Monde: Comment l’Iran a mené les Britanniques en bateau - PressFrom - France
  •   
  •   

MondeComment l’Iran a mené les Britanniques en bateau

23:05  11 septembre  2019
23:05  11 septembre  2019 Source:   liberation.fr

USA: Un bateau prend feu en Californie, au moins 25 morts

USA: Un bateau prend feu en Californie, au moins 25 morts USA: Un bateau prend feu en Californie, au moins 25 morts © Reuters/Kyle Grillot USA: UN BATEAU PREND FEU EN SANTA BARBARA, Californie (Reuters) - Vingt-cinq corps ont été repêchés mardi et les autorités restent sans nouvelles de neuf personnes après le naufrage d'un bateau au large des côtes de la Californie du Sud, a-t-on appris auprès de la police locale. Un incendie s'était propagé plus tôt à bord du bateau de tourisme qui se trouvait à quelques encablures des îles de Santa Cruz, une destination prisée par les amateurs de plongée sous-marine.

Comment l’Iran a mené les Britanniques en bateau © JOHNNY BUGEJA Un drapeau iranien à l'arrière du pétrolier «Adrian Darya», appelé jusqu'alors «Grace 1», au large de Gibraltar le 18 août.

L’odyssée du pétrolier iranien arraisonné en juillet à Gibraltar pour violation des sanctions à la fois contre la Syrie et l’Iran se termine par une livraison à bon port.

«Deeply troubling», a d’abord réagi le Foreign Office samedi aux images satellites montrant le pétrolier iranien, Adrian Darya-1 accoster au port de Tartous en Syrie. Après cet euphémisme tout britannique, Londres a haussé le ton mardi accusant l’Iran d’avoir «enfreint ses assurances» et qualifiant de «violation inacceptable des normes internationales» la livraison de pétrole «au régime meurtrier d’Al-Assad», selon le communiqué du ministère britannique. La boucle ou le piège se referme sur le feuilleton naval à rebondissements de l’été qui a ajouté aux tensions déjà très vives entre l’Iran et les pays occidentaux.

L'Iran libère sept des 23 marins du Stena Impero

L'Iran libère sept des 23 marins du Stena Impero L'Iran libère sept des 23 marins du Stena Impero © Reuters/Wana News Agency L'IRAN LIBÈRE SEPT MOSCOU (Reuters) - Sept , un pétrolier sous pavillon britannique arraisonné en juillet par l'Iran, sont arrivés jeudi à Dubaï après avoir été libérés par les autorités iraniennes, a annoncé un responsable russe. Les seize autres resteront à bord "tant que le sort du navire n'aura pas été tranché", a ajouté ce membre de l'ambassade de Russie à Téhéran.

L’odyssée du navire alors dénommé Grace 1 commence le 4 juillet au large de Gibraltar. Des commandos de la Marine britannique arraisonnent le tanker iranien battant pavillon panaméen qui transportait 2,1 millions de barils de pétrole. La cargaison du tanker est soupçonnée d’être destinée à la Syrie, en violation des sanctions imposées par l’Union européenne au régime de Bachar al-Assad. Téhéran nie l’accusation et dénonce un acte de «piraterie». La polémique s’envenime, d’autant que les Etats-Unis appuient la saisie du bateau pour violation de leurs sanctions unilatérales contre les exportations de pétrole iranien.

«Comportement illégal et déstabilisant»

Quinze jours plus tard, un pétrolier britannique le Stena Impero est «confisqué» avec ses 23 marins à bord dans le détroit d’Ormuz par les Gardiens de la Révolution iraniens. Les autorités portuaires de Bandar Abbas où le navire est ancré indiquent qu’une enquête est ouverte après la collision de ce tanker avec un bateau de pêche. «Conformément à la loi, après un accident, il est nécessaire d’enquêter sur les causes», indiquent les Iraniens en niant tout lien entre le cas du Stena Impero et la saisie par le Royaume-Uni du pétrolier Grace 1 au large de Gibraltar. Un acte «inacceptable», juge le chef de la diplomatie britannique, Jeremy Hunt, considérant que l’arraisonnement trahissait «des signes inquiétants indiquant que l’Iran pourrait choisir une voie dangereuse de comportement illégal et déstabilisant». La France et l’Allemagne appuient la position britannique et appellent l’Iran à relâcher «sans délai» le pétrolier britannique.

Détroit d'Ormuz : l'Iran saisit un bateau pour "contrebande de carburant"

Détroit d'Ormuz : l'Iran saisit un bateau pour L'Iran a arrêté ce samedi douze personnes de nationalité philippine à bord d'un "remorqueur étranger" saisi par des garde-côtes dans le détroit d'Ormuz.

Une négociation diplomatico-juridique s’engage. Puis, le 15 août, la Cour suprême de Gibraltar autorise le pétrolier iranien à repartir après que Téhéran eut assuré que la cargaison ne serait pas livrée à la Syrie. Le Grace 1, désormais rebaptisé Adrian Darya 1, est libéré le 16 août. Dans le même temps, les autorités de Gibraltar refusent le maintien de la saisie du navire réclamée par Washington. Ces derniers contactent alors le capitaine indien du navire et lui proposent une somme substantielle pour qu’il ne fasse pas route vers la Syrie mais dans un port où les Etats-Unis peuvent saisir le tanker.

