Monde: Carlos Ghosn contre-attaque et poursuit Nissan et Mitsubishi Motors - PressFrom - France
  •   
  •   

MondeCarlos Ghosn contre-attaque et poursuit Nissan et Mitsubishi Motors

20:00  18 juillet  2019
20:00  18 juillet  2019 Source:   europe1.fr

Perquisition chez l'informaticien personnel de Carlos Ghosn

Perquisition chez l'informaticien personnel de Carlos Ghosn Pour la deuxième fois, mercredi 10 juillet, les policiers de l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (Oclciff) ont débarqué au siège de Renault, à Boulogne-Billancourt. Mais cette visite a été plus discrète que lors de leur première perquisition, quelques jours auparavant, le 3 juillet. Les enquêteurs agissent toujours dans le cadre d'une enquête préliminaire ouverte au parquet de Nanterre à propos du financement d'une soirée à Versailles, en 2016.

Carlos Ghosn l'a martelé : les dirigeants de Nissan ont voulu lui faire payer "le projet d'intégrer" Renault, Nissan et Mitsubishi Motors , qui avait été Carlos Ghosn fait l'objet de trois inculpations pour abus de confiance et minoration de revenus aux autorités boursières sur la période 2010 à 2018.

L'ancien PDG de Renault et Nissan , Carlos Ghosn , actuellement assigné à résidence à Tokyo, a intenté des poursuites contre Nissan et Mitsubishi auprès de la justice néerlandaise pour "rupture abusive" de son contrat, a rapporté mercredi le Figaro. M. Ghosn reproche aux deux constructeurs

Carlos Ghosn contre-attaque et poursuit Nissan et Mitsubishi Motors © Behrouz MEHRI / AFP L'ex-PDG porte plainte contre les constructeurs pour rupture abusive de son contrat au sein de la filiale NMBV.

L'ex-PDG porte plainte contre les constructeurs pour rupture abusive de son contrat au sein de la filiale NMBV.

Le magnat de l'automobile déchu Carlos Ghosn a porté plainte contre les constructeurs japonais Nissan et Mitsubishi Motors pour rupture abusive de son contrat au sein d'une co-entreprise basée aux Pays-Bas, a indiqué une de ses porte-parole en France.

"Je confirme le dépôt de plainte" auprès de la justice néerlandaise, a-t-elle déclaré jeudi, corroborant une information du quotidien français Le Figaro. L'ancien PDG de Renault et Nissan réclame jusqu'à 15 millions d'euros.

Affaire Ghosn : nouvelle perquisition au siège de Renault pour saisir du matériel informatique

Affaire Ghosn : nouvelle perquisition au siège de Renault pour saisir du matériel informatique Une perquisition a eu lieu mercredi au siège de Renault dans l'enquête visant Carlos Ghosn pour deux soirées organisées au château de Versailles et des virements suspects entre le constructeur automobile et une entreprise omanaise, a-t-on appris jeudi 11 juillet auprès du parquet de Nanterre.

AFP, publié le mercredi 17 juillet 2019 à 21h41. L'ancien PDG de Renault et Nissan , Carlos Ghosn , actuellement assigné à résidence à Tokyo, a intenté des poursuites contre Nissan et Mitsubishi auprès de la justice néerlandaise pour "rupture abusive" de son contrat, a rapporté mercredi le Figaro.

En attaquant Nissan et Mitsubishi sur ce contrat de travail opaque, Carlos Ghosn prend un risque. Pour le moment, il n’est en effet pas inculpé dans le dossier NMBV, mais l’enquête a notamment mis en lumière un système destiné à maximiser sa rémunération chaque fois que c’était possible, explique Le

Une rémunération de 7 millions d'euros

La filiale Nissan-Mitsubishi B.V. (NMBV), qui avait été fondée en juin 2017 pour explorer les synergies entre les deux groupes, a désormais été dissoute, selon une décision annoncée en mars 2019, dans la foulée de l'arrestation de Carlos Ghosn pour des malversations financières présumées.

Dans le cadre d'investigations conduites en parallèle à celles du parquet de Tokyo pour d'autres motifs, Nissan et Mitsubishi Motors (MMC) avaient affirmé en janvier que le dirigeant, en tant qu'administrateur de NMBV, "avait reçu une rémunération totale de 7.822.206,12 d'euros (taxes comprises)".

Une rupture de contrat "insuffisamment motivée", selon l'ex-PDG

Selon Nissan, qui a dit vouloir récupérer cette somme jugée indûment perçue, Carlos Ghosn "s'est signé en 2018 un contrat sans discuter avec les autres membres du conseil d'administration de NMBV", à savoir le PDG de Nissan, Hiroto Saikawa, et le PDG de Mitsubishi Motors, Osamu Masuko. "Ils n'ont pour leur part touché aucun revenu", avait alors assuré le constructeur.

