•   
  •   

Monde Il a prédit toutes les élections depuis 1984 : un analyste mise sur Trump

16:55  01 novembre  2016
16:55  01 novembre  2016 Source:   nouvelobs.com

Ce qu'on disait de Trump à l'époque de sa candidature

  Ce qu'on disait de Trump à l'époque de sa candidature Il y a un an, quatre mois et dix jours, un magnat de l’immobilier, milliardaire et star controversée de la télé-réalité devenait candidat à la primaire républicaine aux Etats-Unis. Aujourd'hui candidat officiel et décrié du parti, Donald Trump était à l'époque loin d'être pris au sérieux.

Depuis 1984 , l 'historien de l 'American University à Washington Allan Lichtman prédit avec succès quel candidat sera élu à la Maison-Blanche. Cette fois, il prédit la défaite du président Donald Trump . Comment est- il arrivé à cette conclusion? C’est pourquoi grâce aux 13 clés de la Maison-Blanche, j’ ai prédit avec succès les résultats de toutes les élections présidentielles américaines depuis que j' ai prédit la réélection de Ronald Reagan en avril 1982, soit deux ans et demi avant même le scrutin. Mon modèle tient compte du fait que les Américains votent en fonction de la performance du parti au

Depuis 1984 , l ’historien Allan Lichtman a prédit correctement le gagnant de chaque élection présidentielle en commençant par la victoire de Ronald Reagan dont il avait annoncé la victoire dès 1982. Pour cela, il se base sur son modèle en «13 clés», qui prend en compte plusieurs facteurs, dont l ’économie, le climat social, le mandat, les scandales ou encore le charisme de candidat. Si le spécialiste admet qu’ il y a une partie de chance dans ses prédictions, il avait néanmoins vu juste en 2016 en annonçant la victoire de Donald Trump .

Allan Lichtman en avril 2012. Il prédisait alors la réélection de Barack Obama. © Copyright 2016, L'Obs Allan Lichtman en avril 2012. Il prédisait alors la réélection de Barack Obama.

Pour l'instant, il ne s'est jamais trompé : mais Allan Lichtman reconnaît que cette élection, qui ne ressemble à aucune autre, pourrait rebattre les cartes de son système prévisionnel soigneusement rodé.

Tous les quatre ans, les médias américains viennent le consulter tel un oracle. Allan Lichtman n'est ni sondeur, ni spin-doctor, ni médium ; et pourtant, depuis 1984, ce professeur d'histoire à l’American University (Washington DC) a su prédire infailliblement l’issue de toutes les élections présidentielles (soit un 8/8).

Ces immeubles qui ne veulent plus s’appeler Trump

  Ces immeubles qui ne veulent plus s’appeler Trump EN IMAGES - La fronde s’organise dans l’un des nombreux bâtiments portant le nom du candidat républicain à l’élection présidentielle aux États-Unis. Des résidents d’un ensemble d’immeubles souhaitent débaptiser les lieux. © Brendan McDermid / Reuters/REUTERS The Trump Place, l’endroit d’où est partie la fronde anti-Trump. Ce sont de grands immeubles au luxe tranquille, avec sols marbrés et fauteuils profonds dans le hall d’entrée, réceptionnistes attentionnés et vues magnifiques sur la rivière Hudson.

Il a prédit toutes les élections depuis 1984 : un analyste mise sur Trump : Invoque OMAR92. Je pense qu'on ne pourra plus jamais avoir quelqu'un d'aussi grand! Il va nous quitter incésement sous peu je pense et je le pleurais longtemps ! Ah et Kim a mit ses couilles sur la table, trois missiles de lancé.

M. Trump aime se vanter de tous les républicains de la Chambre des représentants qui ont remporté des élections spéciales au cours de son mandat, mais cette fois-ci, alors que les électeurs se rendaient aux urnes dans tout le pays, ses pertes politiques ont eu un nombre considérable de victimes. Bill Clinton et Barack Obama ont tous deux perdu le contrôle de la Chambre au cours de leur premier mandat et ont été réélus. L 'histoire, servant de guide, a prédit que ce serait probablement une mauvaise nuit pour le président. L 'histoire indique également que, même si la route est cahoteuse

Rien de surnaturel là-dedans : en étudiant les données de toutes les élections présidentielles américaines de 1860 à 1980, le chercheur a mis au point un système méthodique, en définissant 13 facteurs-clés que le parti au pouvoir doit cocher pour garder la Maison Blanche.

Si 6 de ces critères ne sont pas remplis, c'est le parti d'opposition (en l'occurrence le Parti républicain de Donald Trump) qui remporte la mise. Or c'est précisément ce que l'universitaire prédit depuis le mois de septembre...

Présidentielle US : l'écart se resserre entre Trump et Clinton

Les treize "clés"

"Une réponse favorable à chacune de ces questions favorise toujours la réélection du parti en place" explique-t-il au "Washington Post", à une dizaine de jours du scrutin.

