•   
  •   

MondeAppels à la libération de la journaliste arrêtée au Maroc pour "avortement illégal"

00:55  07 septembre  2019
00:55  07 septembre  2019 Source:   france24.com

Procès en appel après l'assassinat de deux touristes scandinaves au Maroc

Procès en appel après l'assassinat de deux touristes scandinaves au Maroc Ce mercredi s'ouvre au Maroc le procès en appel de 24 hommes poursuivis après la décapitation de deux jeunes touristes scandinaves au nom du groupe Etat islamique. © Stringer / Reuters Maroc Le procès en appel de 24 hommes poursuivis après la décapitation de deux jeunes touristes scandinaves au nom du groupe Etat islamique (EI), s'ouvre mercredi au Maroc, six semaines après la condamnation à mort des trois accusés ayant avoué avoir participé au crime.

Plusieurs organisations de défense des droits humains appellent à la libération de Hajar Raisouni, une journaliste marocaine arrêtée à Rabat pour un avortement illégal De 600 à 800 avortements clandestins sont pratiqués chaque jour au Maroc , selon les associations militant pour sa légalisation.

De son côté, la journaliste , en détention depuis son arrestation le 31 août devant un cabinet médical de Rabat, dénonce une "affaire politique" et assure avoir été soignée pour une hémorragie interne. Appels à la libération de la journaliste arrêtée au Maroc pour " avortement illégal ".

Plusieurs organisations de défense des droits humains appellent à la libération de Hajar Raisouni, une journaliste marocaine arrêtée à Rabat pour un avortement illégal qu’elle nie. La loi marocaine punit l'IVG de six mois à cinq ans de prison. Le sort de la Marocaine Hajar Raissouni mobilise les organisations de défense des droits humains. Plusieurs d’entre elles ont appelé vendredi 6 septembre à la libération immédiate de cette jeune journaliste. Elle a été arrêtée au Maroc pour un "avortement illégal", qu'elle nie, tandis que les messages de soutien se multiplient sur les réseaux sociaux. "Au lieu d'intimider Hajar Raissouni en la poursuivant sur des charges injustes, les autorités devraient la libérer immédiatement et sans condition", affirme Heba Morayef, directrice régionale d'Amnesty International, dans un communiqué. "Violer son droit à la vie privé et criminaliser une liberté individuelle est inadmissible", abonde Ahmed Benchemsi, directeur régional de Human Rights Watch. "Ajoutons ici des soupçons de coup bas politique vu que l'accusée est reporter dans un des derniers journaux indépendants du Maroc", poursuit-il. Hajar Raissouni, 28 ans, journaliste au quotidien arabophone Akhbar Al-Yaoum, a été arrêtée samedi par six policiers au sortir d'un cabinet médical de Rabat et soumise à une expertise médicale qu'elle conteste. "Affaire politique" Elle a été placée en détention dans l'attente de son procès prévu lundi pour "avortement illégal" et "relations sexuelles hors mariage". Son fiancé qu'elle devait épouser mi-septembre, selon ses proches, a été arrêté en même temps qu'elle, tout comme le médecin traitant, un infirmier et une secrétaire. Mercredi, le procureur général du roi de Rabat a détaillé dans un communiqué les éléments médicaux confirmant ses "signes de grossesse" et son "avortement volontaire tardif". La journaliste dénonce des "accusations fabriquées" et une "affaire politique" liée à ses articles, selon ses proches. Le sort d'Hajar Raissouni indigne depuis plusieurs jours sur les réseaux sociaux, avec des réactions autour du droit à la vie privée, des libertés individuelles ou du droit des femmes à disposer de leur corps. Quelque 150 journalistes ont signé une pétition de solidarité dénonçant les "campagnes diffamatoires" visant à détruire leur consœur. La loi marocaine punit l'interruption volontaire de grossesse (IVG) de six mois à cinq ans de prison sauf quand la santé de la mère est en danger. De 600 à 800 avortements clandestins sont pratiqués chaque jour au Maroc, selon les associations militant pour sa légalisation. Avec AFP

Maroc : les (més)aventures d’un Afro-Américain à Rabat, pris pour un Subsaharien sans-papiers par la police

Maroc : les (més)aventures d’un Afro-Américain à Rabat, pris pour un Subsaharien sans-papiers par la police L’histoire de Timothy Hucks a ému les média et internautes marocains. © Fournis par France Télévisions Il raconte lui-même sa mésaventure sur son fil Twitter du 30 août 2019. "J'ai quitté ma maison pendant deux minutes. Et deux minutes suffisaient. Si vous envisagez de voyager ou de vivre au Maroc, mais avez l’audace de le faire en tant que Noir, lisez ceci d’abord." J'ai quitté ma maison pendant deux minutes. Et deux minutes suffisaient.

