Monde: Une candidate druze en route vers le parlement israélien pour abroger la loi "État-nation juif" - PressFrom - France
  •   
  •   

MondeUne candidate druze en route vers le parlement israélien pour abroger la loi "État-nation juif"

15:10  12 septembre  2019
15:10  12 septembre  2019 Source:   france24.com

En Israël, une candidate druze brise le plafond de verre

En Israël, une candidate druze brise le plafond de verre Modèle d'intégration pour les uns, symbole d'émancipation pour les autres, Gadeer Kamal Mreeh est la première femme druze à siéger au Parlement israélien. Son cheval de bataille: l'amendement de la loi qui consacre Israël comme "Etat juif". Devant la rangée de femmes assises vêtues de robes noires et coiffées de voiles blancs, l'habit traditionnel de la minorité druze, Gadeer Kamal Mreeh contraste avec son tailleur noir. "On est fières de toi", lui lance une voix dans l'assemblée, composée de femmes venues l'écouter défendre son projet politique, dans son village de Daliat el-Carmel, niché dans les collines verdoyantes du nord d’Israël.

Mais le Parlement israélien a été rapidement dissous par le Premier ministre Benjamin Netanyahu et Mme Mreeh est repartie en campagne pour les Le pays se radicalise, soutient la candidate druze en tenant pour preuve la loi votée en 2018 définissant Israël comme " Etat - nation juif ", sous l'impulsion

Mais le Parlement israélien a été rapidement dissous par le Premier ministre Benjamin Netanyahu et Mme Mreeh est repartie en campagne pour les Le pays se radicalise, soutient la candidate druze en tenant pour preuve la loi votée en 2018 définissant Israël comme " Etat - nation juif ", sous l'impulsion

La candidate druze Gadeer Kamal Mreeh a de fortes de chances de siéger au Parlement israélien, après les élections législatives. Si elle est élue, elle compte faire abroger l'amendement de la loi qui consacre Israël comme "État juif". La candidate druze Gadeer Kamal Mreeh a de fortes chances de siéger au Parlement israélien. À 35 ans, elle avait été la première femme druze élue à la Knesset, en avril. Mais le Parlement israélien a été rapidement dissous par le Premier ministre, Benjamin Netanyahu, et la jeune femme est repartie en campagne pour les législatives du 17 septembre. Son cheval de bataille : l'amendement de la loi qui consacre Israël comme "État juif". À la 25e place sur la liste centriste "Bleu-Blanc" menée par Benny Gantz, le principal rival de Benjamin Netanyahu, elle a de grandes chances de réintégrer la Knesset. Pour un vrai mandat cette fois. Abroger la loi "État-nation juif" Pour la candidate druze, le pays se radicalise. Pour preuve la loi votée en 2018 définissant Israël comme "État-nation juif", sous l'impulsion de Benjamin Netanyahu. Son objectif : faire abroger cette loi. "C'est pour ça que je suis entrée en politique, pour rétablir l'égalité", glisse celle qui était devenue la première femme non-juive à présenter les informations en hébreu sur une chaîne de télévision nationale. La loi de l'État-nation confère aux Juifs le droit "unique" à l'autodétermination en Israël et proclame que l'hébreu est la seule langue officielle du pays. Ce texte est jugé discriminatoire par ses opposants et est dénoncé par des minorités du pays, comme les Arabes israéliens et les Druzes. Quelque 140 000 Druzes (environ 1,5 % de la population) vivent principalement dans le nord d'Israël. Ils sont citoyens à part entière de l'État hébreu, à l'exception d'une partie d'entre eux qui résident sur le plateau syrien du Golan, occupé en 1967 par Israël puis annexé. Une annexion contraire au droit international mais reconnue par les États-Unis de Donald Trump. Diversité israélienne Les Druzes, qui professent une foi issue d'une branche de l'islam chiite, servent dans l'armée, contrairement aux Arabes israéliens qui sont les descendants des Palestiniens restés sur leurs terres à la création de l'État d'Israël en 1948. Gadeer Kamal Mreeh Mreeh plaide pour le respect et la mise en valeur de la diversité israélienne. "Je suis une femme et je suis issue d'une minorité", assène cette mère de deux enfants. "J'y suis arrivée, cela n'a pas été facile, croyez-moi quand je vous dis que vous pouvez y arriver", lance-t-elle lors d'une réunion dans son village de Daliat el-Carmel, niché dans les collines verdoyantes du nord d'Israël. "La voix de la nouvelle génération" Nisreen Abu Asale, 25 ans et étudiante en droit, est conquise. "Elle me représente complètement, c'est la voix de la nouvelle génération" dit-elle, le regard étincelant. "Elle m'inspire", renchérit Yara Zahereldin, 21 ans, étudiante en sciences politiques, se disant particulièrement sensible au discours sur l'égalité des chances. Et l'aura de la candidate semble aller bien au-delà de la gente féminine, puisqu'elle a été adoubée par le chef spirituel de la communauté druze, cheikh Mouafak Tarif. Mais cette acceptation ne garantit toutefois pas un siège à Gadeer Mreeh, qui joue la carte de l'opposition à la loi de l'État-nation pour continuer de rogner des voix au Likoud de Benjamin Netanyahu. Ces dernières décennies, les Druzes optaient pour le Likoud, mais ils ont majoritairement voté pour Benny Gantz aux élections d'avril, explique à l'AFP Yusri Khaizran, spécialiste de l'histoire du Moyen-Orient à l'université hébraïque de Jérusalem, se basant sur les données qu'il a collectées. Ce scénario risque selon lui très vraisemblablement de se reproduire le 17 septembre. "C'est principalement dû au sentiment de frustration des Druzes, qui se sont sentis trahis par la loi de l'État-nation". Mais "la présence de Gadeer Kamal Mreeh sur la liste centriste est incontestablement un plus". Avec AFP

