Monde: Mali : 24 soldats et 17 djihadistes tués après une embuscade imputée aux terroristes - - PressFrom - France
  •   
  •   

Monde Mali : 24 soldats et 17 djihadistes tués après une embuscade imputée aux terroristes

12:15  19 novembre  2019
12:15  19 novembre  2019 Source:   lexpress.fr

Mali: 24 soldats tués lors d'une attaque au sud de Ménaka

  Mali: 24 soldats tués lors d'une attaque au sud de Ménaka L'armée malienne a été attaquée par de présumés terroristes lundi 18 novembre, dans le nord, vers la frontière du Niger. Les assaillants avaient, semble-t-il, minutieusement préparé l'opération. Il y a eu de nombreuses victimes. Selon un communiqué de l'armée malienne, « 24 militaires et 17 terroristes » ont été tués, et du matériel détruit chez l'ennemi. « Pour traquer les terroristes, les armées malienne et nigérienne montent une opération du nom de "tongo tongo", le long de leur frontière commune », précise un communiqué officiel. C’est au cours de cette opération que les troupes maliennes ont été attaquées.

Des combats ont fait 24 morts dans les rangs de l’armée malienne et 17 dans ceux des djihadistes , lundi 18 novembre, dans l’est du Mali dans un contexte de dégradation sécuritaire continue, a indiqué l’armée Côté ennemi, on dénombre 17 terroristes tués , une centaine de suspects appréhendés ».

Les « terroristes » (les djihadistes dans le vocabulaire de l'armée malienne) ont eux-mêmes perdu 17 hommes, tués dans les combats de lundi, et une L'attaque de lundi constitue un coup dur de plus pour l'armée malienne après la mort d'une centaine de soldats dans deux attaques djihadistes en un

Les forces maliennes et nigériennes ont été attaquées lors d'une patrouille. Une centaine de suspects "terroristes" ont tout de même pu être arrétés dans les combats.

Une nouvelle attaque attribuée aux djihadistes a coûté la vie à 24 soldats maliens lundi 18 novembre 2019 dans l'est du Mali. © afp.com/ALAIN JOCARD Une nouvelle attaque attribuée aux djihadistes a coûté la vie à 24 soldats maliens lundi 18 novembre 2019 dans l'est du Mali.

Une nouvelle attaque attribuée aux djihadistes a coûté la vie à 24 soldats maliens lundi dans l'est du Mali, a indiqué l'armée malienne alors même que la France annonçait de lourdes pertes infligées à ces djihadistes en novembre.

Les "terroristes" (les djihadistes dans le vocabulaire de l'armée malienne) ont eux-mêmes perdu 17 hommes, tués dans les combats de lundi, et une centaine de "suspects" ont été capturés, a dit l'armée malienne sur les réseaux sociaux.

Le Mali et le Burkina expriment leur solidarité avec la France

  Le Mali et le Burkina expriment leur solidarité avec la France Le gouvernement du Mali et le président du Burkina Faso, deux pays où opère Barkhane, ont exprimé mardi leur solidarité avec la France après la mort de treize soldats français."Le Mali est aux côtés de la France dans cette épreuve qui endeuille nos deux armées", a dit sur les réseaux sociaux le porte-parole du gouvernement malien et ministre de la Communication Yaya Sangaré.

(Belga) Des combats ont fait 24 morts dans les rangs de l'armée malienne et 17 dans ceux des djihadistes lundi dans l'est du Mali dans un contexte de dégradation sécuritaire continue, a indiqué l'armée malienne sur les réseaux sociaux. Les forces maliennes et nigériennes menaient une

Les « terroristes » (les djihadistes dans le vocabulaire de l’armée malienne) ont eux-mêmes perdu 17 hommes, tués dans les combats de lundi, et une Les forces maliennes et nigériennes menaient une opération conjointe lundi contre les djihadistes quand une patrouille a été attaquée à Tabankort, a dit

Dégradation continue de la sécurité

Auparavant, l'armée française avait annoncé la mort ou la capture d'une trentaine de djihadistes en novembre, lors d'une vaste opération conjointe avec les forces burkinabé, maliennes et nigériennes aux confins du Burkina Faso et du Mali et lors d'une autre opération des seuls commandos français dans l'est du Mali samedi. Un soldat français a été gravement blessé en opération samedi, a-t-elle dit.

