Monde: Syrie: les bombardements de l'armée turque ont poussé 100000 civils à fuir - - PressFrom - France
  •   
  •   

Monde Syrie: les bombardements de l'armée turque ont poussé 100000 civils à fuir

01:05  12 octobre  2019
01:05  12 octobre  2019 Source:   rfi.fr

Syrie: les troupes américaines de Kobané sous le feu des positions turques

  Syrie: les troupes américaines de Kobané sous le feu des positions turques Vendredi 11 octobre 2019 en Syrie, des troupes américaines se sont retrouvées sous le feu de positions turques près de la ville de Kobané, dans le nord, selon un porte-parole du Pentagone. L'incident s'est produit aux alentours de 21h heure locale, selon les autorités américaines, hors de la « zone de sécurité » que la Turquie vise à instaurer le long de sa frontière pour séparer cette dernière des territoires contrôlés par la milice kurde Unités de protection du peuple (YPG), un groupe « terroriste » aux yeux d'Ankara. Ce tir d'artillerie n'a pas fait de blessé côté américain, selon le capitaine Brook DeWalt, porte-parole du Pentagone.

AFP / Delil SOULEIMAN Des civils fuient des bombardements menés par l ' armée turque sur le nord-est de la Syrie , le 9 octobre 2019. L'offensive d'Ankara contre une milice kurde dans le nord-est de la Syrie a provoqué jeudi la fuite de milliers de civils face à l'avancée des forces turques et

AFP / Delil SOULEIMAN Des civils fuient des bombardements menés par l ' armée turque sur le nord-est de la Syrie , le 9 octobre 2019. Dans cette ville turque , à un jet de pierre de Tal Abyad, les rues sont désertes et seule une poignée d'habitants brave le danger pour observer une épaisse

Des Syriens déplacés à l'arrière d'une camionnette pendant que des civils arabes et kurdes s'enfuient face à l'attaque militaire turque, le 11 octobre 2019, dans la ville frontalière syrienne de Tal Abyad. © Delil SOULEIMAN / AFP Des Syriens déplacés à l'arrière d'une camionnette pendant que des civils arabes et kurdes s'enfuient face à l'attaque militaire turque, le 11 octobre 2019, dans la ville frontalière syrienne de Tal Abyad.

L’offensive de la Turquie dans le nord-est de la Syrie n'est pas sans conséquence sur les populations civiles. L'ONU parle de 100 000 déplacés en raison de ces combats. Du côté turc de la frontière, le côté le plus calme, les villes commencent tout de même à se vider.

Avec notre envoyée spéciale à Akcakale, Oriane Verdier

Les habitants fuient progressivement, car ils ne savent pas combien de temps cette situation va durer ni quelle est la capacité réelle de résistance et de réponse des forces kurdes syriennes. Dans certaines villes, des opérations d’évacuation ont été menées par les autorités elles-mêmes.

Syrie : l'offensive turque pourrait déplacer 400 000 personnes

  Syrie : l'offensive turque pourrait déplacer 400 000 personnes Les instances internationales ont annoncé que déjà 130 000 personnes avaient été contraintes de fuir. Quatorze civils ont été tués ce dimanche par des bombardements ou des tirs. © afp.com/Delil SOULEIMAN Des civils fuient des bombardements menés par l'armée turque sur le nord-est de la Syrie, le 9 octobre 2019. Comme les instances internationales le craignaient, l'offensive turque dans le nord-est de la Syrie a déjà contraint quelque 130 000 personnes à fuir leurs foyers. Selon les chiffres de l'ONU, ce nombre pourrait atteindre 400 000 personnes.

AFP / Delil SOULEIMAN Des civils fuient des bombardements menés par l ' armée turque sur le nord-est de la Syrie , le 9 octobre 2019. Dans cette ville turque , à un jet de pierre de Tal Abyad, les rues sont désertes et seule une poignée d'habitants brave le danger pour observer une épaisse

AFP / Delil SOULEIMAN Des civils fuient des bombardements menés par l ' armée turque sur le nord-est de la Syrie , le 9 octobre 2019. L'offensive d'Ankara contre une milice kurde dans le nord-est de la Syrie provoque jeudi la fuite de milliers de civils face à l'avancée des forces turques et suscite

Plusieurs tirs de mortiers ont touché des bâtiments civils. Dans la ville d’Akcakale où nous nous trouvons, toute la journée nous avons entendu des propos à la gloire du président Erdogan. « Il faut anéantir les terroristes soutenus par les États-Unis. » Voilà en résumé les propos tenus par ceux qui acceptent de nous parler.