"Plus de votes, plus d'influence": le pari des Arabes israéliens

"Un million de voix arabes. Les Arabes israéliens, qui représentent 18% des neuf millions d'habitants du pays, sont aujourd'hui la troisième force politique d'Israël avec douze sièges à la Knesset, si l'on en croit les derniers résultats. Les Arabes sont allés voter "en masse", a tweeté mardi soir Ahmad Tibi, l'une des figures de la Liste unie. Une référence à l'appel de M. Netanyahu le jour des élections en 2015, enjoignant ses électeurs à venir contrebalancer les votes des Arabes "venus en masse". Comment expliquer un tel revirement depuis avril? "Des partis fascistes comme Otzma Yehudit sont en train de monter.

Avec notre correspondant à Jérusalem, Michel Paul. Ce sont 180 intellectuels israéliens avec à leur tête les écrivains David Grossman et Amoz Oz qui lancent un appel au Premier ministre israélien pour qu'il annule purement et simplement la loi controversée sur l' Etat - nation qui confirme le caractère juif

Ils hissent des drapeaux israéliens , mais aussi druzes , haut dans le ciel tout en demandant l’égalité. Dans la ligne de mire des dizaines de milliers de manifestants rassemblés sur la place Yitzhak Rabin au cœur de Tel-Aviv : la loi dite de l’ Etat - nation qui inscrit dans le marbre le caractère juif de l’Etat

Une candidate druze en route vers le parlement israélien pour abroger la loi "État-nation juif" © Ahmad Gharabli, AFP Gadeer Kamal Mreeh lors de sa campagne électorale, à Shefa Amr, dans le nord d'Israël, le 26 août 2019. La candidate druze Gadeer Kamal Mreeh a de fortes de chances de siéger au Parlement israélien, après les élections législatives. Si elle est élue, elle compte faire abroger l'amendement de la loi qui consacre Israël comme "État juif".

La candidate druze Gadeer Kamal Mreeh a de fortes chances de siéger au Parlement israélien. À 35 ans, elle avait été la première femme druze élue à la Knesset, en avril. Mais le Parlement israélien a été rapidement dissous par le Premier ministre, Benjamin Netanyahu, et la jeune femme est repartie en campagne pour les législatives du 17 septembre. Son cheval de bataille : l'amendement de la loi qui consacre Israël comme "État juif".

