Monde: Ce qu'il faut savoir de l'offensive turque contre les forces kurdes en Syrie - - PressFrom - France
  •   
  •   

Monde Ce qu'il faut savoir de l'offensive turque contre les forces kurdes en Syrie

11:05  10 octobre  2019
11:05  10 octobre  2019 Source:   rfi.fr

[Reportage] Une majorité de Turcs soutient l’opération militaire en Syrie

  [Reportage] Une majorité de Turcs soutient l’opération militaire en Syrie Il y a un peu plus de 24 heures, la Turquie lançait en Syrie une nouvelle offensive contre les forces kurdes qui contrôlent le nord-est du pays. L’opposition de la communauté internationale est unanime. Mais en Turquie même, le président Erdogan s’appuie sur une opinion publique largement favorable à cette opération. Avec notre correspondante à Istanbul, Anne Andlauer Dans son salon de barbier, Hassan suit les nouvelles du front depuis son écran de télévision. Il soutient l’offensive que l’armée turque a engagée contre les forces kurdes.

En attaquant les Kurdes de Syrie , Ankara a attaqué des alliés des États-Unis dans la lutte contre les djihadistes. Le 18 janvier, avant que l 'armée turque ne lance l 'essentiel de son offensive , la porte-parole du département d'État américain indiquait ne pas vouloir que les Turcs "se livrent à la

Le chef de l 'armée turque , le général Hulusi Akar, et celui des services de renseignement Hakan Fridan se sont rendus à Moscou jeudi pour des entretiens. «La Turquie ne lancera pas une offensive terrestre et aérienne totale sans la bénédiction de Moscou», a pronostiqué Anthony Skinner, analyste

Des civils fuient les combats, non loin de Ras al-Ain, le 9 octobre 2019. © Delil SOULEIMAN / AFP Des civils fuient les combats, non loin de Ras al-Ain, le 9 octobre 2019.

Malgré une large condamnation de la part de la communauté internationale, le président turc Recep Tayyeb Erdogan a annoncé mercredi le début d’une opération militaire contre les régions du Nord-Est syrien, contrôlées par les forces kurdes

« Source de paix ». C'est le nom de l'offensive que la Turquie a lancée mercredi 9 octobre, comme annoncé il y a quelques jours, contre les forces kurdes du nord-est de la Syrie, considérées comme des « terroristes » par Ankara. Selon le président Erdogan, l’objectif est de créer une « zone de sécurité » qui sépare la frontière turque des positions kurdes. Une opération qui a provoqué une volée de critiques internationales.

A Marseille, des milliers de Kurdes défilent dans le calme

  A Marseille, des milliers de Kurdes défilent dans le calme Plusieurs milliers de Kurdes ont défilé samedi dans les rues de Marseille, contre les frappes turques en Syrie, dénonçant le "dictateur" Erdogan, a constaté l'AFP. Selon un décompte des organisateurs de la marche, 6.000 manifestants ont descendu la Canebière jusqu'au Vieux-Port, tandis que la préfecture de police en a compté 1.500. "Erdogan est un dictateur on le laisse faire car il fait du chantage à l'accueil des migrants avec l'Europe",Selon un décompte des organisateurs de la marche, 6.000 manifestants ont descendu la Canebière jusqu'au Vieux-Port, tandis que la préfecture de police en a compté 1.500.

Ce qu ' il faut savoir . Les troupes américaines déployées dans le nord de la Syrie ont débuté leur retrait de secteurs proches de la frontière turque , lundi 7 octobre, ce qui ouvre la voie à une offensive militaire turque contre les forces kurdes , pourtant alliées de Washington dans la lutte antijihadiste.

Le déclenchement de l ' offensive a été fermement condamné par plusieurs pays qui craignent un chaos susceptible d'ouvrir la voie à un retour en force de l 'EI Amnesty international a souligné qu'"à la fois les forces turques et kurdes " avaient, "dans le passé, mené des attaques aveugles en Syrie " ayant

Quelle est la situation sur le terrain ?

L’armée turque concentre ses opérations sur les villes frontalières de Ras al-Aïn et Tal Abyad, respectivement situées dans les provinces syriennes de Hassaké, au nord-est, et de Raqqa, au nord. Après des raids aériens et un violent pilonnage à l’artillerie, les troupes turques sont passées à l’offensive terrestre mercredi soir, en attaquant la ville de Tall Abyad.

►À lire aussi : Offensive turque en Syrie : « L’EI profitera du chaos pour se réimplanter dans la région »

Les Forces démocratiques syriennes, dominées par les Kurdes, ont affirmé quelques heures plus tard avoir «repoussé» l'offensive. Plus de 180 cibles « terroristes » ont été touchées, selon le communiqué du ministère de la Défense turc.

