Monde: Présidentielle en Bolivie : l'opposition appelle à bloquer le pays pour dénoncer les résultats - - PressFrom - France
  •   
  •   

Monde Présidentielle en Bolivie : l'opposition appelle à bloquer le pays pour dénoncer les résultats

19:10  22 octobre  2019
19:10  22 octobre  2019 Source:   france24.com

Bolivie: Evo Morales poussé au second tour par le centriste Carlos Mesa

  Bolivie: Evo Morales poussé au second tour par le centriste Carlos Mesa Le président sortant est sorti en tête du premier tour du scrutin présidentielle avec 45% des bulletins dépouillés, contre 38% pour son challenger, Carlos Mesa. Qu'il devra donc affronter lors d'un second tour inédit dans ce pays. Les prédictions laissaient supposer une partie délicate pour Morales, chef de l'État depuis 2006. Elles se sont confirmées dimanche soir lorsque la présidente du Tribunal suprême électoral bolivien, Maria Eugenia Choque, a annoncé les résultats partiels (84% des bulletins dépouillés) : 45,28% contre 38,16%, vers 20h.

L'incertitude régnait lundi en Bolivie face à la lenteur des autorités électorales à publier le résultat définitif de la présidentielle de la veille, Washington appelant à la "transparence" et l ' opposition à la mobilisation dans la rue.

Présidentielle en Bolivie : malaise face à la lenteur du décompte des voix. "Si ce pays sombre dans une guerre civile, ce sera la responsabilité du gouvernement", avait prévenu le dirigeant du Comité national de défense de la démocratie (Conade, organisation citoyenne proche de l ' opposition )

Les partisans du principal candidat à la présidence de l'opposition bolivienne, l'ancien président Carlos Mesa, scandent des slogans face aux partisans du président et candidat Evo Morales, à La Paz, le 21 octobre 2019. © Aizar Raldes, AFP Les partisans du principal candidat à la présidence de l'opposition bolivienne, l'ancien président Carlos Mesa, scandent des slogans face aux partisans du président et candidat Evo Morales, à La Paz, le 21 octobre 2019. En Bolivie, l'opposition a lancé un appel à la grève illimitée à partir de mardi midi après un revirement dans les résultats partiels de la présidentielle donnant Evo Morales vainqueur au premier tour.

Après de violents incidents dans la nuit, la Bolivie se préparait, mardi 22 octobre, à vivre une nouvelle journée de tension, exacerbée par les derniers résultats électoraux qui donnent le président sortant Evo Morales vainqueur au premier tour, dans un revirement inexpliqué dénoncé par son opposant et les observateurs.

Présidentielle en Bolivie : Evo Morales en tête, un second tour à venir selon des résultats partiels

  Présidentielle en Bolivie : Evo Morales en tête, un second tour à venir selon des résultats partiels Le président bolivien sortant, Evo Morales, est arrivé dimanche en tête du scrutin, suivi de près par le centriste Carlos Mesa, selon des résultats partiels. Un second tour, inédit depuis l'arrivée au pouvoir d'Evo Morales, devrait donc avoir lieu. En tête mais pas élu dès le premier tour. Evo Morales remportait 45,28 % des voix, dimanche 20 octobre vers 20 h (00 h 00 GMT), lors de l'élection présidentielle en Bolivie, suivi de près par son principal adversaire, le centriste Carlos Mesa, qui totalisait 38,16 % des votes, selon des résultats partiels portant sur près de 84 % des bulletins dépouillés.

Le malaise était perceptible lundi en Bolivie face à la lenteur des autorités électorales à publier le résultat définitif de la présidentielle de la veille, Washington appelant à la «transparence» et l ' opposition à la mobilisation dans la rue.

Elections en Bolivie : de violents incidents éclatent en divers points du pays (médias locaux). AFP / Aizar RALDES Des soutiens du candidat de l ' opposition Carlos Mesa manifestent pour dénoncer la "Nous n'allons pas reconnaître ces résultats qui font partie d'une fraude réalisée de manière

Un appel à la grève illimitée à partir de mardi midi a été lancé par Fernando Camacho, le président de l'influent Comité pro-Santa Cruz. Cette organisation de la société civile, fondée en 1950, regroupe des représentants des quartiers, des commerces, des transports et des chefs d'entreprises de la plus grande ville de Bolivie.

