•   
  •   

Monde RDC: les ONG alertent sur les agissements des militaires sur un site minier

07:05  26 septembre  2019
07:05  26 septembre  2019 Source:   rfi.fr

Avalanche mortelle de Valfréjus : quatre militaires jugés en octobre

  Avalanche mortelle de Valfréjus : quatre militaires jugés en octobre En 2016, six légionnaires ont péri dans une avalanche à Valfréjus (Savoie) : quatre militaires seront jugés en octobre pour homicides involontaires et blessures involontaires, au tribunal correctionnel de Lyon. Le 18 janvier 2016, 51 militaires du 2e régiment étranger de génie (REG) de Saint-Christol (Vaucluse), qui appartient à la 27e Brigade d’infanterie de montagne (BIM), participaient à une sortie en ski de randonnée dans le cadre d’un stage destiné à leur apprendre les bases du déplacement en montagne et en terrain enneigé.

Des militaires congolais s'ens eraient pris à une soixantaine de femmes et d'enfants sur le site de rejets miniers à Kolwezi. (image d'illustration) © FEDERICO SCOPPA / AFP Des militaires congolais s'ens eraient pris à une soixantaine de femmes et d'enfants sur le site de rejets miniers à Kolwezi. (image d'illustration)

Les ONG dans la ville minière de Kolwezi dénoncent des cas de violation des droits de l’homme attribués aux militaires de l’armée congolaise affectés à la protection des entreprises minières.

Le dernier cas de violence en date est le meurtre ce mardi d’un jeune homme sur le site minier de l’entreprise Kamoto Copper Company, KCC. Pour la société civile, la coupe est pleine.

La goutte qui a fait déborder le vase est la répression militaire ce mardi d’une soixantaine des femmes et enfants sur le site des rejets miniers de l’entreprise Kamoto Copper Company. Ces femmes et enfants ramassaient les résidus du cuivre pour les revendre. Les militaires les auraient « copieusement tabassés », selon la société civile. L’un d’eux a succombé des suites de ses blessures, comme l’explique le membre de sa famille.

Attaques en Arabie saoudite: Trump renforce les sanctions contre l'Iran et envoie des renforts dans la région

  Attaques en Arabie saoudite: Trump renforce les sanctions contre l'Iran et envoie des renforts dans la région Washington accuse Téhéran d'être responsable et va muscler son soutien à Riyad © E.VUCCI/SIPA Donald Trump à la Maison Blanche le 20 septembre 2019. GEOPOLITIQUE - Washington accuse Téhéran d'être responsable et Les Etats-Unis ont annoncé vendredi l’envoi de renforts militaires dans la région du Golfe après les attaques en Arabie saoudite attribuées à l’Iran et renforcé les sanctions contre la Banque centrale iranienne, présentées par Donald Trump comme « les plus sévères jamais imposées à un pays ».

« Notre fils était élève de 6e secondaire. Comme tous les jours, hier, il a versé de l’argent auprès des militaires pour avoir accès à la carrière minière. C’était la seule façon pour lui d’avoir les moyens de payer ses études. Par la suite les mêmes militaires se sont retournés contre lui, lui ont ravi tout l’argent qu’il avait sur lui, l’ont tabassé jusqu’à la mort. Il n’avait que 19 ans. »

Les ONG de défense des droits de l’homme à Kolwezi élèvent la voix. « Nous avons enregistré plusieurs cas de violation des droits de l’homme qui sont en rapport avec des atteintes à la vie, des tortures exagérées, pointe Gautier Kayombo, de l’ONG SOS droits de l’homme. A Fungurume, ils se sont mis à brûler des cases et un enfant de trois ans a été brulé au 3e degré. Il y a eu des morts d’homme dont on n’a pas voulu parler. »

Au gouvernement provincial, on indique que ces militaires relèvent de la présidence de la République, elle qui a ordonné leur déploiement. En février dernier, la présidence avait retiré les militaires de ces sites mais plusieurs cas de violences et l’arrivée de milliers des creuseurs artisanaux sur les concessions des grandes sociétés minières l’avait amené à revoir sa décision.

Somalie: deux attaques contre une base américaine et un convoi de l'UE .
Deux attaques au véhicule piégé ont été menées lundi contre une base abritant des soldats américains, à environ 100 km au nord-ouest de Mogadiscio, et contre un convoi militaire de l'Union européenne, dans la capitale somalienne, a-t-on appris auprès de témoins et de source sécuritaire. A Mogadiscio, un véhicule piégé a heurté un convoi transportant des conseillers militaires italiens de la Mission de formation de l'Union européenne en SomalieDeux fortes explosions ont été entendues sur la base de Baledogle, qui abrite des conseillers américains formant les commandos de l'armée nationale somalienne et une piste de décollage pour des drones militaires, suivies par des échanges de coups de feu, a indiqué un témoin.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 1
C'est intéressant!