Monde: Huawei: après la décision américaine, des opérateurs lâchent le constructeur chinois - PressFrom - France
  •   
  •   

MondeHuawei: après la décision américaine, des opérateurs lâchent le constructeur chinois

17:50  22 mai  2019
17:50  22 mai  2019 Source:   challenges.fr

Aéroport de Toulouse : le chinois Casil en négociations exclusives avec Eiffage

Aéroport de Toulouse : le chinois Casil en négociations exclusives avec Eiffage Selon nos informations, le Chinois Casil, actionnaire à 49,99% de l'aéroport de Toulouse, est entré en négociations exclusives avec Eiffage pour la cession de sa participation sous condition suspensive du conseil d'Etat. © Fournis par La Tribune Ca bouge à Toulouse.

Une décision qui pourrait avoir des conséquences sur la santé de l’économie chinoise , scrutée avec la plus Fort d’un chiffre d’affaires de 26 milliards d’euros, le premier constructeur mondial de matériel ferroviaire espère La décision a été vivement critiquée par les gouvernements français et allemands.

Avec la décision de l'administration Trump, les investisseurs craignent désormais que la liste des fournisseurs contraints d'arrêter leurs approvisionnements au géant chinois ne s'allonge rapidement. Ce dernier se préparait à une telle décision américaine depuis la mi-2018.

Huawei: après la décision américaine, des opérateurs lâchent le constructeur chinois © Tyrone Siu Huawei-États-Unis: des opérateurs lâchent le constructeur chinois

La décision de Washington de placer Huawei sur liste noire provoque un effet domino: plusieurs géants japonais et britanniques des télécoms ont annoncé mercredi qu'ils allaient se passer pour l'heure des équipements du géant chinois des smartphones.

La décision de Washington de placer Huawei sur liste noire provoque un effet domino: plusieurs géants japonais et britanniques des télécoms ont annoncé mercredi qu'ils allaient se passer pour l'heure des équipements du géant chinois des smartphones.

La nouvelle est d'abord tombée à Tokyo, où les opérateurs KDDI et SoftBank Corp, ont choisi de reporter le lancement de nouveaux modèles pour évaluer l'impact des sanctions américaines.

Télécoms : la Chine et Huawei sanctionnés par Trump

Télécoms : la Chine et Huawei sanctionnés par Trump Le président américain Donald Trump a interdit mercredi aux réseaux américains de télécommunications de se fournir en équipements auprès d’entreprises jugées à risque. La mesure vise en priorité la Chine et le géant du secteur, Huawei. C’est la mesure la plus sévère à ce jour prise par les États-Unis contre le secteur technologique chinois. Le président américain Donald Trump a signé mercredi 15 mai un décret interdisant aux entreprises américaines de télécoms de s’équiper auprès de sociétés étrangères jugées à risque.

Le constructeur Huawei et Google subissent les conséquences de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine. 16 % de ses achats de composants se font aux États-Unis. Si tous le lâchent , et peut-être aussi dans la foulée les Européens, par crainte des représailles américaines , le chinois

Un léger répit pour Huawei . Le gouvernement américain a accordé ce 20 mai une licence temporaire au constructeur chinois . Cette dérogation de trois mois a été accordée par l’administration de Donald Trump pour laisser le temps aux opérateurs équipés de matériel Huawei de s’organiser.

Et le pionnier NTT Docomo a indiqué "stopper les commandes" d'un téléphone Huawei qu'il prévoyait de lancer cet été, sans pour autant préciser s'il différait ou non sa commercialisation.

Le président américain Donald Trump a décidé la semaine dernière d'interdire les exportations de produits technologiques américains vers certaines entreprises jugées "à risque", avec Huawei dans le viseur accusé à Washington de contribuer aux activités d'espionnage de la Chine.

Cette attaque contre Huawei a ouvert un nouveau front dans l'offensive tous azimuts engagée contre la Chine par Donald Trump, dans un contexte de guerre commerciale et de rivalité technologique. Washington estime que le géant des télécoms menace sa sécurité nationale en raison de ses liens étroits avec le gouvernement chinois, des accusations que le groupe rejette.

Huawei ne cédera pas à la pression de Washington, selon son fondateur

Huawei ne cédera pas à la pression de Washington, selon son fondateur Le géant chinois des télécoms est soupçonné dans certains pays d'avoir des liens potentiels avec les services de renseignement chinois. Le géant chinois des télécoms Huawei est prêt à affronter la pression de Washington et va réduire sa dépendance aux composants américains, a affirmé samedi 18 mai son fondateur à la presse japonaise. En pleines tensions commerciales avec Pékin, le ministère américain du Commerce a placé mercredi Huawei sur une liste d'entreprises suspectes auprès desquelles les groupes américains ne peuvent fournir d'équipements qu'après avoir obtenu un feu vert des autorités.

