•   
  •   

MondeL'étonnante rencontre chiite entre l’Irakien Moqtada Sadr et Ali Khamenei

15:05  12 septembre  2019
15:05  12 septembre  2019 Source:   rfi.fr

Cachemire indien : incidents et tensions à l'occasion d'une commémoration chiite

Cachemire indien : incidents et tensions à l'occasion d'une commémoration chiite Les autorités indiennes ont renforcé dimanche les mesures de sécurité dans la partie du Cachemire qu'elles administrent et dont l'autonomie a été supprimée il y a un mois, la situation étant tendue en cette période de commémorations religieuses pour les chiites, marquée par plusieurs incidents. La police a sillonné dès l'aube Srinagar, la plus grande ville de la région, invitant les habitants par hauts-parleurs à "ne pas s'aventurer en dehors de chez eux" et avertissant que "des mesures strictes seront appliquées contre les contrevenants".

L’influent leader chiite irakien Moqtada Sadr a rencontré mardi 10 septembre en Iran le Guide suprême de la République islamique Ali Khamenei , deux hommes qui se sont souvent opposés. Une entrevue rare dans un contexte de divisions entre leaders chiites en Irak

Après quatre mois de contestation, les manifestants irakiens se divisent entre ceux désirant donner une chance à Mohammed Allawi, le Premier ministre tout juste désigné et soutenu par le leader chiite irakien Moqtada al- Sadr , et ceux qui y sont opposés.

L'étonnante rencontre chiite entre l’Irakien Moqtada Sadr et Ali Khamenei © KHAMENEI.IR / AFP L'ayatollah Ali Khamenei rencontre l'Irakien Moqtada Sadr lors d'une cérémonie pour le jour chiite de l'Achoura, à Téhéran le 10 septembre 2019.

L’influent leader chiite irakien Moqtada Sadr a rencontré mardi 10 septembre en Iran le Guide suprême de la République islamique Ali Khamenei, deux hommes qui se sont souvent opposés. Une entrevue rare dans un contexte de divisions entre leaders chiites en Irak, où Téhéran joue un rôle.

La République islamique d’Iran reste, avec les États-Unis, l’un des deux pays les plus influents en Irak, notamment via Ghassem Soleimani, le général chargé des opérations extérieures des Gardiens de la révolution. Celui-ci se rend régulièrement en Irak et a notamment joué un rôle majeur dans la lutte contre le groupe État islamique (EI).

Donald Trump affirme que l'Iran "souhaite une rencontre"

Donald Trump affirme que l'Iran Le président américain Donald Trump a affirmé jeudi que l'Iran souhaitait une rencontre avec les Etats-Unis, alimentant encore les spéculations sur un possible tête-à-tête avec son homologue iranien Hassan Rohani en marge de l'assemblée générale de l'ONU. "Je peux vous dire que l'Iran veut une rencontre", a déclaré M. Trump depuis les jardins de la Maison Blanche, sans autres précisions. Interrogé en début de semaine sur un éventuel tête-à-tête à New York, fin septembre, en marge de l'Assemblée générale de l'ONU, le locataire de la Maison Blanche a estimé que "tout était possible".

Le leader chiite irakien Moqtada al- Sadr a rappelé ses partisans à l'ordre, mardi 4 février, au lendemain de la mort d'un protestataire anti-pouvoir dans des heurts entre les deux camps qui fracturent désormais la contestation en cours en Irak depuis début octobre.

Le leader chiite Moqtada Al- Sadr après avoir voté à Najaf, en Irak, le 12 mai 2018. Moqtada Al- Sadr est rattrapé par le meurtre du fils d’Al-Kho’i en 2008. Il fuit à Qom [ville religieuse en Iran] Mais c’est le mépris et la froideur qui dominent. [le Guide spirituel iranien] Ali Khamenei trouve très Longtemps le quotidien francophone de Beyrouth, né en 1970 d’une fusion entre L ’Orient et Le Jour

En rencontrant l’ayatollah Khamenei, mais également le chef de la justice iranienne Ebrahim Raïssi et d'autres officiels lors d'une cérémonie mardi, Moqtada Sadr a suscité la polémique dans son pays, alors que des millions de chiites effectuaient un pèlerinage à Kerbala, en Irak, pour le jour d’Achoura, l’une des plus importantes commémorations chiites.