Offensive turque en Syrie: la ville de Manbij dans l'oeil du cyclone

  Offensive turque en Syrie: la ville de Manbij dans l'oeil du cyclone Les troupes syriennes se sont déployées lundi dans le nord du pays entrant dans la ville clé de Manbij, après un accord conclu entre forces kurdes et armée syrienne. avec nos envoyés spéciaux, Murielle Paradon et Boris Vichith Sur le terrain, Bachar el-Assad réaffirme son autorité en déployant son armée vers le nord du pays et tous les regards se tournent aujourd’hui vers Manbij, ville stratégique du nord de la Syrie, à l’est d’Alep. Les troupesavec nos envoyés spéciaux, Murielle Paradon et Boris Vichith

Syrie : la France condamne «très fermement» l ' offensive turque et saisit le Conseil de sécurité. L 'Union européenne exige l 'arrêt de l ' offensive turque « S’ il y a une situation de guerre qui prévaut avec une intervention militaire turque , les forces kurdes seront plus préoccupées, à juste titre, à se

Ce qu ' il faut savoir . La Turquie a lancé son opération militaire "Peace Spring" dans le nord de la Syrie , annonce son président 17h27 : Le Congrès américain va faire payer "très cher" au président turc Erdogan son offensive en Syrie contre des forces kurdes alliées de Washington, prévient le

Devant l’intensité des combats et du pilonnage, les habitants en panique des villes syriennes frontalières ont fui en désordre vers des régions plus au sud, rapporte notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh. Des combattants kurdes armés de lance-roquettes sont déployés dans les rues des villes frontalières, bien décidés à résister à l’offensive terrestre turque, qui vise à établir une zone tampon de 400 kilomètres de long et de 20 kilomètres de profondeur, allant de la province d’Alep à celle de Hassaké.

Un premier bilan fait état de 15 morts dont huit civils. Les forces démocratiques syriennes, dominées par des Kurdes, ont appelé la population à une mobilisation générale, tout en s'inquiétant des conséquences humanitaires de cette offensive turque. Elles ont demandé à la coalition internationale contre le groupe État islamique de mettre en place une zone d'exclusion aérienne afin « d’empêcher d'attaquer des personnes innocentes ».

Offensive turque en Syrie: la ville de Manbij dans l'oeil du cyclone

  Offensive turque en Syrie: la ville de Manbij dans l'oeil du cyclone C POLITIQUE - 18.35 À 19.50 Invité : François Sureau, avocat, écrivain, auteur de Sans la Liberté (Édition Tracts, Gallimard).  La semaine politique de Félix Suffert-Lopez. Focus - "La société de vigilance”.  C politique s'intéresse au virage d’Emmanuel Macron dans la lutte contre le terrorisme islamiste. Qu’est-ce que la société de vigilance réclamée par le président de la République ? Risque de délation dangereuse comme le dénoncent certain ou mal nécessaire pour lutter contre l’islam radical comme le justifient les autres ? Décryptage avec l'équipe de C politique.  Le dossier - L’abandon des Kurdes, une menace pour l’Europe ?  Retour sur la situation au Kurdistan après la décision de Donald Trump de retirer les troupes américaines présentes sur place, laissant les mains libres au président turc Recep Tayyip Erdogan pour attaquer les Kurdes et s’installer sur ce territoire. Quelles conséquences pour la région et pour l'Europe ? Devrons-nous rapatrier nos djihadistes qui sont pour l’instant détenus par les Kurdes ?  En Coulisses - Réfugiés à Lesbos : le plus grand camp d’Europe craque.  Comme Lampedusa, il y a quelques années, Lesbos est devenue le symbole des réfugiés et de l’échec européen dans la gestion de la crise migratoire. Reportage en coulisses sur une île où s’est développé le plus grand camp d’Europe : 13 000 personnes entassées dont près de la moitié sont des enfants.

Il est à craindre qu'à la faveur de cette offensive , ces djihadistes puissent s'échapper et commettre d'autres forfaits, dans la région mais L 'armée turque a lancé mercredi 9 octobre, comme elle s'y était engagée, son offensive contre les forces kurdes du nord-est de la Syrie , alliées des Occidentaux

L ’armée turque a annoncé qu’un soldat turc avait été tué lundi en Syrie , première victime turque au troisième jour de l ’ offensive d’Ankara. Les forces kurdes se défendent. Leurs unités ont tiré plusieurs roquettes sur Reyhanli, la ville turque de la région du Hatay, de l ’autre côté de la frontière.

Quelles sont les forces en présence ?