LIRE AUSSI>> Attaque "terroriste" au Mali : 49 soldats et un civil tués

L'attaque de lundi constitue un coup dur de plus pour l'armée malienne après la mort d'une centaine de soldats dans deux attaques djihadistes en un mois cet automne dans les mêmes confins du Mali, du Niger et du Burkina Faso. C'est aussi une illustration supplémentaire de la dégradation continue de la sécurité qui alarme la communauté internationale dans cette région et plus largement au Sahel.

Le Mali et le Burkina expriment leur solidarité avec la France

  Le Mali et le Burkina expriment leur solidarité avec la France Alors que le pape François vient de passer quatre jours au Japon, nous sommes partis à la rencontre des rares chrétiens dans le pays. Ils sont environ 400 000 au Japon, soit moins de 0,5% de la population. Pendant plusieurs siècles, la religion chrétienne a été interdite dans le pays et les croyants, des "chrétiens cachés", contraints à la clandestinité. Reportage à Nagasaki de Louis Belin, Constantin Simon et Aruna Popuri.

Sept soldats maliens ont été tués jeudi dans une embuscade imputée aux jihadistes dans le centre du pays, ont annoncé les forces armées. Lors d'une réunion de haut niveau consacrée au Mali et au Sahel mercredi en marge de l'assemblée générale des Nations unies, le secrétaire général de l'ONU

Des combats entre l'armée malienne et de présumés jihadistes qui ont eu lieu lundi dans le nord du Mali , vers la frontière nigérienne, ont fait 24 morts dans les D'après les informations de RFI, l'armée nigérienne et la force française Barkhane sont intervenues pour prêter main forte aux soldats maliens.

Depuis leur apparition dans le nord du Mali en 2012, les violences djihadistes se sont propagées vers le centre du pays et au Burkina et au Niger voisins, malgré la présence des forces françaises (Barkhane), régionales (force conjointe du G5 Sahel comprenant le Mali, le Burkina, le Niger, la Mauritanie et le Tchad) ou de l'ONU (Minusma). D'aucuns doutent de l'efficacité des armées nationales et de ces forces étrangères face à cette propagation.

Le même jour, le Premier ministre français Édouard Philippe a appelé depuis le Sénégal, frontalier du Mali, à ne laisser "aucune chance, aucune prise" aux djihadistes du Sahel.

Vers un commandement unique?

Les présidents mauritanien et sénégalais Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani et Macky Sall ont réclamé de concert, lors du même forum international consacré à la sécurité près de Dakar, un mandat renforcé pour les forces combattant au Sahel.

Omar Sy rend hommage aux soldats tués au Mali

  Omar Sy rend hommage aux soldats tués au Mali L'acteur Omar Sy a rendu hommage sur Twitter aux 13 militaires français morts au Mali lundi soir dans un accident de deux hélicoptères. © Jean-Marc HAEDRICH/SIPA La classe politique a rendu hommage mardi aux 13 soldats Français morts au Mali la veille dans un accident d'hélicoptères. «Ces treize héros n'avaient qu'un seul but : nous protéger», a réagi Emmanuel Macron sur Twitter. Deux jours après le drame, c'est l'acteur Omar Sy qui a tenu à rendre hommage à ces hommes qui «ont perdu la vie au Mali pour la défense de nos libertés». «Ils sont un symbole de courage et d’engagement pour nous tous.

Vingt-quatre soldats maliens ont péri lundi dans une embuscade dans le nord du Mali , a L'attaque a également fait 29 blessés parmi les militaires et 17 morts parmi les assaillants, a ajouté le Des groupes djihadistes sont actifs dans la région. L'attaque d'un poste militaire dans le nord-est du Mali

Sept soldats maliens ont été tués ce jeudi dans une embuscade imputée aux djihadistes dans le centre du pays, ont annoncé les forces armées. Une mission des Forces armées maliennes (Fama), qui escortait un transport d'engrais entre les localités de Douentza et Sévaré, a sauté sur un engin

Entre les forces maliennes et étrangères, "pas moins de 30 000 hommes (se trouvent) sur un terrain qui est pris en otage par une bande d'individus. Y a un problème. Pourquoi nous ne sommes pas capables de régler ce problème?" a demandé le président sénégalais, dont le pays participe à la Minusma. Il a envisagé le placement des forces étrangères sous un commandement unique.

