Monde: Pour Donald Trump, la Corée du Nord va trop loin en insultant Joe Biden - - PressFrom - France
  •   
  •   

Monde Pour Donald Trump, la Corée du Nord va trop loin en insultant Joe Biden

22:20  17 novembre  2019
22:20  17 novembre  2019 Source:   lexpress.fr

La procédure de destitution contre Trump entre mercredi dans une phase publique

  La procédure de destitution contre Trump entre mercredi dans une phase publique L’enquête pour une possible destitution de Donald Trump entre dans une nouvelle phase : les auditions devant les commissions d’enquête seront désormais publiques. Les Américains pourront ainsi suivre les témoignages à la télévision dès mercredi. Avec notre correspondante à New York, Loubna Anaki Cela faisait 21 ans que les Américains n’avaient pas été témoins en direct d’une procédure de destitution. 21 ans depuis l’affaire Bill Clinton et Monica Lewinsky. Et avant cela, la procédure contre Richard Nixon dans l’affaire du Watergate.À chaque fois, les retransmissions télévisées avaient été suivies par des dizaines de millions de téléspectateurs.

Pyongyang s'est fendu cette semaine d'une attaque d'une rare violence contre l'ancien vice-président de Barack Obama et candidat démocrate à la Maison Blanche.

Le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un le 30 juin 2019 dans la zone démilitarisée entre les deux Corées. © afp.com/Brendan Smialowski Le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un le 30 juin 2019 dans la zone démilitarisée entre les deux Corées.

On savait que Donald Trump est un adepte des propos moqueurs, voire insultants, lorsqu'il évoque ses adversaires politiques. Mais le président américain a toute de même jugé ce dimanche que la Corée du Nord était allée trop loin en traitant Joe Biden de "chien enragé".

Probable candidat à la Maison blanche, Michael Bloomberg appelle à "battre" Trump

  Probable candidat à la Maison blanche, Michael Bloomberg appelle à "Officiellement enregistré dans l'Arkansas pour être sur le bulletin de la primaire démocrate", a tweeté le milliardaire de 77 ans. © afp.com/KENA BETANCUR Michael Bloomberg le 15 mai 2019 à New York Rien d'officiel pour l'instant, mais on s'en rapproche. L'ancien maire de New York Michael Bloomberg a franchi mardi un pas en direction de sa candidature à la Maison Blanche en appelant à battre Donald Trump, tandis qu'il se présentait à la primaire démocrate dans un deuxième Etat américain.

LIRE AUSSI>> Trump en Corée du Nord : "la mise en scène d'une diplomatie du sans précédent"

Le régime de Pyongyang s'est fendu cette semaine d'une attaque d'une rare violence contre l'ancien vice-président de Barack Obama et candidat démocrate à la Maison Blanche. "Les chiens enragés comme Joe Biden peuvent faire du mal à beaucoup de gens si on les laisse en liberté", a écrit l'agence officielle KCNA, suggérant de les "battre à mort".

"Monsieur le président, Joe Biden est peut-être endormi et très lent, mais il n'est pas un 'chien enragé'. Il est en réalité meilleur que cela", a répondu Donald Trump dans un tweet visiblement adressé au leader nord-coréen Kim Jong Un, qu'il a rencontré à trois reprises.

"Vous devriez agir rapidement, et conclure un accord"

Le locataire de la Maison Blanche a cependant pris soin d'ajouter que lui, et lui seul, pouvait offrir un avenir radieux à la Corée du Nord et à son dirigeant, qui dirige son pays d'une main de fer, comme son père et son grand-père avant lui. Voilà ce que Donald Trump a tweeté : "Je suis le seul à pouvoir vous permettre d'atteindre l'objectif qui doit être le vôtre. Vous devriez agir rapidement, et conclure un accord. À bientôt !"

Les négociations sur la dénucléarisation du régime reclus patinent depuis l'échec en février du deuxième sommet Kim-Trump à Hanoï. Depuis, la Corée du Nord a fait monter la tension avec une série de tests de missiles et les nouvelles discussions, engagées début octobre à Stockholm, se sont également achevées sur une impasse.

Affaire ukrainienne: l'ambassadeur Sondland épargne Donald Trump .
L'ambassadeur américain auprès de l'Union européenne Gordon Sondland était entendu ce mercredi 20 novembre dans le cadre de la procédure de destitution de Donald Trump. Donald Trump a-t-il abusé de son pouvoir pour exercer un chantage sur Kiev à des fins électoralistes ? La question était ce mercredi au cœur de l'audition publique de Gordon Sondland devant la commission du Renseignement de la Chambre des représentants. « Y avait-il une contrepartie à une visite du président ukrainien à la Maison Blanche ? La réponse est oui », a déclaré l'ambassadeur américain auprès de l'Union européenne.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 0
C'est intéressant!