Monde: En Algérie, l’adoption de la loi hydrocarbures cristallise les tensions - - PressFrom - France
  •   
  •   

Monde En Algérie, l’adoption de la loi hydrocarbures cristallise les tensions

16:25  15 novembre  2019
16:25  15 novembre  2019 Source:   rfi.fr

Algérie: les députés examinent une loi controversée sur les hydrocarbures

  Algérie: les députés examinent une loi controversée sur les hydrocarbures Pour le 37e mardi de suite, les étudiants algériens ont manifesté dans plusieurs villes du pays, pour dire leur opposition au système en place et à la tenue de la présidentielle du 12 décembre dans les conditions actuelles. À Alger, les manifestants se sont également rassemblés devant l'Assemblée nationale populaire, pour protester contre la loi sur les hydrocarbures. Les députés ont commencé à examiner le texte qui a déjà provoqué des manifestations lors de son adoption en Conseil des ministres, le 14 octobre dernier. Le vote au Parlement est prévu jeudi prochain, le 14 novembre. Le texte n'a pas encore été publié officiellement.

Troisième producteur d’Afrique de pétrole et parmi les dix premiers producteurs mondiaux de gaz, l’ Algérie a un besoin urgent de découvrir de nouveaux gisements pour pallier à de dangereux mouvements croisés de baisse continue de la production des gisements existants et de hausse de sa

L ’ option du report de l ’ adoption de la loi est également revendiquée par beaucoup de députés interrogés par nos soins. Si ces derniers s’expriment sous le sceau de l ’anonymat, il n’en demeure pas moins que de nombreux députés ont appelé publiquement au report de l ’ adoption de la loi en

Alger, le 8 novembre 2019. Une foule compacte a encore crié sa colère, pour le 38e vendredi consécutif. © REUTERS/Ramzi Boudina Alger, le 8 novembre 2019. Une foule compacte a encore crié sa colère, pour le 38e vendredi consécutif.

Les manifestants se rassemblent de nouveau cet après-midi en Algérie pour le 39e vendredi de mobilisation. Et dans la ligne de mire des manifestants, il y a notamment la loi sur les hydrocarbures, critiquée depuis des semaines, et adoptée ce jeudi à l'Assemblée nationale.

Le texte a effectivement recueilli la majorité des votes des députés, ce jeudi, dans une Assemblée nationale dominée par des partis ayant soutenu l'ancien président, Abdelaziz Bouteflika. Pas plus de précisions, en revanche, sur le nombre de voix recueillies.

Algérie: HRW dénonce une «répression généralisée» de la contestation

  Algérie: HRW dénonce une «répression généralisée» de la contestation Depuis le mois de juin, plusieurs dizaines de personnes ont été arrêtées en Algérie, en lien avec ce mouvement de contestation. Cette semaine, 28 personnes ont été condamnées à des peines de prison ferme. Combien de personnes sont actuellement détenues, en Algérie, en lien avec le Hirak ? Il est difficile de le savoir précisément. Plus de 140 personnes, selon le Comité national pour la libération des détenus (CNLD). Les arrestations ont commencéCombien de personnes sont actuellement détenues, en Algérie, en lien avec le Hirak ? Il est difficile de le savoir précisément. Plus de 140 personnes, selon le Comité national pour la libération des détenus (CNLD).

Algérie – Le Rassemblement national démocratique (RND) Dans un communiqué rendu public ce dimanche, le parti dirigé par l’ancien ministre Azzedine Mihoubi se positionne contre l ’ adoption du projet de loi sur les hydrocarbures , préparé par un gouvernement de gestion d’affaires courantes.

Le projet de loi avait été très critiqué par l’opposition lors de sa présentation par le ministre de l ’Energie, Mohamed Arkab, mais également par les manifestants ces dernières Le 13 octobre, lors de son adoption par le conseil des ministres, une manifestation a eu lieu dans plusieurs villes du pays.

Faire revenir les investisseurs étrangers

Selon les autorités, l'Algérie a besoin de ce nouveau texte, qui assouplit les règles fiscales et juridiques du secteur, pour faire revenir des investisseurs étrangers qui se sont détournés depuis plusieurs années. D'autant plus, que les recettes des hydrocarbures représentent plus de la moitié du budget du pays et la quasi-totalité de ses exportations.

Mais les contestataires, eux, reprochent aux autorités de vouloir brader la richesse de leur pays aux multinationales. Leur rejet du texte est aussi la conséquence de la défiance envers le régime actuel, chargé, en principe, de gérer les affaires courantes. C'est la raison pour laquelle on a pu entendre de nombreux slogans hostiles à ce projet de loi être scandés par les manifestants, ces dernières semaines.

Le PDG limogé

C'est dans ce contexte que le PDG de l'entreprise nationale des hydrocarbures a été limogé. Rachid Hachichi occupait la tête de la Sonatrach depuis le mois d'avril dernier. Il avait remplacé Abdelmoumen Ould Kaddour, un proche d'Abdelaziz Bouteflika, quelques jours après la démission de l'ancien chef de l'État.

Il ne sera donc resté en place que sept mois. Pour lui succéder, les autorités ont choisi Kamel Eddine Chikhi, géologue de formation, et ancien directeur des partenariats du groupe, détenu à 100% par l'État algérien. Aucune information n'a été donnée pour expliquer les raisons de ce changement.

Médias: RSF s'inquiète des pressions sur les journalistes en Algérie .
En Algérie, la pression exercée sur les journalistes inquiète Reporters sans frontières (RSF). Cette semaine, quatre journalistes du journal « Le Temps d'Algérie » ont été suspendus de ce média francophone proche du pouvoir. L'un des quatre journalistes suspendus du quotidien Le Temps d’Algérie avait critiqué la Une du journal, qui portait sur « l’unanimité » des Algériens sur l'importance de l'élection du 12 décembre. Pour Souhaieb Khayati,L'un des quatre journalistes suspendus du quotidien Le Temps d’Algérie avait critiqué la Une du journal, qui portait sur « l’unanimité » des Algériens sur l'importance de l'élection du 12 décembre.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 7
C'est intéressant!