La Turquie a placé en premières lignes ses milices supplétives syriennes, des groupes hétéroclites qu’elle a entraînés, financés et regroupés au sein de l’Armée nationale syrienne. Une vingtaine de milliers d’hommes, soutenus par des milliers de soldats turcs, qui disposent d’une des meilleures aviations de la région, de centaines de pièces artillerie et de chars lourds.

Les Kurdes, eux, peuvent mobiliser jusqu’à 50 000 combattants aguerris par des années de lutte contre le groupe État islamique, et disposant d’un armement fourni par les Américains, dont des canons et des chars. La bataille s’annonce rude pour les deux camps.

Comment Damas a-t-il réagi à l’annonce du début de l’offensive turque ?

Les responsables syriens ont mis en garde la Turquie contre toute atteinte à l’intégrité territoriale de la Syrie et ont assuré qu’ils défendraient leur pays par tous les moyens. Mais Damas n’est pas disposé à soutenir les Kurdes tant qu’ils ne renoncent pas au projet de fédération et à l’autonomie qu’ils ont proclamée unilatéralement sur près de 25% du territoire syrien.

Syrie : Erdogan exige que les Kurdes désarment et se retirent de la frontière turque

  Syrie : Erdogan exige que les Kurdes désarment et se retirent de la frontière turque Le président turc est loin de répondre à la sommation des pays occidentaux de mettre fin à son offensive lancée dans le Nord-Est de la Syrie la semaine dernière. © afp.com/Adem ALTAN Le président turc Recep Tayyip Erdogan exige que les forces kurdes désarment et se retirent de la frontière turque. Le président turc Recep Tayyip Erdogan n'est pas près de céder: il a exigé ce mercredi que les forces kurdes déposent leurs armes et se retirent de la frontière turque, ignorant la demande des pays occidentaux de mettre fin à son offensive, lancée en Syrie la semaine dernière contre les forces kurdes.

Quelques heures avant le début de l ' offensive , les Kurdes de Syrie , confrontés aux atermoiements de leur allié américain Amnesty international a souligné qu'"à la fois les forces turques et kurdes " avaient, "dans le passé, mené des attaques aveugles en Syrie " ayant "fait de nombreuses victimes

Quelques heures avant le début de l ’ offensive , les Kurdes de Syrie , confrontés aux atermoiements de leur allié américain, avaient décrété une «mobilisation générale» des habitants, tout en appelant Moscou à intervenir pour faciliter un dialogue avec le régime de Damas. Après les frappes turques

Sur le terrain, l’armée syrienne masse des troupes dans la province orientale de Deir Ezzor, située à 300 kilomètres de la frontière. Si les Kurdes faiblissent, les troupes gouvernementales essayeront de passer vers la rive est de l’Euphrate, où se trouvent les plus importants puits de pétrole du pays, aujourd’hui aux mains des milices kurdes.

Quelles sont les réactions en Turquie ?

Si l’on ne peut pas parler d’unanimité, on peut dire qu’une majorité des Turcs soutient l’offensive en cours, analyse notre correspondante à Istanbul, Anne Andlauer. La présence des milices kurdes YPG le long de la frontière turque, l’éventualité qu’elles y créent une région autonome dans la Syrie de demain, voire un État indépendant, tout cela est perçu comme une menace sécuritaire majeure, tant par l’État que par l’opinion.

D’ailleurs, le principal parti d’opposition, le CHP, ne s’y oppose pas non plus, tout en mettant en garde contre une opération qui pourrait obliger l’armée turque à rester en Syrie pendant de longues années. C’est aussi ce que signalent certains observateurs qui font remarquer que la Turquie a certes choisi la date de lancement de l’opération, mais qu’elle ne choisira pas sa date de fin vu le nombre d’acteurs en jeu.

En revanche, le parti pro-kurde HDP et ses partisans sont vent debout contre l’offensive. Pour eux, le but réel de Recep Tayyip Erdogan est de modifier l’équilibre démographique du nord de la Syrie – c’est-à-dire d’en chasser les Kurdes pour y réinstaller les Syriens arabes actuellement réfugiés en Turquie.

Syrie: Turcs et Kurdes s'accusent mutuellement de ne pas respecter la trêve .
Dans le nord de la Syrie, l’accord de cessez-le-feu conclu le 17 octobre entre la Turquie et les forces kurdes sous médiation américaine expire dans moins de trois jours. Avec notre correspondante à Istanbul, Anne Andlauer Ankara a donné jusqu’au 22 octobre aux forces kurdes pour évacuer une zone dite « de sécurité » de 32 kilomètres de la frontière turco-syrienne. Depuis plus de 48 heures, de part et d’autre de cette frontière, chaque camp reproche à l’autre de saboter l’accord tout en affirmant, pour sa part, s’y conformer scrupuleusement.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 1
C'est intéressant!