Monde: Au Chili, le président Piñera prend un virage social pour apaiser la contestation - - PressFrom - France
  •   
  •   

Monde Au Chili, le président Piñera prend un virage social pour apaiser la contestation

09:15  23 octobre  2019
09:15  23 octobre  2019 Source:   msn.com

Au Chili, le président Pinera recule face aux manifestants

  Au Chili, le président Pinera recule face aux manifestants Face au mouvement de contestation qui a plongé la capitale chilienne dans le chaos, le président Sebastian Pinera a annoncé samedi soir qu'il gelait la hausse du prix du titre de transport à l'origine de la mobilisation. Il a fini par céder. Le président du Chili Sebastian Pinera a déclaré samedi 19 octobre qu'il allait annuler la hausse du prix du titre de transport qui a provoqué, dès son annonce le 6 octobre, un vaste mouvement de contestation dans le pays.Dans une allocution télévisée, le président de centre-droit a dit avoir écouté "avec humilité" la "voix de mes compatriotes" et la grogne à l'égard du coût élevé de la vie.

Après 5 jours d'émeutes, le président Sebastián Piñera a annoncé des mesures sociales . Il y a quelques jours, le dirigeant chilien qualifiait son état de pays "en guerre". Le changement de ton a eu lieu après une rencontre avec des partis d'opposition.

Chili Sebastian Pinera . Le président chilien Piñera tente l'apaisement après de nouvelles AFP Photos/Chilean Presidency /HO. Le président Sebastian Piñera a annoncé, lundi 21 De son côté, Francisca Miranda, anthropologue sociale et consultante des Nations unies au Chili , considère que

Des manifestants demandent la démission du président chilien à Valparaiso, le 22 octobre 2019. © Edgard Garrido, Reuters Des manifestants demandent la démission du président chilien à Valparaiso, le 22 octobre 2019. Salaire minimum garanti, hausse des retraites ou encore stabilisation des coûts de l'électricité : le président chilien Sebastian Piñera a proposé, mardi, des mesures sociales afin de mettre fin à cinq jours de troubles qui ont fait 15 morts.

Face à l'escalade de la contestation au Chili, le président Sebastian Piñera a proposé, mardi 22 octobre, un paquet de mesures destinées à apaiser la fronde, parmi lesquelles l'instauration d'un salaire minimum garanti, la hausse des retraites et la stabilisation des coûts de l'électricité.

Le Chili décrète un couvre-feu pour la deuxième nuit consécutive

  Le Chili décrète un couvre-feu pour la deuxième nuit consécutive Face aux violentes manifestations qui secouent le pays depuis trois jours, les autorités chiliennes ont décrété, dimanche, un couvre-feu pour la deuxième nuit consécutive dans la capitale de Santiago. Les émeutes ne faiblissent pas au Chili. Les autorités chiliennes ont décrété, dimanche 20 octobre, un couvre-feu pour la deuxième nuit consécutive dans la capitale de Santiago, alors que le pays est secoué depuis trois jours par un violent mouvement de contestation qui a fait deux morts.

Depuis l’état d’urgence décrété vendredi par le président Sebastián Piñera , l’armée est chargée du Vendredi, la contestation est montée d’un cran dans la violence, poussant le gouvernement à prendre des mesures Le président chilien a convoqué dimanche les représentants des pouvoirs exécutif

Le dirigeant de droite a pris un virage à gauche. Le président chilien, Sebastian Piñera , a proposé des mesures sociales afin de mettre fin à cinq jours de « Le Chili s’est réveillé ! », scandaient des manifestants en tapant sur des casseroles devant le palais présidentiel. La Centrale unitaire de

Le dirigeant de centre droit, dont certains contestataires appellent à la démission, a indiqué qu'il espérait transformer les manifestations violentes en une "opportunité" pour le Chili, "rattraper le temps perdu" et "prendre des mesures concrètes" pour mettre fin aux inégalités économiques qui alimentent la colère au sein du pays.

"Il est vrai que les problèmes se sont accumulés pendant des décennies et que les différents gouvernements n'ont pas été en mesure de reconnaître la situation dans toute son ampleur", a déclaré Sebastian Piñera lors d'un discours depuis le palais présidentiel mardi soir. "Je reconnais et demande pardon pour ce manque de vision", a-t-il ajouté.

Nouvelles manifestations attendues

Au moins 15 personnes ont été tuées et 5 400 arrêtées lors des manifestations qui ont débuté après l'annonce ce mois-ci de la hausse du prix des titres de transport, donnant lieu à des scènes de chaos dans la capitale Santiago où l'état d'urgence a été déclaré et un couvre-feu instauré le week-end dernier.

De nouvelles manifestations sont attendues mercredi, de même qu'une grève générale par solidarité avec les contestataires à laquelle prendront part fonctionnaires, enseignants ou encore employés de Codelco, principal producteur de cuivre au monde.

Avec Reuters

Le président chilien Piñera remplace un tiers de ses ministres .
Le président Piñera annonce un nouveau gouvernement après plusieurs semaines de contestation majeure dans le pays et 20 morts liés aux troubles. Dans ce gouvernement, huit ministres sont remplacés, dont son chef de gouvernement. Depuis le 18 octobre et les premières manifestations contre la hausse des prix du ticket de métro, le président Piñera a fait de nombreux compromis. Après s'être rétracté sur ses propos concernant l'état de guerre duDepuis le 18 octobre et les premières manifestations contre la hausse des prix du ticket de métro, le président Piñera a fait de nombreux compromis. Après s'être rétracté sur ses propos concernant l'état de guerre du pays, il a lancé une première série de réformes sociales.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 0
C'est intéressant!