Monde: Brexit: un "no deal" ne dispensera pas Londres de ses engagements financiers - PressFrom - France
  •   
  •   

MondeBrexit: un "no deal" ne dispensera pas Londres de ses engagements financiers

16:00  12 juin  2019
16:00  12 juin  2019 Source:   challenges.fr

Donald Trump arrive à Londres en prônant un Brexit dur et en adoubant Boris Johnson

Donald Trump arrive à Londres en prônant un Brexit dur et en adoubant Boris Johnson Le président américain s’est une nouvelle fois affranchi des usages diplomatiques en s’immisçant dans la vie politique britannique, à la veille d’une visite d’Etat de trois jours. © DAVID MIRZOEFF / AP Drapeaux américains et anglais devant Buckingham Palace, le 2 juin, à Londres. A en croire Donald Trump, le Brexit serait une affaire classée depuis bien longtemps si Theresa May avait suivi ses conseils.

En cas de " no deal ", les compagnies aériennes britanniques et européennes perdront le droit automatique Au delà de ces aspects touchant la vie quotidienne, un " no deal " ne serait pas non plus sans Marchés financiers . Dans son scénario le plus noir, la Banque d'Angleterre prévoit un

La tentative de dialogue de dernière minute de Theresa May lui a attiré les foudres des députés de sa majorité partisans d’une rupture nette avec l’UE. Elle a aussi provoqué deux démissions au sein de son gouvernement mercredi: Chris Heaton-Harris, un secrétaire d’État au Brexit , pour dénoncer le report

Le Royaume-Uni devra honorer ses engagements financiers dans le cas d'une sortie de l'UE sans accord, une des "conditions préalables" à l'ouverture de négociations sur un futur accord commercial, a rappelé mercredi la Commission européenne.

Brexit: un "no deal" ne dispensera pas Londres de ses engagements financiers © Hannibal Hanschke Brexit: un "no deal" ne dispensera pas Londres de ses engagements financiers

Londres devra assurer le "respect de ses obligations financières contractées par le Royaume-Uni en tant qu'Etat membre", souligne l'exécutif européen dans un communiqué qui fait le point sur les préparatifs pour un Brexit sans accord.

Ce scénario "reste bel et bien une issue possible" au 31 octobre, dernière échéance en date pour le Brexit, ajoute l'institution.

Dernier jour pour Theresa May au 10 Downing Street

Dernier jour pour Theresa May au 10 Downing Street La Première ministre britannique Theresa May lâche vendredi les rennes du Parti conservateur, mais restera au 10 Downing Street pour gérer les affaires courantes jusqu'à ce que son successeur soit désigné par les Tories. Face au Brexit, Theresa May a fini par s'incliner. À court d'idées pour éviter le "no deal" tant redouté par les milieux économiques et usée par les négociations, la Première ministre britannique quitte officiellement ses fonctions vendredi 7 juin, soit quinze jours après avoir annoncé sa démission. Aucun évènement majeur ne marquera son départ du 10 Downing Street, qui restera marqué comme un échec.

En clair, il n’est pas question de repousser le Brexit pour le reporter et des garanties de succès seront demandées à Londres . Le Royaume-Uni a épuisé sa dernière chance. Le risque d' un " no deal " augmente. C'est la raison pour laquelle nous devons continuer les préparations à ce scénario comme

A moins que Londres ne réclame avant cette échéance un report long du Brexit , mais à condition « Il était clair, durant la réunion, que le “ no deal ” est une option réaliste », selon une source « De moins en moins de pays s’y opposeraient, et les milieux économiques ne veulent pas d’un report long

Cette précision sur la facture, déjà énoncée par le président de la Commission Jean-Claude Juncker début avril devant le Parlement, arrive en pleine campagne outre-Manche pour la succession de la Première ministre Theresa May.

Dans cette course pour prendre la tête du parti conservateur, le favori, l'ancien ministre des Affaires étrangères Boris Johnson, a menacé de ne pas acquitter la facture du Brexit, c'est-à-dire le solde de tout compte prévu dans le traité de divorce, si l'UE n'acceptait pas de meilleures conditions de sortie pour son pays.

Trois questions principales

La Commission rappelle qu'en cas de sortie brutale, sans période de transition, "le Royaume-Uni devra régler trois questions principales liées à la séparation, comme condition préalable à l'ouverture des discussions futures".

