•   
  •   

Monde Au Mali, encore deux soldats tués et six blessés par un engin explosif

18:05  03 novembre  2019
18:05  03 novembre  2019 Source:   lexpress.fr

Au Mali, une "attaque terroriste" contre l'armée fait plus de 10 morts

  Au Mali, une Au moins 15 soldats maliens ont été tués, vendredi, lors d'une "attaque terroriste" lancée contre une position militaire à Indelimane, dans la zone de Ménaka (nord-est), près de la frontière avec le Niger, a annoncé l'armée malienne. Au Mali, l'armée a été de nouveau la cible d'une "attaque terroriste". Cette fois-ci, elle a visé, vendredi 1er novembre, un poste militaire à Indelimane, dans la région de Ménaka, dans le nord-est, et a fait "15Cette attaque survient un mois après la mort de 40 soldats dans deux attaques jihadistes le 30 septembre et le 1er octobre, près du Burkina Faso, pays situé au sud du Mali, selon un bilan d'un responsable du ministère de la Défense.

Mali : deux soldats tués et six blessés par un engin explosif dans le centre (armée). De si beaux souvenirs avec Marie". Marie Laforêt avait tourné avec des réalisateurs comme Georges Lautner, Henri Verneuil ou encore Pierre Granier-Deferre, Michel Deville, Jean-Pierre Mocky

Mali : deux soldats tués et six blessés par un engin explosif dans le centre (armée). Marie Laforêt avait tourné avec des réalisateurs comme Georges Lautner, Henri Verneuil ou encore Pierre Granier-Deferre, Michel Deville, Jean-Pierre Mocky

Huit soldats maliens à bord d'un véhicule ont été victimes d'un engin explosif, au cours d'une patrouille dans le centre du pays.

Des soldats maliens en position avant une visite du Premier ministre français au Mali le 24 février 2019 © afp.com/ALAIN JOCARD Des soldats maliens en position avant une visite du Premier ministre français au Mali le 24 février 2019

Nouvelle attaque au Mali. Deux soldats de l'armée malienne ont été tués et six blessés samedi lors d'une patrouille dans le centre du pays, après le passage de leur véhicule sur un engin explosif, a annoncé ce dimanche l'armée malienne.

"Lors d'une patrouille de proximité, un véhicule Fama (Forces armées maliennes) a sauté sur un engin explosif improvisé" dans la zone de Bandiagara (centre) samedi. "Le bilan est de deux morts, six blessés", a indiqué l'armée sur Twitter.

Mali : 53 soldats et un civil tués dans une attaque contre un camp militaire

  Mali : 53 soldats et un civil tués dans une attaque contre un camp militaire Quarante soldats avaient déjà été tués dans deux assauts jihadistes le 30 septembre à Boulkessy et le 1er octobre à Mondoro, dans le sud du pays. © Fournis par France Télévisions Il s'agit de l'une des plus grosses pertes connues par l'armée malienne ces dernières années. Selon les autorités locales, 53 soldats et un civil ont été tués dans une attaque contre un camp militaire à Indelimane, près de la frontière avec le Niger.

Image caption Deux autres militaires de ce régiment avaient été tués le 21 février dernier. Un militaire français a été tué lors d'une opération samedi matin au Mali , dans la région de Menaka. C'est dans cette même region que l'armée malienne a subi vendredi une attaque qui a fait 49 morts, selon les

Un militaire français a été tué en opération ce samedi matin près de Ménaka, au Mali , lors du déclenchement d' un engin explosif improvisé au passage de son véhicule blindé. Le groupe Etat islamique a revendiqué l'attaque. Le brigadier Ronan Pointeau faisait partie du 1er régiment de spahis

L'explosion ayant tué les deux soldats a eu lieu dans la localité de Douvombo et leur "véhicule a été détruit", a ajouté l'armée. Les blessés ont été évacués dans un hôpital de Sévaré, à 15 km de Mopti, la principale ville du centre du Mali.

Une série d'attaques meurtrières

Cet incident, après la mort vendredi de 49 soldats dans une attaque djihadiste près du Niger, à Indelimane, revendiquée par le groupe Etat islamique, porte à au moins 51 le nombre de militaires maliens tués depuis vendredi.

Un militaire français avait aussi été tué samedi matin lors d'une opération au Mali, dans la région de Menaka (nord-est), près du Niger, également victime d'un engin explosif, une action revendiquée le même jour, dans la soirée, par le groupe djihadiste État islamique.

Attaque "terroriste" au Mali : 53 soldats et un civil tués

  Attaque Il s'agit pour l'armée malienne de l'une de ses plus lourdes pertes depuis plusieurs années. © afp.com/Daphné BENOIT Armée malienne (Photo d'illustration). Une "attaque terroriste" contre un camp militaire à Indelimane, près de la frontière avec le Niger, dans le nord-est du pays a tué 53 soldats et un civil. Un lourd bilan pour l'armée malienne.

Le 1er régiment de Spahis de valence avait déjà payé un lourd tribu de son engagement au Mali en 2018. En effet, le 21 février, engagés dans l’opération Barkhane, alors qu’ils escortaient leur chef de corps le colonel Heon, l’adjudant Quarante soldats avaient alors été tués dans ces deux attaques.

Le soldat français « a succombé à ses blessures après l’explosion d’ un engin explosif improvisé près de Ménaka au Mali », a indiqué la ministre des Armées Florence Parly dans un 53 soldats maliens tués la veille. De fait, l’armée malienne a encore subi une attaque meurtrière vendredi 1er novembre.

LIRE AUSSI>> Mali : ce que l'on sait de l'attentat revendiqué par Daech qui a tué un militaire français

L'attaque de vendredi à Indelimane est survenue un mois après des attaques djihadistes meurtrières le 30 septembre à Boulkessy et le 1er octobre à Mondoro, dans le sud du pays, près du Burkina Faso. Quarante soldats avaient alors été tués dans ces deux attaques, selon un bilan d'un responsable du ministère de la Défense. Plusieurs sources estiment que ce bilan officiel de 40 morts a été sous-évalué.

Des violences persistantes

Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes djihadistes liés à Al-Qaïda, à la faveur de la déroute de l'armée face à la rébellion à dominante touareg, d'abord alliée à ces groupes, qui l'ont ensuite évincée. Les djihadistes en ont été en grande partie chassés ou dispersés à la suite du lancement en janvier 2013, à l'initiative de la France, d'une intervention militaire, qui se poursuit toujours.

Cependant les violences djihadistes ont non seulement persisté mais se sont propagées du nord vers le centre du Mali, puis au Burkina Faso et au Niger voisins, se mêlant souvent à des conflits intercommunautaires ayant fait des centaines de morts.

Jean-Yves Le Naour, historien : "Pour les Français, le 11 novembre est associé à la première guerre mondiale, il y a des blessures dans toutes les... .
Pour l’historien, Jean-Yves Le Naour, spécialiste de la Première Guerre mondiale et auteur de "14-18 l’intégrale", le jour de commémoration pour tous les morts pour la France n’est pas un problème, même si le 11 novembre reste attaché à la Grande Guerre dans la tête des Français. Depuis 2012, le 11 novembre est une journée d’hommage à tous les morts pour la France, et plus seulement pour rappeler l’armistice de 1918, mettant fin à la Première Guerre mondiale. Un mémorial pour les soldats français tués en opération extérieure est d’ailleurs inauguré lundi 11 novembre par Emmanuel Macron à Paris.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 1
C'est intéressant!