Dans les archives de Match: quand le jeune Don Juan Carlos faisait rêver les princesses...

Dans les archives de Match: quand le jeune Don Juan Carlos faisait rêver les princesses... Il y a 60 ans, le futur roi d’Espagne Juan Carlos accordait à notre magazine l'exclusivité d'un reportage photo. Avec, en clou du spectacle, un incroyable cliché pris en plein vol avec le prince-pilote. Avec Rétro Match, suivez l’actualité à travers la légende de Paris Match. Ce Don Juan Carlos que rencontre Paris Match en 1959 deviendra «peut-être» roi d'Espagne, écrit notre magazine. Le petit-fils du roi Alphonse XIII, né à Rome en 1938, a mis pour la première fois le pied dans son pays en 1948, avec le retour d’exil de la famille royale. Dix ans plus tard, Juan Carlos fait son éducation militaire.

INFO LE FIGARO - L’ex-PDG poursuit Nissan et Mitsubishi aux Pays-Bas et leur réclame une quinzaine de millions d’euros. Carlos Ghosn a effectivement démissionné chez Renault- Nissan BV. Pas chez NMBV. Et selon ses avocats, la rupture de contrat serait insuffisamment motivée.

L’ancien PDG de Renault et Nissan , Carlos Ghosn , actuellement assigné à résidence à Tokyo, a intenté des poursuites contre Nissan et Mitsubishi auprès de la justice néerlandaise pour « rupture abusive » de son contrat, a rapporté mercredi le Figaro. M. Ghosn reproche aux deux constructeurs

Carlos Ghosn, qui dénonce depuis le début de l'affaire un "complot" ourdi par Nissan pour empêcher une intégration plus poussée de l'alliance, a donc décidé de contre-attaquer. Si l'ex-PDG a bien démissionné de chez Renault-Nissan BV (RNBV), ce n'était pas le cas chez NMBV, et "la rupture de contrat serait insuffisamment motivée", selon les arguments de ses avocats rapportés par Le Figaro.

Carlos Ghosn est toujours assigné à résidence à Tokyo

Nissan a indiqué ne pas avoir de commentaire à faire sur ce nouveau développement. Renault a de son côté annoncé le 5 juin qu'il envisageait des poursuites contre son ancien dirigeant après avoir détecté 11 millions d'euros de "dépenses suspectes" au sein de RNBV, société commune entre Renault et Nissan basée également aux Pays-Bas.

L'homme d'affaires franco-libano-brésilien, inculpé à quatre reprises pour d'autres malversations présumées, est actuellement assigné à résidence à Tokyo. Arrêté le 19 novembre 2018, il a passé quelque 130 jours en détention à Tokyo, accusé d'abus de confiance aggravé et de fausses déclarations aux autorités pendant son mandat chez Nissan.

Cornet poursuit sa route à Lausanne

Cornet poursuit sa route à Lausanne Cornet poursuit sa route à Lausanne par Antoine Sabatier (iDalgo) Ce mardi avait lieu la suite du 1er tour de l'Open de Lausanne, en Suisse, où deux Françaises étaient engagées. Alizé Cornet, tête de série numéro 3 du tournoi, s'est qualifiée pour les huitièmes de finale en venant à bout de l'Italienne Martina Trevisan, 168ème au classement WTA (6-4, 6-4). Même si elle a concédé deux breaks dans le match, elle a su en réaliser deux fois plus pour s'imposer.

Le feuilleton industrialo-judiciaire se poursuit donc en ce début d’année 2019 et il risque fort d’alimenter les critiques à l’égard du système judiciaire nippon. Les constructeurs japonais Nissan et Mitsubishi Motors ont déjà révoqué à l'unanimité Carlos Ghosn de la présidence de leurs conseils

6Medias, publié le mercredi 17 juillet 2019 à 21h30. Selon le Figaro, toujours jugé au Japon, l'ancien PDG de Renault attaque Nissan et Mitsubishi pour tenter d'inverser la tendance dans son procès. C'est un rebondissement qui pourrait totalement chambouler le destin du controversé Carlos Ghosn .


AUSSI SUR MSN : Affaire Ghosn : Macron «attaché au principe de la présomption d’innocence»

Nissan taille dans ses effectifs et supprime 12.500 emplois.
Le constructeur d'automobiles japonais Nissan, confronté à une dégringolade de ses profits, a annoncé jeudi la suppression de 12.500 emplois dans le cadre d'une profonde restructuration de son activité de production après le limogeage de son ex-sauveur Carlos Ghosn.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 1
C'est intéressant!