•   
  •   

Monde Hong Kong: les étudiants chinois inquiets de la violence du mouvement

16:15  12 novembre  2019
16:15  12 novembre  2019 Source:   rfi.fr

Des milliers de Hongkongais bravent de nouveau l’interdiction de manifester

  Des milliers de Hongkongais bravent de nouveau l’interdiction de manifester Les manifestants pro-démocratie étaient de nouveau dans les rues de Hong Kong, cinq mois après le début du mouvement. Des heurts ont éclaté entre protestataires et policiers durant ce 22e week-end de contestation. Des milliers de personnes sont descendues dans les rues de Hong-Kong, samedi 2 novembre, pour une nouvelle marche en faveur de la démocratie. Interdite par les autorités, la marche a rassemblé une foule de manifestants, vêtus de noir et dont beaucoup avaient le visage masqué.>> À voir : Manifestations à Hong Kong, le piège de la radicalisation ?Face à eux, la police de Hong Kong a utilisé gaz lacrymogène et canon à eau pour tenter de les disperser.

À Hong Kong , les troubles dans les transports se poursuivent ce mardi 12 novembre et les affrontements avec la police continuent après l’une des journées les plus violentes du mouvement hier. Les étudiants de l 'université chinoise à Hong Kong manifestent ce mardi 12 novembre.

Inquiets , les pays occidentaux appellent à la retenue. La tension était également vive dans un grand nombre d’universités de la mégapole. La police a tiré des gaz lacrymogènes en direction des manifestants qui bloquaient les routes menant à l’Université de la ville de Hong Kong .

Les étudiants de l'université chinoise à Hong Kong manifestent ce mardi 12 novembre. © REUTERS/Tyrone Siu Les étudiants de l'université chinoise à Hong Kong manifestent ce mardi 12 novembre.

À Hong Kong, les troubles dans les transports se poursuivent ce mardi 12 novembre et les affrontements avec la police continuent après l’une des journées les plus violentes du mouvement hier. Un policier a tiré sur des manifestants et un homme a été incendié par un jeune radical.

Les affrontements ont lieu principalement aux abords des universités de la ville ce mardi 12 novembre à Hong Kong. Dans la journée, quelques blocages et altercations ont eu lieu dans le centre-ville avec un rassemblement à l’heure du déjeuner, rapporte notre correspondant à Hong Kong, Simon Leplâtre.

La catapulte « maison », nouvelle arme des manifestants à Hong Kong

  La catapulte « maison », nouvelle arme des manifestants à Hong Kong VIDEO. Alors que la mobilisation ne faiblit pas, les étudiants viennent de tester une catapulte artisanale pour se défendre et attaquer la police.Mercredi 13 novembre, ils ont ainsi testé une catapulte de leur fabrication, un engin digne des combats du Moyen-Age, comme le montre la vidéo ci-dessous.

Joshua Wong, figure connue du mouvement de contestation. Claudia Mo, une députée prodémocratie, a indiqué Le geste du policier est le résultat, dit-elle, du conditionnement des forces de l ’ordre, qui sont incitées à « détester » les protestataires par la rhétorique du gouvernement de Hong Kong et

L’escalade de violence à Hong Kong a tant grimpé que des étudiants montréalais en échange font maintenant le choix de revenir au pays. Depuis juin, les affrontements entre manifestants prodémocratie et les forces de l ’ordre se multiplient sur ce territoire semi-autonome chinois , qui vit sa

Beaucoup d’employés en costume se sont joints aux jeunes manifestants pendant leur pause déjeuner et les ont applaudis. Une manière d’afficher leur soutien alors que ce lundi, Carrie Lam, la cheffe de l’exécutif, a qualifié les manifestants d’« ennemis du peuple ». Elle a également assuré que le gouvernement ne céderait pas à la pression.

Les étudiants chinois quittent le campus

Les universités de Hong Kong ont des airs de camps retranchés et la police est entrée dans plusieurs campus. Elle a tiré des centaines de cartouches de gaz lacrymogènes et de flashball. Les étudiants répondent avec des cocktails molotov et des briques.

En partie bloquées par des barrages, les universités sont au coeur de la mobilisation. Elles ont annulé les cours pour la deuxième journée consécutive ce mardi 12 novembre. Alors que la défiance vis-à-vis de la Chine est l'un des ferments du mouvement, les étudiants de Chine continentale s’inquiètent.

À Hong Kong, la mort d'un homme ravive les tensions entre autorités et manifestants

  À Hong Kong, la mort d'un homme ravive les tensions entre autorités et manifestants Un homme est décédé, jeudi, à Hong Kong après un affrontement entre des manifestants pro et anti-gouvernementaux. Ce deuxième décès en l'espace d'une semaine alimente les protestations qui paralysent le pays depuis cinq jours. Une semaine après la mort d'un étudiant au cours d'une manifestation à Hong Kong, un homme de 70 ans est décédé après avoir été blessé par un jet de brique au cours d'affrontements entre manifestants pro et anti-gouvernementaux, a annoncé, vendredi 15 novembre, l'hôpital où il était soigné."L'état du patient a continué à se détériorer.