Cette décision fait suite à l'interdiction du président américain Donald Trump aux groupes américains de télécoms de commercer avec des Et le directeur général de l ’ opérateur chinois de poursuivre : la croissance du groupe ne sera que légèrement ralentie malgré cette interdiction.

Une décision lourde de conséquences pour le géant chinois . D’autres entreprises qui lui fournissent des composants, comme Intel, Broadcom et Le constructeur affirme qu'il va aussi poursuivre le développement de son "écosystème logiciel sécurisé et durable afin d’apporter la meilleure expérience".

"Sécurité"

Un délai de 90 jours a ensuite été accordé par Washington, mais les groupes nippons ont préféré prendre les devants, ces appareils pouvant perdre une grande partie de leur intérêt sans l'apport de technologies américaines.

SoftBank avait initialement prévu de mettre en vente un nouveau terminal Huawei vendredi mais il a décidé de suspendre ce lancement sine die.

KDDI a dit de son côté "étudier les répercussions de la décision américaine".

Huawei s'est classé en 2018 au cinquième rang au Japon, loin derrière Apple mais en forte progression avec des ventes de près de 2 millions d'unités (+63% sur un an).

C'est une goutte d'eau pour le colosse chinois des télécommunications, premier fournisseur mondial de réseaux et deuxième fabricant de smartphones au monde (206 millions d'appareils écoulés en 2018).

Mais au Royaume-Uni aussi, le groupe fondé en 1987 a subi une déconvenue mercredi: les opérateurs EE et Vodafone ont exclu les smartphones Huawei compatibles 5G de leurs précommandes en amont du lancement de leurs réseaux respectifs dans les semaines à venir.

Google, et son système mobile Android, coupe les ponts avec Huawei

Google, et son système mobile Android, coupe les ponts avec Huawei Donald Trump a interdit cette semaine aux groupes américains de commercer dans les télécommunications auprès de sociétés étrangères jugées dangereuses pour la sécurité nationale, dont Huawei. Google a indiqué se conformer à ce décret. Donald Trump a interdit cette semaine aux groupes américains de commercer dans les télécommunications auprès de sociétés étrangères jugées dangereuses pour la sécurité nationale, dont Huawei.

technologique des dernières mesures américaines contre le géant chinois de télécoms Huawei . Parmi les autres valeurs du jour, les opérateurs de téléphonie mobile Sprint et T-Mobile USA ont Le constructeur automobile Ford a lâché 0,10% après l 'annonce de la suppression, d'ici août, de 7.000

« Huawei est contre la décision prise par le Bureau de l'industrie et de la sécurité (BRI) du Département du commerce des États-Unis. Cette décision n'est dans l'intérêt de personne. Cela causera un préjudice économique important aux entreprises américaines avec lesquelles Huawei fait

La commercialisation ne reprendra pas "jusqu'à ce que nous ayons l'assurance à long terme que nos consommateurs qui achètent ces produits seront soutenus tout au long de la durée de vie de l'appareil", a affirmé le directeur général d'EE, Marc Allera.

Un porte-parole de Vodafone a expliqué qu'il s'agissait d'"une mesure temporaire tant que des incertitudes entourent les nouveaux modèles 5G de Huawei".

Soupçons d'espionnage

Huawei se présente comme le leader incontesté de la 5G, la cinquième génération de téléphonie mobile qui permettra un accès ultra-rapide à l'internet, notamment à l'internet des objets.

Ces annonces représentent de nouveaux coups durs pour le géant chinois après l'annonce dimanche de Google: le groupe américain d'internet a fait savoir que son système Android, qui équipe l'immense majorité des téléphones dans le monde, n'équiperait plus les futurs smartphones de Huawei.

Sans Android, Huawei risque de peiner à convaincre ses clients d'acheter ses téléphones portables, dépourvus des applications Gmail (courriel), Maps (cartographie) ou YouTube (plateforme de vidéos).