Trump évoque des échanges avec Netanyahu sur un possible "traité de défense mutuelle"

Trump évoque des échanges avec Netanyahu sur un possible Donald Trump a apporté samedi son soutien à la campagne de réélection du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, en dévoilant leurs discussions sur un possible traité de défense commune, qu'il espère pouvoir continuer après le scrutin. Benjamin Netanyahu mise sur sa proximité avec Donald Trump, mais aussi avec le président russe Vladimir Poutine à qui il a rendu visite cette semaine, pour emporter le scrutin de mardi qui s'annonce serré. Chef du gouvernement israélien entre 1996 et 1999, puis à nouveau depuis 2009, il a remporté les législatives d'avril, mais, incapable de former une coalition, il a choisi de convoquer de nouvelles élections.

Les implications de la très controversée loi de «l' Etat - nation juif » sont encore floues pour les minorités en Israël. Mais après les protestations de la communauté druze , deux ministres ont appelé à revenir Les responsables de la minorité druze (environ 10 % des Arabes israéliens ) sont montés au créneau.

Les députés israéliens ont approuvé le jeudi 19 juillet un projet de loi controversé sur l' Etat - nation qui vise à garantir le caractère juif de l'Etat

À la 25e place sur la liste centriste "Bleu-Blanc" menée par Benny Gantz, le principal rival de Benjamin Netanyahu, elle a de grandes chances de réintégrer la Knesset. Pour un vrai mandat cette fois.

Abroger la loi "État-nation juif"

Pour la candidate druze, le pays se radicalise. Pour preuve la loi votée en 2018 définissant Israël comme "État-nation juif", sous l'impulsion de Benjamin Netanyahu. Son objectif : faire abroger cette loi. "C'est pour ça que je suis entrée en politique, pour rétablir l'égalité", glisse celle qui était devenue la première femme non-juive à présenter les informations en hébreu sur une chaîne de télévision nationale.

La loi de l'État-nation confère aux Juifs le droit "unique" à l'autodétermination en Israël et proclame que l'hébreu est la seule langue officielle du pays. Ce texte est jugé discriminatoire par ses opposants et est dénoncé par des minorités du pays, comme les Arabes israéliens et les Druzes.

BCE: Lagarde obtient un premier soutien au Parlement européen

BCE: Lagarde obtient un premier soutien au Parlement européen BCE: Lagarde obtient un premier soutien au Parlement européen © Reuters/Francois Lenoir BCE: LAGARDE OBTIENT UN PREMIER SOUTIEN AU PARLEMENT EUROPÉEN BRUXELLES (Reuters) - La commission des Affaires économiques du Parlement européen a annoncé mercredi avoir voté en faveur de la désignation de Christine Lagarde à la présidence de la Banque centrale européenne (BCE). Le résultat de ce vote devra être confirmé par l'ensemble du l'assemblée lors d'un vote prévu dans deux semaines. Ces votes sont consultatifs.

Avec la loi définissant Israël comme l'" Etat - nation juif ", dénoncée par les minorités et l'opposition, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu accentue volontairement les clivages pour donner le ton aux prochaines élections, estiment des experts dimanche.

Votée par le Parlement israélien le 19 juillet, cette loi confère aux juifs le droit "unique" à l'autodétermination en Israël et proclame que l'hébreu Dans la foule, des manifestants brandissaient aussi des pancartes contre la loi sur "l' Etat - nation du peuple juif ". "Nous faisons grève aujourd'hui

Quelque 140 000 Druzes (environ 1,5 % de la population) vivent principalement dans le nord d'Israël. Ils sont citoyens à part entière de l'État hébreu, à l'exception d'une partie d'entre eux qui résident sur le plateau syrien du Golan, occupé en 1967 par Israël puis annexé. Une annexion contraire au droit international mais reconnue par les États-Unis de Donald Trump.

