Monde: L'étonnante rencontre chiite entre l’Irakien Moqtada Sadr et Ali Khamenei - PressFrom - France
  •   
  •   

MondeL'étonnante rencontre chiite entre l’Irakien Moqtada Sadr et Ali Khamenei

15:05  12 septembre  2019
15:05  12 septembre  2019 Source:   rfi.fr

Ligue 2 : cette statistique étonnante de l'AJ Auxerre

Ligue 2 : cette statistique étonnante de l'AJ Auxerre L'AJA, qui a signé un probant succès à Beauvais contre Chambly (4-1) est spécialiste dans l'art d'user ses adversaires. © Getty Images Il y a fort à croire que l'AJA commence à récolter les premiers fruits de la méthode de Jean-Marc Furlan. Adepte d'un football de possession, l'ancien entraîneur du Stade Brestois parvient à installer ses préceptes en Bourgogne. Cette AJA est devenue spécialiste dans l'art d'avoir ses adversaire à l'usure, et une statistique précise le prouve : depuis le début de saison, le club icaunais a inscrit tous ses buts en seconde période - soit 12 réalisations au total.

L'influent leader chiite irakien Moqtada Sadr a rencontré en Iran le Guide suprême de la République islamique, l'ayatollah Ali Khamenei , une entrevue rare sur fond de divisions entre leaders chiites en Irak.

L’influent leader chiite irakien Moqtada Sadr a rencontré en Iran le Guide suprême de la République islamique, l’ayatollah Ali Khamenei , une entrevue rare sur fond de divisions entre leaders chiites en Irak. L’Iran, grand voisin de l’Irak, est avec les Etats-Unis l’une des deux puissances agissantes à

L'étonnante rencontre chiite entre l’Irakien Moqtada Sadr et Ali Khamenei © KHAMENEI.IR / AFP L'ayatollah Ali Khamenei rencontre l'Irakien Moqtada Sadr lors d'une cérémonie pour le jour chiite de l'Achoura, à Téhéran le 10 septembre 2019.

L’influent leader chiite irakien Moqtada Sadr a rencontré mardi 10 septembre en Iran le Guide suprême de la République islamique Ali Khamenei, deux hommes qui se sont souvent opposés. Une entrevue rare dans un contexte de divisions entre leaders chiites en Irak, où Téhéran joue un rôle.

La République islamique d’Iran reste, avec les États-Unis, l’un des deux pays les plus influents en Irak, notamment via Ghassem Soleimani, le général chargé des opérations extérieures des Gardiens de la révolution. Celui-ci se rend régulièrement en Irak et a notamment joué un rôle majeur dans la lutte contre le groupe État islamique (EI).

Liban: le Hezbollah dit avoir abattu un "drone israélien" à la frontière

Liban: le Hezbollah dit avoir abattu un Le Hezbollah libanais a annoncé lundi avoir abattu un "drone israélien" au moment où celui-ci traversait la frontière avec le Liban, une semaine après une confrontation entre le mouvement chiite et l'Etat hébreu. Des combattants du Hezbollah "ont confronté avec les armes appropriées un drone israélien au moment où il traversait la frontière" en direction de la localité de Ramieh dans le sud-Liban, selon un communiqué du mouvement chiite. "Le drone a été abattu à l'extérieur de la localité et se trouve entre les mains" du Hezbollah, d'après le texte. Israël n'a pas immédiatement commenté.

L'influent leader chiite irakien Moqtada Sadr a rencontré le Guide suprême de la République islamique, l'ayatollah Ali Khamenei . Moqtada Sadr , versatile mais très influent politicien et ancien chef d'une très redoutée milice, l'a notamment rencontré , de même que l'ayatollah Khamenei , le chef

Pour les articles homonymes, voir Sadr . Moqtada al- Sadr (arabe : مقتدى الصدر Muqtadā aṣ- Ṣadr ) est un homme politique chiite irakien né le 12 août 1973 [réf. souhaitée]. Il est le fils de l'ayatollah chiite irakien Mohammad Sadeq al- Sadr exécuté en 1999, sous Saddam Hussein.

