Monde: Soudan du Sud: Riek Machar repart bredouille de Juba - - PressFrom - France
  •   
  •   

Monde Soudan du Sud: Riek Machar repart bredouille de Juba

07:05  22 octobre  2019
07:05  22 octobre  2019 Source:   rfi.fr

Pourparles de paix avec les mouvements armés du Soudan à Juba

  Pourparles de paix avec les mouvements armés du Soudan à Juba Des pourparlers de paix entre Khartoum et les rebelles des Etats soudanais du Darfour (ouest), du Sud-Kordofan (sud) et du Nil Bleu (sud-est) doivent reprendre lundi dans la capitale sud-soudanaise en présence du Premier ministre soudanais, Abdallah Hamdok. Des pourparlers de paix au Soudan débutent ce lundi 14 octobre à Juba et doivent durer un mois selon ce qui a été acté dans l'accord de principe trouvé le 11 septembre dernier entre leDes pourparlers de paix au Soudan débutent ce lundi 14 octobre à Juba et doivent durer un mois selon ce qui a été acté dans l'accord de principe trouvé le 11 septembre dernier entre le pouvoir de transition et les mouvements armés.

Le chef rebelle Riek Machar (G) et le président du Soudan du Sud , Salva Kiir signant l'accord de partage du pouvoir à Khartoum, au Soudan , le 5 août 2018. Le président Salva Kiir a rencontré ce lundi 9 septembre son rival Riek Machar à Juba , où le chef rebelle ne s'était pas rendu depuis un an.

Le chef rebelle Riek Machar , ennemi juré du président Salva Kiir, est de retour à Juba , plus de deux ans après sa fuite du pays. Près de trois semaines après l'accord signé à Addis-Abeba, une cérémonie se tient ce mercredi à Juba . Dans la capitale, des milliers de personnes rassemblées notamment sur

Le chef des rebelles du Soudan du Sud, Riek Machar. © REUTERS Le chef des rebelles du Soudan du Sud, Riek Machar.

Riek Machar était à Juba depuis samedi. Mais malgré plusieurs rencontres avec le chef de l’État, sa visite n’a pas fait bouger les lignes.

La situation est toujours confuse au Soudan du Sud. Le chef rebelle Riek Machar doit rentrer au pays le 12 novembre pour prendre le poste de premier vice-président, avant la nomination d’un gouvernement d’union nationale. Mais il s’oppose toujours au président Kiir concernant les conditions de sécurité, la formation d’une armée unifiée, le nombre et les frontières administratives.

Riek Machar est reparti à Khartoum, son lieu d’exil, sur un constat d’échec. Malgré plusieurs rencontres avec le président Kiir, les chefs de la sécurité et une délégation de l’ONU, la situation reste bloquée. Selon son entourage, l’opposant ne rentrera pas le 12 novembre et ne participera pas au gouvernement, au moins tant que l’armée unifiée ne sera pas opérationnelle…

Les États-Unis prennent des sanctions contre des hommes d’affaires sud-soudanais

  Les États-Unis prennent des sanctions contre des hommes d’affaires sud-soudanais Les États-Unis continuent de mettre la pression contre le pouvoir au Soudan du Sud. Le Trésor américain a pris ce week-end des sanctions contre deux hommes d’affaires et les six sociétés qu’ils contrôlent. Ils sont accusés de corruption et de fraudes multiples en lien avec des officiels du gouvernement à Juba. Très bien connectés au sein du pouvoir, les deux hommes d’affaires sud-soudanais sont désormais sur la liste noire du Trésor américain. Les avoirs aux États-Unis d’Ashraf Seed Ahmed al-Cardinal et Kur Ajing Ater sont gelés. Toute transaction impliquant des Américains leur est également interdite.

Le chef des rebelles du Soudan du Sud , Riek Machar Nous pensons que les Sud -Soudanais ont suffisamment de ressources pour financer la transition. Et une fois que la communauté internationale sera satisfaite sur ces problématiques, nous pourrons peut-être discuter d’un soutien supplémentaire. »

Au menu, de retour à Juba , Riek Machar est redevenu vice-président du Soudan du Sud , les Burundais commémorent un an de crise depuis les manifestations contre Pierre Nkurunziza, et enfin Patrice Talon en visite à l’Élysée demande à la France de lui venir en aide.

La formation de cette force de 83 000 soldats et anciens rebelles accuse un énorme retard. Selon les autorités, il faudra encore au moins trois mois pour assembler seulement la moitié du contingent.

Riek Machar devait rentrer définitivement à Juba en mai. Son retour a d’abord été repoussé de six mois. Mais vu les retards accumulés, le chef rebelle a demandé un nouveau délai, ce que la communauté internationale refuse…

Le Conseil de sécurité de l’ONU s’est dit déçu par l’intransigeance de Riek Machar et attend toujours son retour à Juba dans trois semaines. Même position pour la Troïka. Le groupe composé de la Norvège, des États-Unis et de la Grande-Bretagne, a pressé hier les différentes parties mais surtout le gouvernement, à « faire beaucoup plus » afin de tenir les délais.

Pour le chercheur Alan Boswell, la communauté internationale n’a pas la bonne approche. Selon lui, « au lieu de se focaliser sur le 12 novembre, tout le monde devrait faire pression sur les parties pour que les blocages disparaissent ». Il estime d’ailleurs qu’un nouveau report n’est pas le pire scénario.

L’inquiétude ne cesse de monter au Soudan du Sud à l’approche du 12 novembre .
Ce jour-là, le chef rebelle Riek Machar est censé rentrer à Juba et former un gouvernement d’union avec le président Salva Kiir. Sauf que son retour prévu en mai a déjà été reporté de six mois, et l’opposition demande un nouveau délai tant les retards dans l’application de l’accord de paix de 2018 sont importants. Ces derniers jours, les signaux d’inquiétudes se multiplient à l’approche du jour J. À nouveau, l’Église sud-soudanaise se dit « profondément inquiète » à l’approche du 12. Elle rappelle aux parties « leur devoir de faire avancer le pays sans violence ». En effet c’est l’incertitude autour de cette date.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 0
C'est intéressant!