•   
  •   

Monde Au Liban, les forces de sécurité tentent de débloquer les principaux axes routiers

19:20  26 octobre  2019
19:20  26 octobre  2019 Source:   france24.com

Contestation au Liban : les chrétiens du Parti des forces libanaises quittent le gouvernement Hariri

  Contestation au Liban : les chrétiens du Parti des forces libanaises quittent le gouvernement Hariri Les quatre ministres chrétiens maronites vont quitter le gouvernement libanais, a annoncé samedi soir le chef de file du Parti des forces libanaises Samir Geagea. Le pays est secoué depuis jeudi par une contestation de la classe politique. Première conséquence politique des manifestations au Liban : le chef du Parti des forces libanaises (chrétien), Samir Geagea, a annoncé, samedi 19 octobre, le départ de son mouvement du gouvernement, sur fond d'intense crise économique et sociale que traverse son pays."Nous sommes maintenant convaincus que le gouvernement est incapable de prendre les mesures nécessaires pour sauver la situation.

A l’approche d’un barrage routier des forces de sécurité , il convient de ralentir visiblement et de s’arrêter à la hauteur du représentant des forces de La région de Nabatiyé située au nord de l’ axe routier principal reliant Marjayoun au sud de la ville de Tyr. • Zones de vigilance renforcée (en jaune

La multiplication des barrages routiers sur les axes menant à la capitale, avec un risque d'une paralysie totale du pays, a conduit l'armée et les forces de sécurité , jusque-là très discrètes, à se déployer mercredi. Après des jours de manifestations géantes et festives

Des policiers libanais déplacent un protestataire participant au blocage d'une grande artère lors des manifestations antigouvernementales, à Beyrouth, le 26 octobre 2019. © Mohamed Azakir, Reuters Des policiers libanais déplacent un protestataire participant au blocage d'une grande artère lors des manifestations antigouvernementales, à Beyrouth, le 26 octobre 2019. La contestation se poursuit samedi au Liban, pour le dixième jour consécutif. Au lendemain de manifestations marquées par les violences, armée et police antiémeute ont été déployés. Les autorités font également face au blocage des axes routiers.

Le Liban de nouveau paralysé. Les manifestations antigouvernementales se poursuivent, samedi 26 octobre, contrant les efforts de l'armée visant à débloquer les routes du pays au dixième jour du mouvement de contestation.

Liban: la rue dénonce toujours la corruption, un ex-Premier ministre poursuivi

  Liban: la rue dénonce toujours la corruption, un ex-Premier ministre poursuivi Au Liban, le mouvement de contestation se poursuit dans l’ensemble du pays pour dénoncer la corruption de la classe politique et ce, malgré l’annonce par le Premier ministre Saad Hariri, lundi 21 octobre, d’un plan de sauvetage économique. De notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh La violence est montée d’un cran ce mercredi 23 octobre lorsque l’armée a essayé d’ouvrir de force les routes bloquées par les manifestants. L’armée, qui se contentait d’observer de loin les manifestations depuis le 17 octobre, a reçu l’ordre, ce mercredi, d’ouvrir les principaux axes routiers coupés par les manifestants, paralysant complètement le pays.

les Etats d’origine et de transit, débloquer des fonds pour soutenir les projets importants pour. routes, la DIR-Nord, qui interviennent en urgence en pleine nuit pour rendre les axes routiers . démantelé 24 de ces filières dans le Calaisis. Je veux ici aussi saluer son action. Les forces de .

Loin de faiblir malgré l'annonce de réformes par le gouvernement, le mouvement semble parti pour durer avec une occupation toujours aussi forte de la rue. La multiplication des barrages routiers sur les axes menant à la capitale, avec un risque d'une paralysie totale du pays, a conduit l'armée et les

Selon un communiqué de l'armée libanaise, responsables militaires et forces de sécurité se sont concertés pour trouver le moyen de rouvrir les artères principales à la circulation tout en "assurant la sécurité des manifestants".

