•   
  •   

Monde Au Mali, une "attaque terroriste" contre l'armée fait plus de 10 morts

02:05  02 novembre  2019
02:05  02 novembre  2019 Source:   france24.com

Mali: plus de cinquante mort dans l'attaque contre un camp militaire

  Mali: plus de cinquante mort dans l'attaque contre un camp militaire C'est l'une des plus grosses pertes de l'armé malienne depuis plusieurs années. L’armée malienne a essuyé vendredi une de ses plus grosses pertes depuis plusieurs années avec la mort de 53 soldats et d’un civil dans une «attaque terroriste» contre un camp militaire à Indelimane, près de la frontière avec le Niger. Le ministre de la Communication, Yaya Sangaré a également fait état de «dix rescapés» et de «dégâts matériels importants» dans cette localité d’Ansongo, dans le secteur de Ménaka (nord-est). «La situation est sous contrôle. Le ratissage et le processus d’identification des corps se poursuivent», a-t-il précisé.

Image caption Des villageois du centre du Mali . Le gouvernement malien confirme la mort de 95 personnes Il fait état de 19 villageois "portés disparus" et soupçonne que l' attaque ait été menée par des Elle ajoute que "des hommes armés , soupçonnés d'être des terroristes, ont lancé un assaut

*Des soldats français de l'opération Barkhane ont été visés dimanche par une attaque " terroriste " dans la région de Gao, dans le La chaîne YouTube d' Africanews vous apporte votre dose quotidienne d’ informations traitant de l’actualité africaine et internationale, une sélection faite par les

Des soldats de l'armée malienne dans les rues de Gao, le 24 juillet 2019. © Souleymane Ag Anara, AFP Des soldats de l'armée malienne dans les rues de Gao, le 24 juillet 2019. Au moins 15 soldats maliens ont été tués, vendredi, lors d'une "attaque terroriste" lancée contre une position militaire à Indelimane, dans la zone de Ménaka (nord-est), près de la frontière avec le Niger, a annoncé l'armée malienne.

Au Mali, l'armée a été de nouveau la cible d'une "attaque terroriste". Cette fois-ci, elle a visé, vendredi 1er novembre, un poste militaire à Indelimane, dans la région de Ménaka, dans le nord-est, et a fait "15 morts" du côté des soldats, selon un "bilan provisoire", publié par l'armée sur Twitter.

Attaque "terroriste" au Mali : 53 soldats et un civil tués

  Attaque Il s'agit pour l'armée malienne de l'une de ses plus lourdes pertes depuis plusieurs années. © afp.com/Daphné BENOIT Armée malienne (Photo d'illustration). Une "attaque terroriste" contre un camp militaire à Indelimane, près de la frontière avec le Niger, dans le nord-est du pays a tué 53 soldats et un civil. Un lourd bilan pour l'armée malienne.

MALI - Au moins quatre personnes, dont deux militaires et un assaillant, ont été tuées vendredi dans l' attaque d'un hôtel de Sévaré, dans le centre du Mali , où séjournent des étrangers. L' attaque , lancée vendredi matin par des hommes armés à Sévaré, ville stratégique à une douzaine de kilomètres de

Des soldats français de l'opération Barkhane ont été visés dimanche par une attaque " terroriste " dans la région de Gao. Il y aurait deux morts et plusieurs

Cette attaque survient un mois après la mort de 40 soldats dans deux attaques jihadistes le 30 septembre et le 1er octobre, près du Burkina Faso, pays situé au sud du Mali, selon un bilan d'un responsable du ministère de la Défense.

L'attaque de vendredi a fait en outre "des blessés et des dégâts matériels", selon l'armée. Le gouvernement malien a pour sa part fait savoir, vendredi soir, qu'il "condamnait" cette "attaque terroriste, qui a fait des morts, de nombreux blessés et des dégâts matériels du côté des Forces nationales de défense et de sécurité", selon un communiqué distinct qui ne donne pas de bilan précis.

Des renforts pour traquer les assaillants

"Des renforts ont été dépêchés pour sécuriser la zone et traquer les assaillants", a ajouté le gouvernement sans donner de précisions sur ces derniers. Des soldats maliens étaient également portés disparus, vendredi, a indiqué à l'AFP une source militaire. L'attaque n'a pas été revendiquée vendredi soir.

Mali: un militaire français tué par un engin explosif près de Ménaka

  Mali: un militaire français tué par un engin explosif près de Ménaka Un militaire français a été tué en opération ce samedi matin près de Ménaka, au Mali, lors du déclenchement d'un engin explosif improvisé au passage de son véhicule blindé. Le brigadier Ronan Pointeau faisait partie du 1er régiment de spahis de Valence. Alors qu'il participait ce samedi à l'escorte d'un convoi, son véhicule blindé léger a été touché par l'explosion d'un engin explosif dans la région de Ménaka, au nord-est du Mali. Le militaire âgé de 24 ans est décédé des suites de cette explosion, indique l'armée française dans un communiqué.

Des soldats français de l'opération Barkhane ont été visés dimanche par une attaque " terroriste " dans la région de Gao, dans le centre-nord du Mali , ont

L' attaque avait fait «quatre blessés chez Barkhane» et au moins deux morts et une vingtaine de blessés chez les civils, a indiqué l'état-major à l'AFP. Selon les autorités maliennes citant un bilan provisoire de source hospitalière, cet attentat a fait quatre morts et 23 blessés parmi des civils.

Le nord du Mali était tombé entre mars  et avril 2012 sous la coupe de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda, à la faveur de la déroute de l'armée face à la rébellion à dominante touareg, d'abord alliée à ces groupes, qui l'ont ensuite évincée. Les jihadistes en ont été en grande partie chassés ou dispersés à la suite du lancement en janvier 2013, à l'initiative de la France, d'une intervention militaire, qui se poursuit actuellement.

Cependant, les violences jihadistes ont non seulement persisté, mais se sont propagées du nord vers le centre du Mali, puis au Burkina Faso et au Niger voisins, se mêlant souvent à des conflits intercommunautaires ayant fait des centaines de morts.

Avec AFP

Mali: marche de soutien à l'armée et contre les forces étrangères à Bamako .
Quelques milliers de personnes ont manifesté vendredi 8 novembre à Bamako pour soutenir l'armée malienne et contre les forces étrangères au Mali. Des veuves de militaires maliens morts au front au centre et au nord du Mali, ont également participé à la manifestation qui s'est déroulée sans grands incidents. Parmi les manifestants, certains étaient venus soutenir l’armée nationale. « Nous avons dit : "Ceux qui sont en train de tomber sur le champ d’honneur, ils sont en train de tomber pour nous, les Maliens !" Il faut qu’on se retrouve ensemble pour dire à cette armée que, quand elle tourne le dos, le peuple malien est dans la rue.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 1
C'est intéressant!