Monde: Vers une sortie de crise en Equateur: le décret polémique sur les carburants retiré - - PressFrom - France
  •   
  •   

Monde Vers une sortie de crise en Equateur: le décret polémique sur les carburants retiré

09:10  14 octobre  2019
09:10  14 octobre  2019 Source:   rfi.fr

Manifestations en Équateur: les raisons de la colère

  Manifestations en Équateur: les raisons de la colère L’Équateur s’embrase depuis près d’une semaine. En cause, la fin des subventions sur les carburants octroyées par les autorités. Une décision qui a plongé le pays dans le chaos. Tout a commencé après l’annonce, mardi 1er octobre, de la fin des subventions sur les carburants. Une pratique qui était ancrée depuis plusieurs années dans ce pays. Une décision nécessaire pour obtenir l’aide du Fond monétaire international qui s’était mis d’accord sur un prêt de plus de 4 milliards de dollars pour aider l'Équateur à redresser son économie.Dans un pays où le transport routier est roi, le prix du carburant est un point sensible.

Chaque camp semble avoir fait un pas vers l'autre: le président, un libéral élu sous l'étiquette socialiste, a accepté de «réviser» le décret polémique sur les carburants , tandis que la Confédération des nationalités autochtones de l' Equateur (Conaie) a renoncé à exiger comme condition préalable au

Paris "suspend les exportations vers la Turquie de matériels de guerre susceptibles d'être employés" en Syrie. La crise a été déclenchée par l'annonce, début octobre, d'une série de réformes économiques négociées Mesure la plus polémique : la suppression des subventions au carburant

Les organisations indiennes fêtent l'accord de sortie de crise en Equateur dimanche 13 octobre en fin de journée à Quito. © MARTIN BERNETTI / AFP Les organisations indiennes fêtent l'accord de sortie de crise en Equateur dimanche 13 octobre en fin de journée à Quito.

Le mouvement indigène équatorien a mis fin à sa mobilisation. Suite à plusieurs heures de dialogue dimanche 13 octobre avec le président Lenin Moreno, ce dernier a accepté de déroger le polémique décret qui annulait les subventions sur les carburants pour en négocier un autre. Le gouvernement espère que cette concession permettra un retour au calme dans le pays, exhangue après 12 jours de manifestations violentes

Les deux parties se sont mises d'accord sur la préparation d' « un nouveau décret qui annule le décret 883 » sur l'essence, et « avec cet accord la mobilisation se termine », a annoncé Arnaud Peral, représentant en Equateur de l'ONU, qui a facilité avec l'Eglise catholique la tenue du dialogue. « Les mesures appliquées dans tous nos territoires sont levées », a confirmé Jaime Vargas, président de la Confédération des nationalités indigènes de l'Equateur (Conaie) qui s'est félicité de la décision du gouvernement de négocier un nouveau décret cherchant à focaliser les subventions vers les plus pauvres, précise notre correspondant à Quito, Eric Samson.

En Equateur, des manifestants envahissent le Parlement

  En Equateur, des manifestants envahissent le Parlement Un couvre-feu nocturne autour des lieux de pouvoir a été décrété.Le président équatorien, Lenin Moreno, a ordonné mardi un couvre-feu nocturne autour des lieux de pouvoir à la suite d’incidents à Quito, où le Parlement a été brièvement envahi par les manifestants.

Mesure la plus polémique : la suppression des subventions au carburant , qui font plus que doubler les prix à la pompe. C'est la deuxième fois que le chef de l'Etat accuse son prédécesseur Rafael Correa et son homologue vénézuélien Nicolas Maduro d'orchestrer la crise en Equateur pour le déstabiliser.

Chaque camp semble avoir fait un pas vers l'autre: le président Moreno a accepté de «réviser» le décret polémique sur les carburants , la Confédération des nationalités indigènes de l' Equateur (Conaie) n'exige plus comme condition préalable au dialogue son retrait.

(sur la photo, aux côtés du président Moreno, Arnaud Peral, représentant des Nations unies)

Dans les rangs des manifestants, des cris de joie ont salué l’annonce de la restauration des subventions sur les carburants en échange de la fin du soulèvement indigène.

