Monde: Hong Kong : les manifestants toujours retranchés dans un campus après trois jours de siège - - PressFrom - France
  •   
  •   

Monde Hong Kong : les manifestants toujours retranchés dans un campus après trois jours de siège

12:15  19 novembre  2019
12:15  19 novembre  2019 Source:   lexpress.fr

Hong Kong : deux étudiants allemands arrêtés pour "rassemblement illégal"

  Hong Kong : deux étudiants allemands arrêtés pour Les jeunes gens, âgés de 22 et 23 ans, ont été interpellés jeudi dans le cadre des manifestations pro-démocratie. © REUTERS Des pompiers éteignent un feu lancé par des manifestants près d'une barricade à proximité du campus de l'Université chinoise de Hong Kong, le 15 novembre 2019. Deux étudiants allemands ont été arrêtés à Hong Kong pour "rassemblement illégal", dans le cadre des manifestations pro-démocratie qui paralysent l'ancienne colonie britannique, a annoncé la police dans la nuit de vendredi à samedi. Les Allemands, âgés de 22 et 23 ans, ont été interpellés jeudi, a précisé la police.

Hong Kong Protests: Siege of Polytechnic University - Продолжительность: 4:58 Channel 4 News Recommended for you. Javelots et flèches enflammées sont les nouvelles armes des manifestants à Hong Kong - Продолжительность: 2:04 LeHuffPost Recommended for you.

Après une longue nuit d'affrontements, de dimanche à lundi, les manifestants pro-démocratie tiennent encore leurs positions sur le campus de Ils essayent d'empêcher une intervention de la police, qui menace de son côté de répondre avec des "balles réelles" aux "armes létales" des protestataires.

Les manifestants sont cernés depuis dimanche par les forces de l'ordre après une fronde inédite. Depuis, Pékin ne cesse d'accentuer la pression sur l'ex-colonie.

Des dizaines de manifestants pro-démocratie ont entamé ce mardi 19 novembre leur troisième journée retranchés dans un campus hongkongais © afp.com/Ye Aung Thu Des dizaines de manifestants pro-démocratie ont entamé ce mardi 19 novembre leur troisième journée retranchés dans un campus hongkongais

Des dizaines de manifestants pro-démocratie ont entamé ce mardi matin leur troisième journée retranchés dans un campus hongkongais, au moment où Pékin redit qu'il ne laissera pas sans réagir la mégapole basculer dans l'anarchie.

Cernés depuis dimanche par les policiers qui arrêtent tous ceux qui tentent de fuir ce campus de la péninsule de Kowloon, certains manifestants ont réussi dans la nuit une audacieuse "évasion" en descendant d'une passerelle au moyen de cordes avant d'être récupérés en contrebas par des motos et des scooters.

Hong Kong : un campus universitaire assiégé, la police à cran

  Hong Kong : un campus universitaire assiégé, la police à cran Des centaines de manifestants étaient retranchés, lundi, dans l'Université polytechnique de Hong Kong. Ils se préparent à un affrontement avec la police qui s'est dit prête à riposter pour répondre aux "armes létales" des "émeutiers". La situation est de plus en plus tendue à Hong Kong. Les forces de l'ordre ont fait usage, lundi 18 novembre, de gaz lacrymogène contre des dizaines de manifestants pro-démocratie qui tentaient de fuir un campus universitaire qu’elle a encerclé. Des centaines de contestataires y sont toujours retranchés.

Aux abords du campus , les manifestants se sont protégés avec des parapluies des puissants jets d’eau des canons à eau de la police. Trois personnes ont ainsi été touchées par des tirs à balle réelle, aucune mortellement. Face aux groupes de protestataires jetant des briques et des cocktails

Un groupe de manifestants tentant de sortir de la Hong Kong Polytechnic University, le dimanche 17 novembre 2019 - Ye Aung Thu - AFP. Des manifestants pro-démocratie ont incendié lundi matin l'entrée du campus hongkongais où ils sont retranchés pour empêcher une intervention de la police

Le siège de l'Université polytechnique de Hong Kong (PolyU) constitue la confrontation la plus longue et la plus violente avec les forces de l'ordre depuis le début de la contestation en juin dans l'ex-colonie britannique.

