Monde: Les États-Unis envoient des troupes au Moyen-Orient, l'Iran ne "veut pas la guerre" - PressFrom - France
  •   
  •   

MondeLes États-Unis envoient des troupes au Moyen-Orient, l'Iran ne "veut pas la guerre"

17:20  18 juin  2019
17:20  18 juin  2019 Source:   france24.com

Sanctions américaines: l'Iran lance un avertissement

Sanctions américaines: l'Iran lance un avertissement L'Iran a dénoncé lundi la "guerre économique" menée par les Etats-Unis à son encontre et affirmé que ceux qui l'ont lancée ne peuvent s'attendre à "rester en sécurité". "On ne peut pas espérer qu'une guerre économique contre le peuple iranien continue et que ceux qui soutiennent cette guerre ou l'ont déclenchée restent en sécurité", a déclaré le ministre des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, en recevant son homologue allemand Heiko Maas à Téhéran.

Les États - Unis pourraient soulever la question auprès de la Commission spéciale de vérification. Au lieu de le faire, ils menacent de guerre. Les manœuvres russes Vostok-2018 de septembre, ont été les plus importantes depuis la guerre froide, mais elles se sont déroulées en Extrême- Orient , loin de

"Si l ' Iran veut se battre, ce sera la fin officielle de l ' Iran . Plus jamais de menaces à l'encontre des Etats - Unis ", avait écrit M. Trump. AUSSI SUR MSN : " L ' Iran dit aux milices de se préparer à une guerre par procuration au Moyen - Orient ". Your browser does not support this video.

Les États-Unis envoient des troupes au Moyen-Orient, l'Iran ne © AFP Navire de guerre iranien le long des côtes iraniennes, à Bandar Abbas, le 30 avril 2019.

Le Pentagone a annoncé mardi l'envoi de 1 000 soldats au Moyen-Orient dans un contexte de tensions accrues avec Téhéran dans le Golfe. "L'Iran ne veut faire la guerre à aucun pays", a déclaré pour sa part le président iranien Hassan Rohani.

Les États-Unis ont une nouvelle fois renforcé leur dispositif militaire au Moyen-Orient dans un contexte de tensions accrues avec l'Iran. Le chef du Pentagone, Patrick Shanahan, a indiqué mardi 18 juin, avoir autorisé "l'envoi de 1 000 militaires supplémentaires à des fins défensives pour répondre à des menaces aériennes, navales et terrestres au Moyen-Orient".

Attaques en Mer d’Oman : les Etats-Unis publient de nouvelles photos et envoient 1 000 soldats de plus

Attaques en Mer d’Oman : les Etats-Unis publient de nouvelles photos et envoient 1 000 soldats de plus Après l’attaque de pétroliers en mer d’Oman, la tension continue de monter entre Washington et Téhéran. Les Etats-Unis ont encore renforcé leur dispositif militaire au Moyen-Orient et appelé le monde à « ne pas céder au chantage nucléaire » de l’Iran, qui a annoncé qu’il franchirait bientôt une limite prévue par l’accord international sur son programme nucléaire. « Les récentes attaques iraniennes valident les renseignements fiables et crédibles que nous avons reçus sur le comportement hostile des forces iraniennes », a indiqué le chef du Pentagone Patrick Shanahan.

PARU DANS LE JOURNAL DE DEMAIN - Le ton est encore monté entre les Etats - Unis et l ' Iran avec l'attaque de deux pétroliers dans la mer d'Oman Press TV, la chaîne d'information en anglais de la télévision d'Etat iranienne, a aussi écrit sur Twitter que les Gardiens de la Révolution étaient "la force

Les Etats - Unis ont vu dans les attaques visant jeudi deux pétroliers en mer d'Oman la signature de l ' Iran . Des accusations "sans fondement", a réagi le régime Lire aussi - Iran : Donald Trump ne veut pas la guerre mais la prépare. Pour étayer ses dires, le secrétaire d'Etat de Donald Trump a cité des

Patrick Shanahan a assuré que les États-Unis "continueront de surveiller consciencieusement la situation" afin "d'ajuster le niveau des troupes" le cas échéant. Ces troupes viendront s'ajouter aux 1 500 militaires américains supplémentaires, dont le déploiement avait été annoncé le mois dernier, après l'attaque de quatre pétroliers au large des Émirats arabes unis.

