Monde: Système D et patience, les clés de la survie au Zimbabwe en crise - PressFrom - France
  •   
  •   

MondeSystème D et patience, les clés de la survie au Zimbabwe en crise

13:10  16 septembre  2019
13:10  16 septembre  2019 Source:   msn.com

Mort de Robert Mugabe: pour le Zimbabwe, un héritage économique catastrophique

Mort de Robert Mugabe: pour le Zimbabwe, un héritage économique catastrophique L’ancien président du Zimbabwe, Robert Mugabe, est mort ce vendredi à l’âge de 95 ans à Singapour où il était hospitalisé. Déchu en novembre 2017, il a dirigé le pays pendant 37 années. Un règne qui s'est soldé par un bilan économique catastrophique. Robert Mugabe a quitté le pouvoir il y a un peu moins de deux ans, laissant une économie zimbabwéenne en plein marasme. Pourtant, la première partie du régime Mugabe avait enregistré une croissance économique respectable. La dégringolade a commencé au début des années 90, une dizaine d’années après l’accession du Zimbabwe à l’indépendance et depuis, le pays peine à se relever.

Mais l’Union nationale africaine du Zimbabwe -Front patriotique (ZANU-PF, pour Zimbabwe African National Union-Patriotic Front), le parti au pouvoir, est Il a joué un rôle- clé dans les violences qui ont ensanglanté la présidentielle de 2008, remportée par Robert Mugabe après le retrait de l ’opposant

La marge de manœuvre du gouvernement est d’autant plus limitée que la population semble lui dire que sa patience est à bout. Après la chute de Mugabe en 2017, les gens ont cru au changement, à la sortie de la crise économique. Ce que le nouveau président Emmerson Mnangagwa promettait.

Système D et patience, les clés de la survie au Zimbabwe en crise © AARON UFUMELI Des Zimbabwéens font la queue dans une station service d'Harare, où les prix des carburants se sont envolés depuis le début de l'année

Dans le Zimbabwe en crise, les prix explosent, la monnaie locale plonge et le temps s'arrête. Un plein de carburant qui ne prenait que cinq minutes requiert aujourd'hui une journée de patience et une bonne dose d'ingéniosité. Sans la moindre garantie de succès.

Le soleil se couche sur Harare et Tinashe Magacha s'apprête à passer la nuit dans sa voiture avec des centaines d'autres automobilistes à la queue leu-leu devant la station-service.

Lui vient faire le plein de... son minibus. "Pendant que je patiente, mon minibus transporte des passagers", explique le jeune homme. "Si j'arrive à acheter de l'essence, je la siphonnerai et je remplirai mon minibus avec un tuyau d'arrosage".

Zimbabwe: le corps de Mugabe rapatrié en milieu de semaine prochaine

Zimbabwe: le corps de Mugabe rapatrié en milieu de semaine prochaine La dépouille de l'ancien président du Zimbabwe Robert Mugabe, décédé vendredi à Singapour à l'âge de 95 ans, devrait être ramenée dans son pays au milieu de la semaine prochaine, a indiqué dimanche à l'AFP un membre de sa famille. "Je ne peux pas vous donner de date sûre, tout ce que je sais c'est que des gens partent demain lundi (à Singapour) pour ramener le corps", a déclaré un des neveux du défunt, Leo Mugabe. "Donc, si présume qu'ils arrivent là-bas mardi et que le corps est déjà prêt à être transporté, on peut logiquement penser qu'ils seront de retour ici mercredi", a poursuivi M. Mugabe.

Or, ce serait synonyme du maintien du président Mugabe ou à défaut, de sa démission au profit d'un vice-président qui à l'heure actuelle ne pourrait pas être son rival et ancien compagnon d'armes. Emerson Mnangagwa a été démis de ses fonctions, et c'est d'ailleurs le point de départ de cette crise .

En face de chez lui, de l ’autre côté de la route, dans un centre de traitement du choléra que soutient l’UNICEF, une femme en pleurs récupère le corps de Ces enfants sont frappés de plein fouet par la crise nationale du choléra, qui quelquefois les fait périr. Il faut leur apporter immédiatement l’aide qui

Beaucoup d'efforts pour une facture salée. Les prix des carburants ont plus que doublé en janvier, déclenchant des manifestations réprimées dans le sang par le régime du président Emmerson Mnangagwa.

Depuis des mois, les files de voitures qui s'étirent sur des kilomètres devant les pompes ont réapparu dans la capitale, dernière manifestation en date de la ruine économique laissée en héritage à sa population par feu Robert Mugabe.

