•   
  •   

Monde Affaire ukrainienne : un diplomate livre un témoignage accablant pour Donald Trump

07:05  23 octobre  2019
07:05  23 octobre  2019 Source:   france24.com

Affaire ukrainienne : Trump veut voir le lanceur d'alerte témoigner au Congrès

  Affaire ukrainienne : Trump veut voir le lanceur d'alerte témoigner au Congrès Le président exige la levée de l'anonymat de celui dont le signalement a déclenché l'ouverture d'une enquête parlementaire en vue d'une procédure de destitution.

Donald Trump à la Maison Blanche, le 11 octobre 2019. © Yuri Gripas, Reuters Donald Trump à la Maison Blanche, le 11 octobre 2019. Selon le plus haut diplomate américain en Ukraine, qui a témoigné au Congrès mardi dans le cadre de l'enquête pour impeachment contre le président, Donald Trump a bien lié l’aide à l’Ukraine à une enquête de Kiev sur son rival Joe Biden.

Cette fois, c’est le plus haut diplomate américain en Ukraine qui le dit : le président américain a bien cherché à obtenir une enquête de Kiev sur son rival Joe Biden et sur la présidentielle de 2016 en échange du déblocage d’une aide militaire de 391 millions de dollars et d’une rencontre à la Maison Blanche avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

Pourquoi le témoignage du diplomate Bill Taylor est accablant pour Donald Trump

  Pourquoi le témoignage du diplomate Bill Taylor est accablant pour Donald Trump Un diplomate américain en poste en Ukraine a livré mardi devant le Congrès un témoignage accablant accréditant l'idée que Donald Trump a utilisé la politique étrangère américaine à des fins politiques personnelles. Jamais, mardi, Donald Trump ne s'était autant posé en victime. Dénonçant l'enquête menée par les élus démocrates en vue d'une possible procédure de destitution, le président américain a dénoncé un "lynchage". Un mot très lourd de sens aux Etats-Unis puisqu'il fait référence aux meurtres de Noirs par des Blancs aux 19e et 20e siècles, essentiellement dans le Sud.

William B. Taylor Jr., chargé d’affaires à l’ambassade américaine à Kiev, a livré son témoignage accablant, mardi 22 octobre, devant les trois commissions de la Chambre des représentants qui mènent l’enquête pour "impeachment" contre Donald Trump.

Le président américain, suspecté d’abus de pouvoir dans l’affaire ukrainienne, est menacé par cette mise en accusation qui, si elle est votée, débouchera sur un procès au Sénat en vue de sa destitution. Celle-ci n’a toutefois que peu de chances de se produire étant donné la majorité républicaine à la Chambre haute.

Reste que le témoignage de William B. Taylor Jr enfonce encore un peu plus le locataire de la Maison Blanche, qui ne cesse d’assurer qu’il n’y a pas eu de "quid pro quo" avec l’Ukraine. Le diplomate a démarré son audition à huis clos devant les élus par une déclaration préalable. Un document de 15 pages que le Washington Post s’est procuré.

Le Brexit s'approche en s'éloignant, un témoignage accablant pour Trump, Emmanuel Macron à La Réunion... l'essentiel de ce mercredi matin

  Le Brexit s'approche en s'éloignant, un témoignage accablant pour Trump, Emmanuel Macron à La Réunion... l'essentiel de ce mercredi matin L'essentiel des dernières heures Brexit. Le Brexit n’aura pas lieu le 31 octobre. Mardi soir, le Parlement britannique s’est enfin mis d’accord sur deux points. Il a d’abord voté en faveur de l’accord sur la sortie de l’Union européenne conclu la semaine dernière à Bruxelles entre les négociateurs européens et britanniques. Mais il a ensuite rejeté le calendrier de Boris Johnson. Côté européen, Donald Tusk recommande aux Etats-membres d’accepter un nouveau report. Notre article. Impeachment.