La présence américaine en Irak visée par une série d'attaques

La présence américaine en Irak visée par une série d'attaques En Irak, cinq attaques ont visé des lieux accueillant des Américains en une semaine. Le pays est pour l'instant une sorte de zone tampon entre ces deux principaux alliés : l'Iran et les États-Unis. Alors que la tension monte entre Téhéran et Washington, beaucoup craignent que le conflit ne dégénère sur le sol irakien. Ce matin à l'aube, une roquette a atteint un complexe qui accueille plusieurs compagnies pétrolières, dont l'américaine ExxonMobile. Quelques heures plutôt, bien plus au nord de l'Irak, à Mossoul, un autre tir s'abattait sur le commandement des opérations de la province de Ninive où des forces américaines sont également présentes.

L'attaque de deux pétroliers en mer d'Oman accentue encore les tensions entre Washington et Téhéran, dans un contexte déjà explosif.

Les États - Unis ont réagi dès jeudi en accusant l ’ Iran d’être à l’origine des deux attaques. Lors d’une allocution solennelle, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a incriminé la République islamique. Plus tard dans la journée, le commandement militaire américain a dévoilé une vidéo qui prouverait la

Washington réagit à l'annonce faite lundi par Téhéran, qui a déclaré franchir bientôt la limite autorisée par l'accord international sur son programme nucléaire pour ses réserves d'uranium enrichi.

L'Iran affirme avoir abattu un drone américain sur son territoire

L'Iran affirme avoir abattu un drone américain sur son territoire En pleine tension avec les États-Unis dans le Golfe, l'Iran a annoncé avoir abattu un drone américain qui était entré dans l'espace aérien du pays non loin du détroit d'Hormuz. Avec notre correspondant à Téhéran, Siavosh Ghazi C'est par un communiqué publié sur leur site que les Gardiens de la révolution ont annoncé avoir abattu un drone de type Global Hawk, volant à haute altitude dans la province de Hormozgan qui borde le détroit stratégique d'Hormuz. Cette nouvelle escalade intervient une semaine jour pour jour après l'attaque de deux pétroliers en mer d'Oman. Washington a accusé Téhéran d'être à l'origine de l'attaque de jeudi dernier.

Elles ont réveillé les craintes d’un affrontement entre l ’ Iran et les États - Unis ou certains des alliés régionaux de Washington comme l’Arabie saoudite «Encourager les crimes de guerre». Face au renforcement militaire américain dans la région, l ’ Iran ne cesse de répéter qu’il ne veut pas la guerre

Les Etats - Unis sont en train de nous offrir un spectacle dont il serait très intéressant de suivre les Le retrait des troupes signifie en langage militaire américain redéfinition de leur mission sur place. Contre le seul pays qui n’avait alors pas les moyens parce que saigné à blanc par une longue

Pris à la gorge par les sanctions américaines, qui ont fait fuir les investisseurs étrangers revenus en Iran à partir de 2016, Téhéran avait prévenu le 8 mai qu'il s'affranchirait de deux engagements qu'il avait pris aux termes de l'accord de Vienne, affirmant que cela restait conforme aux dispositions du texte. Téhéran a indiqué lundi que, en conséquence de cette décision, ses réserves d'uranium faiblement enrichi dépasseraient à partir du 27 juin la limite fixée de 300 kg.

