encore entré dans Tripoli et n'a pas réussi à encercler la ville pour l'assiéger comme il l'a laissé entendre. Les vivres ne manquent pas à Tripoli, même si les inquiétudes peuvent exister. Croissant chaud recouvert de pate à tartiner au chocolat. Le petit déjeuner tripolitain a encore de beaux jours devant lui. Malgré les combats au sud de la capitale libyenne, la pénurie n'est pas encore à l'ordre du jour. Le port ainsi que la route côtière orientale qui mène à Misrata, la ville industrielle du pays fonctionnent sans problème.

Après plusieurs jours de statu quo, les combats ont repris ce mardi 21 mai en Libye , en banlieue de Tripoli . Depuis le centre-ville de Tripoli , on pouvait entendre le grondement des tirs d'artillerie. Les assauts les plus violents se sont déroulés en périphérie de la capitale, notamment en banlieue sud

En Libye , les combats ont gagné en intensité mardi au sud Tripoli alors que l'émissaire de l'ONU Ghassan Salamé a mis en garde, devant le Conseil de

Son émissaire en Libye, Ghassan Salamé, a mis en garde jeudi 18 avril contre un "embrasement généralisé" du pays, jugeant dans un entretien à l'AFP que l'offensive d'Haftar avait été "encouragée" par les divisions internationales.

Avec AFP



AUSSI SUR MSN : Libye : le GNA contre-attaque, l'ANL résiste


Lire plus

L'ONU met en garde contre une "détérioration" de la situation humanitaire en Libye.
Les Nations unies ont alerté contre une "détérioration" de la situation humanitaire en Libye, après plus de trois semaines de combats meurtriers entre camps rivaux dans la région de Tripoli. © Hani Amara / Reuters Libye Après plus de trois semaines de combats meurtriers entre camps rivaux dans la région de Tripoli, la situation humanitaire est "grave" et risque encore de se "détériorer", prévient Maria do Valle Ribeiro, l'adjointe à l'émissaire de l'ONU en Libye dans un entretien à l'AFP.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 3
C'est intéressant!