Le procès de la journaliste marocaine, Hajar Raissouni, 28 ans, pour " avortement illégal " et La journaliste a été arrêtée en même temps que son fiancé, un universitaire soudanais qu'elle devait Des organisations de médecins ont appelé à la libération du gynécologue et à une "révision par le

Des manifestantes demandent la libération de la journaliste marocaine Hajar Raissouni, arrêtée pour « avortement » à Rabat, le 9 septembre. La justice marocaine a décidé lundi de renvoyer au 16 septembre le procès pour « avortement illégal » d'une journaliste , avant de rejeter sa demande de

Appels à la libération de la journaliste arrêtée au Maroc pour "avortement illégal" © Archive AFP Des militants réclament le droit à l'avortement pour les Marocaines à Rabat, en juin 2019. Plusieurs organisations de défense des droits humains appellent à la libération de Hajar Raisouni, une journaliste marocaine arrêtée à Rabat pour un avortement illégal qu’elle nie. La loi marocaine punit l'IVG de six mois à cinq ans de prison.

Le sort de la Marocaine Hajar Raissouni mobilise les organisations de défense des droits humains. Plusieurs d’entre elles ont appelé vendredi 6 septembre à la libération immédiate de cette jeune journaliste. Elle a été arrêtée au Maroc pour un "avortement illégal", qu'elle nie, tandis que les messages de soutien se multiplient sur les réseaux sociaux.

Mort de Mugabe, Aigle Azur, Tariq Ramadan, Brexit... l'essentiel de l'actu de ce vendredi

Mort de Mugabe, Aigle Azur, Tariq Ramadan, Brexit... l'essentiel de l'actu de ce vendredi Disparition. L’ancien président zimbabwéen Robert Mugabe, héros de l’indépendance qui a dirigé d’une main de fer son pays de 1980 à 2017 et ruiné son économie, est mort vendredi à l’âge de 95 ans à Singapour. Il a été déclaré «héros national» par son successeur Emmerson Mnangagwa. Nos archives. Retraites. La concertation sur la réforme des retraites a repris à Matignon, où le Premier ministre Edouard Philippe, la ministre des Solidarités Agnès Buzyn et le haut-commissaire Jean-Paul Delevoye achevaient leurs entretiens avec les partenaires sociaux. Vols.

L'arrestation d'une jeune journaliste marocaine, accusée de «relations sexuelles hors mariage» et d'« avortement illégal » après une visite chez son L'interruption volontaire de grossesse (IVG) est passible de six mois à cinq ans de prison au Maroc : le code pénal sanctionne aussi bien la celle qui

Au Maroc , les arrestations dans les affaires d' avortement concernent en général les praticiens mais très rarement les patientes, selon un communiqué de l 'organisation Human Right Watch (HRW). Appels à la libération de la journaliste arrêtée au Maroc pour " avortement illégal ".

"Au lieu d'intimider Hajar Raissouni en la poursuivant sur des charges injustes, les autorités devraient la libérer immédiatement et sans condition", affirme Heba Morayef, directrice régionale d'Amnesty International, dans un communiqué.

Maroc: une journaliste en prison pour «avortement» et «débauche»

Maroc: une journaliste en prison pour «avortement» et «débauche» Le procès d'une jeune journaliste arrêtée le 31 août pour « relations sexuelles hors mariage » et « avortement » s'ouvre ce lundi 9 septembre au Maroc. Beaucoup dénoncent une persécution politique. Hajar Raissouni a 28 ans. Sur les photos diffusées par ses proches, elle est souriante, porte des lunettes et un voile de couleur vive. Samedi dernier, elle sortait d'une clinique de Rabat lorsque des policiers l'ont arrêtée. Ils ont ensuite interpellé son médecin, emmenant également un infirmier et une secrétaire médicale, puis finalement le fiancé de la jeune femme avec qui elle devait se marier, le 14 septembre.

L’arrestation de Hajar Raissouni pour « avortement illégal » et « débauche » (sexe hors mariage) suscite un virulent débat sur le droit des femmes, de la Cette journaliste travaillant pour le quotidien arabophone Akhbar Al-Yaoum a été arrêtée samedi dernier au sortir d’un cabinet médical de Rabat.

Accueil à la une Maroc : une journaliste arrêtée pour « avortement illégal ». L’arrestation de la journaliste a suscité une vague de réactions indignées sur les réseaux sociaux Appel D’offres pour la realisation des travaux de construction D’une extension en etage la …

"Violer son droit à la vie privé et criminaliser une liberté individuelle est inadmissible", abonde Ahmed Benchemsi, directeur régional de Human Rights Watch. "Ajoutons ici des soupçons de coup bas politique vu que l'accusée est reporter dans un des derniers journaux indépendants du Maroc", poursuit-il.

Urgences, Royaume-Uni, Aigle Azur... l'essentiel de l'actu de ce lundi

Urgences, Royaume-Uni, Aigle Azur... l'essentiel de l'actu de ce lundi Urgences. La ministre de la Santé a promis de consacrer «plus de 750 millions d’euros» entre 2019 et 2022 pour la «refondation des services d’urgences», touchés par un mouvement de grève inédit de près de six mois. Royaume-Uni. Le Parlement britannique sera suspendu pour cinq semaines dès la fin des débats ce lundi soir, tandis que la reine a approuvé la loi demandant un report du Brexit. Le président de la Chambre des communes, John Bercow, a également annoncé qu’il allait démissionner prochainement. Aigle Azur.

