•   
  •   

Monde Guinée-Bissau: les institutions religieuses appellent au calme

04:20  04 novembre  2019
04:20  04 novembre  2019 Source:   rfi.fr

Guinée-Bissau: la communauté internationale se mobilise

  Guinée-Bissau: la communauté internationale se mobilise En début de semaine, le président José Mario Vaz a démis le Premier ministre et son gouvernement faisant fi de la feuille de route de la Cédéao. Une feuille de route qui charge le Premier ministre Aristides Gomes de conduire les affaires courantes jusqu'à la présidentielle prévue le 24 novembre. Or depuis mardi soir, le président Vaz mène des consultations en vue de former un nouveau gouvernement. Et cela donc contre l'avis de la communautéL'Union africaine invite les acteurs politiques à « privilégier le dialogue et la concertation ».

Toute l’actualité sur le sujet Guinée - Bissau . Guinée - Bissau : des élections pour en finir avec l’instabilité politique. Alors que l’OIF s’apprête à élire sa nouvelle secrétaire générale à Erevan, l’un de ses anciens cadres décrypte les rouages de l ’ institution .

Guinée - Bissau . Les critiques contre les institutions religieuses islamiques en Egypte se multiplient depuis l’attentat, il y a une semaine, contre la cathédrale copte du Caire qui a fait 27 morts. Certains parlent de « salafisation » des institutions religieuses .

La cathédrale de Bissau. (image d'illustration) © CC BY-SA 4.0/ Wikimedia Commons/Joehawkins La cathédrale de Bissau. (image d'illustration)

Face à la crise politique qui paralyse la Guinée-Bissau au sommet de l’État et à trois semaines de l’élection présidentielle du 24 novembre, les chefs religieux bissau-guinéens ont lancé un appel au calme.

Des messages de paix résonnent dans la cathédrale de Bissau. L’Eglise catholique, mais aussi le conseil des Eglises évangéliques, le Conseil national islamique, le Conseil supérieur islamique et l’Association des imams de Guinée-Bissau s’adressent, dans un message commun, au peuple et aux dirigeants politiques. Un message en créole intitulé « réfléchir avant d’agir ».

Guinée-Bissau: «Les crises se succèdent, on est fatigués»

  Guinée-Bissau: «Les crises se succèdent, on est fatigués» En Guinée-Bissau, c’est toujours l’imbroglio politique à la veille du début de la campagne pour l’élection présidentielle, scrutin prévu le 24 novembre. Dans la capitale, la vie continue, malgré les tensions entre le président Vaz et son ex-Premier ministre. Après le limogeage du Premier ministre Aristide Gomes par le président José Mario Vaz, et la nomination d’un nouveau, les habitants continuent de vaquer « normalement » à leurs occupationsAprès le limogeage du Premier ministre Aristide Gomes par le président José Mario Vaz, et la nomination d’un nouveau, les habitants continuent de vaquer « normalement » à leurs occupations dans la capitale Bissau.

Il "exhorte les acteurs politiques de Guinée - Bissau à observer la plus grande retenue, s'abstenir de recourir à la violence ou d'inciter à la haine, et à privilégier le dialogue comme seul moyen de résoudre leurs divergences et préserver la paix et la sécurité dans le pays", ajoute la déclaration.

Les Bissau -Guinéens étaient appelés aux urnes ce dimanche 18 mars 2012. Une élection dans le calme pour le premier tour d'une présidentielle anticipée opposant neuf candidats pour succéder à Une journée calme donc pour ce premier tour mais peu d'affluence le matin dans les bureaux de vote.

A l’approche de l’élection, et sans prendre parti dans le blocage actuel à la tête de l’exécutif, les représentants des confessions religieuses mettent en garde face à des « signes inquiétants », l’usage d’un langage violent, une tendance à la diffamation, la désinformation, et le non-respect des principes démocratiques.

Ils appellent les électeurs à faire preuve de civisme, à participer activement au processus électoral, et les candidats en lice à respecter le résultat des urnes. « En cas de litige », ils sont invités à recourir « aux moyens légaux. ». Dans leur message, les chefs religieux s’adressent également à la communauté internationale, pour continuer « à exprimer sa solidarité avec le peuple bissau-guinéen. »

La Cédéao tiendra un sommet extraordinaire vendredi prochain, le 8 novembre, à Niamey, sur la situation politique du pays.

Le renfort de troupes de la Cédéao passe mal en Guinée-Bissau .
En Guinée Bissau, la grogne monte contre une décision prise par les chefs d'État de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest. Ces derniers ont décidé d'envoyer des troupes supplémentaires alors que le pays est plongé dans un imbroglio politique à l’approche des élections. La mesure est fortement contestée à Bissau. Face au péril que pourrait engendrer la crise politique en Guinée Bissau, la Cédéao a donc décidé d'étoffer saFace au péril que pourrait engendrer la crise politique en Guinée Bissau, la Cédéao a donc décidé d'étoffer sa force déployée sur place pour éviter que le processus électoral en cours ne soit remis en cause.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 3
C'est intéressant!