Monde: Chili: le gouvernement recule mais les émeutes ne faiblissent pas - - PressFrom - France
  •   
  •   

Monde Chili: le gouvernement recule mais les émeutes ne faiblissent pas

01:05  21 octobre  2019
01:05  21 octobre  2019 Source:   rfi.fr

Le Chili décrète un couvre-feu pour la deuxième nuit consécutive

  Le Chili décrète un couvre-feu pour la deuxième nuit consécutive Face aux violentes manifestations qui secouent le pays depuis trois jours, les autorités chiliennes ont décrété, dimanche, un couvre-feu pour la deuxième nuit consécutive dans la capitale de Santiago. Les émeutes ne faiblissent pas au Chili. Les autorités chiliennes ont décrété, dimanche 20 octobre, un couvre-feu pour la deuxième nuit consécutive dans la capitale de Santiago, alors que le pays est secoué depuis trois jours par un violent mouvement de contestation qui a fait deux morts.

"Il ne s'agit pas seulement du métro, mais de tout. Les Chiliens en ont eu marre des injustices", a déclaré à une chaîne de télévision locale, Manuel, un La contestation n'a pas actuellement de dirigeants visibles ni de revendications claires. Le gouvernement a annoncé la suspension des cours

«Le Chili s'est réveillé». Sebastian Pinera avait décrété dans la nuit de vendredi à samedi l'«état d'urgence» pour 15 jours à Santiago et confié au général Javier Iturriaga del Campo la responsabilité d'assurer la sécurité. Des militaires patrouillaient ainsi samedi dans Santiago, pour la première fois

Les patrouilles de militaires dans les rues sont une première dans le pays depuis la fin de la dictature du général Augusto Pinochet. Ici à Santiago le 20 octobre. © REUTERS/Ivan Alvarado Les patrouilles de militaires dans les rues sont une première dans le pays depuis la fin de la dictature du général Augusto Pinochet. Ici à Santiago le 20 octobre.

Les violences et les pillages se sont poursuivis dimanche au Chili au troisième jour des pires émeutes qu'ait connu le pays depuis des décennies, qui ont fait deux morts et au moins trois blessés.

Pour la deuxième nuit consécutive, une mesure de couvre-feu a été décrétée à Santiago entre 19H00 et 06H00 locales. Parallèlement, l'« état d'urgence » est en vigueur dans cinq régions, dont la capitale de 7 millions d'habitants. « La démocratie a l'obligation de se défendre », a déclaré le président chilien Sebastian Pinera pour justifier ces mesures d'exception, à l'issue d'une réunion avec les présidents de la Chambre de députés, du Sénat et de la Cour suprême. Le général Javier Iturriaga, chargé vendredi de la sécurité publique par le président Pinera, a de son côté appelé les habitants à rester « calmes » et à ne pas sortir de chez eux.

Chili: après trois jours d'émeutes meurtrières, les manifestations continuent

  Chili: après trois jours d'émeutes meurtrières, les manifestations continuent Le Chili vit ce lundi encore au rythme de la contestation contre les inégalités sociales et le coût de la vie. Après plusieurs jours de violentes émeutes qui ont fait 11 morts selon un dernier bilan, un appel à la grève générale a été lancé pour aujourd'hui. Sur place, la mobilisation reste forte dans les grandes villes. Avec notre envoyée spéciale à Santiago, Aude Villiers-Moriamé Les militaires sont toujours extrêmement nombreux Plaza Italia, point névralgique de la contestation ces derniers jours. Une dizaine d'entre eux surveille l'entrée de la station de métro Baquedano, qui a été saccagée durant les manifestations, tandis que des hélicoptères survolent la place.

Découvrez ce magnifique pays longeant la cordillère des Andes.Vous y verrez une diversité de paysages sans pareil: volcans, montagnes et monts, mers, lacs

Le gouvernement a également déployé l'armée dans les régions de O'Higgins et Coquimbo. Mais la forte présence militaire et policière n'a pas permis d'éviter de nouvelles violences. Les sept millions d'habitants de Santiago se sont retrouvés samedi quasiment privés de transports publics , avec la

Les émeutes, les pires depuis des décennies au Chili, se sont poursuivies dimanche. Des affrontements ont eu lieu entre manifestants et policiers, sur la Plaza Italia, dans le centre de Santiago, où les forces de l'ordre ont répliqué aux protestataires avec des gaz lacrymogènes et des jets d'eau.

