•   
  •   

Monde Mali: un militaire français tué par un engin explosif près de Ménaka

22:05  02 novembre  2019
22:05  02 novembre  2019 Source:   rfi.fr

Mali : le groupe Etat islamique revendique l'attaque qui a tué un militaire français

  Mali : le groupe Etat islamique revendique l'attaque qui a tué un militaire français L'organisation revendique également l'attaque contre un camp de l'armée malienne qui a fait 49 morts, la veille. © Fournis par France Télévisions Le groupe Etat islamique a revendiqué, samedi 2 novembre, l'attaque qui a tué un militaire français au Mali plus tôt dans la journée. Ronan Pointeau est mort "après le déclenchement d’un engin explosif improvisé au passage de son véhicule blindé", selon la présidence française.#Mali l’#EI revendique l’IED contre un convoi de #Barkhane qui a coûté la vie à un militaire français #France dans la région d’#Indelimane pic.twitter.

Le militaire a été tué par l'explosion d'un IED au passage de son véhicule blindé léger (photo d'illustration). © PASCAL GUYOT / AFP Le militaire a été tué par l'explosion d'un IED au passage de son véhicule blindé léger (photo d'illustration).

Un militaire français a été tué en opération ce samedi matin près de Ménaka, au Mali, lors du déclenchement d'un engin explosif improvisé au passage de son véhicule blindé.

Le brigadier Ronan Pointeau faisait partie du 1er régiment de spahis de Valence. Alors qu'il participait ce samedi à l'escorte d'un convoi, son véhicule blindé léger a été touché par l'explosion d'un engin explosif dans la région de Ménaka, au nord-est du Mali. Le militaire âgé de 24 ans est décédé des suites de cette explosion, indique l'armée française dans un communiqué.

Mali : ce que l'on sait de l'attentat revendiqué par Daech qui a tué un militaire français

  Mali : ce que l'on sait de l'attentat revendiqué par Daech qui a tué un militaire français Le brigadier Ronan Pointeau, 24 ans, a été tué par un engin explosif. Il est le vingt-cinquième militaire français tué au Mali de l'opération française "Serval".

Le président français Emmanuel Macron a salué « le sacrifice » du militaire, et exprimé « ses pensées vers ses camarades engagés dans les opérations au Sahel », « ainsi que vers leurs frères d'armes des armées sahéliennes, qui paient un lourd tribut dans la lutte contre le terrorisme ».

Vendredi, 49 soldats maliens ont été tués à Indelimane, près de Ménaka, au cours d'une « attaque terroriste » attribuée aux jihadistes. Cette attaque est l'une des plus grave subies par l'armée malienne.

« Dans un contexte sécuritaire dégradé, la mort du brigadier Ronan Pointeau nous montre que le combat contre les groupes terroristes qui sévissent au Sahel n'est pas terminé et notre détermination à le poursuivre est entière », écrit la ministre française des Armées dans un communiqué. Florence Parly a annoncé qu'elle se rendrait « très prochainement au Mali, afin de s'entretenir avec les autorités maliennes ».

Mali: marche de soutien à l'armée et contre les forces étrangères à Bamako .
Quelques milliers de personnes ont manifesté vendredi 8 novembre à Bamako pour soutenir l'armée malienne et contre les forces étrangères au Mali. Des veuves de militaires maliens morts au front au centre et au nord du Mali, ont également participé à la manifestation qui s'est déroulée sans grands incidents. Parmi les manifestants, certains étaient venus soutenir l’armée nationale. « Nous avons dit : "Ceux qui sont en train de tomber sur le champ d’honneur, ils sont en train de tomber pour nous, les Maliens !" Il faut qu’on se retrouve ensemble pour dire à cette armée que, quand elle tourne le dos, le peuple malien est dans la rue.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 1
C'est intéressant!