Liban: la rue dénonce toujours la corruption, un ex-Premier ministre poursuivi

  Liban: la rue dénonce toujours la corruption, un ex-Premier ministre poursuivi Offrir chaque mois un jour de salaire à l’État pendant 5 ans: l'idée aurait été suggérée au nouveau président Kaïs Saïed par des citoyens. Le but : diminuer la dette publique. Le débat est lancé. Dans plusieurs endroits du monde, le film "Joker" est en passe de devenir un symbole de contestation. On retrouve des manifestants grimés en "méchant de Batman" au Chili, à Hong Kong, ou encore à Beyrouth. Toujours au Liban, les soldats ont multiplié les gestes de solidarité avec les manifestants.

La Force intérimaire des Nations unies au Liban (ou FINUL) (en anglais : United Nations Interim Force in Lebanon ou UNIFIL) a été mise en place par les résolutions 425 (1978) et 426 (en) des Nations unies du 19 mars 1978 à l'initiative du général français Jean Cuq

Loin de faiblir malgré l’annonce de réformes par le gouvernement, le mouvement semble parti pour durer avec une occupation toujours aussi forte de la rue. La multiplication des barrages routiers sur les axes menant à la capitale, avec un risque d’une paralysie totale du pays, a conduit l’armée et les

Des manifestants qui ont coupé les routes avec des barrières et organisé des sit-in pour demander la démission du gouvernement, accusant la classe politique de corruption et de mauvaise gestion des finances publiques, et la jugeant responsable de la pire crise économique depuis la guerre civile (1975-1990).

Au Liban, les forces de sécurité tentent de débloquer les principaux axes routiers

  Au Liban, les forces de sécurité tentent de débloquer les principaux axes routiers La contestation se poursuit samedi au Liban, pour le dixième jour consécutif. Au lendemain de manifestations marquées par les violences, armée et police antiémeute ont été déployés. Les autorités font également face au blocage des axes routiers. Le Liban de nouveau paralysé. Les manifestations antigouvernementales se poursuivent, samedi 26 octobre, contrant les efforts de l'armée visant à débloquer les routes du pays au dixième jour du mouvement de contestation.

Les forces de sécurité libanaises se déploient aux abords d'un barrage de manifestants à Beyrouth, le 23 La presse libanaise tente de lister les pistes d'une sortie de crise sans qu'aucune ne lui paraisse à ce Il espère surtout faire débloquer un fonds de 11 milliards de dollars promis en avril 2018 lors

Au septième jour de la mobilisation populaire contre le pouvoir, deux éléments marquants sont à retenir : la tentative par l’armée de rouvrir les axes routiers bloqués par les protestataires, et les affrontements entre manifestants et hommes du Hezbollah et de Amal à Nabatiyé, au Liban -Sud.

Armée et police antiémeute déployés

Liban : la France souhaite que soit "rapidement formé" un nouveau gouvernement

  Liban : la France souhaite que soit Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a exprimé ce jeudi la position de Paris, deux jours après la démission du Premier ministre Saad Hariri. © afp.com/Eric FEFERBERG Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, avec l'ancien Premier ministre libanais, Saad Hariri. C'est un communiqué d'une dizaine de lignes de Jean-Yves Le Drian, envoyé à la presse ce jeudi matin.

Les Forces de sécurité intérieure (FSI) sont un corps représentant la police libanaise, et dont le directeur général est le général de division Imad Osman. Son effectif est d'environ 30 000 personnes dans les années 2000. Sa mission comprend : Le maintien de l'ordre. La sécurité routière.

Dès le matin, des militants ont tenté de bloquer plusieurs axes routiers pour empêcher les gens de se rendre à leur lieu de travail, et si l’armée a Le développement le plus marquant au Liban -Sud hier reste cependant la tentative d’hommes relevant du mouvement Amal et du Hezbollah de mater les

"Nous ne quitterons pas la rue car c'est la seule carte que les gens peuvent utiliser pour faire pression", a déclaré Yehya al-Tannir, manifestant présent sur un pont de la capitale où ont été dressées des barricades. "Nous ne partirons pas tant que nos demandes ne seront pas satisfaites."