La comparaison entre Trump et Reagan est-elle vraiment sérieuse?

  La comparaison entre Trump et Reagan est-elle vraiment sérieuse? Donald Trump et Ronald Reagan ont plus qu'un slogan en commun. Au sein de la famille républicaine, leurs idées restent cependant à l'opposé."Rendre sa grandeur à l'Amérique!" Donald Trump n'a pas cherché bien loin son slogan de l'élection à la présidence des Etats-Unis. C'est quasiment celui qui avait accompagné le triomphe de Ronald Reagan en 1980: "Rendons sa grandeur à l'Amérique" (Let's Make America Great Again, avant Make America Great Again). Entre les deux hommes et leur parcours récent, il y a cependant bien plus qu'un slogan en commun. Comme il y a, également, des divergences profondes."J'ai confiance dans cet homme. J'ai confiance dans son coeur.

En utilisant son système pour prédire l ’issue d’ élections il ne s’est jamais trompé depuis 1984 . «Je vais faire une autre prédiction, a-t- il dit au journal. Celle-ci n'est pas basée sur un système, mais sur mon instinct. [Les républicains] ne veulent pas de Trump comme président, car ils ne peuvent pas le contrôler. Selon Allan Lichtman, les républicains préféreraient avoir le vice-président élu, Mike Pence, comme président, «un républicain absolument à tous les niveaux, conservateur, contrôlable». «Je suis assez certain que Trump donnera des motifs pour lancer sa destitution, soit en faisant quelque chose

Trump ou Biden ? L 'issue de l ' élection présidentielle américaine pourrait se jouer désormais en Pennsylvanie, en Géorgie et dans le Michigan, trois États clés qui n’ont pas fini de dépouiller les bulletins. Difficile de prédire qui sera le vainqueur dans cet ancien bastion démocrate où Donald Trump s'est imposé par surprise il y a quatre ans. Le schéma électoral du Michigan ressemble en grande partie à celui de la Pennsylvanie : de nombreux électeurs qui avaient penché en faveur de Ronald Reagan en 1984 ont rebasculé vers les démocrates, qui se sont alors systématiquement

Voici ces 13 "clés" ; selon sa méthodologie, Hillary Clinton ne doit pas récolter plus de 5 réponses "fausses" :

Aux élections de mi-mandat, le parti en place a remporté plus de sièges à la Chambre des représentants qu'auparavant

FAUX (1)

Il n'y a pas eu de lutte serrée pour la nomination du candidat du parti en place

- VRAI

Le candidat du parti en place est l'actuel président

- FAUX (2)

Il n'y a pas de troisième candidat significatif 

- ?

L'économie n'est pas en récession pendant la campagne

- VRAI

La croissance économique réelle par habitant pendant la durée du mandat est égale ou supérieure à la croissance moyenne au cours des deux mandats précédents

- VRAI

L'administration en place a effectué des changements majeurs dans la politique nationale

- FAUX (3)

Il n'y a pas eu de troubles sociaux soutenus pendant la durée du mandat

Donald Trump n’a plus d'accès direct à son compte Twitter pour éviter les dérapages

  Donald Trump n’a plus d'accès direct à son compte Twitter pour éviter les dérapages Donald Trump n’a plus d'accès direct à son compte Twitter pour éviter les dérapagesVous avez peut-être remarqué le ton un peu plus modéré du compte Twitter de Donald Trump ces derniers jours. C’est tout simplement parce que ses propres responsables de campagne ne l’autorisent plus à tweeter tout seul.

La méthode de prédiction est infaillible depuis 1984 outre-Atlantique et a été inventée par le professeur d'histoire américain Allan J. Lichtman, de l 'American university à Washington. Son principe : le système des treize clés explique L 'Obs ce mardi. En clair, une série de treize critères que le parti, qui mise sur sa Je l ' ai utilisé pour prédire , souvent bien à l 'avance, le résultat des huit élections de 1984 à 2012" indique le professeur Lichtman au Washington Post (voir vidéo). Malgré les derniers rebondissements de la campagne américaine, dont la vidéo de Donald Trump tenant des propos obscènes sur les

CONTRE-COURANT – Depuis 1984 , Allan Lichtman, professeur d’histoire à l ’American University de Washington, a toujours su donner à l ’avance le nom du futur vainqueur de l ’ élection présidentielle américaine. Contre toute attente, il prédit cette fois la victoire de Donald Trump . En huit élections , il a vu juste à huit reprises. Allan Lichtman, professeur d’histoire à l ’American University de Washington, a toujours su prédire le nom du vainqueur depuis 1984 . Pour ce faire, il s’est basé sur une méthode mise au point après analyse des résultats des scrutins présidentiels américains entre 1860 et 1980.

