Monde: Mali: manifestation à Sévaré contre la présence de troupes étrangères - PressFrom - France
  •   
  •   

Monde Mali: manifestation à Sévaré contre la présence de troupes étrangères

05:10  10 octobre  2019
05:10  10 octobre  2019 Source:   rfi.fr

Mali: la discrète communication des autorités sur Boulkessi interroge

  Mali: la discrète communication des autorités sur Boulkessi interroge Après l'attaque de Boulkessi, la communication des autorités est discrète, malgré la présence du ministre de la Défense, le général Dahirou Dembélé, dans la région. Une discrétion qui suscite des interrogations au sein de la classe politique. Les femmes de militaires manifestaient ce mercredi. En colère, elles demandent des informations sur leurs maris, en poste dans ce village attaqué à la frontière avec le Burkina Faso. Le dernier bilan officiel est de 38 soldats tués et une soixantaine de disparus. Mais depuis lundi, la communication officielle est prudente.

Par ailleurs, Dakar dément la présence de troupes combattantes sénégalaises au Mali . De son côté, le ministre français des Affaires étrangères , Laurent Fabius, s’est limité à confirmer Il signale aussi que d’autres habitants du côté de Sévaré ont vu des hélicoptères décoller et atterrir à l’aéroport.

Un millier de personnes ont manifesté samedi à Niamey contre la présence au Niger des bases « Nous ne voyons pas la plus-value de la présence de ces bases militaires étrangères parce que L’Allemagne dispose d’une base logistique à Niamey pour ravitailler ses troupes engagées au Mali

Le G5 Sahel à Sévaré, au Mali, le 30 mai 2018. © SEBASTIEN RIEUSSEC / AFP Le G5 Sahel à Sévaré, au Mali, le 30 mai 2018.

Au moins un millier d'habitants ont marché contre la hausse de l'insécurité dans le centre du Mali mercredi 9 octobre à Sévaré. À l'appel de la plateforme Fassoko, un regroupement d'associations de la société civile, les manifestants réclament le départ des forces étrangères de leur pays.

Selon eux, la présence de la Minusma ou de Barkhane n'est pas une solution à la crise sécuritaire. La semaine passée, des groupes jihadistes ont attaqué deux camps militaires maliens à Mondoro et à Boulkessi. C'est l'une des attaques les plus meurtrières perpétrées contre des forces maliennes.

Au Mali, un Casque bleu tué, quatre blessés par un engin explosif

  Au Mali, un Casque bleu tué, quatre blessés par un engin explosif Les Casques bleus effectuaient une patrouille de sécurisation près d'Aguelhok, dans le nord-est du pays. © afp.com/ISMAEL DIALLO Des Casques bleus de la Minusma patrouillant dans la ville de Konna, dans le centre du Mali, le 5 juillet 2018 Un Casque bleu a été tué et quatre autres blessés ce dimanche par l'explosion d'un engin au passage de leur véhicule dans le nord-est du Mali en guerre, a indiqué le porte-parole de la Minusma, la mission de l'ONU dans ce pays.

Toutes les rues étant bondées d’hommes, la foule s’est dirigée vers l’aéroport ou se trouvent les forces étrangères . La cinquième région est perpétuée « Ils sont là pour soutenir leur armée et contre la politique française, qui n’est autre que de détruire notre pays. Nous soutenons notre armée, vivre

Côte forces terrestres, on évoque la présence de troupes françaises, transportées en gros porteur Transall jusqu' à Sévaré . Selon certaines sources, il s’agirait des légionnaires du deuxième Régiment étranger de parachutistes, habitués des terrains africains.

Dans les rues de Sévaré, on craint l'encerclement. Selon les manifestants, les groupes jihadistes prennent de plus en plus d'ampleur dans la région de Mopti. « Trop, c'est trop. Il ne reste qu'une petite partie du cercle de Mopti où ça va », Salim Doumdia, secrétaire général de la plateforme Fassoko et organisateur de la marche.

Sur des pancartes, des habitants réclament le départ des forces internationales, notamment de la mission de maintien de la paix des Nations unies, la Minusma, et de la force française Barkhane. D'autres écrivent leur soutien à un autre pays étranger qui lui n'intervient pas au Mali, la Russie, résume Salim Doumdia. « C'est pas parce que nous détestons toutes les forces étrangères, mais celles qui sont ici, nous leur demandons de quitter le pays. La Minusma, après une première attaque, n'a pas pris les mesures préventives contre ces terroristes. Et puis le G5 Sahel, et à Barkhane aussi, on ne voit pas la nécessité de leur présence au centre et au Mali en général. »

Selon le dernier rapport de la Minusma, entre juin et septembre, les groupes jihadistes ont mené 62 attaques au Mali. Près d'un tiers se sont déroulées dans les régions du centre.

Mali: le chef jihadiste Amadou Koufa prêt à négocier avec une milice dogon .
Au Mali, Amadou Koufa, leader peul de la coalition de groupes jihadistes GSIM [Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans], a diffusé un nouveau message vocal sur les réseaux sociaux dans lequel il évoque un possible accord de cessez-le-feu avec la milice dogon Dana Ambassagou. Dans un message audio sur l'application Whatsapp, le chef jihadiste peul Amadou Koufa évoque pour la première fois un possible cessez-le-feu entre la katiba Macina, qu'il dirige, et la milice dogon Dan Na Ambassagou.Tout en mettant en garde ce groupe d'autodéfense. « Les chasseurs traditionnels doivent cesser d'attaquer les membres de la communauté peule », déclare Amadou Koufa.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 9
C'est intéressant!