Le gouvernement de Hong Kong a d’ailleurs annoncé le retrait de la police antiémeute, ce matin, dans un geste apparent d’apaisement après une nuit d’affrontement. Tout le monde est partisan de la non- violence et les seuls accessoires qu’ont avec eux les manifestants sont des parapluies pour se

Plusieurs centaines d' étudiants se sont réunis ce mardi 12 novembre devant le siège du Crous à Lyon après l'immolation d'un étudiant . Le jeune homme a écrit un long message sur Facebook pour mettre en cause les 3 derniers présidents de la République et l'Union Européenne.

Après l’annonce de la mort d’un étudiant des suites de blessures subies en marge d’affrontement avec la police vendredi dernier, des étudiants chinois ont été pris à parti et bousculés dans leur université.

Ces derniers jours, le campus de l’université des sciences et des technologies de Hong Kong offre un curieux spectacle entre ces étudiants en robe sombre qui célèbrent encore leur diplôme, ce monument couvert de fleurs en mémoire d’Alex Chow, l’étudiant de l’université premier, martyre du mouvement, et ces appels à la vengeance tagués sur les murs.

Dans ce contexte tendu, les étudiants chinois n’en mènent pas large. « Une université est censée être un espace de liberté, loin de la politique, pour se concentrer sur les études mais en ce moment, on ne se sent pas en sécurité, parce que certains vont attaquer et vandaliser l’université à leur guise », s'inquiète un étudiant. Par conséquent, nombre d’étudiants ont quitté le campus pour rentrer chez eux vendredi dernier, en Chine le temps que les choses se calment.

Hong Kong : un campus universitaire assiégé, la police à cran

  Hong Kong : un campus universitaire assiégé, la police à cran Des centaines de manifestants étaient retranchés, lundi, dans l'Université polytechnique de Hong Kong. Ils se préparent à un affrontement avec la police qui s'est dit prête à riposter pour répondre aux "armes létales" des "émeutiers". La situation est de plus en plus tendue à Hong Kong. Les forces de l'ordre ont fait usage, lundi 18 novembre, de gaz lacrymogène contre des dizaines de manifestants pro-démocratie qui tentaient de fuir un campus universitaire qu’elle a encerclé. Des centaines de contestataires y sont toujours retranchés.

Les circonstances de la chute de cet étudiant , qui avait pris part au mouvement contre Pékin, restent à établir font l'objet de controverses. Alex Chow étudiait à l'Université des sciences et technologies de Hong Kong où se tenait le 8 novembre matin une cérémonie de remise de diplômes.

après des violences | Sky Suisse News Des milliers de manifestants pro démocratie tentaient dimanche de bloquer les accès de l 'aéroport de Hong Kong . Ces faits ont lieu au lendemain d'une nouvelle journée de contestation, parmi les plus violentes depuis le début du mouvement .

Des différences politiques profondes

Originaire du Guangdong, Lin parle cantonnais, la langue des Hongkongais, mais beaucoup de ses amis qui ne parlent que mandarin ont peur. « La plupart des membres de mon groupe sont partis, Parce qu’ils ne parlent pas cantonais. C’est vraiment dangereux pour eux. Si quelqu’un découvre qu’ils sont originaires de Chine continentale », s'alarme Lin.

Les différences politiques sont profondes. Alors que les étudiants hongkongais sont très impliqués dans le mouvement beaucoup de Chinois sont patriotes d’où des disputes qui ont parfois dégénéré. « S’ils ont peur, ils devraient nous parler davantage, parce qu’on n’attaque pas les gens tout le temps, on attaque les gens si on a une raison », met en garde ce jeune Honkgongais. Il précise qu’il a des amis chinois, parmi les plus ouverts d’esprit.

La Chine «ripostera» à la loi américaine en soutien aux manifestants à Hong Kong .
L’adoption mercredi 20 novembre par le Congrès américain d’une résolution de soutien aux manifestants prodémocratie, les « droits humains et la démocratie » à Hong Kong n’a pas manqué de provoquer le courroux de Pékin. Alors que Washington négocie toujours un accord sur le conflit commercial, la Chine a promis d’y « riposter ». Comme attendu, le vote à majorité écrasante du Congrès portant sur « les droits de l'Homme et la démocratie à Hong Kong » mercredi 20 novembre, et qui doit encore être signé par le président américain Donald Trump, a provoqué une levée de boucliers de la part de Pékin, qui dénonce une ingérence dans ses propres affaires internes.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 1
C'est intéressant!