Drone abattu par l'Iran : Trump aurait ordonné une riposte, avant de se raviser

Drone abattu par l'Iran : Trump aurait ordonné une riposte, avant de se raviser Nouvelle étape dans l'escalade entre les États-Unis et l'Iran. D'après le New York Times, Donald Trump a validé jeudi soir des frappes contre plusieurs cibles iraniennes, comme des radars ou des batteries de missiles avant de se raviser en dernière minute. Selon le quotidien, les avions de chasse américains avaient alors déjà décollé et les navires de guerre s'étaient mis en position. Quelques heures avant, Washington avait interdit aux compagnies aériennes américaines le survol de l'espace aérien contrôlé par Téhéran au-dessus du Golfe et du Golfe d'Oman "jusqu'à nouvel ordre" après que l'Iran a abattu un drone militaire américain.

Elle combat ainsi le terrorisme islamique. Elle contribue à protéger les amis des Etats - Unis et les Etats - Unis eux-mêmes, mais aussi le commerce international (le but de l ’ Iran au Yémen est le contrôle du Bab el L’administration Trump ne veut pas la guerre . Elle veut accentuer la pression.

Elle combat ainsi le terrorisme islamique. Elle contribue à protéger les amis des Etats - Unis et les Etats - Unis eux-mêmes, mais aussi le commerce international (le but de l ’ Iran au Yémen est le contrôle du Bab el L’administration Trump ne veut pas la guerre . Elle veut accentuer la pression.

Le Pentagone accuse Téhéran d'avoir attaqué des pétroliers

Outre l'accord sur le nucléaire et les conséquences de la guerre économique menée par Washington, la tension entre l'Iran et les États-Unis se focalisent sur la zone du Golfe.

Trump a évoqué la « menace » iranienne avec le prince héritier saoudien

Trump a évoqué la « menace » iranienne avec le prince héritier saoudien Selon l’exécutif américain, le régime iranien « cherche l’escalade ». Le président américain Donald Trump s’est entretenu vendredi 21 juin avec le prince héritier d’Arabie saoudite Mohammed ben Salmane de la « menace » iranienne, a annoncé la Maison-Blanche. « Les deux dirigeants ont discuté du rôle crucial de l’Arabie saoudite dans la garantie de la stabilité au Moyen-Orient et sur le marché mondial du pétrole. Ils ont aussi discuté de la menace représentée par le comportement du régime iranien, qui cherche l’escalade », selon l’exécutif américain.

L ’ Iran est actuellement en “ guerre totale des renseignements” avec les Etats - Unis , selon les déclarations du chef des Gardiens de la Révolution iraniens, le général de division “Nous sommes en pleine guerre des renseignements avec les États - Unis et les ennemis de la République islamique.

L ’ Iran ne veut pas la guerre , entouré de pays hostiles il cherche, au pire, à se doter de l’arme Tout change, oui toute notre diplomatie se transforme, on envoie les troupes en Afghanistan sans informer les Français ni demander leur avis - les premiers avisés étant les nouveaux alliés anglais, un comble

Le Pentagone a publié lundi de nouveaux documents accusant l'Iran d'avoir attaqué deux pétroliers en mer d'Oman. "Les récentes attaques iraniennes valident les renseignements fiables et crédibles que nous avons reçus sur le comportement hostile des forces iraniennes", a-t-il indiqué.

L'Iran exécute un "fournisseur du ministère de la Défense" pour espionnage pour la CIA

L'Iran exécute un L'Iran a exécuté un "fournisseur du ministère de la Défense" condamné pour espionnage au profit de l'Agence centrale du renseignement des Etats-Unis (CIA), a indiqué ce samedi l'agence de presse semi-officielle Isna. LIRE AUSSI >> L'Iran parle de deux voix, Trump n'a pas de parole "Jalal Haji Zavar, un fournisseur de l'organisation aérospatiale du ministère de la Défense qui était un espion pour la CIA et le gouvernement américain, a été exécuté", a précisé Isna, citant l'armée iranienne sans donner plus de détails sur la date de l'exécution.

Il ne veut pas la guerre mais la négociation. Depuis le sacre, Charles VII traite la jeune Pucelle avec dédain et jalousie. Il décide de s'en débarrasser en l' envoyant combattre les compagnies, ces brigands que du Guesclin avait réussi à chasser du royaume.