Le 26 août, l’Iran affirme avoir vendu les 2,1 millions de barils de pétrole, d’une valeur de 126 millions d’euros, stockés à bord du navire sans préciser qui était l’acheteur ni si la vente avait été conclue avant ou après la saisie du tanker le 4 juillet. Le pétrolier vogue alors en Méditerranée sans destination connue, quand le site spécialisé Marine Traffic indique le 30 août que l’Adrian Darya 1 se trouve au nord-ouest de Chypre et se dirige vers le port d’Iskenderun (Alexandrette), en Turquie. «Ce pétrolier n’est en fait pas en route pour Iskenderun, mais pour le Liban», rectifie le ministre turc des Affaires étrangères, en précisant toutefois que «le Liban n’était pas nécessairement la destination finale du navire». De son côté, la ministre de l’Energie libanaise, Nada Boustani, assure que son pays n’a reçu «aucune demande» d’ancrage de la part du navire sur son territoire. «Le ministère de l’Energie n’achète de pétrole brut à personne. Le Liban ne possède pas de raffinerie pour le pétrole brut», a indiqué la ministre sur Twitter.

Royaume-Uni: 86 migrants traversant la Manche interceptés en une journée

Royaume-Uni: 86 migrants traversant la Manche interceptés en une journée Les autorités britanniques ont annoncé mercredi avoir intercepté la veille 86 migrants traversant la Manche vers l'Angleterre à bord de petites embarcations, l'un des chiffres les plus importants des derniers mois. En début de matinée mardi, la police aux frontières a intercepté sur deux embarcations différentes 23 personnes qui ont été emmenées à Douvres (sud de l'Angleterre). Ils ont affirmé être originaires d'Iran, Afghanistan, Pakistan, Philippines, selon un communiqué du ministère de l'Intérieur.

Petites embarcations pouvant accoster en Syrie

Pendant que chacun joue à Ponce-Pilate, un responsable russe annonce depuis Téhéran le 6 septembre que 7 des 23 marins du pétrolier britannique arraisonné en juillet ont été libérés par les autorités iraniennes et sont arrivés à Dubaï. Deux jours plus tard, les photos par satellite de l’Adrian Darya 1 au large du port syrien de Tartous sont diffusées par la société américaine Maxar Technologies Inc. Mais des informations contradictoires circulent sur le débarquement du contenu du tanker. Les sources du renseignement britannique assurent que des barils de pétrole ont été déchargés sur de petites embarcations pouvant accoster en Syrie. De son côté, le site spécialisé TankerTrackers.com continuait d’affirmer mercredi, sur la base d’images satellites que le pétrolier au large de Tartous contenait encore la totalité de sa cargaison.

En attendant, l’Iran a laissé entendre dimanche qu’il pourrait libérer «dans les prochains jours» le pétrolier britannique Stena Impero arraisonné dans le détroit d’Ormuz en juillet. Une affaire sans lien avec le pétrolier désormais au large de la Syrie ? Téhéran comme Damas, étranglés par les sanctions américaines ou européennes, ont trouvé semble-t-il le moyen de les contourner. Mais au prix de quels marchandages et avec quelles complicités ? «Deeply troubling» en effet !

L'Iran toujours hostile au dialogue avec les USA, malgré le départ de Bolton

L'Iran toujours hostile au dialogue avec les USA, malgré le départ de Bolton L'Iran toujours hostile au dialogue avec les USA, malgré le départ de Bolton © Reuters/Leonhard Foeger L'IRAN TOUJOURS HOSTILE AU DIALOGUE AVEC LES USA, MALGRÉ LE DÉPART DE BOLTON DUBAI (Reuters) - Le limogeage de John Bolton ne convaincra pas Téhéran d'entamer des négociations avec les Etats-Unis, a assuré mercredi le représentant iranien aux Nations unies, cité par l'agence de presse Irna. Donald Trump a limogé la veille son conseiller à la Sécurité nationale en faisant état de désaccords au sujet de la Corée du Nord, de l'Iran, de l'Afghanistan et de la Russie.

MSN vous conseille:
  • Les normes européennes empêchent-elles de brûler des drapeaux, comme le laisse supposer une vidéo ? (Liberation)
  • Invasion militariste sur le cinéma brésilien (Liberation)
  • Japon: un remaniement pour s'attaquer à la Constitution (Le Monde)
  • Des inspections sur 400 hélicoptères Airbus après un crash en Norvège (Reuters)

AUSSI SUR MSN: Iran, Donald Trump «pourrait» aller à la rencontre d'Hassan Rohani

Suivez-nous sur Facebook
Téléchargez l'application
Microsoft News
Abonnez-vous à la newsletter
Lire plus

Yémen: la coalition sous conduite saoudienne frappe à Hodeida .
La coalition dirigée par l'Arabie saoudite a annoncé avoir lancé jeudi 19 septembre une opération militaire au Yémen contre les rebelles houthis soutenus par l'Iran. Peu avant cette annonce, elle avait affirmé avoir déjoué une attaque au bateau piégé. La coalition militaire menée par l'Arabie saoudite a détruit quatre sites situés au nord de la ville portuaire de Hodeida (ouest du Yémen), appelés « cibles militaires légitimes ». Ces sites sontLa coalition militaire menée par l'Arabie saoudite a détruit quatre sites situés au nord de la ville portuaire de Hodeida (ouest du Yémen), appelés « cibles militaires légitimes ».

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 0
C'est intéressant!