Interpellée fin août, la journaliste Hajar Raissouni a été condamnée, lundi, à un an de prison ferme par le tribunal de Rabat pour " avortement illégal ". Colère et indignation dans les médias. Journaliste au quotidien arabophone Akhbar Al-Yaoum, Hajar Raissouni risquait jusqu'à deux ans de prison en

*Le roi du Maroc a gracié mardi la journaliste Hajar Raissouni, condamnée à un an de prison pour " avortement illégal " et "sexe hors mariage", suscitant la

Hajar Raissouni, 28 ans, journaliste au quotidien arabophone Akhbar Al-Yaoum, a été arrêtée samedi par six policiers au sortir d'un cabinet médical de Rabat et soumise à une expertise médicale qu'elle conteste.

Visite princière de Macron en Andorre, entre retraite à 65 ans, avantages fiscaux et anti-avortement

Visite princière de Macron en Andorre, entre retraite à 65 ans, avantages fiscaux et anti-avortement Emmanuel Macron, "Co-prince" d'Andorre, a fait vendredi la tournée des sept paroisses d'Andorre, minuscule Etat entre la France et l'Espagne qui allie avantages fiscaux, interdiction de l'avortement et retraite à 65 ans. "Co-prince" d'Andorre au nom d'une tradition qui remonte à Charlemagne, le chef de l'Etat a visité les paroisses (communes) de Canillo, Encamp, Sant Julia de Loria et Ordino, des villages encaissés au milieu des montagnes. Et c'est avec plaisir qu'il a salué des centaines d'écoliers qui l'acclamaient, signant leurs drapeaux et assumant sans complexe sa "charge" princière et son histoire séculaire.

"Affaire politique"

Elle a été placée en détention dans l'attente de son procès prévu lundi pour "avortement illégal" et "relations sexuelles hors mariage". Son fiancé qu'elle devait épouser mi-septembre, selon ses proches, a été arrêté en même temps qu'elle, tout comme le médecin traitant, un infirmier et une secrétaire.

Reprise du procès de la journaliste jugée au Maroc pour "avortement illégal"

Reprise du procès de la journaliste jugée au Maroc pour Le procès de la journaliste marocaine, Hajar Raissouni, 28 ans, pour "avortement illégal" et "relations sexuelles hors mariage", a repris lundi devant le tribunal de Rabat. L'affaire suscite colère et indignation dans le pays. Le procès d'une journaliste pour "avortement illégal" et "relations sexuelles hors mariage" a repris lundi 16 septembre, à Rabat, une affaire qui suscite l'indignation au Maroc. Hajar Raissouni, 28 ans, journaliste au

Mercredi, le procureur général du roi de Rabat a détaillé dans un communiqué les éléments médicaux confirmant ses "signes de grossesse" et son "avortement volontaire tardif".

Pourquoi je m'inquiète des droits des femmes en matière de reproduction | Opinion

 Pourquoi je m'inquiète des droits des femmes en matière de reproduction | Opinion © Fourni par Rogers Media Inc (Photo: Laura Starks) Je suis une femme de 57 ans, née et élevée dans une communauté agricole du sud-ouest de l'Ontario, non loin de la frontière avec Détroit. Je suis l'enfant du milieu, avec un frère d'un an de plus et l'autre d'un an de moins, une fille de gens humbles et travailleurs. Enfant, j'ai fréquenté une école catholique où notre curé a abusé sexuellement de petites filles. Personne ne savait. Eh bien, quelqu'un le savait.

La journaliste dénonce des "accusations fabriquées" et une "affaire politique" liée à ses articles, selon ses proches.

Le sort d'Hajar Raissouni indigne depuis plusieurs jours sur les réseaux sociaux, avec des réactions autour du droit à la vie privée, des libertés individuelles ou du droit des femmes à disposer de leur corps. Quelque 150 journalistes ont signé une pétition de solidarité dénonçant les "campagnes diffamatoires" visant à détruire leur consœur.

La loi marocaine punit l'interruption volontaire de grossesse (IVG) de six mois à cinq ans de prison sauf quand la santé de la mère est en danger. De 600 à 800 avortements clandestins sont pratiqués chaque jour au Maroc, selon les associations militant pour sa légalisation.

Avec AFP

Lire plus

Pourquoi je m'inquiète des droits des femmes en matière de reproduction | Opinion .
© Fourni par Rogers Media Inc (Photo: Laura Starks) Je suis une femme de 57 ans, née et élevée dans une communauté agricole du sud-ouest de l'Ontario, non loin de la frontière avec Détroit. Je suis l'enfant du milieu, avec un frère d'un an de plus et l'autre d'un an de moins, une fille de gens humbles et travailleurs. Enfant, j'ai fréquenté une école catholique où notre curé a abusé sexuellement de petites filles. Personne ne savait. Eh bien, quelqu'un le savait.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 3
C'est intéressant!