La Prusse n’a-t- elle pas déclaré Bonaparte invincible et l’Europe impuissante à le combattre ? Je ne crois ni à Hardenberg, ni à Haugwitz ! Cette fameuse neu-tralité prussienne n’est qu’un piège3 ! Mais j’ai foi en Dieu et dans la haute destinée de notre cher empereur, le sauveur de l’Europe ! »

Onze nouvelles photos rendues publiques par le Pentagone montrent, si l'on en croit les autorités américaines, un objet métallique circulaire de près de huit centimètres de diamètre, attaché à la coque du pétrolier japonais Kokuka Courageous et présenté comme un des aimants ayant permis de poser la mine non explosée. Washington accuse les Iraniens d'avoir retiré cette mine après l'incident survenu le 13 juin.

Tensions Etats-Unis-Iran: Donald Trump exclut d'envoyer des «troupes au sol» en cas de conflit

Tensions Etats-Unis-Iran: Donald Trump exclut d'envoyer des «troupes au sol» en cas de conflit Le président a ajouté que la guerre contre l’Iran « ne durerait pas très longtemps » © MANDEL NGAN / AFP Donald Trump à la Maison blanche, le 25 juin 2019. Les États-Unis seraient en position de force en cas de guerre contre l’Iran et un éventuel conflit, qui n’impliquerait pas de troupes au sol, « ne durerait pas très longtemps », a déclaré ce mercredi Donald Trump sur la chaîne Fox Business. Le président américain a affirmé qu’il espérait qu’il n’y aurait pas de guerre. « Mais nous sommes dans une position très forte si quelque chose devait arriver.

Une autre de ces photos, prises d'un hélicoptère Seahawk de l'US Navy, montre, toujours selon le Pentagone, la cavité qui aurait été provoquée par une seconde mine apposée sur la coque du même pétrolier que le Washington évalue à plus d'un mètre de diamètre.

"L'Iran est responsable de cette attaque, comme le montrent les preuves vidéo et les ressources et les compétences requises pour retirer rapidement la mine aimantée non explosée", a indiqué le Pentagone dans un communiqué.

L'Union européenne s'est montrée plus prudente dans l'attribution des responsabilités de cette attaque et a refusé de s'aligner sur Washington.

"L'Iran ne veut faire la guerre à aucun pays"

"L'Iran ne veut faire la guerre à aucun pays", a déclaré pour sa part le président iranien, Hassan Rohani, mardi, dans une allocution à la télévision nationale. "Ceux qui nous font face sont un groupe de dirigeants avec une toute petite expérience", a-t-il ajouté. "Malgré tous les efforts des Américains dans la région et leur volonté de couper tous nos liens avec le monde pour enfermer l'Iran, ils ont échoué", a poursuivi Rohani.

Par ailleurs, l'Iran a déclaré avoir démantelé un "nouveau réseau" d'espions travaillant pour les États-Unis, a rapporté mardi l'agence de presse officielle iranienne Irna, qualifiant l'opération de "coup majeur et d'envergure" porté à Washington, dans un moment de tensions entre les deux pays.

Avec AFP et Reuters

AUSSI SUR MSN: Après les accusations de Washington, l'Iran remet en question l'accord nucléaire

Tensions Etats-Unis-Iran: Donald Trump exclut d'envoyer des «troupes au sol» en cas de conflit.
Le président a ajouté que la guerre contre l’Iran « ne durerait pas très longtemps » © MANDEL NGAN / AFP Donald Trump à la Maison blanche, le 25 juin 2019. Les États-Unis seraient en position de force en cas de guerre contre l’Iran et un éventuel conflit, qui n’impliquerait pas de troupes au sol, « ne durerait pas très longtemps », a déclaré ce mercredi Donald Trump sur la chaîne Fox Business. Le président américain a affirmé qu’il espérait qu’il n’y aurait pas de guerre. « Mais nous sommes dans une position très forte si quelque chose devait arriver.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 4
C'est intéressant!