•   
  •   

Monde Washington ne juge plus les colonies israéliennes "contraires au droit international"

00:10  19 novembre  2019
00:10  19 novembre  2019 Source:   msn.com

Washington ne juge plus les colonies israéliennes "contraires au droit international"

  Washington ne juge plus les colonies israéliennes Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a affirmé, lundi, que les colonies israéliennes en Cisjordanie n'étaient pas "en soi contraires au droit international". Une déclaration saluée par le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. Les États-Unis ne considèrent plus que les colonies israéliennes en Cisjordanie occupée sont "non-conformes" au droit international, a annoncé, lundi 18 novembre, le secrétaire d'État américain Mike Pompeo.occupée sont "non-conformes" au droit international, a annoncé, lundi 18 novembre, le secrétaire d'État américain Mike Pompeo. Washington revient ainsi sur la position officielle affichée depuis 1978 par les États-Unis sur cette question.

Mike Pompeo, secrétaire d'Etat des Etats-Unis, a fait savoir que Washington ne considérait plus les colonies israéliennes en Cisjordanie contraires au droit international – à rebours de l'ONU et d'une grande partie de la communauté internationale.

Urgent: Washington ne considère plus les colonies israéliennes comme contraires au droit international , selon Pompeo. Un appel à l’aide et au soutien a également été lancé plus tôt aux ambassades italiennes à l'étranger par le chef de la diplomatie italienne, Luigi Di Maio.

Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a fait une déclaration sur les colonies israéliennes en Cisjordanie occupée, le 18 novembre 2019 à Washington. © Yara Nardi, Reuters Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a fait une déclaration sur les colonies israéliennes en Cisjordanie occupée, le 18 novembre 2019 à Washington. Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a affirmé, lundi, que les colonies israéliennes en Cisjordanie n'étaient pas "en soi contraires au droit international". Une déclaration saluée par le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

Les États-Unis ne considèrent plus que les colonies israéliennes en Cisjordanie

occupée sont "non-conformes" au droit international, a annoncé, lundi 18 novembre, le secrétaire d'État américain Mike Pompeo. Washington revient ainsi sur la position officielle affichée depuis 1978 par les États-Unis sur cette question.

Les Etats-Unis ne considèrent plus les colonies israéliennes contraires au droit international

  Les Etats-Unis ne considèrent plus les colonies israéliennes contraires au droit international « Les débats sur qui a raison et qui a tort au regard du droit international n’apporteront pas la paix », a expliqué le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo.Après la reconnaissance unilatérale de Jérusalem comme capitale d’Israël et celle de la souveraineté de l’Etat hébreu sur le Golan syrien, il s’agit d’une nouvelle décision spectaculaire en rupture avec la tradition diplomatique américaine, aussitôt saluée par le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et dénoncée par l’Autorité palestinienne.

Urgent: Washington ne considère plus les colonies israéliennes comme contraires au droit international , selon Pompeo. Par ailleurs, près de 80% des ambassadeurs de Bolivie nommés sous Evo Morales ont été démis de leur fonction; il en va de même pour le représentant de la Bolivie à

Asma Mhalla, spécialiste des enjeux de l’économie numérique et François Bersani, secrétaire départemental Unité SGP Police, étaient les invités de L'Info avec Stéphanie De Muru. 18 nov. 2019. Les Etats-Unis ne considèrent plus les colonies israéliennes contraires au droit international .

"Après avoir examiné soigneusement tous les arguments de ce débat juridique, (nous concluons que) l'établissement de colonies de civils israéliens en Cisjordanie n'est pas en soi contraire au droit international", a déclaré Mike Pompeo à des journalistes au département d'État.

Une décision "irresponsable"

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s'est immédiatement réjoui de cette décision de l'administration de Donald Trump, qui "corrige une erreur historique", a-t-il affirmé.

Un porte-parole du président palestinien Mahmoud Abbas a jugé que l'initiative américaine était "en contradiction totale avec le droit international". Le négociateur palestinien Saeb Erekat a dénoncé une décision "irresponsable" et le chef de la diplomatie jordanienne a déclaré que ce changement de ligne de Washington aurait de "dangereuses conséquences".

Washington se dit "profondément préoccupé" par l'étiquetage "colonies israéliennes"

  Washington se dit "Les circonstances entourant les critères de labellisation [] suggèrent un parti pris anti-israélien", selon le département d'Etat américain.

Un nouveau répit de trois mois a été accordé le 18 novembre aux sociétés américaines coopérant avec le chinois Huawei.

À l'issue de l'expiration du moratoire sur le gel partiel de l'implantation de colonies de peuplement en septembre dernier, la construction de plus de 1.600 unités Le Conseil de sécurité, par sa résolution 446 du 22 mars 1979, a déterminé que les colonies étaient contraires au droit international et

Une victoire pour Netanyahu

Cette décision américaine est une victoire pour Benjamin Netanyahu et pourrait l'aider dans sa quête compliquée d'un nouveau mandat à la tête du gouvernement israélien. Elle intervient alors que les États-Unis n'ont toujours pas dévoilé un plan de règlement du conflit israélo-palestinien qu'ils promettent depuis des mois.

>> À lire aussi : En Israël, Benjamin Netanyahu promet d'annexer des colonies de Cisjordanie s'il est réélu

Depuis son arrivée au pouvoir en janvier 2017, Donald Trump a déjà reconnu Jérusalem comme capitale de l'État hébreu et l'annexion par Israël du plateau du Golan.

Les Palestiniens, qui ont rompu leurs discussions avec les Américains depuis la décision sur Jérusalem, jugent que ce plan conçu notamment par le gendre de Donald Trump, Jared Kushner, est voué à l'échec en raison des positions pro-israéliennes du président des États-Unis.

Avec AFP

Bernardo Silva (Manchester City) suspendu un match .
Bernardo Silva a écopé d’un match de suspension et d’une amende pour son tweet jugé raciste et visant Benjamin Mendy. © Panoramic Bernardo Silva Bernardo Silva a écopé d’un match de suspension et d’une amende pour son tweet jugé rac Bernardo Silva a bel et bien été puni. Ce mercredi, la Fédération Anglaise a décidé d’infliger un match de suspension à Manchester City après la publication d’un tweet à caractère raciste. L’international portugais avait comparé une photo de Benjamin Mendy au logo de Conguitos, une marque espagnole de sucreries. La FA avait ouvert une enquête.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 1
C'est intéressant!