•   
  •   

Monde Une femme qui accuse Donald Trump de viol le poursuit pour diffamation

00:20  05 novembre  2019
00:20  05 novembre  2019 Source:   parismatch.com

États-Unis : une éditorialiste poursuit Trump, qu'elle accuse de viol, pour diffamation

  États-Unis : une éditorialiste poursuit Trump, qu'elle accuse de viol, pour diffamation Alors qu'elle accuse Donald Trump de viol, ce dernier avait déclaré ne l'avoir jamais rencontré "de sa vie" en juin dernier.

Visé par des allégations d'agressions sexuelles, le maire de l'arrondissement d'Anjou, Luis Miranda, vient de répliquer avec une poursuite en diffamation Sandra Boursiquot, ancienne bénévole de son équipe politique lors de campagnes électorales, a entretenu une liaison avec l'élu municipal entre

VIDÉOS - Les témoignages de femmes victimes de harcèlement de la part du candidat Dans les colonnes du quotidien américain, deux femmes accusent Donald Trump d 'attouchements. democrates pucea d ela drague pousse et promoteur du viol des garcons et des mariages raciaus

  Une femme qui accuse Donald Trump de viol le poursuit pour diffamation © REUTERS/Yuri Gripas/File Photo

Une éditorialiste renommée qui avait accusé publiquement en juin Donald Trump de l'avoir violée dans les années 90, a attaqué lundi en justice le président américain en diffamation, pour avoir affirmé qu'elle avait inventé ses accusations. Dans la plainte déposée devant un tribunal de l'Etat de New York, la journaliste et éditorialiste de «Elle», E. Jean Carroll, reprend les accusations qu'elle avait révélées pour la première fois en juin, dans des interviews et dans un livre, selon lesquelles Donald Trump l'avait violée dans une cabine d'essayage du grand magasin huppé new-yorkais Bergdorf, au milieu des années 90.

Une éditorialiste poursuit Trump, qu’elle accuse de viol, pour diffamation

  Une éditorialiste poursuit Trump, qu’elle accuse de viol, pour diffamation « Je n’ai jamais rencontré cette personne de ma vie », avait déclaré le président américain malgré une photo le montrant avec elle et son mari. Donald Trump l’accuse d’avoir inventé ces accusations. © Copyright 2019, L'Obs Une éditorialiste renommée, qui avait accusé publiquement en juin Donald Trump de l’avoir violée dans les années 1990, a attaqué en justice le président américain pour diffamation, ce lundi 4 novembre, après qu’il a affirmé qu’elle avait inventé ses accusations.

Une ex-candidate de l'émission de téléréalité "The Apprentice" qui avait accusé Donald Trump de comportement sexuel abusif poursuit le président élu pour " diffamation ", à trois jours de son investiture.

Le président des États-Unis peut-il être jugé pour diffamation ? La question a été soumise mardi à une juge, appelée à dire si Summer Zervos, qui accuse Donald Trump de harcèlement sexuel, peut le poursuivre devant une juridiction civile à New York.

A lire aussi : Donald Trump accusé de viol par une éditorialiste

«J'intente cette action pour toutes les femmes qui ont été harcelées, agressées, réduites au silence, ou limogées ou ridiculisées pour avoir osé parler publiquement. Personne dans ce pays ne devrait être au-dessus de la loi», a tweeté lundi E. Jean Carroll sur Twitter. «Je n'ai jamais rencontré cette personne de ma vie», avait assuré en juin le président américain, même si une vieille photo le montrait avec l'éditorialiste et son mari. «Elle essaye de vendre un nouveau livre. Cela devrait vous faire comprendre quelles sont ses motivations», avait-il ajouté.

Des dommages intérêts d'un montant non précis

C'est pour ces démentis que l'éditorialiste, 75 ans, l'attaque pour diffamation en lui réclamant des dommages intérêts d'un montant non précisé. «Trump savait que ces déclarations étaient fausses (...) Après avoir menti sur le fait qu'il ait attaqué (E. Jean Carroll, ndlr), il a entouré ce mensonge d'une série d'autres mensonges pour s'efforcer d'expliquer pourquoi elle inventerait une accusation de viol. Pour cela il a insulté son intégrité, son honnêteté, sa dignité, tout cela dans les médias nationaux», souligne la plainte de 27 pages.

Roman Polanski accusé de viol : l'avant-première de "J'accuse" maintenue

  Roman Polanski accusé de viol : l'avant-première de Visé par une nouvelle accusation de viol, Roman Polanski voit la promotion de son film "J'accuse" perturbée. Selon BFMTV, l'avant-première va bien se dérouler ce mardi 12 novembre aux Champs-Elysées. Non Stop People vous en dit plus. © maxppp Roman Polanski accusé de viol : l'avant-première de "J'accuse" maintenue Alors que la promotion du film "J'accuse" enchaîne les annulations, son avant-première va bien se tenir ce mardi 12 novembre aux Champs-Elysées, selon les informations de BFMTV. Les acteurs devraient se rendre à la projection à l'UGC Normandie dans un climat tendu.

Visé par une plainte pour viol déposée par une femme le 27 mars dernier concernant des faits qui se seraient déroulés en 2010, le comédien Philippe Aussi, Monsieur Philippe Caubère entend lutter contre ce tribunal de l'opinion et toutes les opérations de lynchage qui en résultent", a expliqué Marie

Donald Trump a nié les faits et dénoncé des “mensonges” et un “canular”: Summer Zervos l’a depuis attaqué en justice pour diffamation . Le président des Etats-Unis fait face aux accusations simultanées de deux ex-maîtresses présumées et une victime présumée d’agression sexuelle.

La plainte reprend point par point le récit de la journaliste, racontant comment elle était tombée par hasard sur Donald Trump dans le magasin de l'Upper East Side. Comment il lui avait d'abord demandé de l'aider à chercher un cadeau pour une femme, ce qu'elle aurait accepté, avant qu'il lui annonce qu'il s'agissait d'elle. Il l'a, selon la plainte, ensuite entraînée au rayon lingerie puis dans une cabine d'essayage, où il l'a embrassée de force avant de la violer.

Si E. Jean Carroll a attendu plus de 20 ans pour en parler - sinon à deux amies proches, qui ont depuis confirmé son récit - c'est parce qu'elle craignait qu'il l'attaque avec une armée d'avocats et «ruine sa vie et sa carrière». C'est l'avènement du mouvement #MeToo fin 2017 qui l'a fait changer d'avis, et la multiplication des témoignages de femmes indiquant avoir été harcelées ou agressées par Donald Trump, a-t-elle expliqué.

Trump condamné pour utilisation de sa fondation à des fins personnelles .
Donald Trump est condamné à verser 2 millions de dollars de dommages et intérêts à des œuvres de charité. Une décision prise dans le cadre d’un accord à l’amiable négocié par le président américain pour mettre fin à une procédure intentée contre lui. Il avait notamment organisé un gala de charité dans l’Iowa, mais avait utilisé les fonds pour sa campagne présidentielle. Avec notre correspondante à Washington, Anne Corpet Donald Trump a plusieursAvec notre correspondante à Washington, Anne Corpet

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 1
C'est intéressant!