En rencontrant l’ayatollah Khamenei, mais également le chef de la justice iranienne Ebrahim Raïssi et d'autres officiels lors d'une cérémonie mardi, Moqtada Sadr a suscité la polémique dans son pays, alors que des millions de chiites effectuaient un pèlerinage à Kerbala, en Irak, pour le jour d’Achoura, l’une des plus importantes commémorations chiites.

Dans les médias locaux et sur les réseaux sociaux, certains estimaient que l'Iran avait « convoqué » le turbulent leader chiite. Il y a deux ans, celui-ci s'était rendu en Arabie saoudite, grand rival régional de Téhéran, et avait refusé de s'allier avec le camp le plus pro-Iran pour former un gouvernement après les législatives de mai 2018.

Un signe de changement de position de Téhéran ?

Des fourneaux au bar à strip-tease : l'étonnante nouvelle vocation d'un candidat de "Top Chef"

Des fourneaux au bar à strip-tease : l'étonnante nouvelle vocation d'un candidat de Selon les médias belges, l'ancien candidat de «Top Chef» Maximilien Dienst qui s'est exilé en Thaïlande pour «rencontrer Dieu» est devenu manager d'un club de strip-club. © Marie Etchegoyen/M6 Maximilien Dienst avait marqué la saison 8 de «Top Chef» et le jury par sa folie. Il y a quelques semaines, le cuisinier belge avait pris une décision radicale : tout abandonner, y compris le restaurant «Les pieds dans le plat» qu'il gérait avec son père, pour partir vivre en Thaïlande après avoir rencontré Dieu. «Je l’ai entendu me dire qu’il était temps pour moi de me calmer.

Grand vainqueur des élections législatives du 12 mai, le bouillonnant leader chiite , champion du retournement de veste, s’est attiré la sympathie des sunnites, des Kurdes et des laïques. Et la méfiance de Téhéran.

Les Irakiens ont défié les violences mercredi pour élire leurs députés à l'occasion des premières législatives depuis le retrait américain à la fin 2011.

Pour d'autres en revanche, cette visite et ces rencontres au sommet étaient le signe que Téhéran avait choisi d'appuyer Moqtada Sadr plutôt que le camp du Fatah. Cette alliance est formée par des anciens combattants anti-EI, majoritairement issus des rangs des milices chiites pro-Iran.

Car, il y a une semaine, Moqtada Sadr, devenu héraut des manifestations anticorruptions et dont les tweets sont suivis de près en Irak, a lancé sur ce réseau social une campagne contre la ligne la plus dure de cette alliance, les accusant de vouloir mettre à bas « l'État de droit » pour créer un « État voyou ».

Il s'est même dit prêt à retirer, comme il l'a déjà fait par le passé avec d'autres cabinets, sa confiance au gouvernement.

Une visite qui n'est « pas une surprise »

Au-delà, Moqtada Sadr entretient des liens étroits avec les Iraniens, ainsi que familiaux, explique Myriam Benraad, chercheuse associée à Institut de recherches et d'études sur les mondes arabes et musulmans (Iremam) à Aix-en-Provence : « Cette visite peut être perçue comme surprenante, dans la mesure où Moqtada Sadr a chronologiquement, depuis notamment la guerre de 2003, entretenu des rapports très tendus avec l’Iran et son régime, puisqu’il a des positions qui parfois ont été ouvertement anti-iraniennes, a expliqué la spécialiste de l’Irak. Mais cela étant, ce n’est pas la première fois qu’il se rend en Iran. »

Rohani n'a "pas prévu" de rencontre avec Trump en marge de l'AG de l'ONU.
Le président iranien Hassan Rohani n'a "pas prévu" de rencontre avec son homologue américain Donald Trump en marge de l'Assemblée générale des Nations unies, a déclaré lundi le porte-parole de la diplomatie iranienne. "Nous n'avons pas prévu cette rencontre, et je ne crois pas que ce genre de choses aura lieu à New York", où s'ouvre mardi la 74e session de l'Assemblée générale de l'ONU, a déclaré Abbas Moussavi sur une chaîne de télévision d'Etat iranienne.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 1
C'est intéressant!