Monde: En Libye, le maréchal Haftar choisit la solution militaire contre le gouvernement Sarraj - - PressFrom - France
  •   
  •   

MondeEn Libye, le maréchal Haftar choisit la solution militaire contre le gouvernement Sarraj

15:05  09 septembre  2019
15:05  09 septembre  2019 Source:   francetvinfo.fr

Libye: les forces pro-Haftar rejettent l'appel au dialogue de l'ONU

Libye: les forces pro-Haftar rejettent l'appel au dialogue de l'ONU Les forces loyales au maréchal libyen Khalifa Haftar ont rejeté samedi l'appel de l'ONU à reprendre des discussions, leur porte-parole estimant qu'une solution militaire était la plus à même de résoudre le conflit. "La solution militaire est la meilleure solution pour restaurer la sécurité et rétablir la loi", a-t-il ajouté, estimant qu'il était trop tard pour reprendre le dialogue. Le général Mesmari s'exprimait lors d'une conférence de presse aux Emirats arabes unis, un pays qui soutient le maréchal Haftar contre le GNA de Fayez al-Sarraj, appuyé par le Qatar et la Turquie.

» LIRE AUSSI - Libye : le maréchal Haftar poursuit son offensive sur Tripoli. La capitale Tripoli est le siège du « gouvernement d’union nationale» du premier ministre Fayez al- Sarraj , reconnu par l’ONU, mais disposant d’un pouvoir des plus réduits. Les forces d’ Haftar , qui ont lancé en fin de semaine

Le maréchal Haftar était reçu, mercredi 22 mai dans l'après-midi, à l’Élysée par le président Macron. Une rencontre qui intervenait deux semaines après la visite à Paris du Premier ministre du gouvernement d'union nationale, Fayez el- Sarraj . Objectif de cette rencontre : relancer le processus

Alors que les combats continuent en Libye, les forces loyales au maréchal libyen Khalifa Haftar ont rejeté l'appel de l'ONU à reprendre des discussions, leur porte-parole estimant qu'une solution militaire était la plus à même de résoudre le conflit.

En Libye, le maréchal Haftar choisit la solution militaire contre le gouvernement Sarraj © Fournis par France Télévisions

En Libye, les perspectives de paix semblent s'éloigner. Le porte-parole du maréchal Haftar, l'homme fort de l'Est libyen, a, en effet, déclaré le 8 septembre, que "la solution militaire est la meilleure solution pour restaurer la sécurité et rétablir la loi", estimant qu'il était trop tard pour reprendre le dialogue.

"La bataille (pour Tripoli) est dans sa phase finale", a affirmé le général Ahmed al-Mesmari, porte-parole de l'autoproclamée Armée nationale libyenne (ANL) de M. Haftar, lors d'une conférence de presse tenue aux Emirats arabes unis. "La guerre de l'armée nationale libyenne est menée contre les terroristes, les milices et les hors-la-loi", a-t-il ajouté, selon le journal Gulf News.

Libye: le gouvernement de Tripoli dénonce l’ingérence des Émirats arabes unis

Libye: le gouvernement de Tripoli dénonce l’ingérence des Émirats arabes unis Depuis Abou Dhabi, un responsable des forces du maréchal Haftar a refusé toute négociation, alors que le gouvernement de Tripoli (GNA) dénonce « la position hostile » des Émirats arabes unis. Le contenu, le lieu et le moment. Tout, dans la conférence de presse tenue dimanche par le porte-parole des forces armées de Khalifa Haftar, avait de quoi énerver le gouvernement d’union nationale (GNA) basé à Tripoli. Le général al-Mismari a déclaré que le temps des négociations était fini. Pour lui, la solution militaire est la seule viable pour restaurer la stabilité dans Tripoli.

Sarraj a accusé Haftar d’œuvrer à «saper le processus politique» pour «plonger le pays dans un cycle de violence et de guerre destructrice». Riche en pétrole, la Libye est déchirée depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011 par de multiples conflits internes. Le gouvernement d’union nationale

Le maréchal Haftar que Paris, même s'il s'en défend, est depuis longtemps accusé de soutenir en sous-main. « Ce que le gouvernement reconnu internationalement de Tripoli souhaitait, c’est ce qui explique la visite récente du Premier ministre Sarraj , c’est que la France dise de manière claire que le

Il rejetait ainsi la position de Ghassan Salamé, émissaire de l'ONU pour la Libye, qui avait appelé mercredi 4 septembre le Conseil de sécurité à s'entendre entre eux pour mettre fin au conflit en Libye.