- VRAI

Le pouvoir en place n'est pas visé par un scandale majeur

- VRAI

Le gouvernement sortant ne souffre pas de défaillance majeure dans le domaine des affaires étrangères ou militaires

- VRAI

L'administration en place a obtenu un bon bilan dans le domaine des affaires étrangères ou militaires

- FAUX (4)

Le candidat du parti au pouvoir est charismatique ou un héros national

- FAUX (5)

Le candidat du parti d'opposition n'est pas charismatique ni un héros national

- VRAI

Dans ses premières analyses, il y a quelques mois, Alan Lichtman estimait que 5 de ces affirmations étaient "fausses" :

"Clé 1 : ils se font fait écraser aux élections de mi-mandat. Clé 3 : le président sortant ne se représente pas. Clé 7 : pas de changement politique majeur durant le second mandat d'Obama, rien de comparable à l'Obamacare. Clé 11 : aucun succès significatif sur la scène internationale. Et clé 12 : Hillary Clinton n'est pas exactement une Franklin Roosevelt..."

On était proche du basculement, mais Hillary Clinton devait tout de même remporter la Maison-Blanche. Or une sixième clé est depuis tombée, avec l'émergence de candidatures indépendantes "significatives", soit au-dessus de 5% (clé n°4).

Jean-Éric Branaa : "Une campagne affreuse qui se termine enfin"

  Jean-Éric Branaa : Spécialiste des États-Unis et maître de conférences à l’Université Paris 2 Panthéon-Assas, Jean-Éric Branaa juge très sévèrement la campagne électorale qui s’achève mardi, durant laquelle il n’a jamais été question de politique. Les Américains sont appelés aux urnes, mardi 8 novembre, pour choisir qui sera, du républicain Donald Trump ou de la démocrate Hillary Clinton, leur prochain président. Le scrutin s’annonce particulièrement serré. Une surprise quand on se souvient des commentaires lors de l’entrée en campagne du magnat de l’immobilier, dont la candidature n’était pas du tout prise au sérieux, aussi bien par les médias que par ses adversaires. Depuis ses premières sorties sur les immigrés mexicains, accusés d’être des voleurs et des violeurs, Donald Trump n’a cessé de choquer avec des déclarations – sur la Syrie, les Noirs, les musulmans, etc. – tout plus provocantes les unes que les autres. Mais plutôt que de le desservir, ses propos l’ont porté tout au long de la campagne, à tel point qu'il est aujourd’hui en position de devenir le 45e président des États-Unis. Pour Jean-Éric Branaa, spécialiste des États-Unis et maître de conférences à l’Université Paris 2 Panthéon-Assas, cette campagne est le signe d’une "Amérique malade". >> À suivre sur France 24 : "En direct : qui de Clinton ou Trump deviendra le 45e président des États-Unis ?" Les Américains votent aujourd’hui pour élire leur prochain président.

Pas une élection classique

Le candidat libertarien Gary Johnson vise effectivement près de 10% des voix, sans compter l'écologiste Jill Stein sur ses talons. Une donnée de nature à défavoriser la candidature démocrate, selon Alan Lichtman. Quid des scandales sexuels autour de Donald Trump ? "Ils ne changeront pas le fond de l'élection" assure l'historien, pour qui les scandales n'ont d'impact que s'ils concernent le pouvoir en place. Le rebondissement surprise de l'affaire de la messagerie personnelle de Hillary Clinton pourrait donc avoir davantage de poids...

"Par la plus étroite des marges, on se dirige donc vers une victoire de Trump". Lichtman précise tout de même au "Washington Post" que cette élection est si inhabituelle qu'elle peut entièrement "remettre à plat" les facteurs déterminants d’une élection à la Maison Blanche :

"Il peut arriver un moment de changement si cataclysmique que la façon dont nous concevons la politique s'en retrouve bouleversée. Et cette élection en a le potentiel."

Autrement dit, n'importe quel candidat républicain "classique" battrait Hillary Clinton... Mais "la nature sans précédent de la candidature Trump pourrait tout remettre en cause, et le mener vers la défaite alors que l'historique des élections joue en sa faveur", pointe l'historien. "Personne ne doit considérer cette élection comme gagnée d'avance. Qui que soit votre candidat, il faut sortir de chez vous et aller voter."

T. V.

Ce que nos enfants doivent apprendre de Trump maintenant qu'il est président élu .
© utilisateur Flickr dvidshub Que dire à vos enfants d'une présidence Trump Pour environ la moitié de la nation, ce matin n'était pas le jour post-électoral avait imaginé pour eux-mêmes ou leurs familles . Mais pour les parents, il y a une obligation aujourd'hui, pour les semaines à venir et pour les quatre prochaines années, de parler à leurs enfants de ce qui nous attend.

usr: 1
C'est intéressant!