Monde: Assassinat de Sankara: la piste libyenne relancée ? - PressFrom - France
  •   
  •   

MondeAssassinat de Sankara: la piste libyenne relancée ?

03:05  11 septembre  2019
03:05  11 septembre  2019 Source:   rfi.fr

Burkina : Diendéré et Bassolé, le sabre et le velours de Compaoré

Burkina : Diendéré et Bassolé, le sabre et le velours de Compaoré L'un a servi dans les armes, l'autre dans la diplomatie : condamnés respectivement lundi à 20 et 10 ans de prison au terme du procès du putsch raté de 2015 au Burkina Faso, Gilbert Diendéré et Djibrill Bassolé, généraux aux personnalités différentes, étaient des barons du régime de Blaise Compaoré, renversé par la rue en 2014. - Bassolé malade - A l'opposé de Diendéré dans les formes, Djibrill Bassolé était un diplomate capable donc d'arrondir les angles. S'il a commencé sa carrière dans la sécurité, finissant général de gendarmerie, Bassolé, qui a aussi été ministre de la Sécurité, est ensuite devenu l'inamovible ministre des Affaires étrangères du Burkina.

BURKINA FASO - La dépouille présumée de Thomas Sankara , l 'ancien président charismatique du Burkina Faso tué en 1987, est "criblée de balles", a indiqué mardi à Ouagadougou un des avocats au dossier, citant les rapports d'autopsie et de balistique présentés par le juge d'instruction.

Ici, Archives d'Afrique en vidéo, reconstitue la scène de l' assassinat du Capitaine Thomas Sankara comme il a été raconté par l'unique survivant, témoin

Assassinat de Sankara: la piste libyenne relancée ? © REUTERS/Zohra Bensemra/Files Mouammar Kadhafi à Tripoli, le 1er septembre 2011.

Dans une interview à RFI à l'occasion de la publication de ses mémoires, l'ancien président tchadien Goukouni Weddeye a évoqué l'assassinat de Thomas Sankara le 15 octobre 1987.

Au début de ce mois d'octobre 1987, l'ancien président tchadien qui logeait alors dans un hôtel de Ouagadougou, a rencontré le président Sankara. Son rival Acheikh Ibn Oumar était également dans la capitale burkinabè. Les deux hommes se disputaient la direction de la rébellion et Thomas Sankara cherchait une solution.

Dans ses mémoires, Goukouni Weddeye affirme que six jours avant l'assassinat du président burkinabè, il a reçu une visite qui lui a paru étrange, celle de Blaise Compaoré. L'ancien bras droit de Thomas Sankara a ensuite rendu visite au chef de la délégation libyenne, Mahamat Ali Chaffardine. Une interview qui relance les interrogations concernant le rôle qu'a pu jouer Mouammar Khadafi dans la l'assassinat du chef de la révolution burkinabè.

Attaque de Villeurbanne : le suspect mis en examen pour "assassinat et tentatives d'assassinats"

Attaque de Villeurbanne : le suspect mis en examen pour Le suspect de l'attaque au couteau de Villeurbanne a été mis en examen pour "assassinat et tentatives d'assassinats", a-t-on appris lundi auprès du parquet. L'Afghan d'une trentaine d'années, soupçonné d'avoir tué samedi une personne et blessé huit autres dans une attaque au couteau à Villeurbanne, a été mis en examen lundi pour "assassinat et tentatives d'assassinats", a annoncé le parquet de Lyon. TÉMOIGNAGE EUROPE 1 -"J'ai croisé son regard et on voyait que c'était un fou" "Les juges d'instruction ont saisi le juge des libertés et de la détention en vue de son placement en détention provisoire", ajoute-t-il.

Blaise Compaoré est inculpé "d' assassinat ", " d 'attentat" et " de recel de cadavre", selon une source proche du dossier judiciaire. Blaise Compaoré vit aujourd'hui en exil en Côte d'Ivoire. Pour l'heure, les nouvelles autorités burkinabè n'ont pas réagi. Émission préparée par Élise Duffau, Cécile Charlotte

RFI : Qu’apprend-on de nouveau sur l’ assassinat de Thomas Sankara dans ces archives que vous avez pu consulter ? Oui, de certains acteurs français de l’époque. Ces documents vont-ils permettre de relancer Mort de Thomas Sankara : la France transmet un premier lot d'archives au Burkina.

« D'aucuns disent que c'est le vieux Houphouët, d'autres disent que c'est François Mitterrand. Moi je crois que la Libye n'est pas loin, dans cette affaire », affirme l'ancien président Goukouni Weddeye dans son interview à RFI ce mardi 10 septembre.

Y a-t-il une main libyenne dans l'assassinat du jeune capitaine ? Impossible de l'affirmer mais ce qui semble faire consensus, c’est qu’à la suite du refus de Thomas Sankara d’accueillir favorablement la demande de Tripoli d’appuyer le rebelle libérien Charles Taylor, les relations entre les deux chefs d'État se sont fortement dégradées.

Interrogé il y a deux ans, Mousbila Sankara, ancien ambassadeur du Burkina Faso en Libye, a affirmé que Blaise Compaoré avait obtenu du Guide libyen, par un canal non officiel, des équipements militaires. Lui aussi assure avoir eu la conviction que quelque chose se tramait à l'époque et selon l'ancien diplomate burkinabè, il est possible que le Guide libyen ait su ce que Blaise Compaoré projetait de faire, mais rien ne permet de l’attester véritablement.

Villeurbanne : le suspect de l'attaque au couteau mis en examen pour "assassinat"

Villeurbanne : le suspect de l'attaque au couteau mis en examen pour Dimanche, cet Afghan, qui s'en était pris la veille aux passants avec un couteau, a reconnu "partiellement les faits", tout en tenant des propos "incohérents et confus".

Assassinat de Sankara : Blaise Compaoré rattrapé par la justice ? Capitaine Thomas Sankara - la fin d'un grand panafricaniste - Продолжительность: 8:48 doumbia soungalo 847 894 просмотра.

Le 15 octobre 1987, Thomas Sankara et 12 de ses compagnons ont été sauvagement assassinés au Conseil de l’Entente, l’état-major du Conseil National de la

Cette version, l’ancien ambassadeur de Libye au Burkina Faso, Mohamed Al-Madani Al-Azhari, l'a contestée. Selon lui, une mise à l’écart, voire une élimination de Sankara n'a « jamais » été évoquée entre Blaise Compaoré et Mouhammar Khadafi... et « Kadhafi n’a rien à voir dans l’assassinat de Thomas Sankara ».

→ Lire aussi : Mort de Thomas Sankara: «L'enquête a été relancée, l'instruction est déjà bien avancée»

Affaire Karegeya: des mandats d'arrêt sud-africains émis contre deux Rwandais.
Ismael Gafaranga et Alex Sugira sont soupçonnés par la justice sud-africaine d'avoir participé, en 2014, à l'assassinat de l'ancien chef des renseignements rwandais, alors en rupture de ban avec le président Paul Kagame. Les mandats d'arrêt les visant interviennent après cinq longues années de procédure judiciaire. Le 1er janvier 2014, Patrick Karegeya est retrouvé étranglé dans sa chambre d'hôtel à Johannesburg. Dès le début de l'enquête, la justice sud-africaine identifie rapidement quatre suspects et leur lien avec le régime de Paul Kagame. Pour éviter l'incident diplomatique, le parquet refuse d'engager des poursuites et la procédure s'enlise.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 7
C'est intéressant!