Pour Juan de la Cruz, le peuple est le vainqueur de la fin de la crise. « Parfois, quand un président a une équipe qui le conseille mal, ces choses-là arrivent. Grâce à Dieu, il a retrouvé la raison et a compris que nous l’avons élu et qu'il doit se soumettre à notre volonté », nous explique t-il. A l'issue des négociations, le leader de la Confédération des nationalités indigènes de l’Equateur (Conaie) a tenté de pousser son avantage. « Nous avons été victimes de tortures de la part des militaires et de la police. Cette violation des droits de l’homme est une raison suffisante pour demander la démission de la ministre de l’Intérieur Maria Paula Romo et du ministre de la Défense, le général Jarrín », a déclaré Jaime Vargas. Mais le président Lenin Moreno a répondu que changer le gouvernement était de sa prérogative. Il s’est félicité du retour de la paix alors que les barrages routiers commencent à être levés dans le pays, notamment à Quito, dans les régions amazonienne et andine.

En Équateur, le mouvement indigène rejette l'offre de dialogue du président Lenin Moreno

  En Équateur, le mouvement indigène rejette l'offre de dialogue du président Lenin Moreno La Confédération des nationalités indigènes de l'Équateur a rejeté, vendredi, l'offre de dialogue du président Lenin Moreno pour sortir de la crise provoquée par sa décision d'augmenter le prix de l'essence en échange d'un prêt du FMI. "Le dialogue que [le président Lenin Moreno] promeut manque de crédibilité." Tels sont les mots du communiqué publié vendredi 11 octobre par la principale organisation indigène d'Équateur, la Conaie, à l'issueLa Confédération des nationalités indigènes de l'Équateur a ajouté qu'elle ne négocierait avec le gouvernement qu'une fois "que sera abrogé" le décret supprimant les subventions au carburant.

Mesure la plus polémique : la suppression des subventions au carburant , qui font plus que doubler les prix à la pompe. C'est la deuxième fois que le chef de l’État accuse son prédécesseur Rafael Correa et son homologue vénézuélien Nicolas Maduro d'orchestrer la crise en Equateur pour le déstabiliser.

La colère sociale continue de grandir en Equateur une dizaine de jours après la naissance d'un mouvement Mesure la plus polémique : la suppression des subventions au carburant , qui font plus que Ces derniers jours, des Andes comme de l'Amazonie, ils ont été des milliers à converger vers

Deux semaines de crise

L’Equateur vivait une crise inédite avec des blocages de routes, manifestations et grèves qui ont paralysé le pays depuis près de deux semaines, l’obligeant aussi à suspendre la distribution de près de 70% de sa production de brut. L'état d'urgence a été déclaré le 3 octobre. La répression des manifestations et les affrontements ont aussi provoqué la mort de 7 personnes et blessé plus de 1300 personnes. Il y a aussi eu plusieurs centaines de personnes arrêtées. Les affrontements ont été particulièrement violents cette fin de semaine à Quito, la capitale.

► À lire aussi : « Cette réforme fait partie des exigences du FMI »

La communauté indigène, et notamment l’une de ses organisations représentatives la Conaie, a été le fer de lance de la contestation contre les mesures imposées par le gouvernement du président Lenin Moreno, mesures négociées avec le Fonds monétaire international en échange d’un prêt de de 4,2 milliards de dollars. La communauté indigène, souvent pauvre et rurale, était particulièrement impactée par ces mesures. Des dizaines de milliers de membres des organisations indigènes s’étaient déplacés à Quito pour demander l’annulation des mesures économiques. Mais elle est aussi organisée : des milliers de ses membres des Andes et d'Amazonie ont quitté leurs villages pour camper à Quito.

Ces images aériennes montrant la capitale de l'Equateur en feu, ce week-end, sont-elles authentiques? .
Un professeur de biologie équatorien a diffusé d'impressionnantes images, montrant l'envergure des révoltes dans la capitale équatorienne Quito, suite à l'annonce d'un paquet de réformes économiques et sociales pour obtenir un crédit du Fonds monétaire international. Question posée par le 14/10/2019 Bonjour, Vous nous avez interrogés à propos d’images censées montrer des incendies dans la capitale équatorienne Quito, le 12 octobre 2019. Voilà aBonjour,

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 3
C'est intéressant!