Onze prétendants pour succéder à Theresa May

Onze prétendants pour succéder à Theresa May La cheffe du Parti conservateur Theresa May démissionne vendredi, après avoir échoué à faire sortir le Royaume-Uni de l'Union européenne. Il veut que le Royaume-Uni quitte l'UE le 31 octobre, accord renégocié ou pas. Nommé ministre des Affaires étrangères dans la foulée par Theresa May, il n'a cessé de lui savonner la planche en critiquant sa stratégie dans les négociations avec Bruxelles, avant de quitter le gouvernement. Habile et charismatique, il est le grand favori chez les militants de base.

En cas de nouveau rejet, Londres aura jusqu'au 12 avril pour décider d'organiser des élections européennes. Ce qui lui permettrait alors de demander un "Si le Royaume-Uni ne veut pas organiser d'élections, nous n'aurons aucun moyen de faire autre chose, ça veut dire qu'il aura choisi le ' no deal '

Le rejet de son principe au Parlement n'empêche d'ailleurs pas le gouvernement de prendre des mesures pour se préparer à un « no deal ». » NOTRE DOSSIER - Brexit : Londres et Bruxelles à l'heure du divorce. Au-delà du refus du « no deal », un consensus politique est-il possible?

Ces trois questions sont celles identifiées comme les dossiers les plus sensibles dès le départ: outre le respect des obligations financières prises dans le cadre du budget pluriannuel de l'UE qui court jusqu'en 2020, il s'agit de la protection des droits des citoyens ainsi que de la frontière irlandaise -- à savoir "la préservation de l'accord du Vendredi Saint", à laquelle l'UE associe "l'intégrité du marché intérieur".

L'accord négocié entre l'UE et le Royaume-Uni, mais toujours pas ratifié par le parlement britannique, ne mentionne pas de chiffres pour la facture mais définit une méthode et des principes pour établir les sommes dues par Londres.

Le gouvernement britannique évalue le montant entre 40 et 45 milliards d'euros, une somme qui prend en considération une période de transition jusqu'en décembre 2021.

Il y a une semaine, le commissaire européen au Budget Günther Oettinger avait expliqué qu'une sortie britannique sans accord à l'automne entraînerait un trou de 12 milliards d'euros dans le budget 2020 de l'UE.

Le Parti du Brexit échoue à entrer au Parlement britannique

Le Parti du Brexit échoue à entrer au Parlement britannique Un revers pour le Parti du Brexit, fondé il y a quelques mois et arrivé largement en tête du scrutin européen fin mai, avec 31,6 % des voix. © Copyright 2019, L'Obs Le Parti du Brexit de Nigel Farage s’est incliné ce vendredi 7 juin au matin face au parti travailliste à l’issue d’une élection législative partielle à Peterborough, dans l’est de l’Angleterre, échouant ainsi à remporter son premier siège au Parlement britannique. Son candidat, Mike Green, un entrepreneur local, est arrivé en deuxième position avec près de 29 % des voix, derrière le Labour, qui a obtenu environ 31 % des suffrages.

Alors que Theresa May tente d'obtenir le soutien des parlementaires britanniques pour sauver son accord sur le Brexit , Bruxelles s'interroge sur l'avenir du chèque que Londres était prêt à payer pour solder ses comptes avec l'Union européenne. Mais que se passerait-t-il en cas de « no deal » ?

En quittant les rennes du parti conservateur vendredi, la Première ministre britannique Theresa May ouvre la voie au processus de désignation de son successeur qui lui succédera à la tête du gouvernement. Onze candidats sont actuellement en lice pour prendre la place de Theresa May à la


AUSSI SUR MSN : Brexit : la Grande-Bretagne peut-elle sortir sans payer la facture ?


Le Barça rêve d’un deal géant pour Neymar.
Ce n’est pas un deal NBA mais ça y ressemble tout de même. Un éventuel retour de Neymar au Barça, bien loin d’être fait, revêt de très nombreuses conditions. Selon Globoesporte, le Barça aimerait inclure des joueurs dans la transaction. Mais pas Coutinho. © Reuters (Reuters) Le Barça ne fait officiellement qu’étudier la situation. Regarder ce qu’il se passe, demander à son staff technique s’il serait d’accord pour intégrer Neymar dans le groupe… Ernesto Valverde n’aura aucun mal à dessiner un onze avec le numéro 10 brésilien.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 0
C'est intéressant!