Monde: Destitution de Donald Trump : un témoin clé charge le président américain - - PressFrom - France
  •   
  •   

Monde Destitution de Donald Trump : un témoin clé charge le président américain

10:15  14 novembre  2019
10:15  14 novembre  2019 Source:   france24.com

Un proche de Trump admet avoir conditionné une aide à l'Ukraine à une enquête sur Biden

  Un proche de Trump admet avoir conditionné une aide à l'Ukraine à une enquête sur Biden Gordon Sondland, l'ambassadeur américain auprès de l'UE a admis avoir conditionné une aide militaire destinée à l'Ukraine à l'ouverture d'une enquête sur Joe Biden.

Alexander Vindman est le premier témoin auditionné à avoir écouté l'appel téléphonique entre Donald Trump et son homologue ukrainien Volodymyr Alors que les élus démocrates sont plus que jamais déterminés à destituer le président des États-Unis, un responsable de la Maison-Blanche et officier

International. Destitution de Donald Trump . William Taylor, chargé d’affaires par intérim de l’ambassade des Etats-Unis à Kiev, a déclaré sous Ce témoignage alimente la thèse des démocrates selon laquelle le président américain a demandé une contrepartie à Kiev pour les 391 millions de dollars Lire aussi Destitution de Trump : visualisez la chronologie et les personnages- clés pour

William Taylor, le plus haut diplomate américain en Ukraine, a rapporté que Donald Trump "s'intéressait" davantage à l'ouverture d'une enquête sur Joe Biden en Ukraine qu'à la situation dans ce pays.

L'ambassadeur William Taylor a témoigné devant le Congrès le 13 novembre 2019. © Jonathan Ernst, REUTERS L'ambassadeur William Taylor a témoigné devant le Congrès le 13 novembre 2019.

C’est un témoin clé qui a été entendu mercredi 13 novembre par le Congrès américain au cours des premières auditions publiques, dans le cadre de l'enquête préalable à une éventuelle procédure de destitution de Donald Trump.

Les démocrates soupçonnent le milliardaire républicain d'avoir abusé de ses pouvoirs présidentiels en demandant à Kiev d'enquêter sur Joe Biden, bien placé pour l'affronter en novembre 2020 à la présidentielle.

États-Unis: le revirement de Gordon Sondland dans l'affaire ukrainienne

  États-Unis: le revirement de Gordon Sondland dans l'affaire ukrainienne L’enquête pour une éventuelle destitution de Donald Trump se poursuit et désormais chaque jour apporte un nouveau témoignage à charge contre le président. Avec notre correspondante à New York, Loubna Anaki L’ambassadeur américain auprès de l’Union européenne, qui était passé devant la commission d’enquête le mois dernier, vient de modifier son témoignage. Il reconnaît qu’il y avait bien pression sur l’Ukraine pour enquêter sur les adversaires politiques de Donald Trump.Dans une lettre de trois pages adressée à la commission d’enquête du Congrès, Gordon Sondland revient sur son premier témoignage.

L’ambassadeur américain auprès de l’Union européenne, Gordon Sondland, a admis, dans un témoignage aux parlementaires qui mènent l’enquête pour destituer le président américain , avoir conditionné une aide militaire destinée à l’Ukraine à l’ouverture d’une enquête sur l’un des rivaux

Lire aussi : Procédure de destitution : Donald Trump face au témoignage accablant d’un Le président aurait ainsi demandé l’intervention d’une puissance étrangère dans une élection Une dizaine d’auditions. Les deux témoins de mercredi avaient déjà livré leurs versions à huis clos aux

Ancien combattant au Vietnam, cheveux gris et visage aux traits sévères, l'ambassadeur américain de facto en Ukraine, William Taylor, a ouvert le bal de ces dépositions historiques aux côtés d'un autre diplomate de carrière, George Kent, haut responsable du département d'État spécialiste de l'Ukraine.

Willima Taylor a rapporté les propos de l'ambassadeur américain auprès de l'Union européenne, Gordon Sondland, selon qui le président américain "s'intéressait" davantage à l'ouverture d'une enquête sur Joe Biden en Ukraine qu'à la situation dans ce pays.

Sous serment, William Taylor a surpris en révélant avoir appris récemment  l'existence de cette déclaration faite le 26 juillet, juste après un entretien entre Donald Trump et Gordon Sondland.

Le fils de Trump donne un nom au lanceur d’alerte (au mépris des règles de protection)

  Le fils de Trump donne un nom au lanceur d’alerte (au mépris des règles de protection) « Donner n’importe quel nom au lanceur d’alerte place simplement cette personne et sa famille en danger », a réagi l’avocat de cet agent du renseignement dont l’identité demeure officiellement inconnue.Dans son tweet, le fils de Donald Trump l’accuse d’avoir travaillé avec des « anti-Trump » et renvoie vers un article à charge du site d’informations de la droite radicale Breitbart.

Les premières auditions de la procédure de destitution visant Donald Trump ont débuté mercredi au Congrès américain . Dans une salle comble, le plus haut diplomate américain en Ukraine a apporté mercredi de nouveaux éléments renforçant les soupçons contre le président .

Avant lui, seuls trois présidents américains ont été visés par une procédure de destitution . Aucun n'a été démis de ses fonctions. Cette procédure est une "campagne de calomnies", s'est insurgé le numéro deux républicain de la commission du Renseignement, en charge des investigations, Devin Nunes.

Une "folie"

Selon la retranscription du témoignage à huis clos de William Taylor, il a jugé que l'idée de bloquer une aide militaire au profit d'une campagne politique domestique était selon lui une "folie".

Ce témoignage alimente la thèse des démocrates selon laquelle Donald Trump a demandé une contrepartie à Kiev pour les 391 millions de dollars d'aide destinés à faire face aux séparatistes prorusses de l'est de l'Ukraine - une aide provisoirement suspendue par le président républicain malgré son approbation au Congrès.

"Je ne sais rien là-dessus", a affirmé le président américain, interrogé plus tard sur ces propos à la Maison Blanche. "Première fois que j'entends cela", a-t-il ajouté en balayant les informations de "seconde main" des témoins.

Avec une dizaine d'auditions prévues d'ici au 20 novembre, les démocrates veulent mener leur enquête sans "délai". Leur confortable majorité à la chambre basse laisse peu de doutes sur l'"impeachment" du président américain.

Compte tenu de la majorité républicaine au Sénat, il est en revanche peu probable que Donald Trump soit ensuite destitué, car la chambre haute, qui serait chargée de le juger, aurait le dernier mot.

En attendant, le cadre des investigations est clair, a affirmé Adam Schiff, président de la commission du Renseignement qui mène l'enquête : Donald Trump "a-t-il invité l'Ukraine à s'ingérer dans nos élections?" A-t-il commis un "abus de pouvoir?"

Avec AFP et Reuters

Destitution de Trump: l'ex-ambassadrice américaine en Ukraine témoigne .
L’ancienne ambassadrice des États-Unis-en Ukraine, Marie Yovanovitch s’apprête à témoigner publiquement dans le procès de destitution du président Trump. Elle avait été brusquement relevée de ses fonctions au printemps et pourrait livrer des informations embarrassantes contre l’administration Trump. Marie Yovanovitch, spécialiste de l’Europe de l’Est et de l’Eurasie, avait 33 ans de carrière diplomatique derrière elle et une réputation de grande intégrité, lorsqu’elle a été limogée sans cérémonie par Donald Trump de son poste d’ambassadrice des États-Unis en Ukraine, en mai 2019.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 3
C'est intéressant!