Monde: En Équateur, le mouvement indigène rejette l'offre de dialogue du président Lenin Moreno - - PressFrom - France
  •   
  •   

Monde En Équateur, le mouvement indigène rejette l'offre de dialogue du président Lenin Moreno

17:15  12 octobre  2019
17:15  12 octobre  2019 Source:   france24.com

Équateur: trois questions à Marie-Esther Lacuisse, spécialiste des pays andins

  Équateur: trois questions à Marie-Esther Lacuisse, spécialiste des pays andins La tension est à son comble en Équateur depuis près d’une semaine suite à l’annonce par les autorités de la fin des subventions pour les carburants. Une décision indispensable pour obtenir un prêt négocié avec le FMI. Suite à cette annonce le secteur des transports s’est mobilisé et a littéralement paralysé le pays, obligeant les autorités à décréter l’état d’urgence. Samedi, le secteur des transports a annoncé qu’il mettait un terme à son mouvement, mais les communautés indigènes ont décidé de le poursuivre. Ce mouvement se durcit de jour en jour, pour preuve : ce lundi des manifestants ont tenté de prendre d’assaut le Congrès à Quito.

La principale organisation indigène d’ Equateur a expliqué qu’elle négociera avec le gouvernement quand le décret supprimant les subventions au carburant sera Après un regain des violences entre manifestants et forces de l’ordre à Quito, le président équatorien Lenin Moreno prône le dialogue .

La principale organisation indigène d' Equateur a rejeté vendredi l ' offre de dialogue du président Lenin Moreno pour sortir de la crise provoquée par sa décision d'augmenter le prix de l'essence, en échange d'un prêt du FMI.

Des manifestants agitent un drapeau de l'Équateur alors qu'ils protestent contre les mesures d'austérité du président Lenin Moreno à Quito, le 11 octobre 2019. © Ivan Alvarado, Reuters Des manifestants agitent un drapeau de l'Équateur alors qu'ils protestent contre les mesures d'austérité du président Lenin Moreno à Quito, le 11 octobre 2019. La Confédération des nationalités indigènes de l'Équateur a rejeté, vendredi, l'offre de dialogue du président Lenin Moreno pour sortir de la crise provoquée par sa décision d'augmenter le prix de l'essence en échange d'un prêt du FMI.

"Le dialogue que [le président Lenin Moreno] promeut manque de crédibilité." Tels sont les mots du communiqué publié vendredi 11 octobre par la principale organisation indigène d'Équateur, la Conaie, à l'issue d'une nouvelle journée de manifestations violentes dans les rues de Quito.

Équateur: a-t-on vraiment voulu s'en prendre au président Moreno?

  Équateur: a-t-on vraiment voulu s'en prendre au président Moreno? Alors que la tension à Quito est encore vive, la situation se calme peu à peu dans d’autres régions du pays. Le gouvernement a, d’ailleurs, diffusé, jeudi 10 octobre, des images montrant une circulation normale et des routes ouvertes dans plusieurs villes du pays. Des bus circulent à nouveau dans Quito même si beaucoup sont encore attaqués par les manifestants. Alors que plus de 600 personnes ont été arrêtées depuis le début des manifestations, la ministre de l’Intérieur a indiqué que dix-sept d’entre elles pourraient avoir eu l’intention de s’en prendre directement au président Lenin Moreno.

(Belga) La principale organisation indigène d' Equateur a rejeté vendredi l ' offre de dialogue du président Lenin Moreno pour sortir de la crise provoquée par sa décision d'augmenter le prix de l'essence, en échange d'un prêt du FMI. "Le dialogue qu'il promeut manque de crédibilité", a affirmé

La principale organisation indigène d’ Equateur a rejeté vendredi l ’ offre de dialogue du président Lenin Moreno pour sortir de la crise provoquée par sa décision d’augmenter le prix de l’essence, en échange d’un prêt du FMI. « Le dialogue qu’il promeut manque de crédibilité », a affirmé la

La Confédération des nationalités indigènes de l'Équateur a ajouté qu'elle ne négocierait avec le gouvernement qu'une fois "que sera abrogé" le décret supprimant les subventions au carburant.

Plus tôt, le chef de l'État avait lancé, dans une allocution télévisée, un appel aux dirigeants de la Conaie à "dialoguer directement" afin de "trouver des solutions". "Il est indispensable de faire baisser la violence [...]. Le pays doit savoir que nous avons la volonté de dialoguer", avait ajouté le président.

Dans son communiqué, l'organisation indigène a répondu que "le dialogue que le gouvernement national dit promouvoir repose [...] sur l'un des pires massacres de l'histoire de l'Équateur".

Les affrontements entre manifestants et forces de l'ordre ont fait en plus d'une semaine cinq morts et plus de 2 000 blessés, selon le bureau du Défenseur du peuple, entité publique de défense des droits.

Vendredi, de nouveaux heurts ont éclaté dans plusieurs endroits de la capitale, quadrillée par la police et l'armée.

Jeudi, la Conaie avait mis fin aux contacts noués avec la gouvernement, sous la médiation de l'ONU et de l'Église catholique, et appelé à "radicaliser" les actions de protestation.

Avec AFP

Équateur: les arrestations se multiplient .
Pour la première fois en six ans, l'armée syrienne se déploie à sa frontière nord à la demande des forces kurdes, confrontées à l'offensive de la Turquie. Plus de 160 000 civils ont fui les combats depuis la semaine dernière. De son côté, Donald Trump vient d'acter le départ d'un millier d'hommes sur le sol syrien, une semaine jour pour jour après son appel à Erdogan. Et si ces deux dirigeants venaient, bien malgré eux, de remettre Bachar al-Assad, le maître de Damas au centre du jeu ?

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 1
C'est intéressant!