Un vieil homme nous confiait tout de même qu’il aurait préféré que les autorités préparent mieux cette opération en prenant en compte les civils, car en réalité tout le monde est dans l’attente.

À lire aussi : [Reportage] Une majorité de Turcs soutient l’opération militaire en Syrie

Alors que les rues sont de plus en plus désertes, les détonations des tirs de l’artillerie turque ont rythmé la journée. Ils visent la ville d’en face, Tall Abyad, pendant que les milices soutenues au sol par Ankara encerclent petit à petit la zone urbaine syrienne.

L'offensive turque dans le nord-est de la Syrie a fait 300.000 déplacés

  L'offensive turque dans le nord-est de la Syrie a fait 300.000 déplacés L'opération militaire lancée par la Turquie contre une milice kurde dans le nord-est de la Syrie a provoqué le déplacement de 300 000 personnes en huit jours.Selon lui, la plupart ont dû fuir les combats dans la province de Hassaké, les régions de Kobané (province d'Alep) et celle de Tal Abyad (province de Raqa). De nombreux déplacés ont trouvé refuge chez des proches dans des zones plus sûres, d'autres ont dormi à la belle étoile dans des vergers en pleine campagne.

Ces derniers jours, les rebelles de l ' Armée syrienne libre ont intensifié leur conquête, stratégique, du nord. Dans la province de Raqaa, adossée au voisin Dans le petit hameau d'Akcakale, en Turquie, un tiers des résidents ont été poussé à fuir les violences qui se déroulent sur le territoire syrien, à

Des tirs d’artillerie turcs ont également visé plusieurs villages. Les forces kurdes font état de deux victimes civiles tuées, tandis que des milliers de civils fuient les Une colonne de fumée s'élève dans le ciel de Ras al-Ain, ville du nord de la Syrie visée par des bombardements de l ' armée turque .

Ainsi à Akcakale depuis un jardin public aux buissons bien ordonnés on peut observer une fumée menaçante s’élever vers le ciel. Un contraste étrange entre le calme, côté turc, et l’horreur que l’on ne peut qu’imaginer à quelques kilomètres de nous.

► TÉMOIGNAGE

Le ministre américain de la Défense, Mark Esper, a « fortement encouragé » Ankara à « interrompre » son opération militaire en Syrie, affirmant qu’elle pourrait avoir de « graves conséquences pour la Turquie ». En Turquie, une partie des citoyens témoignent du rejet de ce qu'ils voient comme de l’interventionnisme de la part des États-Unis, à l'image de Cuma Aslan qui vit dans la ville turque d'Akcakalan.

« De l'autre côté de la frontière, il y a trois groupes de terroristes: l'État islamique, le PKK et le PYD. Les États-Unis les soutiennent. Le président turc a raison de dire que Donald Trump n'est pas fiable. Un jour il dit ceci, un autre il dit ça. Il nous promet quelque chose et il revient dessus. Mais nous devons agir, quand un voisin est mauvais soit tu le chasses soit tu déménages. Les États-Unis n’ont pas peur de Dieu, ils sont sûrs de leur force. Mais ils mettent 15 heures en avion pour arriver ici alors qu'est ce qu'ils viennent y faire ? Ils se mêlent de nos affaires et ils se comportent comme un lutteur qui ne se battrait qu'avec ceux qu'il sait pouvoir battre. Quand il est face à un concurrent de poids, il l'évite. »

O.V

À lire aussi : Assaut en Syrie: les Turcs disent progresser, la Russie veut ouvrir le dialogue

Syrie: Turcs et Kurdes s'accusent mutuellement de ne pas respecter la trêve .
Dans le nord de la Syrie, l’accord de cessez-le-feu conclu le 17 octobre entre la Turquie et les forces kurdes sous médiation américaine expire dans moins de trois jours. Avec notre correspondante à Istanbul, Anne Andlauer Ankara a donné jusqu’au 22 octobre aux forces kurdes pour évacuer une zone dite « de sécurité » de 32 kilomètres de la frontière turco-syrienne. Depuis plus de 48 heures, de part et d’autre de cette frontière, chaque camp reproche à l’autre de saboter l’accord tout en affirmant, pour sa part, s’y conformer scrupuleusement.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 5
C'est intéressant!