•   
  •   

Monde Affaire ukrainienne: Bolton pose ses conditions pour témoigner devant le Congrès

02:05  09 novembre  2019
02:05  09 novembre  2019 Source:   rfi.fr

Procédure de destitution contre Donald Trump : un officier livre un témoignage à charge

  Procédure de destitution contre Donald Trump : un officier livre un témoignage à charge Auditionné mardi par le Congrès, le lieutenant-colonel Alexander Vindman a livré un témoignage embarrassant pour le président américain, se disant "très préoccupé" par la teneur de la conversation entre Donald Trump et Volodymyr Zelensky. C’est un témoignage de poids, susceptible de faire vaciller le président américain. Le lieutenant-colonel Alexander Vindman a été interrogé, mardi 29 octobre, à huis clos par des élus démocrates dans le cadre de l’enquête en vue de la destitution de Donald Trump.

John Bolton, ancien conseiller en matière de Sécurité nationale à la Maison Blanche, lors d'un think tank à Washington, le 30 septembre 2019. © REUTERS/Jonathan Ernst John Bolton, ancien conseiller en matière de Sécurité nationale à la Maison Blanche, lors d'un think tank à Washington, le 30 septembre 2019.

John Bolton, ancien conseiller à la Sécurité de la Maison Blanche a beaucoup à dire au sujet de l’Ukraine, mais pose ses conditions pour témoigner devant le Congrès. Il était convoqué jeudi devant la chambre mais ne s’est pas présenté.

Avec notre correspondante à Washington, Anne Corpet

C’est un témoignage qui pourrait tout faire basculer, mais il n’est pas acquis. John Bolton, ex-conseiller à la Sécurité nationale, notoirement opposé à la suspension de l’aide militaire accordée à Kiev, avait un accès quotidien et privilégié à Donald Trump. Son avocat affirme qu’il détient des informations pertinentes au sujet des pressions exercées par la Maison Blanche.

Enquête pour "impeachment" : John Bolton, ex-conseiller de Trump, invité à témoigner

  Enquête pour L'ancien conseiller à la Sécurité nationale de la Maison Blanche, John Bolton, a été invité à témoigner dans le cadre de la procédure de destitution engagée contre Donald Trump. Limogé par Donald Trump en septembre dernier, John Bolton pourrait bientôt parler. L'ancien conseiller à la Sécurité nationale de la Maison Blanche a été invité à témoigner devant les commissions de la Chambre des représentants dans le cadre de la procédure de destitution engagée contre Donald Trump. Limogé par Donald Trump en septembre dernier, John Bolton pourrait bientôt parler.

Or aucun des témoins qui ont confirmé un chantage sur l’Ukraine n’ont pu relier directement l’affaire au président. Ils ont cité son avocat personnel, ou l’envoyé spécial en Ukraine, mais n’ont pas la preuve que Donald Trump l’a lui-même ordonné, ce que John Bolton serait en mesure de faire.

À lire aussi : Donald Trump a bien demandé au président ukrainien d'enquêter sur Biden

Mais, précise son avocat, John Bolton ne viendra témoigner devant la chambre que s’il y est contraint par la justice. L’ex-conseiller à la Sécurité nationale ne veut pas braver l’ordre de la Maison Blanche qui a proscrit toute coopération avec le Congrès.

Le camp démocrate a jusqu’à présent refusé de faire appel à la justice pour contraindre les témoins à déposer. Ils estiment que cela prendrait trop de temps et préfèrent jusqu’à présent utiliser le refus de témoigner comme motif supplémentaire pour justifier l’acte d’accusation du président.

À lire aussi : Procédure de destitution de Trump: début des auditions publiques le 13 novembre

À la Une: Constitution au Chili, accord entre gouvernement et opposition .
« Historique », c'est le mot qui revient sur presque toutes les unes des journaux chiliens ce matin. « 28 jours après le début de la crise sociale qui secoue notre pays, les parlementaires du gouvernement et de l'opposition se sont mis d'accord sur un calendrier », initiant ainsi « un processus historique qui porte bien son nom : "pour la paix et la nouvelle Constitution" », se réjouit La Tercerra. « En avril prochain, les Chiliens seront appelés aux urnes lors d'un référendum. Deux questions leur seront posées », précise le journal. « La première sur la révision ou non de la Constitution qui date de l'époque de la dictature Pinochet.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 1
C'est intéressant!