Monde: EXCLUSIF. Chine et États-Unis, crise de l'Europe, Brexit... Les analyses de DSK à Marrakech - - PressFrom - France
  •   
  •   

Monde EXCLUSIF. Chine et États-Unis, crise de l'Europe, Brexit... Les analyses de DSK à Marrakech

23:05  12 octobre  2019
23:05  12 octobre  2019 Source:   lejdd.fr

Brexit : Boris Johnson veut suspendre le Parlement de mardi au 14 octobre

  Brexit : Boris Johnson veut suspendre le Parlement de mardi au 14 octobre Le Premier ministre britannique avait suspendu une première fois le Parlement, mais pour cinq semaines, avant que la Cour suprême n'annule cette décision.

Invité au douzième World Policy Conference (WPC) à Marrakech, l'ancien directeur général du FMI Dominique Strauss-Kahn revient sur l'actualité. Et se définit comme © Sipa

Invité au douzième World Policy Conference (WPC) à Marrakech, l'ancien directeur général du FMI Dominique Strauss-Kahn revient sur l'actualité. Et se définit comme "un brexiter".

La douzième World Policy Conference (WPC) s'est ouverte à Marrakech ce samedi. Pour l'occasion, Dominique Strauss-Kahn, ancien directeur général du Fonds Monétaire International (FMI), livre au JDD son analyse de la situation économique mondiale sans pessimisme. "Je ne fais pas partie de ceux qui annoncent la catastrophe pour le mois prochain", confie-t-il. Il reconnaît cependant "le ralentissement de l'économie mondiale" avec des difficultés sur l'investissement et les guerres commerciales qui posent des problèmes "considérables". Des rivalités qui entraînent des inégalités croissantes dans certains pays " avec les mouvement de protestation légitime que cela entraîne" ajoute Dominique Strauss-Kahn.

Après la crise politique à Hong Kong, la crise économique

  Après la crise politique à Hong Kong, la crise économique La crise politique est loin d’être résolue, et son impact sur l’économie locale est déjà flagrant. À Hong Kong, les ventes ont baissé de plus de 20% au mois d’août, et pendant la semaine du 1er octobre le nombre de visiteurs chinois a chuté de plus de 60%. Avec notre correspondante à Hong Kong, Florence de Changy « Train service for today has ended, please leave the station, thank you. » Le service de la rame est terminée, veuillez quitter la station, merci... Ce n’est pas un couvre-feu, mais cela en a l’air. Avec le métro qui ferme plus tôt, la ville de Hong Kong, connue pour sa formidable énergie, semble vivre au ralenti.Les rues et les magasins sont vides.

La guerre commerciale sino-américaine "écarte les autres joueurs"

La Chine et les Etats-Unis s'affrontent depuis plus d'un an à coup de dévaluation monétaire et de taxes sur les produits importés. "Il y a un problème de fond certainement, de compétition, de domination, mais il y a aussi une part de théâtre. Parce que ça sert les deux acteurs de pouvoir faire des pas en avant et des pas en arrière." Selon Dominique Strauss-Kahn, les deux puissances rivales utilisent leur confrontation pour "écarter tous les autres joueurs."

Il admet cependant des enjeux réels derrière cette guerre, qu'ils soient technologiques ou commerciaux.

DSK se considère comme un "brexiter"

Mais ce qui inquiète le plus l'ancien directeur général du FMI c'est la place de l'Europe, de plus en plus faible. "La grande idée de l'Europe, lors de sa naissance, c'était justement par son union d'être un des joueurs de ce monde multipolaire." Avant d'ajouter : "Ce que je vois aujourd'hui me désespère un peu, moi qui ai consacré beaucoup de ma vie à ce travail. Je crains que l’Europe aujourd’hui ne soit en train de passer en seconde division."

Pour autant Dominique Strauss-Kahn se considère comme un "brexiter". "C'est très bien que les anglais fassent leur chemin de leur côté, souligne l'ancien directeur général du FMI. Une bonne partie de la difficulté de construction de l’Europe depuis quarante ans est liée à la présence de nos amis britanniques,qui n’ont jamais voulu jouer le jeu." Les Britanniques, comme partenaires à l'extérieur, sont pour lui une chance de "faire quelque chose en Europe".

Crise des opiacés aux États-Unis: les firmes pharmaceutiques évitent le procès .
Aux États-Unis, le premier procès fédéral contre l’industrie pharmaceutique dans le cadre de la crise des médicaments opiacés n’aura pas lieu. Il devait commencer ce 21 octobre dans l’Ohio mais les quatre entreprises mises en cause ont conclu un accord à l’amiable à la dernière minute. Avec notre correspondante à Washington, Anne Corpet Les sociétés, trois distributeurs de médicaments et une entreprise pharmaceutique israélienne ont accepté de verser 260 millions de dollars aux deux comtés qui les poursuivaient en justice. D’autres entreprises poursuivies étaient parvenues à ce type d’accord au cours des semaines précédentes.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 6
C'est intéressant!