Le fait que le porte-parole du maréchal Haftar s'exprime dans les Emirats a provoqué la colère du gouvernement (GNA, Gouvernement libyen d'union nationale) de M. Sarraj, théoriquement reconnu par la communauté internationale qui a dénoncé la "position hostile" des Emirats.

Cinq mois d'affrontements meurtriers

Homme fort de l'Est libyen, Khalifa Haftar a lancé le 4 avril 2019 une offensive pour conquérir Tripoli, tenue par le GNA. Après cinq mois d'affrontements meurtriers, ses forces, freinées par celles appuyant le GNA n'ont guère avancé, restant aux abords de la capitale.

Sondage: Marion Maréchal plébiscitée contre Marine Le Pen pour 2022

Sondage: Marion Maréchal plébiscitée contre Marine Le Pen pour 2022 Le Rassemblement national est le parti qui incarne le mieux l'opposition à Emmanuel Macron (24%), selon un sondage Elabe publié mercredi, même si 40% des interrogés estiment qu'aucune formation politique en particulier ne remplit cette fonction. Le parti dirigé par Marine Le Pen gagne deux points par rapport à une étude similaire parue en mars, alors que La France insoumise recule de quatre points à 14%, que LR n'incarne le mieux l'opposition au président de la République que pour 8% des interrogés (+2 points) et 5% pour EELV (+3 points), selon ce sondage pour BFMTV.

Le maréchal Khalifa Haftar avait tant de fois annoncé la « libération » de Tripoli que ses appels martiaux ne suscitaient plus que perplexité. La délégation de l’Union européenne pour la Libye a diffusé, jeudi, un communiqué conjoint avec les ambassades des Etats membres exprimant leur

A l’inverse, le gouvernement de Sarraj est plus particulièrement soutenu par des pays comme la Turquie ● Négociations politiques et risques militaires . Jeudi, le maréchal Khalifa Haftar a ordonné à ses forces d’ «Il n’existe pas de solution militaire en Libye . La solution doit être politique», a

Selon un dernier bilan publié par le Haut Commissariat aux réfugiés (HCR) de l'ONU, les combats aux abords de Tripoli ont fait 1093 morts et 5752 blessés. Ils ont également forcé 120 000 personnes à quitter leur foyer depuis avril. Les derniers combats ont provoqué samedi 8 septembre la mort de trois membres des forces fidèles au GNA lors d'une opération menée pour repousser les hommes du maréchal Khalifa Haftar, rapporte un témoin.

Pour Ghassan Salamé, "deux scénarios très désagréables" pointent : d'une part, "la poursuite d'un conflit persistant et de faible intensité", d'autre part "une intensification des soutiens militaires" à l'une ou l'autre partie qui "plongerait l'ensemble de la région dans le chaos". En effet, si les Emirats, l'Arabie Saoudite et l'Egypte soutiennent le camp d'Haftar, le GNA est soutenu par le Qatar et la Turquie.

Lire plus

Lutte contre le terrorisme: la Cédéao annonce un plan d'un milliard de dollars.
A l'issue de son sommet extraordinaire à Ouagadougou, la Cédéao, élargie à la Mauritanie et au Tchad, a annoncé samedi 14 septembre un plan d'action 2020-2024 d'un milliard de dollars pour la lutte contre le jihadisme. En décembre prochain, la Cédéao adoptera un plan d’action prioritaire sur cinq ans, 2020-2024, pour combattre le terrorisme. Ce plan en huit axes doit tourner autour d’une mutualisation et d’une coordination accrue des efforts dans la lutte, d’un partage direct de renseignement entre États membres, ou de la formation et de l’équipement des acteurs de la lutte… Plus spécifiquement, les chefs d’État et de gouvernement de la Cédéao appellent à un renforceme

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 1
C'est intéressant!