•   
  •   

Monde [Reportage] En Irak, le clergé chiite cherche une issue à la crise

00:10  09 novembre  2019
00:10  09 novembre  2019 Source:   msn.com

«Le système irakien est à bout de souffle»

  «Le système irakien est à bout de souffle» Entretien avec Hocham Daoud, anthropologue au CNRS, spécialiste de l’Irak. L'Irak est secoué depuis le 1er octobre par une contestation inédite qui réclame « la chute du régime », marquée par des violences et la mort de plus de 250 personnes. Le Premier ministre Abdel Mahdi a proposé de démissionner si les partis se mettent d’accord sur le nom de son successeur. Les autorités ont jusqu'ici proposé des réformes sociales et des élections anticipées, aussitôt dénoncées comme insuffisantes par les manifestants.

Les pèlerins musulmans chiites assistent aux prières, avant le rituel sacré chiite d'Arbaeen au sanctuaire de l'imam Hussein dans la ville sainte de Kerbala, le 17 octobre 2019 (image d'illustration). © REUTERS/Wissm al-Okili Les pèlerins musulmans chiites assistent aux prières, avant le rituel sacré chiite d'Arbaeen au sanctuaire de l'imam Hussein dans la ville sainte de Kerbala, le 17 octobre 2019 (image d'illustration).

Les autorités religieuses appellent les partis politiques au pouvoir à répondre favorablement aux revendications populaires. Vendredi, jour de grande prière, les religieux se sont exprimés depuis la ville sainte chiite de Kerbala.

Avec nos envoyés spéciaux à Kerbala, Sami Boukhelifa et Boris Vichith

L’appel à la prière retentit dans la mosquée de Kerbala. Sous la coupole, des milliers de fidèles et l’imam qui entame bientôt son prêche. Ce vendredi, il n’est qu’un simple messager chargé de lire une lettre du grand ayatollah Ali al-Sistani, figure de l’islam chiite.

En Irak, tirs sur les manifestants à Bagdad après une nuit de violences à Kerbala

  En Irak, tirs sur les manifestants à Bagdad après une nuit de violences à Kerbala Lundi, les forces irakiennes ont tiré à balles réelles sur des manifestants à Bagdad, après une nuit de violences dans la ville de Kerbala.Manifestation à Bagdad, en Irak, le 4 novembre 2019.

« Les partis politiques au pouvoir ont aujourd’hui la chance unique de répondre favorablement aux revendications des citoyens. Il faut mettre en place un plan de sortie de crise », dit-il.

Debout, les poings en l’air, les fidèles saluent ces paroles. Parmi eux, au premier rang, Afdhal al-Shami, responsable à l’administration des lieux saints de Kerbala. Il accepte de nous parler à la fin de la prière.

« Malheureusement en Irak la classe politique n’a jamais joué son rôle. Les responsables n’ont jamais rien fait pour ce peuple opprimé qui a souffert toute sa vie des attentats terroristes et des tueries. Donc cette révolte populaire est plus que logique, il fallait que cette colère explose », souligne-t-il.

Et Afdhal al-Shami ajoute : « Le peuple irakien rejette l’injustice sociale. Et donc la situation doit changer. Mais le vide politique entraîne le chaos. Regardez la Libye par exemple. Il faut un changement progressif et la rue doit maintenir la pression pacifiquement pour que parvenions véritablement à régler les problèmes de notre pays. »

Lors de ce prêche du vendredi, le clergé chiite a également appelé les forces de l’ordre à garantir la sécurité des manifestants.

À lire aussi : Irak: la mobilisation contre le gouvernement ne faiblit pas

Feurat Alani lauréat Prix du Livre Albert-Londres pour "Le Parfum d'Irak", un "ovni littéraire" composé d'un millier de tweets .
Le journaliste français d'origine irakienne a été récompensé du Prix du Livre Albert-Londres pour un ouvrage qui évoque sa "quête perdue d'un Irak heureux"."J'ai toujours pensé que la jeunesse irakienne allait prendre la rue", avec une situation qui "depuis 2003 n'a fait qu'empirer", confie le journaliste français d'orgine irakienne Feurat Alani, lauréat du Prix du Livre Albert-Londres pour Le Parfum d'Irak (Editions Nova et Arte éditions). Ce prix récompense chaque année les meilleurs grands reporters francophones, dans les catégories presse écrite, presse audiovisuelle et depuis 2017, livre.

usr: 0
C'est intéressant!