Système D et patience, les clés de la survie au Zimbabwe en crise © Jekesai NJIKIZANA Un jeune Zimbabwéen fait ses devoirs à la lumière d'une bougie, le 26 juin 2019 à Harare

Le Zimbabwe a été précipité dans la crise au début des années 2000 par la réforme agraire controversée ordonnée par l'ex-président, décédé le 6 septembre à 95 ans.

Le pays ne s'en est jamais remis et manque aujourd'hui de tout. Du carburant à la lessive, en passant par les plaques d'immatriculation et les passeports.

Le corps de Mugabe quitte Singapour pour le Zimbabwe

Le corps de Mugabe quitte Singapour pour le Zimbabwe Le corps de Robert Mugabe a quitté mercredi Singapour, où l'ex-président du Zimbabwe est décédé le 6 septembre à l'âge de 95 ans, à destination de son pays où il doit être inhumé après un hommage national, a annoncé son neveu Adam Molai. Robert Mugabe avait été hospitalisé début septembre à Singapour où, selon sa famille, il est mort de vieillesse. Sitôt rapatriée au Zimbabwe, la dépouille sera transportée dans son village de Zvimba, à l'ouest de Harare, pour une veillée funèbre, selon un autre de ses neveux, Leo Mugabe.

Survie de l ’enfant. Une promesse renouvelée. Développement de la petite enfance. Au Zimbabwe , le VIH/SIDA a chargé d’un nouveau fardeau une génération de femmes âgées qui ont perdu Mais si on y réfléchit, il s’agit seulement d’un aspect de la crise des orphelins qui sévit au Zimbabwe et dans

Le Tourisme au Zimbabwe enregistre des résultats mitigés car les touristes occidentaux évitent le pays, inquiets à cause des sentiments anti-blancs. Le gouvernement compte cependant attirer des touristes chinois mais ceux-ci devraient difficilement combler le vide laissé par des touristes

- "Acheter notre argent" -

Au casse-tête des pénuries s'ajoute celui du "cash". Ruiné par l'hyperinflation et la dégringolade de son dollar zimbabwéen, le pays et ses banques en manquent désespérément.

Contraint de payer ses tickets de bus en monnaie sonnante et trébuchante pour aller travailler, Crispen Mudzengerere doit passer des heures à sa banque pour pouvoir retirer, s'il a de la chance, au mieux 100 dollars zimbabwéens (8 euros) en liquide.

Système D et patience, les clés de la survie au Zimbabwe en crise © DESMOND KWANDE Un billet de 50 milliards de dollars zimbabwéens émis en 2009 par la banque centrale du Zimbabwe confrontée à une inflation galopante

Il pourrait s'en procurer dans la rue, mais le service est "taxé" au moins 30%. "Pour avoir 20 dollars, je dois dépenser 26 dollars", enrage le père de famille. "On en arrive à acheter notre propre argent", explique-t-il résumant l'absurdité du système.

Pour limiter ses frais de transport, il a dû faire preuve d'inventivité. Il fait désormais des doubles vacations à son restaurant, ce qui lui permet d'avoir quatre jours de repos d'affilée.

Afrique du Sud: Mozambique et Zimbabwe rapatrient les ressortissants volontaires

Afrique du Sud: Mozambique et Zimbabwe rapatrient les ressortissants volontaires Après le Nigeria, de nouveaux pays ont décidé de rapatrier certains de leurs ressortissants en Afrique du Sud. Des bus ont été mis en place pour permettre à plus de 200 personnes originaires du Zimbabwe et du Mozambique de rentrer volontairement dans leur pays, avec la coopération de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). Après les violences de la semaine dernière, qui ont fait 12 morts, en majorité des nationaux, ces ressortissants étrangers ont perdu leur toit ou fui leur quartier. Réfugiés dans des halls aménagés par la ville, ils ont préférer rentrer plutôt que de devoir tout reconstruire.

Il y a une quinzaine d’années, le Zimbabwe a été frappé par une violente crise économique causée par la politique erratique du président Mugabe, au pouvoir depuis 1980. Aujourd’hui, bien que la situation soit stabilisée, les Zimbabwéens redoutent le retour de l 'hyperinflation.

Survie de l ’enfant. Une promesse renouvelée. Développement de la petite enfance. Alors que la crise syrienne entame sa troisième année, le monde ne doit pas oublier les réalités humaines en A deux heures à l’est de la capitale du Zimbabwe , Miriam et ses frères et soeurs vivent au coeur de

Dans ce quotidien hostile, la débrouille et la patience sont devenues des armes indispensables.

