Monde: Des risques de pénuries au Royaume-Uni en cas de Brexit sans accord - PressFrom - France
  •   
  •   

MondeDes risques de pénuries au Royaume-Uni en cas de Brexit sans accord

03:05  12 septembre  2019
03:05  12 septembre  2019 Source:   france24.com

Brexit : risques de pénurie de médicaments et de nourriture en cas de sortie sans accord

Brexit : risques de pénurie de médicaments et de nourriture en cas de sortie sans accord En cas de "no deal", les autorités britanniques prévoient des perturbations à court terme dans douze domaines clés.

Un Brexit sans accord pourrait provoquer " pénuries " et "graves perturbations" dans l’alimentation, a mis en garde mercredi une organisation représentant ce secteur au Royaume - Uni . La probabilité d’un Brexit abrupt et sans accord a fortement augmenté avec l’arrivée au pouvoir de Boris Johnson.

Le Royaume - Uni sera confronté à des pénuries de nourriture, d'essence et de médicaments en cas de sortie de l'Union européenne sans accord , avec des blocages dans les ports et le rétablissement d'une frontière physique en Irlande, selon des documents officiels publiés par le Sunday Times .

Londres a rendu public mercredi le rapport "Opération Yellowhammer", qui évalue les conséquences d'un Brexit sans accord. Le texte pointe notamment le risque de pénuries de nourriture, de carburants et de médicaments. Les députés britanniques avaient voté la semaine dernière pour forcer le gouvernement à publier les détails de l'"Opération Yellowhammer", mise au point dans l'éventualité d'un Brexit sans accord. C’est désormais chose faite. Le rapport publié mercredi 11 septembre estime que la menace d'encombrement des ports pourrait provoquer des pénuries de médicaments et de nourriture. "L'état de préparation du public et du secteur marchand (...) restera faible (...) en raison de l'absence d'une vision claire sur la forme de la sortie de l'Union européenne", selon les documents. En cas de Brexit sans accord, les autorités britanniques prévoient des perturbations à court terme dans 12 domaines-clés, dont l'approvisionnement en eau et nourriture, la santé, les transports et les frontières, ainsi que la possibilité de "désordres publics". Gibraltar particulièrement affecté Le projet britannique de suppression des contrôles à la frontière irlandaise "s'avérerait probablement non viable en raison d'importants risques sur les plans économique, juridique et de biosécurité", selon ce document, qui évoque la possibilité de l'émergence d'un marché noir dans les communautés frontalières. La traversée de la Manche risque d'être singulièrement perturbée, avec un trafic potentiellement réduit de 40 % à 60 %. Les poids lourds pourraient devoir attendre jusqu'à deux jours et demi avant de franchir la Manche et les ressortissants risquent de subir des contrôles renforcés dans les ports et aéroports. Ces perturbations pourraient durer trois mois et ne seraient pas sans conséquences sur les approvisionnements en médicaments et en produits frais et pourraient entraîner d'importants mouvements de mécontentement dans tout le Royaume-Uni, voire des émeutes. Gibraltar pourrait être particulièrement affecté en raison de la mise en place de contrôles douaniers à sa frontière avec l'Espagne. Le gouvernement met à jour le document Des accrochages pourraient également éclater dans les zones de pêche entre pêcheurs britanniques et étrangers, indique le rapport. Le gouvernement a souligné qu'il était en train de "mettre à jour" le document. "Il décrit ce qui pourrait se passer dans le pire des cas", a insisté le ministre en charge du Brexit, Michael Gove. Mais ces mises en garde accroissent la pression sur le Premier ministre Boris Johnson, qui a promis de mener à bien le Brexit d'ici le 31 octobre, avec ou sans accord avec l'Union européenne. Il a essuyé mercredi un nouveau revers, lorsque la justice écossaise a déclaré "illégale" la suspension controversée du Parlement jusqu'au 14 octobre. Avec AFP et Reuters

GB/Brexit: Des députés veulent faire voter au plus vite un texte empêchant toute sortie sans accord

GB/Brexit: Des députés veulent faire voter au plus vite un texte empêchant toute sortie sans accord GB/Brexit: Des députés veulent faire voter au plus vite un texte empêchant toute sortie sans accord © Reuters/Henry Nicholls GB/BREXIT: DES DÉPUTÉS VEULENT FAIRE VOTER AU PLUS VITE UN TEXTE EMPÊ LONDRES (Reuters) - Des députés rebelles espèrent faire adopter au plus vite un texte qui empêcherait le gouvernement britannique de faire sortir le Royaume-Uni de l'Union européenne sans accord préalable, rapporte lundi le site d'information BuzzFeed qui s'appuie sur un document préparatoire. Selon BuzzFeed, ces parlementaires ne sont pas encore accordés sur la date exacte du vote.

Risque de forte récession au Royaume - Uni en cas de Brexit sans accord : le déficit budgétaire plus que doublerait l'année prochaine et le PIB se

Avec notre correspondante à Bruxelles, Laxmi Lota. Le Royaume - Uni exporte chaque mois quelque 45 millions de boîtes de médicaments vers le reste de l'Europe. Selon les experts, des perturbations dans l'approvisionnement seront inévitables en cas de sortie britannique sans accord avec l'UE.

Des risques de pénuries au Royaume-Uni en cas de Brexit sans accord © Daniel Leal-Olivas, AFP Le Premier ministre britannique Boris Johnson le 3 septembre 2019 à Londres. Londres a rendu public mercredi le rapport "Opération Yellowhammer", qui évalue les conséquences d'un Brexit sans accord. Le texte pointe notamment le risque de pénuries de nourriture, de carburants et de médicaments.