Au même moment, des pillages se déroulaient dans plusieurs endroits de la capitale. Les accès à plusieurs hypermarchés, qui étaient restés fermés dimanche, ont été forcés par des manifestants, en majorité des jeunes, qui en ressortaient les bras chargés de marchandises.

1 462 personnes arrêtées selon les autorités

Près de 10 000 policiers et militaires ont été déployés. Les patrouilles de militaires dans les rues sont une première dans le pays depuis la fin de la dictature du général Augusto Pinochet (1973-1990). Selon les autorités, 1 462 personnes ont été arrêtées, dont 644 dans la capitale et 848 dans le reste du pays.

Le président chilien Piñera tente l'apaisement après de nouvelles mobilisations

  Le président chilien Piñera tente l'apaisement après de nouvelles mobilisations Le président Sebastian Piñera a annoncé, lundi 21 octobre, qu’il va dialoguer avec l’opposition et chercher à adopter un « accord social » pour répondre aux problèmes des Chiliens. Cette déclaration intervient lundi soir alors que le bilan des violences atteint maintenant 12 morts. Avec notre envoyée spéciale à Santiago, Aude Villiers-Moriamé Quelques minutes après l’entrée en vigueur du couvre-feu, mis en place pour la troisième nuit consécutive à Santiago, Sebastian Piñera a reconnu qu’il avait eu des mots durs, ce week-end, lorsqu’il avait déclaré « nous sommes en guerre contre un ennemi puissant ».

Un incendie dans un supermarché de Santiago pillé pendant les émeutes a causé la mort de trois personnes dimanche matin. Selon le ministre de la Défense Alberto Espina, le gouvernement a déployé quelque 8000 hommes et compte y ajouter 1500 autres dans les heures qui viennent.

Depuis vendredi, des émeutes ont éclaté dans plusieurs régions du pays : trois d’entre elles, dont la Un déploiement qui n’a pas empêché la mort de trois personnes dimanche matin à Santiago, dans Une augmentation finalement annulée par le gouvernement chilien qui a reculé face aux manifestants.

Après trois jours de violences, le centre de la capitale chilienne et d'autres grandes villes, comme Valparaiso et Concepcion, offraient des visages de désolation : feux rouges au sol, carcasses de bus carbonisées, commerces pillés et incendiés, et des milliers de pierres et de bâtons parsemant les chaussées.

Ces émeutes ont fait deux morts dans la nuit de samedi à dimanche dans l'incendie d'un supermarché, à San Bernardo, dans le sud de la capitale. « Il y a eu un pillage et un incendie, au cours duquel deux femmes sont mortes et une troisième personne a été brûlée à 75% », a déclaré le ministre de l'Intérieur et de la Sécurité, Andrés Chadwick. Selon les autorités, deux personnes ont également été blessées par balle et hospitalisées dans un état « grave » après un incident avec la police lors de pillages, également dans le sud de la capitale.

Les manifestations ont débuté vendredi pour protester contre une hausse de 800 à 830 pesos (environ 1,04 euro) du prix des tickets de métro à Santiago, dotée du réseau le plus étendu (140 km) et le plus moderne d'Amérique du Sud qui transporte quotidiennement environ trois millions de passagers. Sebastian Pinera a suspendu la hausse samedi. Mais les manifestations et les violences se sont poursuivies, nourries par la colère face aux conditions socio-économiques et aux inégalités dans ce pays où l'accès à la santé et à l'éducation relève presque uniquement du secteur privé.

Toutes les fois où Meghan Markle a recyclé ses tenues de grossesse .
Meghan Markle a été aperçue plusieurs fois au cours de septembre et octobre 2019 vêtue des mêmes vêtements qu’elle portait lors de sa grossesse. Retour en images sur l’art du recyclage vestimentaire de la duchesse de Sussex.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 0
C'est intéressant!