Mais le système D ne peut pas tout. Et notamment empêcher la dévalorisation des salaires, victimes de la hausse vertigineuse des prix (+175% en juin) et de la dépréciation du dollar local.

En l'espace d'un an, leur valeur a été divisée par quinze.

Dans ces conditions, Wakanai Murambidzi, une agente d'entretien, n'a pas pu payer les frais de scolarité de ses enfants. Ils ont été renvoyés de leur école au début du mois. "Je ne sais plus comment m'en sortir", se lamente la trentenaire.

"On regrette d'avoir viré Mugabe", ajoute-t-elle évoquant le coup de force de l'armée qui a mis fin, en 2017, au règne de l'ancien président. "A l'époque le pain était à 1 dollar, maintenant il est à 10 dollars".

- Contrebande -

Dans ce champ de ruines économiques, un marché d'un type nouveau a vu le jour à Harare, dans le quartier pauvre de Mbare.

Ici, pas de légumes, ni fruits ou de viande, mais des denrées non périssables comme du riz, du sucre et des barres de savon importés illégalement de l'Afrique du Sud voisine. Les prix, non taxés et vendus sans intermédiaire, sont ici imbattables.

Zimbabwe: Mugabe inhumé dans une "trentaine de jours" dans le Carré des héros

Zimbabwe: Mugabe inhumé dans une Zimbabwe: Mugabe inhumé dans une "trentaine de jours" dans le Carré des héros © Reuters/SIPHIWE SIBEKO ZIMBABWE: MUGABE INHUMÉ DANS UNE "TRENTAINE DE JOURS" DANS LE CARRÉ DES HÉROS HARARE (Reuters) - L'ancien président zimbabwéen Robert Mugabe sera inhumé "dans une trentaine de à Harare, a rectifié vendredi un porte-parole de sa famille. Leo Mugabe avait annoncé plus tôt dans la journée que Mugabe serait inhumé dès dimanche.

La constitution du Zimbabwe , issue des Accords de Lancaster House, institua un système majoritaire. Elle a été amendée à plusieurs reprises, entre autres 8 chefs coutumiers élus par un collège de chefs coutumiers dans chacune des 8 provinces non métropolitaines (excluant les villes de Harare et

L'hyperinflation au Zimbabwe commence en 2000. Depuis, cette inflation est la face la plus visible de la déliquescence de l 'économie du pays, où la majorité des échanges commerciaux se font en dollars américains.

"On fait de la contrebande", reconnaît une vendeuse, Blessing Chiona, dont toute la marchandise tient sur une palette posée dans la boue.

A côté d'elle, des dizaines de vendeurs attendent les clients sous le soleil. Ce jour-là, deux litres d'huile s'écoulent pour 24 dollars en liquide, contre 34 dans les supermarchés.

Sous son parapluie, Blessing Chiona envoie par messagerie ses listes de courses à des chauffeurs-livreurs, les "malayitsha", qui font des allers-retours entre le Zimbabwe et l'Afrique du Sud avec des minibus remplis de voyageurs et de marchandises.

Comme si ces galères ne suffisaient pas, les Zimbabwéens doivent aussi composer avec de très longues coupures d'électricité, jusqu'à dix-huit heures par jour.

Lui aussi vendeur à Mbare, Misheck Masarirevhu a trouvé la parade. Avec un micro panneau solaire, il charge en journée une batterie de voiture sur laquelle il branche son téléphone chez lui le soir.

Jocelyn Chaibva, pharmacienne de 59 ans, se lève elle en pleine nuit, quand le courant est de retour, pour laver son linge.

"Pour s'en sortir ici, il faut un doctorat" de survie, résume un de ses collègues, Luckmore Bunu. "Un étranger ici, il ne tient pas un mois. Mais nous, on est habitués."

Lire plus

Zimbabwe: polémique sur l'attribution d'un titre à la première dame par Harvard .
Aux États-Unis, une quinzaine de diplomates et universitaires s’insurgent contre un titre décerné par l’université d’Harvard à la première dame du Zimbabwe. Il y a quelques jours, la prestigieuse université américaine a nommé Auxilia Mnangagwa - l’épouse de l’actuel président Emmerson Mnangagwa - ambassadrice honoraire pour le développement de la santé sur le continent. Une nomination inquiétante selon ces personnalités américaines, qui ont publiquement appelé l’université à retirer le titre décerné.Plus de quinze diplomates – dont les quatre derniers ambassadeurs américains au Zimbabwe- ont signé cette lettre ouverte à l’université d’Harvard.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 0
C'est intéressant!