•   
  •   

Monde Mali: 24 soldats tués lors d'une attaque au sud de Ménaka

02:05  19 novembre  2019
02:05  19 novembre  2019 Source:   rfi.fr

Mali: les blessés sont la priorité de l’armée après la nouvelle attaque au Nord

  Mali: les blessés sont la priorité de l’armée après la nouvelle attaque au Nord Au Mali, l’armée a de nouveau été attaquée par de présumés terroristes, ce lundi, dans le nord du pays. L’opération était, semble-t-il, minutieusement préparée. Selon un communiqué de l’armée malienne, 24 militaires et 17 terroristes ont été tués et du matériel a également été détruit chez l’ennemi. « L’une des priorités ce mardi, ce sont nos blessés », a expliqué à RFI une source militaire malienne contactée dans le Nord. Certains d’entre eux« L’une des priorités ce mardi, ce sont nos blessés », a expliqué à RFI une source militaire malienne contactée dans le Nord. Certains d’entre eux ont été évacués vers la localité nigérienne de Tiloua, d’autres vers la localité malienne de Gao, après un passage par la ville de Ménaka.

Un Casque bleu de la Minusma (Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la Selon la Minusma, plusieurs assaillants ont aussi été tués . L’ attaque a été repoussée. C’était un détachement de la force de la Minusma qui été en opération dans la région de Ménaka .

Au Mali , le camp de la Minusma à Tombouctou a une nouvelle fois été pris pour cible. Plusieurs soldats français ont été blessés. L' attaque au mortier a blessé plusieurs soldats français, dont un grièvement. Elle a été revendiquée par le leader du groupe Ansar Dine, Iyad Aag Ghaly.

Soldats maliens, juillet 2018, Bamako (illustration). © REUTERS/Luc Gnago Soldats maliens, juillet 2018, Bamako (illustration).

L'armée malienne a été attaquée par de présumés terroristes lundi 18 novembre, dans le nord, vers la frontière du Niger. Les assaillants avaient, semble-t-il, minutieusement préparé l'opération. Il y a eu de nombreuses victimes. Selon un communiqué de l'armée malienne, « 24 militaires et 17 terroristes » ont été tués, et du matériel détruit chez l'ennemi.

« Pour traquer les terroristes, les armées malienne et nigérienne montent une opération du nom de "tongo tongo", le long de leur frontière commune », précise un communiqué officiel. C’est au cours de cette opération que les troupes maliennes ont été attaquées.

Attaque jihadiste près de Menaka: le Niger aide le Mali à secourir ses soldats

  Attaque jihadiste près de Menaka: le Niger aide le Mali à secourir ses soldats On en sait un peu plus sur la dernière embuscade de jihadistes contre les Forces armées maliennes à Tabankort, au sud de Menaka. Mis en déroute par les assaillants lundi, les militaires maliens ont dû abandonner sur le terrain des combats, dans la vallée de Tabankort, les corps de 30 de leurs camarades. Ce sont des soldats nigériens, partis prêter main-forte à l'armée malienne, qui les ont découverts et ramenés, dans des sacs mortuaires, en territoire nigérien.

Une attaque menée contre un camp de l'armée par des jihadistes présumés au centre du Mali a fait au moins 21 morts parmi les militaires. L'opposition exhorte le président Ibrahim Boubacar Keïta à "prendre les mesures d'urgence qui s'imposent".

Il y aurait eu également des victimes dans le camp des assaillants qui n'ont pas encore été formellement identifiés. Comme quasiment chaque nuit, à Ménaka , l’armée malienne a organisé une patrouille pour assurer la sécurité des biens et des personnes. Il était environ 5h00 du matin, ce

Selon, cette fois-ci, des sources sécuritaires nigériennes, les assaillants étaient à bord de sept véhicules et de motos dont deux tricycles, ces derniers appartenant très probablement à un centre de santé.

L’unité malienne attaquée était en mouvement pour faire une jonction avec les forces armées nigériennes. Par conséquent, les deux armées n’étaient pas sur le même territoire.

C’est au sud de la localité malienne de Ménaka que l’accrochage s’est déroulé. Des militaires maliens blessés ont été accueillis en territoire nigérien.

Pas de bilan officiel de l’opération à Niamey où les faits ont été scrupuleusement suivis. Côté armée malienne, le bilan fait état de 24 militaires tombés au front, 17 terroristes tués et une centaine de suspects entre les mains des forces nigériennes. Du matériel détruit chez l’ennemi a aussi été signalé.

Militaires morts au Mali: l'organisation État Islamique affirme avoir causé la collision .
Le groupe djihadiste assure avoir forcé l'un des appareils à battre en retraite après une embuscade. © afp.com/Pascal GUYOT L'organisation État Islamique affirme avoir causé la collision d'hélicoptères qui a entraîné la mort de 13 soldats français au Mali, le 25 novembre.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 1
C'est intéressant!