Diversité israélienne

Les Druzes, qui professent une foi issue d'une branche de l'islam chiite, servent dans l'armée, contrairement aux Arabes israéliens qui sont les descendants des Palestiniens restés sur leurs terres à la création de l'État d'Israël en 1948.

Gadeer Kamal Mreeh Mreeh plaide pour le respect et la mise en valeur de la diversité israélienne. "Je suis une femme et je suis issue d'une minorité", assène cette mère de deux enfants. "J'y suis arrivée, cela n'a pas été facile, croyez-moi quand je vous dis que vous pouvez y arriver", lance-t-elle lors d'une réunion dans son village de Daliat el-Carmel, niché dans les collines verdoyantes du nord d'Israël.

"La voix de la nouvelle génération"

L'abstention, ennemi coriace des partis arabes en Israël

L'abstention, ennemi coriace des partis arabes en Israël Pour faire entendre leur voix, les partis arabes ont joint leurs forces en vue des élections israéliennes du 17 septembre, mais affrontent un ennemi coriace: l'abstention massive, et les tentatives pour l'alimenter, chez une population qui se sent marginalisée. Dernier épisode du feuilleton, la polémique sur les caméras dans les bureaux de vote, le Likoud du Premier ministre Benjamin Netanyahu voulant permettre aux partis de filmer à côté des urnes pour prévenir des "fraudes" --une démarche perçue par certaines comme une tentative d'intimidation des électeurs Arabes israéliens.

Trois Israéliens ont été blessés dans une attaque en Cisjordanie non loin d'une colonie juive Un Palestinien qui lançait des grenades vers Israël depuis Gaza a été blessé (responsables). Les intellectuels et artistes appellent à « saluer l'indépendance escomptée d'un Etat palestinien aux côtés

Votée par le Parlement israélien le 19 juillet, cette loi confère aux juifs le droit "unique" à l'autodétermination en Israël et proclame que l'hébreu Dans la foule, des manifestants brandissaient aussi des pancartes contre la loi sur "l' Etat - nation du peuple juif ". "Nous faisons grève aujourd'hui

Nisreen Abu Asale, 25 ans et étudiante en droit, est conquise. "Elle me représente complètement, c'est la voix de la nouvelle génération" dit-elle, le regard étincelant. "Elle m'inspire", renchérit Yara Zahereldin, 21 ans, étudiante en sciences politiques, se disant particulièrement sensible au discours sur l'égalité des chances. Et l'aura de la candidate semble aller bien au-delà de la gente féminine, puisqu'elle a été adoubée par le chef spirituel de la communauté druze, cheikh Mouafak Tarif.

Mais cette acceptation ne garantit toutefois pas un siège à Gadeer Mreeh, qui joue la carte de l'opposition à la loi de l'État-nation pour continuer de rogner des voix au Likoud de Benjamin Netanyahu.

Ces dernières décennies, les Druzes optaient pour le Likoud, mais ils ont majoritairement voté pour Benny Gantz aux élections d'avril, explique à l'AFP Yusri Khaizran, spécialiste de l'histoire du Moyen-Orient à l'université hébraïque de Jérusalem, se basant sur les données qu'il a collectées.

Ce scénario risque selon lui très vraisemblablement de se reproduire le 17 septembre. "C'est principalement dû au sentiment de frustration des Druzes, qui se sont sentis trahis par la loi de l'État-nation". Mais "la présence de Gadeer Kamal Mreeh sur la liste centriste est incontestablement un plus".

Avec AFP

Israël: Netanyahu et Gantz au coude-à-coude (sondages à la sortie des urnes).
Les partis du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et de son rival Benny Gantz étaient au coude-à-coude mardi soir à l'issue des législatives israéliennes, selon les premiers sondages à la sortie des urnes diffusés par les médias locaux. Le Likoud de M. Netanyahu (droite) récoltait entre 31 et 33 sièges sur les 120 du Parlement et le parti "Bleu-blanc" de M. Gantz (centre) entre 32 et 34, selon ces sondages qui ne voyaient aucun bloc majoritaire émerger au terme de ces élections.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 3
C'est intéressant!