Dans les médias locaux et sur les réseaux sociaux, certains estimaient que l'Iran avait « convoqué » le turbulent leader chiite. Il y a deux ans, celui-ci s'était rendu en Arabie saoudite, grand rival régional de Téhéran, et avait refusé de s'allier avec le camp le plus pro-Iran pour former un gouvernement après les législatives de mai 2018.

Un signe de changement de position de Téhéran ?

Dans le Nord, 1.000 migrants évacués d'un campement : "Chacun était content de sortir de ce bidonville"

Dans le Nord, 1.000 migrants évacués d'un campement : Environ 1.000 migrants ont été évacués d'un gymnase de Grande-Synthe, dans le Nord. Au micro d'Europe 1, le préfet du département, Michel Lalande, compare ce campement à une "banlieue du Kurdistan irakien". Mardi matin, environ 1.000 migrants ont été évacués d'un campement de Grande-Synthe, dans le Nord. Selon le constat d'huissier produit par la mairie en août devant le tribunal administratif de Lille, 170 personnes se trouvaient début août à l'intérieur d'un gymnase et 800 autres dans environ 550 tentes. Grande Synthe. Après évacuation du camp de migrants, le démantèlement a commencé. pic.twitter.

Le leader chiite irakien Moqtada Sadr a, pour sa part, donné vendredi l’ordre sur Twitter à ses Sur son compte Twitter en farsi, l’ayatollah Ali Khamenei appelle à venger la mort du général. Chronologie : Comprendre l’escalade de la violence entre l ’Iran et les Etats-Unis depuis 2018, en six

Un éminent religieux chiite irakien , Moqtada al- Sadr , a appelé à des manifestations dans les pays du Golfe pour protester contre l'exécution de Nimr Baqer al-Nimr. «Je demande que les chiites d'Arabie saoudite et des autres pays du Golfe fassent preuve de courage pour répondre, par le biais de

Pour d'autres en revanche, cette visite et ces rencontres au sommet étaient le signe que Téhéran avait choisi d'appuyer Moqtada Sadr plutôt que le camp du Fatah. Cette alliance est formée par des anciens combattants anti-EI, majoritairement issus des rangs des milices chiites pro-Iran.

Car, il y a une semaine, Moqtada Sadr, devenu héraut des manifestations anticorruptions et dont les tweets sont suivis de près en Irak, a lancé sur ce réseau social une campagne contre la ligne la plus dure de cette alliance, les accusant de vouloir mettre à bas « l'État de droit » pour créer un « État voyou ».

Il s'est même dit prêt à retirer, comme il l'a déjà fait par le passé avec d'autres cabinets, sa confiance au gouvernement.

Une visite qui n'est « pas une surprise »

Au-delà, Moqtada Sadr entretient des liens étroits avec les Iraniens, ainsi que familiaux, explique Myriam Benraad, chercheuse associée à Institut de recherches et d'études sur les mondes arabes et musulmans (Iremam) à Aix-en-Provence : « Cette visite peut être perçue comme surprenante, dans la mesure où Moqtada Sadr a chronologiquement, depuis notamment la guerre de 2003, entretenu des rapports très tendus avec l’Iran et son régime, puisqu’il a des positions qui parfois ont été ouvertement anti-iraniennes, a expliqué la spécialiste de l’Irak. Mais cela étant, ce n’est pas la première fois qu’il se rend en Iran. »

Lire plus

Les Z'amours : un trombone en guise de bague de fiançailles, l'étonnante anecdote d'une candidate (VIDEO) .
Se retrouver avec un trombone en guise de bague de fiançailles, voilà qui est particulier. Ce samedi 21 septembre, dans les Z'amours, une candidate a surpris Bruno Guillon avec le récit de l'étonnante demande en mariage de son compagnon. Quoi de plus romantique qu'une demande en mariage ? Apparemment, pas toujours. Depuis qu'il a repris les rênes des Z'amours sur France 2, Bruno Guillon a entendu nombre d'étonnantes histoires de couple. Comme cette candidate qui ne cachait pas ses fréquentes infidélités.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 1
C'est intéressant!