Monde: Soudan: Riek Machar à Juba pour trouver une solution à son retour définitif - - PressFrom - France
  •   
  •   

Monde Soudan: Riek Machar à Juba pour trouver une solution à son retour définitif

01:05  20 octobre  2019
01:05  20 octobre  2019 Source:   rfi.fr

Pourparles de paix avec les mouvements armés du Soudan à Juba

  Pourparles de paix avec les mouvements armés du Soudan à Juba Des pourparlers de paix entre Khartoum et les rebelles des Etats soudanais du Darfour (ouest), du Sud-Kordofan (sud) et du Nil Bleu (sud-est) doivent reprendre lundi dans la capitale sud-soudanaise en présence du Premier ministre soudanais, Abdallah Hamdok. Des pourparlers de paix au Soudan débutent ce lundi 14 octobre à Juba et doivent durer un mois selon ce qui a été acté dans l'accord de principe trouvé le 11 septembre dernier entre leDes pourparlers de paix au Soudan débutent ce lundi 14 octobre à Juba et doivent durer un mois selon ce qui a été acté dans l'accord de principe trouvé le 11 septembre dernier entre le pouvoir de transition et les mouvements armés.

Le leader rebelle Riek Machar à l'aéroport de Juba , au Soudan du Sud, le 31 octobre 2018. © REUTERS/Samir Bol. Riek Machar demande un délai de six mois avant son retour car, selon lui, sa sécurité n’est pas garantie. On se souvient qu’en 2016, le chef rebelle avait dû fuir la capitale sous les

Riek Machar , a -t-il dit, « ne viendra pas à Juba sans accord sécuritaire ». Car pour Riek Machar , les conditions ne sont pas réunies pour son retour . Et de nombreux sujets délicats n'ont pas encore fait l'objet d'un accord définitif : l'unification des factions rivales en une seule armée

Le chef rebelle Riek Machar est arrivé au Soudan du Sud où il a rencontré pour la seconde fois depuis septembre le président Salva Kiir dans le but d'organiser son retour définitif le 12 novembre. © ALEX MCBRIDE / AFP Le chef rebelle Riek Machar est arrivé au Soudan du Sud où il a rencontré pour la seconde fois depuis septembre le président Salva Kiir dans le but d'organiser son retour définitif le 12 novembre.

Riek Machar est provisoirement de retour à Juba. Arrivé ce samedi 19 octobre au Soudan du Sud, le chef rebelle a rencontré pour la seconde fois depuis septembre, le président Salva Kiir. La visite doit servir à trouver une solution pour son retour définitif prévu le 12 novembre, jour où il doit prendre son poste de 1er vice-président avant la formation d'un gouvernement d'union nationale.

Les États-Unis prennent des sanctions contre des hommes d’affaires sud-soudanais

  Les États-Unis prennent des sanctions contre des hommes d’affaires sud-soudanais Les États-Unis continuent de mettre la pression contre le pouvoir au Soudan du Sud. Le Trésor américain a pris ce week-end des sanctions contre deux hommes d’affaires et les six sociétés qu’ils contrôlent. Ils sont accusés de corruption et de fraudes multiples en lien avec des officiels du gouvernement à Juba. Très bien connectés au sein du pouvoir, les deux hommes d’affaires sud-soudanais sont désormais sur la liste noire du Trésor américain. Les avoirs aux États-Unis d’Ashraf Seed Ahmed al-Cardinal et Kur Ajing Ater sont gelés. Toute transaction impliquant des Américains leur est également interdite.

Le chef rebelle Riek Machar , ennemi juré du président Salva Kiir, est de retour à Juba , plus de deux ans après sa fuite du pays. Près de trois semaines après l'accord signé à Addis-Abeba, une cérémonie se tient ce mercredi à Juba . Dans la capitale, des milliers de personnes rassemblées notamment sur

Cinq ans après son indépendance, le Soudan du Sud est en proie à la guerre civile. ►► Soudan du Sud : "Un désintéret total de la communauté internationale" En avril 2016, le climat semble s’apaiser : Riek Machar est invité par le président à revenir à Juba pour reprendre son travail de vice-président.