Les députés britanniques avaient voté la semaine dernière pour forcer le gouvernement à publier les détails de l'"Opération Yellowhammer", mise au point dans l'éventualité d'un Brexit sans accord. C’est désormais chose faite. Le rapport publié mercredi 11 septembre estime que la menace d'encombrement des ports pourrait provoquer des pénuries de médicaments et de nourriture.

"L'état de préparation du public et du secteur marchand (...) restera faible (...) en raison de l'absence d'une vision claire sur la forme de la sortie de l'Union européenne", selon les documents.

Brexit: Un accord est encore possible, assure Merkel

Brexit: Un accord est encore possible, assure Merkel Brexit: Un accord est encore possible, assure Merkel © Reuters/Axel Schmidt BREXIT: UN ACCORD EST BERLIN (Reuters) - Angela Merkel a jugé mercredi tout à fait possible de conclure un accord avec le Royaume-Uni sur sa sortie de l'Union européenne, tout en ajoutant que son gouvernement se préparait à un "hard Brexit".

En cas de Brexit sans accord le 31 octobre, le gouvernement britannique a annoncé lundi 19 août vouloir mettre « immédiatement » fin à la libre circulation des citoyens européens. Cette position constitue un durcissement de la part de Londres. L’ancienne première ministre Theresa May, à qui

Le Royaume - Uni devrait entrer en récession en cas de Brexit sans accord , a annoncé l'Office de Responsabilité Budgétaire (OBR) dans des prévisions « Le Royaume - Uni entrera en récession au quatrième trimestre 2019, pour une durée d'un an. Le PIB tombera de 2,1%», explique le rapport de

En cas de Brexit sans accord, les autorités britanniques prévoient des perturbations à court terme dans 12 domaines-clés, dont l'approvisionnement en eau et nourriture, la santé, les transports et les frontières, ainsi que la possibilité de "désordres publics".

Gibraltar particulièrement affecté

Le projet britannique de suppression des contrôles à la frontière irlandaise "s'avérerait probablement non viable en raison d'importants risques sur les plans économique, juridique et de biosécurité", selon ce document, qui évoque la possibilité de l'émergence d'un marché noir dans les communautés frontalières.

La traversée de la Manche risque d'être singulièrement perturbée, avec un trafic potentiellement réduit de 40 % à 60 %. Les poids lourds pourraient devoir attendre jusqu'à deux jours et demi avant de franchir la Manche et les ressortissants risquent de subir des contrôles renforcés dans les ports et aéroports.

Royaume-Uni : Boris Johnson se dit opposé à toute nouvelle élection

Royaume-Uni : Boris Johnson se dit opposé à toute nouvelle élection Alors que les oppositions préparent un texte prévenant tout "Brexit" sans accord, le Premier ministre britannique a tenté de circonscrire la possibilité de nouvelles élections générales en Grande-Bretagne. Le Premier ministre britannique Boris Johnson a déclaré lundi croire aux "chances" de conclure un accord de sortie de l'UE avec Bruxelles et s'est dit opposé à la tenue de législatives anticipées, dans une déclaration devant ses bureaux à Downing Street. "Les chances de conclure un accord ont augmenté" au cours des trois dernières semaines, a expliqué M.

Risque de forte récession au Royaume - Uni en cas de Brexit sans accord : le déficit budgétaire plus que doublerait l'année prochaine et le PIB se contracterait On le sait, un Brexit sans accord nuirait à la confiance, découragerait les investissements et créerait des obstacles au commerce avec l'Union

Alors que l’ombre d’un Brexit sans accord plane sur le Royaume - Uni , plusieurs grandes chaînes de supermarchés et de fast-food ont adressé une lettre aux députés britanniques pour les avertir que les rayons des magasins britanniques seront moins bien garnis en cas de « no deal ».

Ces perturbations pourraient durer trois mois et ne seraient pas sans conséquences sur les approvisionnements en médicaments et en produits frais et pourraient entraîner d'importants mouvements de mécontentement dans tout le Royaume-Uni, voire des émeutes.

Gibraltar pourrait être particulièrement affecté en raison de la mise en place de contrôles douaniers à sa frontière avec l'Espagne.

Le gouvernement met à jour le document

Des accrochages pourraient également éclater dans les zones de pêche entre pêcheurs britanniques et étrangers, indique le rapport.

Le gouvernement a souligné qu'il était en train de "mettre à jour" le document. "Il décrit ce qui pourrait se passer dans le pire des cas", a insisté le ministre en charge du Brexit, Michael Gove.

Mais ces mises en garde accroissent la pression sur le Premier ministre Boris Johnson, qui a promis de mener à bien le Brexit d'ici le 31 octobre, avec ou sans accord avec l'Union européenne. Il a essuyé mercredi un nouveau revers, lorsque la justice écossaise a déclaré "illégale" la suspension controversée du Parlement jusqu'au 14 octobre.

Avec AFP et Reuters

Le président du Parlement européen ne voit aucune volonté de Londres de rouvrir les négociations.
Le président du Parlement européen ne voit aucune volonté de Londres de rouvrir les négociations © Reuters/Vincent Kessler DAVID SASSOLI NE VOIT AUCUNE VOLONTÉ DE LONDRES DE ROUVRIR LES NÉGOCIATIONS BRUXELLES (Reuters) - David Sassoli, le président du Parlement européen, a déclaré jeudi qu'aucun des signaux transmis par Londres ne traduisait une volonté britannique de rouvrir les négociations sur le Brexit.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 1
C'est intéressant!