•   
  •   

Monde Liban : face à la pression de la rue, les partis acceptent un plan de réformes du Premier ministre Saad Hariri

23:10  20 octobre  2019
23:10  20 octobre  2019 Source:   francetvinfo.fr

Le Liban en proie à des centaines d'incendies

  Le Liban en proie à des centaines d'incendies Confronté à des incendies de grande ampleur dans tout le pays depuis lundi, le Liban a dû procéder à la fermeture d'écoles et d'universités. Un homme est mort d'une crise cardiaque après avoir aidé la défense civile dans sa lutte contre le feu. Des espaces verts partis en fumée, des véhicules calcinés et une première victime : le Liban fait face, mardi 15 octobre, à des centaines d’incendies dans tout le pays, provoqués par une vague de chaleur accompagnée de vents forts. Un homme de 32 ans est décédé d'une crise cardiaque après avoir aidé les équipes de la défense civile à lutter contre le feu dans son village.

Les principaux dirigeants politiques ont répondu dimanche à l'ultimatum du Premier ministre, acceptant notamment de ne plus imposer de nouveaux impôts et un programme de privatisations.

  Liban : face à la pression de la rue, les partis acceptent un plan de réformes du Premier ministre Saad Hariri © Fournis par France Télévisions

Ils étaient conspués depuis plusieurs jours dans les rues du Liban. Les principaux partis libanais ont finalement accepté une série de réformes proposées par le Premier ministre, Saad Hariri, a appris l'AFP de source gouvernementale, dimanche 20 octobre.

Face à la pression de la rue, le chef du gouvernement avait donné trois jours à son gouvernement pour avaliser ces réformes, jusque-là bloquées par les divisions politiques. Cet ultimatum expire lundi en début de soirée.

Au Liban, Saad Hariri donne trois jours au gouvernement pour soutenir ses réformes

  Au Liban, Saad Hariri donne trois jours au gouvernement pour soutenir ses réformes Le Premier ministre libanais Saad Hariri a donné 72 heures aux membres de la coalition gouvernementale pour soutenir ses réformes économiques, au deuxième jour de manifestations massives contre la classe politique, accusée de corruption. Une réponse de l'exécutif était attendue au Liban au deuxième jour de manifestations massives contre la classe politique, sur fond de crise économique. C'est chose faite avec l'allocution du Premier ministre, Saad Hariri, qui a donné, vendredi 18 octobre, 72 heures aux membres de la coalition gouvernementale pour soutenir ses réformes économiques.

Les principaux dirigeants politiques ont répondu dimanche à cet ultimatum, acceptant notamment de ne plus imposer de nouveaux impôts et un programme de privatisations, a indiqué à l'AFP un responsable du gouvernement sous couvert de l'anonymat. Saad Hariri "a envoyé son plan à toutes les parties concernées et a reçu leur accord", a indiqué ce responsable, citant notamment les deux grandes formations ayant la majorité au gouvernement, le Mouvement patriotique libre (MPL) et le Hezbollah.

Un conseil des ministres devrait donner lundi matin son approbation formelle, en présence du président Michel Aoun.

Des centaines de milliers de personnes dans la rue

Les dernières manifestations ont été déclenchées par l'annonce inopinée, jeudi, d'une nouvelle taxe sur les appels effectués via les applications de messagerie comme WhatsApp.

Liban: Saad Hariri propose une série de mesures inédites pour résoudre la crise

  Liban: Saad Hariri propose une série de mesures inédites pour résoudre la crise Le Premier ministre libanais Saad Hariri a intensifié ses concertations le 20 octobre avec toutes les forces politiques pour tenter d’obtenir leur soutien à un « plan de sauvetage » économique qui sera discuté le lendemain par le Conseil des ministres. Ces démarches se déroulent alors que le mouvement de contestation populaire est entré sans sa quatrième journée, caractérisée par une mobilisation massive sans précédent. Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul KhalifehLe plan de sauvetage préparé par le Premier ministre libanais Saad Hariri constitue une réelle rupture avec les politiques économiques et financières passées.

Le discours télévisé du lendemain de Saad Hariri a été largement interprété par les manifestants comme une tentative de sauver in extremis la classe politique. Celle-ci est huée dans la rue pour sa corruption et son incapacité à conduire des réformes, dans un pays aux infrastructures déliquescentes.

Dimanche, pour le quatrième jour consécutif, les Libanais sont descendus dans tout le pays pour réclamer le départ de l'ensemble de la classe politique. La mobilisation a encore gagné en ampleur pour atteindre plusieurs centaines de milliers de personnes.

Aussi sur MSN; Liban : 4ème jour consécutif de manifestation

Suivez-nous sur Facebook
Téléchargez l'application
Microsoft News
Abonnez-vous à la newsletter

Après la démission de Saad Hariri, les Libanais veulent continuer la lutte .
VIDEO. Au soir de l’annonce du départ du Premier ministre, les manifestants veulent « ne pas perdre leur élan ».« Beaucoup d’autres doivent partir. On ne veut pas perdre l’élan, donc on reprend la rue », déclare notamment Roula, une jeune activiste. « On est toujours là, on se bat toujours, et on va rester dans les rues jusqu’à ce qu’on ait exactement ce qu’on veut et ce qu’on mérite », abonde Roy Bouchaya, un homme de 23 ans en recherche d’emploi.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 0
C'est intéressant!