Monde: [Reportage] RCA: la situation sécuritaire reste compliquée à Birao - - PressFrom - France
  •   
  •   

Monde [Reportage] RCA: la situation sécuritaire reste compliquée à Birao

06:20  09 novembre  2019
06:20  09 novembre  2019 Source:   rfi.fr

[Reportage] En Centrafrique, avec les déplacés de Birao

  [Reportage] En Centrafrique, avec les déplacés de Birao Des combats ont éclaté en septembre causant d'importants dégâts aux habitations et au marché. Depuis, la situation s'est calmée, mais de nombreux quartiers restent vides. Les populations se sont regroupées dans deux sites qui comptent environ 12 000 déplacés. Birao est située dans l’extrême nord-est du pays, enclavée entre le Tchad et le Soudan, à 1200 kilomètres de la capitale. Nous y rencontrons Fatima qui vit dans une tente collée à celle du voisin. Elle fait la cuisine pour toute la famille dans le site de déplacés de la Minusca. « Je ne peux pas rentrer. On a incendié ma maison tout le monde est parti. Je ne peux pas rentre comme ça », dit-elle.

Et la situation sécuritaire reste précaire. Les populations continuent d’arriver dans les lieux de regroupements des déplacés. La saison des pluies ainsi que l’isolement de Birao rend l’acheminement de l’aide particulièrement compliqué . Si un calme précaire règne actuellement sur

Depuis, la situation s'est calmée, mais de nombreux quartiers restent vides. La vie dans les camps reste compliquée . L’acheminement de l’aide humanitaire est difficile. Sur le même sujet. RCA : nouveaux affrontements meurtriers entre milices à Birao .

La Minusca protège les camps de déplacés à Birao, le 6 novembre 2019. © Charlotte Cosset/RFI La Minusca protège les camps de déplacés à Birao, le 6 novembre 2019.

Si le calme est revenu depuis les derniers affrontements en septembre, les 12 000 déplacés ont encore peur de rentrer chez eux. Les rumeurs d’attaques sont régulières et les hommes en armes dans la ville très nombreux.

La saison sèche a débuté à Birao. Le sable se soulève en nuage de fumée au passage des véhicules de la Minusca – le bataillon zambien des « Zambat ». La force onusienne n’est pas la seule à patrouiller en ville. Depuis peu les forces officielles, l’armée, la gendarmerie et la police, ont été déployées.

« La mission était de venir sécuriser Birao. Il y a une patrouille conjointe avec les Zambat et notre patrouille particulière avec police et gendarmerie. On a des programmations hebdomadaires, on sort, on sillonne toute la ville, on reste au marché, on discute avec la population et après on revient », explique le capitaine Begoto, commandant de détachement des Faca.

ONU: un Haïtien sur trois est dans une situation de grave insécurité alimentaire

  ONU: un Haïtien sur trois est dans une situation de grave insécurité alimentaire À cause de la crise économique et des troubles dans le pays, plus d'une personne sur trois connaît une situation d'insécurité alimentaire grave en Haïti, selon le Programme alimentaire mondial. Parmi elles, plus d'un million sont même dans une situation d'urgence. Avec notre correspondant à Genève, Jérémie Lanche 3,7 millions de Haïtiens, sur une population de 11 millions, ne savent pas toujours comment ils vont se nourrir. Depuis un an, l'insécurité alimentaire dans les zones rurales d'Haïti a augmenté de 15%.

Et la situation sécuritaire reste précaire. RCA : à Birao , les tensions et affrontements continuent. Birao et ses alentours sont toujours sous tension hier dans l’extrême nord-ouest du pays La saison des pluies ainsi que l’isolement de Birao rend l’acheminement de l’aide particulièrement compliqué .

La situation est toujours alarmante à Birao , ville de l’extrême nord-est du pays. Après les combats qui ont eu lieu dimanche dernier dans la ville ainsi que les pillages et destructions qui s’en sont suivis, plus de 10 000 personnes sont déplacées. Et la situation sécuritaire reste précaire.

Au marché, de nombreux jeunes hommes portent des armes. Difficile de dire s’ils appartiennent à des groupes armés et auxquels.

« Que ce soit MLCJ, FPRC, n’importe quel porteur d’armes nous n’en voulons pas ici dans la préfecture de Vakaga, s'énerve le sultan-maire de Birao, Ahmat Moustapha Amgabo. Nous avons vu beaucoup d’armes au marché. Ce sont les jeunes de Birao. On a donné ça, nous avons fait notre autodéfense, ils vont sécuriser la ville. Ce sont nos enfants. »

Les hommes du FPRC qui tenaient Birao depuis 2014 ne sont plus en ville. Leurs bases sont aujourd’hui totalement vides.

[Reportage] En Centrafrique, avec les déplacés de Birao

[Reportage] Venise: les pieds dans l’eau, Don Andrea célèbre sa messe .
L'Italie est toujours prisonnière d'une vague de mauvais temps. En Toscane, la crue du fleuve Arno menace maintenant la ville de Florence. Dévastée par les inondations depuis une semaine, Venise a de nouveau subi une marée exceptionnellement haute ce dimanche. Durant quelques heures, les trois quarts de la ville ont été inondés. Reportage. Avec notre envoyée spéciale à Venise, Anne Tréca Face à un canal, l’église médiévale Santa Maria des Carmini a de nouveau été totalement inondée, pour la troisième fois cette semaine. Le curé se fait chef de chantier et pilote une trentaine de volontaires arrivés avec brosses et balais.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 2
C'est intéressant!