Monde: Dans les bidonvilles de Nairobi, au Kenya, des toilettes sèches publiques assurent l'hygiène de la population - - PressFrom - France
  •   
  •   

Monde Dans les bidonvilles de Nairobi, au Kenya, des toilettes sèches publiques assurent l'hygiène de la population

19:10  18 octobre  2019
19:10  18 octobre  2019 Source:   francetvinfo.fr

Mal-logement en Île-de-France : des chiffres "alarmants" selon la Fondation Abbé Pierre

  Mal-logement en Île-de-France : des chiffres Les Franciliens gagnent 26% de plus que les autres Français, mais la proportion de ménages pauvres augmente deux fois plus vite qu'ailleurs.

A Nairobi , la capitale du Kenya , plus de 60 % de la population vit dans des bidonvilles . Sans eau courante ni égouts, ces millions d’habitants n’ont souvent, pour leurs besoins, le choix qu’entre trois solutions : des toilettes insalubres, qui relâchent les déchets directement dans les égouts de surface

Une entreprise kenyane propose de louer des toilettes sèches dans des bidonvilles de Nairobi ( Kenya ) afin de transformer les excréments en engrais bio.

Ces sanitaires publics, en absence d'équipement individuel, apportent une solution efficace dans des quartiers kényans dépourvus de tout-à-l'égout.

  Dans les bidonvilles de Nairobi, au Kenya, des toilettes sèches publiques assurent l'hygiène de la population © Fournis par France Télévisions

Une société kényane s’est spécialisée dans l’équipement de sanitaires publics dans les quartiers pauvres. Ainsi à Mukuru, un bidonville de Nairobi, Sanergy installe depuis 2012 des toilettes sèches. Un succès. Auparavant, faute de toilettes, les habitants utilisaient des sacs et les jetaient dans les rues.

Dans ce capharnaüm de 250 000 habitants (peut-être même le double), les 3000 cabines installées sont utilisées par plus de 110 000 personnes.

Kenya : la communauté Sengwer marche sur Nairobi pour la défense de ses "terres ancestrales"

  Kenya : la communauté Sengwer marche sur Nairobi pour la défense de ses Des membres de cette communauté de l’ouest du Kenya manifestent contre leur expulsion de leurs forêts et pour la reconnaissance de leur tribu, selon le site VOA. © Fournis par France Télévisions Des centaines de membres de la communauté Sengwer, peuple autochtone de l’ouest du Kenya vivant dans la forêt d’Embobut, ont marché deux jours durant à travers leur territoire dans la vallée du Rift pour rejoindre la capitale, dans l’espoir de rencontrer le président Uhuru Kenyatta.

Près d’un milliard de personnes habitent dans les bidonvilles , soit environ un urbain sur trois dans les pays en développement. La reconnaissance internationale de la question des bidonvilles doit beaucoup aux chiffres et aux dimensions qui ont été annoncés pour attirer l’attention internationale.

Un bidonville , comme défini par le Programme des Nations unies pour les établissements humains, est la partie défavorisée d'une ville caractérisée par des logements très insalubres, une grande pauvreté et sans aucun droit ou sécurité foncière.

L’utilisation de toilettes sèches permet de ne pas dépendre d’un réseau d’égouts qui coûterait une fortune. La société loue ces toilettes aux familles pour environ 8 euros par mois.

Reportage AFP TV

Le contenu de ces toilettes sert d'engrais

Pour le confort et la commodité des propriétaires et des utilisateurs, les installations comprennent une station de lavage des mains avec du savon, de l’eau et un bac pour les produits d’hygiène féminine. Au Kenya, le manque de productivité pour cause de maladie coûte au pays 1% de son PIB chaque année.

Non seulement Sanergy installe, mais également entretien ces toilettes. Ainsi, elles sont vidées par la société et le contenu valorisé sert d’engrais. 7400 tonnes ont ainsi été récupérées en 2018, transformées en fertilisant utilisé par plus de 1000 agriculteurs.

En 2020, la société table sur un réseau de 5000 toilettes à Mukuru. Le modèle sera alors rentable, à 13 dollars par personne et par an, dont 6 à la charge des pouvoirs publics, soit cinq fois moins cher qu'un réseau d'égouts.

Différend Kenya-Somalie: l'ambassadeur américain à Nairobi accusé d'ingérence .
Dans une interview parue dans le journal Daily Nation, Kyle McCarter affirme avoir rencontré le président somalien Farmajo. Il lui aurait demandé d’abandonner les poursuites judiciaires dans son différend frontalier maritime avec Nairobi. « Je suis allé à Mogadiscio. J’ai dit au président somalien de retirer sa plainte. » Ce sont les propos de l’ambassadeur américain retranscrits dans le Daily Nation. Kyle McCarter s’est déjà dit favorable à un règlement du conflit maritime en dehors des tribunaux. Mais cette fois, certains l’accusent d’ingérence et de pression sur la Somalie, qui souhaite voir l’affaire tranchée par des juges.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 0
C'est intéressant!