Les États-Unis lèvent temporairement une partie des restrictions visant Huawei

Les États-Unis lèvent temporairement une partie des restrictions visant Huawei Moins d'une semaine après avoir mis Huawei au ban, officiellement pour des raisons de sécurité nationale, l'administration américaine rétropédale un peu et offre un sursis de trois mois à l'entreprise chinoise de télécommunication. Le département américain du Commerce autorise Huawei à conserver ses réseaux existants jusqu'au 19 août. Il l'autorise aussi à fournir des mises à jour logicielles pour les consommateurs américains en possession d'un téléphone de la marque. Jeudi dernier, Donald Trump a pourtant placé le géant chinois des télécoms sur une liste noire. Une décision qui empêche Huawei d'acheter des produits fabriqués aux États-Unis.

L'administration américaine donne 90 jours de sursis au géant chinois et à ses partenaires américains . ©REUTERS/Dado Ruvic. Une décision qui empêche Huawei d'acheter des produits fabriqués aux États-Unis. Or, ses téléphones sont équipés de composants et de logiciels américains .

Le constructeur chinois dispose donc de 3 mois supplémentaires (jusqu’au 19 août) pour « pour fournir le service et le support, y compris les mises à jour logicielles D’ après le fondateur de Huawei , Ren Zhengfei, cette décision ne changera rien puisque l’entreprise était préparée à cette éventualité.

Du côté des réseaux, EE a confirmé de surcroît qu'il allait se séparer progressivement des équipements Huawei.

"Huawei a fourni les équipements 5G sans fil à EE et fournira toujours les équipements et services les plus avancés pour le réseau 5G au Royaume-Uni", a souligné une porte-parole du groupe chinois.

L'entreprise britannique ARM, qui conçoit des semi-conducteurs utilisés par l'ensemble de l'industrie des télécoms, pourrait cesser à son tour de travailler avec le géant chinois, selon la BBC se basant sur des documents internes à l'entreprise.

"Le pire serait à terme une coupure totale de l'accès à la technologie américaine", a prévenu le cabinet de consultants Eurasia Group. Huawei "n'y survivrait probablement pas dans sa forme actuelle".

Présent dans 170 pays, Huawei est soupçonné d'espionnage au profit de Pékin, qui aurait largement contribué à son expansion internationale. Washington a déjà interdit à ses militaires de se servir d'équipements Huawei, qui dément fermement tout espionnage.

Le groupe chinois est dépendant de l'étranger et notamment des Etats-Unis pour ses approvisionnements: il achète chaque année de l'ordre 11 milliards de dollars d'équipements auprès de fournisseurs américains, et les plus grands ont d'ores et déjà suspendu leurs livraisons, d'après Eurasia.

5G, espionnage, commerce... Pourquoi Donald Trump a déclaré la guerre à Huawei

5G, espionnage, commerce... Pourquoi Donald Trump a déclaré la guerre à Huawei Alors que les Etats-Unis l'ont placé sur une liste rouge, le géant chinois des télécommunications est lâché par ses partenaires et ses sous-traitants © WANG ZHAO / AFP Une employée du géant chinois Huawei à Shenzhen, le 6 mars 2019. Le bras de fer commercial s’est transformé en guerre technologique. Placé sur une liste rouge la semaine dernière par l’administration Trump, le géant chinois des télécommunications Huawei a été lâché par Google sur Android (il peut toujours utiliser l’OS open sources mais pas les services Google comme Maps, Gmail ou l’app store).

les ponts avec Huawei , une décision lourde de conséquences pour le groupe chinois qui risque de ne Cette annonce surprise, dans la nuit de dimanche à lundi, fait suite à la décision spectaculaire Le couperet tombe chez Ford. Le constructeur annonce la suppression de 7000 postes à travers le

Huawei est mis à écart par le monde de la technologie. Suite à un décret de Donald Trump, une firme européenne refuse en effet de fournir le Après avoir été privé de licence Android et des composants produits par des entreprises américaines , la marque chinoise va-t-elle se retrouver sur le banc de

(Avec AFP)


AUSSI SUR MSN : "Tout le secteur des télécoms est très inquiet de la situation avec Huawei", Stéphane Richard

Guerre commerciale : la Chine accuse les Etats-Unis de faire du «terrorisme économique».
Face aux droits de douane punitifs des Etats-Unis, Pékin menace de limiter les exportations de terres rares qui entrent dans la composition des ordinateurs ou des batteries. © AFP Pékin considère que la guerre commerciale lancée par Donald Trump relève du « harcèlement économique à l’état pur » Un pas de plus dans l’escalade de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine. La hausse des droits de douane punitifs imposée début mai par Washington sur les produits chinois commence à faire sérieusement grimacer Pékin.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 9
C'est intéressant!