Donald Trump, un "homme d'affaires"

William B. Taylor Jr a notamment rapporté une conversation téléphonique avec Gordon Sondland, l’ambassadeur américain auprès de l’Union européenne. "Lors de cet appel, l’ambassadeur Sondland m’a dit que le président Trump lui avait affirmé qu’il voulait que le président Zelensky annonce publiquement que l’Ukraine allait enquêter sur Burisma et sur l’interférence supposée de l’Ukraine dans l’élection de 2016", a-t-il témoigné. Burisma est la compagnie gazière pour laquelle le fils du démocrate Joe Biden a travaillé alors que son père était vice-président des États-Unis. Donald Trump accuse Joe Biden d’avoir fait limoger un procureur ukrainien car il enquêtait sur Burisma - des allégations sans fondement jusqu’ici.

"L’ambassadeur Sondland m’a aussi dit qu’il reconnaissait avoir fait une erreur en disant aux Ukrainiens qu’une rencontre à la Maison Blanche avec le président Zelensky dépendait de l’annonce publique de ces enquêtes - en fait, a dit l’ambassadeur Sondland, ‘tout’ dépend d’une telle annonce, y compris l’assistance militaire", a ajouté William B. Taylor Jr.

En plein scandale ukrainien, Trump lève les sanctions contre la Turquie

  En plein scandale ukrainien, Trump lève les sanctions contre la Turquie Alors que de nouvelles révélations mettent à mal la version de la Maison-Blanche dans le scandale ukrainien, Donald Trump a annoncé mercredi la levée des sanctions contre la Turquie, décidée après l'offensive lancée contre les Kurdes.Acculé par les critiques provenant de certains de ses plus proches alliés, comme le sénateur Lindsey Graham, Donald Trump avait signé des sanctions contre la Turquie le 15 octobre. En les retirant à peine huit jours plus tard, le milliardaire risque de s'attirer les foudres des élus républicains qui se sont déjà montrés très agacés par la passivité de la Maison-Blanche face au président turc Recep Tayyip Erdogan.

L’ambassadeur "Sondland a tenté de m’expliquer que le président Trump était un homme d’affaires", se souvient encore le diplomate. "Quand un homme d’affaires est sur le point de signer un chèque à quelqu’un qui lui doit quelque chose, a-t-il dit, l’homme d’affaires demande à cette personne de payer avant qu’il ne signe le chèque."

"Des ouï-dire et des fuites sélectives"

La porte-parole de la Maison blanche, Stephanie Grisham, a tenté de défendre le président : "Il n'y a pas eu de quid pro quo. C'était encore aujourd'hui des ouï-dire et des fuites sélectives dans le cadre d'auditions aux motivations politiques, à huis clos et opaques de la part des démocrates."

William B. Taylor Jr a par ailleurs fait état d’un "canal clandestin et informel pour l'élaboration de la politique américaine" composé notamment de l'avocat personnel du président, Rudy Giuliani, de l'ex-émissaire spécial pour l'Ukraine, Kurt Volker, et de Gordon Sondland.

"C’est tout simplement le témoignage le plus accablant que j’aie entendu", a déclaré la représentante démocrate Debbie Wasserman Schultz. La semaine dernière, Gordon Sondland a lui aussi témoigné devant les commissions d’enquête du Congrès. "Il y avait beaucoup de choses dont l’ambassadeur Sondland ne se souvenait pas et dont l’ambassadeur Taylor s’est souvenu dans les moindres détails", a ajouté Debbie Wasserman Schultz.

Mardi matin, Donald Trump a estimé que l’enquête lancée contre lui équivaut à un "lynchage", un terme fort vertement critiqué par l’opposition mais aussi par le chef des républicains au Sénat Mitch McConnell. "Compte tenu de l'histoire de notre pays, je ne comparerais pas cela à un lynchage", a-t-il affirmé, déplorant un choix de mots "regrettable".

Procédure de destitution contre Donald Trump : un officier livre un témoignage à charge .
Auditionné mardi par le Congrès, le lieutenant-colonel Alexander Vindman a livré un témoignage embarrassant pour le président américain, se disant "très préoccupé" par la teneur de la conversation entre Donald Trump et Volodymyr Zelensky. C’est un témoignage de poids, susceptible de faire vaciller le président américain. Le lieutenant-colonel Alexander Vindman a été interrogé, mardi 29 octobre, à huis clos par des élus démocrates dans le cadre de l’enquête en vue de la destitution de Donald Trump.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 0
C'est intéressant!