Le camp de Riek Machar menace de ne pas participer si certains problèmes ne sont pas réglés avant. Le temps presse. Il reste moins d’un mois afin de régler deux problèmes cruciaux. Pour le camp du chef rebelle, il n’y aura pas de gouvernement d’union si d’abord la question sécuritaire n’est pas réglée.

Les États-Unis menacent de sanctions

Il faut définir les conditions de protection de l’opposition à Juba. Or, certains experts exhortent le chef rebelle à ne pas rentrer avec des hommes armés dans la capitale. Lors de son dernier retour en 2016, des affrontements avec les soldats de Salva Kiir avaient relancé la guerre. Ensuite une armée nationale de 83 000 hommes doit être formée. Mais selon la commission d’application de l’accord, la moitié de cette nouvelle force n’était même pas prête fin septembre.

Gouvernement d’union au Soudan du Sud: la communauté internationale perd patience

  Gouvernement d’union au Soudan du Sud: la communauté internationale perd patience Au Soudan du Sud, le 12 novembre, le chef rebelle Riek Machar doit rentrer à Juba pour participer à un gouvernement d’union nationale. Mais les groupes d’opposition estiment que les conditions de sécurité, notamment à Juba, ne sont pas garanties pour qu’il rentre au pays. En attendant, la communauté internationale perd patience. Riek Machar devait rentrer en mai, mais après un passage éclair à Juba en septembre, il n’a toujours pas fait son retour définitif dans la capitale sud-soudanaise. Et malgré le délai accordé jusqu’au 12 novembre, son retour, et donc sa participation à un gouvernement d’union nationale s’annonce, toujours hypothétique.

Riek Machar doit prendre ses fonctions de vice-président à Juba . La communauté internationale se montrait très inquiète, ce mercredi 20 avril, pour le processus de paix au Soudan du Sud, après les retards répétés pris par le chef rebelle Riek Machar pour revenir dans la capitale Juba , où il doit

Riek Machar , l'ancien vice président sud-soudanais n'est plus à Juba , information rapportée par Mabior Garang le porte-parole de son parti, jeudi.

Le second écueil concerne les états fédéraux et leurs frontières. De 10 à l’origine, Salva Kiir les a fait passer à 32. Il est soupçonné d’avoir pris cette décision pour avantager son ethnie, les Dinkas. « Si cette question n’est pas réglée, je ne vois pas comment un gouvernement d’union pourrait être formé », estime le chercheur Alan Boswell.

Une délégation du Conseil des ministres de l’Autorité intergouvernementale pour le développement (Igad) est arrivée ce vendredi avant des représentants du Conseil de Sécurité de l’ONU ce dimanche. La communauté internationale pousse pour rapprocher les points de vue. Les États-Unis menacent même le régime de sanctions si la date du 12 n’est pas respectée. C'est une stratégie dangereuse selon Alan Boswell. « Ce pays n’est pas un bac à sable. Les Américains veulent contraindre les parties par la force. On a vu ce que ça a donné en 2016 », estime le chercheur.

Soudan du Sud: Riek Machar repart bredouille de Juba .
Riek Machar était à Juba depuis samedi. Mais malgré plusieurs rencontres avec le chef de l’État, sa visite n’a pas fait bouger les lignes. La situation est toujours confuse au Soudan du Sud. Le chef rebelle Riek Machar doit rentrer au pays le 12 novembre pour prendre le poste de premier vice-président, avant la nomination d’un gouvernement d’union nationale. Mais il s’oppose toujours au président Kiir concernant les conditions de sécurité, la formation d’une armée unifiée, le nombre et les frontières administratives.Riek Machar est reparti à Khartoum, son lieu d’exil, sur un constat d’échec.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 7
C'est intéressant!