Liban: des partisans du président du Parlement se mobilisent pour le défendre

  Liban: des partisans du président du Parlement se mobilisent pour le défendre À Beyrouth, les manifestants contre le régime tentent de maintenir leur mobilisation. Ce samedi 2 novembre, certains avaient appelé à marcher vers le domicile de Nabih Berri, le président du Parlement au pouvoir depuis presque 30 ans, une figure qu’ils contestent. Mais les partisans de Berri ont fait barrage. Avec notre envoyée spéciale à Beyrouth, Murielle Paradon « Par notre âme et par notre sang, nous nous sacrifions pour toi », crient les partisans de Nabih Berri. Ils sont venus défendre le président du Parlement devant son domicile où une manifestation contre lui devait avoir lieu.

Le blocage de certaines routes a perturbé la vie quotidienne des civils et le transport de produits de base tels que le blé et la farine, d’où la décision de « Des échauffourées ont éclaté après que l’armée a tenté de débloquer l ’autoroute de Nahr al-Kelb au nord de Beyrouth et les routes menant à Saïda

Au lendemain de l'incursion russe en Syrie, les forces kurdes qui occupaient la frontière avec la Turquie ont abandonné leurs positions, laissant ainsi cette zone À Qamishli, un groupe de policières kurdes monte la garde lors d'une manifestation contre le gouvernement turc, mercredi 23 octobre 2019.

Le train de réformes d'urgence, annoncé dans la semaine par le gouvernement, n'a pas calmé l'ardeur des protestataires. Des soldats et des membres de la police antiémeute ont été déployés sur les routes principales du pays.

Des routes bloquées à Beyrouth et dans le sud du Liban

  Des routes bloquées à Beyrouth et dans le sud du Liban Au Liban, les manifestants ont bloqué, lundi, des axes de circulation, au lendemain d'une nouvelle journée de mobilisation illustrant leur mécontentement face aux promesses de la classe politique, qui n'a pas réussi à enrayer ce soulèvement inédit. "Cette révolution ne dort pas, formez un gouvernement aujourd'hui". C'est le mot d'ordre qui résonne parmi les manifestants libanais, qui entament leur troisième semaine de protestation. Lundi 4 novembre, ils bloquaient les autoroutes au nord et au sud de Beyrouth ainsi que dans d'autres région, à Tripoli notamment, avec des bennes à ordures et des voitures garées en travers de la chaussée.

Dans le cadre de l'émission La Quotidienne sur France 5, à 11 h 45, la séquence du vendredi 18 octobre consacre son dossier à la Chaîne des Relais Routiers et offre une bonne tribune au magazine mensuel Les Routiers , dont la couverture actuelle titre sur un camion consacré aux femmes.

À noter que les agents de sécurité ne sont pas armés à moins d’avoir obtenu des autorisations spéciales comme c’est le cas pour la surveillance d’une banque ou d’une bijouterie par exemple où les risques sont plus importants. Enfin, c’est un métier qui demande de rédiger de nombreux rapports

Vendredi, le chef du puissant mouvement Hezbollah, Hassan Nasrallah, a mis en garde contre une nouvelle guerre civile au Liban, appelant ses partisans à ne pas prendre part aux manifestations.

Avec Reuters

Des routes bloquées à Beyrouth et dans le sud du Liban .
Au Liban, les manifestants ont bloqué, lundi, des axes de circulation, au lendemain d'une nouvelle journée de mobilisation illustrant leur mécontentement face aux promesses de la classe politique, qui n'a pas réussi à enrayer ce soulèvement inédit. "Cette révolution ne dort pas, formez un gouvernement aujourd'hui". C'est le mot d'ordre qui résonne parmi les manifestants libanais, qui entament leur troisième semaine de protestation.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 0
C'est intéressant!