Les forces maliennes et nigériennes menaient une opération conjointe lundi contre les djihadistes quand une patrouille a été attaquée à Tabankort, a dit l'armée malienne. Les forces maliennes "déplorent 24 morts, 29 blessés et des dégâts matériels. Côté ennemi l'on dénombre 17 terroristes tués, une centaine de suspects appréhendés", a-t-elle rapporté.

Les prisonniers sont aux mains des forces nigériennes, a-t-elle dit. Dans un précédent communiqué, l'armée malienne a indiqué avoir reçu le soutien de la force française anti djihadiste Barkhane dans la contre-offensive contre les djihadistes.

Une violence multiforme

La version des faits livrée par l'armée malienne peut difficilement être recoupée. Les zones en question sont quasiment inaccessibles sans s'exposer gravement. Tabankort est une zone connue pour le trafic de drogue. La violence au Mali est aussi multiforme, alimentée par de nombreux trafics.

Militaires tués au Mali : l’Etat islamique affirme avoir provoqué l’accident des hélicoptères

  Militaires tués au Mali : l’Etat islamique affirme avoir provoqué l’accident des hélicoptères Les deux hélicoptères militaires français sont entrés en collision lundi durant une opération de combat de nuit contre des jihadistes.Les deux hélicoptères militaires français sont entrés en collision lundi durant une opération de combat de nuit contre des jihadistes dans le sud du Mali en guerre. Selon l’armée française, ils avaient été appelés en appui de commandos parachutistes engagés contre des ennemis, dans un secteur où la force antijihadiste française Barkhane mène régulièrement des opérations contre les groupes armés, dont le groupe Etat islamique au Grand Sahara (EIGS).

BAMAKO (Reuters) - Vingt-quatre soldats maliens ont péri lundi dans uneembuscade dans le nord du Mali , a annoncé un porte-parole militaire.L'attaque a également fait 29 blessés parmi les militaires et 17 morts parmiles assaillants, a ajouté le porte-parole.

Des combats ont fait 24 morts dans les rangs de l'armée malienne et 17 dans ceux des djihadistes lundi dans l'est du Mali dans un contexte de l'armée malienne. Les forces maliennes "déplorent 24 morts, 29 blessés et des dégâts matériels. Côté ennemi l'on dénombre 17 terroristes tués , une

LIRE AUSSI>> Mali: un hélicoptère français aurait été abattu par des djihadistes mi-juin

Auparavant, l'état-major français avait indiqué que 24 djihadistes avaient été tués ou capturés lors de l'opération appelée Bourgou 4 et impliquant des armées de la région et la force Barkhane pendant deux semaines en novembre aux confins du Burkina et du Mali.

Par ailleurs samedi, au petit matin, les commandos de Barkhane soutenus par des hélicoptères Tigre ont "mis hors de combat cinq terroristes" lors de l'attaque d'un campement dans la région d'Indelimane, "dans la zone d'évolution de l'État islamique au grand Sahara (EIGS)", a dit l'état-major dans un autre communiqué.

"Un des commandos a été grièvement blessé" et évacué, puis rapatrié, dit le communiqué sans plus de précision sur ses blessures.

Mali: le groupe EI affirme avoir provoqué la collision des hélicoptères français .
Le groupe jihadiste État islamique a affirmé jeudi 28 novembre avoir provoqué la collision entre deux hélicoptères français, dans laquelle 13 soldats ont trouvé la mort au Mali, en forçant un des appareils à battre en retraite après une embuscade. Les deux hélicoptères militaires français sont entrés en collision lundi 25 novembre durant une opération de combat de nuit contre des jihadistes dans le sud du Mali en guerre. Selon l'armée française,Les deux hélicoptères militaires français sont entrés en collision lundi 25 novembre durant une opération de combat de nuit contre des jihadistes dans le sud du Mali en guerre.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 4
C'est intéressant!