>> À lire : "Élections boliviennes : face à Evo Morales, une opposition déchirée"

"Demain, nous commençons à 12 h (16 h GMT, NDLR) à bloquer ce pays", a-t-il déclaré lundi devant des manifestants.

Lundi soir, de longues files s'étaient formées aux stations-service en prévision d'un long conflit social, tandis que de violents incidents éclataient à travers la Bolivie.

Des incidents dans plusieurs villes boliviennes

Evo Morales et Carlos Mesa se disputent les résultats de la présidentielle en Bolivie

  Evo Morales et Carlos Mesa se disputent les résultats de la présidentielle en Bolivie Revirement en Bolivie : de nouveaux chiffres publiés lundi soir par la commission électorale donnent finalement le président sortant Evo Morales réélu dès le premier tour. Des résultats contestés par son opposant Carlos Mesa. Coup de théâtre en Bolivie. Un nouveau décompte de la commission électorale publié lundi 21 octobre montre que le président sortant, Evo Morales, a suffisamment de voix pour remporter l'élection présidentielle dès le premier tour. Des résultats que son principal adversaire, Carlos Mesa, dénonce.

Le malaise était perceptible lundi en Bolivie face à la lenteur des autorités électorales à publier le résultat définitif de la présidentielle de la veille, Washington appelant à la "transparence" et l ' opposition à la mobilisation dans la rue. On se dirigeait dimanche soir vers un second tour inédit

Des soutiens du candidat de l ' opposition Carlos Mesa affrontent des forces de l'ordre devant l'hôtel qui abrite le Tribunal suprême électoral de Bolivie , le 21 octobre 2019 à La Paz - AFP. De violents incidents ont éclaté lundi à travers la Bolivie , à l'annonce de nouveaux résultats partiels qui donnent

À Sucre, la capitale constitutionnelle, située dans le Sud-Est, et à Potosi, dans le Sud-Ouest, une foule a mis le feu au tribunal électoral départemental, tandis que des affrontements avec la police se produisaient à La Paz et que le local de campagne du parti au pouvoir était saccagé à Oruro, ont rapporté La Razon, Los Tiempos et l'AFP. "Fraude !", "fraude !", "fraude !", pouvait-on notamment entendre dans certaines des vidéos mises en ligne.

Des incidents ont également été signalés dans d’autres villes, comme à Tarija (sud), à Cochabamba (centre), et à Cobija (nord), où la police a dispersé les manifestants.

Une conséquence des résultats électoraux

Ces manifestations ont eu lieu après que les autorités électorales, sans aucune explication, ont repris lundi soir le décompte rapide des voix interrompu la veille.

Lundi à 21 h (1 h GMT mardi), la page web du Tribunal suprême électoral bolivien (TSE) donnait Evo Morales en tête, avec 46,87 % des voix, creusant l'écart avec son principal adversaire Carlos Mesa, à 36,73 %, selon 95,3 % des bulletins dépouillés. Soit un écart de 10,14 points de pourcentage.

Pour s'imposer dès le premier tour, le candidat en tête doit obtenir la majorité absolue ou au moins 40 % des voix avec 10 points de pourcentage d'écart sur le second.

Une situation dénoncée par les observateurs de l'Organisation des États américains (OEA), présents en Bolivie pour l'élection présidentielle.

"La mission de l'OEA fait part de sa profonde inquiétude et surprise face au changement radical et difficile à justifier concernant la tendance des résultats préliminaires, après la clôture du scrutin" dimanche soir, qui ouvraient la voie à un second tour entre le président sortant Morales et son principal adversaire Carlos Mesa, ont réagi les observateurs de l'organisation dans un communiqué.

Avec AFP

Bolivie : deux morts dans des incidents liés à la crise électorale .
De violents incidents ont cours depuis la réélection du président Evo Morales. Les victimes seraient deux hommes de 48 et 60 ans, tués par balles. © afp.com/DANIEL WALKER La police anti-émeute tire des gaz lacrymogènes sur la foule à Santa Cruz en Bolivie, le 28 octobre 2019 Deux personnes sont mortes à Santa Cruz, dans l'est de la Bolivie, lors d'affrontements entre partisans et opposants du président Evo Morales, qui revendique la victoire à l'élection du 20 octobre.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 0
C'est intéressant!