"Qu'une option, la prison"

S'exprimant pour la première fois depuis le début de ce siège, la cheffe de l'exécutif hongkongais, Carrie Lam a affirmé que ces derniers n'avaient d'autre solution que de se rendre. "Ce but ne peut être atteint qu'avec la pleine coopération des manifestants, et notamment des émeutiers qui doivent cesser les violences, rendre les armes et sortir pacifiquement en écoutant les instructions de la police", a averti CarrieLam.

Elle a promis que les mineurs qui se rendraient ne seraient pas arrêtés. Les protestataires majeurs sont, eux, passibles de dix ans d'emprisonnement. "Même si nous nous rendons, ils nous mettront en prison", a déclaré un étudiant en mécanique. "On donne l'impression que nous avons deux options, mais il n'y en a qu'une: la prison".

Les images du campus où sont retranchés de nombreux manifestants à Hong Kong

  Les images du campus où sont retranchés de nombreux manifestants à Hong Kong VIDÉO. A Hong Kong, la situation est extrêmement tendue entre la police et les manifestants, qui se sont retranchés dans un campus, où un important incendie s’est déclenché.Plusieurs explosions ont retenti lundi 18 novembre à l’aube, avant qu’un mur de flammes n’apparaisse à l’entrée de l’université polytechnique de Hong Kong (PolyU), devenue ce week-end le bastion de la contestation.

Des manifestants pro-démocratie ont incendié lundi matin l'entrée du campus hongkongais où ils sont retranchés pour empêcher une intervention de la police, qui menace de son côté de répondre avec des "balles réelles" aux "armes létales" des protestataires.

Des manifestants pro-démocratie ont incendié lundi matin l'entrée du campus hongkongais où ils sont retranchés pour empêcher une intervention de la police, qui menace de son côté de répondre avec des "balles réelles" aux "armes létales" des protestataires.

LIRE AUSSI>> Chili, Hong Kong, Liban... Pourquoi tant de révoltes s'expriment-elles en même temps?

Le sort des reclus de la PolyU a suscité une vague d'émotion au sein de la mouvance pro-démocratie, responsable de la plus grave crise politique dans l'ex-colonie britannique depuis la rétrocession en 1997. Des dizaines de milliers de personnes ont ainsi manifesté lundi soir à Kowloon dans une tentative vraisemblablement coordonnée pour alléger la pression sur la PolyU et créer des contre-feux afin d'attirer la police anti-émeutes, qui s'est dite prête à faire usage de balles réelles.

L'hypothèse d'une opération militaire

Depuis trois jours, les protestataires accueillent toutes les tentatives de les déloger par des barrages de cocktails Molotov. Un policier a même été blessé à la jambe par une flèche tirée par un manifestant.

Les soldats de l'armée chinoise, en garnison à Hong Kong depuis la rétrocession, sont sortis ce week-end de leur caserne pour déblayer certaines rues des barricades. Une intervention qui a alimenté l'hypothèse d'une opération militaire.

Les images du campus où sont retranchés de nombreux manifestants à Hong Kong

  Les images du campus où sont retranchés de nombreux manifestants à Hong Kong The long wait is over! Shenmue I & II are now available on PS4, Xbox One and PC! Re-live the adventure of Ryo Hazuki as he embarks on a quest for revenge on those responsible for murdering his father in 1980s Japan. https://shenmue.sega.com/

Des manifestants pro-démocratie ont incendié lundi matin l'entrée du campus hongkongais où ils sont retranchés pour empêcher une intervention de la police, qui menace de son côté de répondre avec des "balles réelles" aux "armes létales" des protestataires.

Les manifestants ont promis de poursuivre lundi les opérations de blocage afin d'"étrangler l'économie" de la place financière hongkongaise AFP / Anthony WALLACE Des manifestants pro-démocratie munis d'arcs sur le toit de l'université polytechnique de Hong Kong le 16 novembre 2019.

LIRE AUSSI>> Pékin "ne restera pas sans rien faire" si la situation à Hong Kong devient incontrôlable

L'ambassadeur de Chine au Royaume-Uni, Liu Xiaoming, a averti que Pékin ne resterait pas "les bras croisés" si la situation dans le territoire devenait "incontrôlable".

Le régime chinois a également balayé la décision de la Haute cour hongkongaise qui a jugé anticonstitutionnelle l'interdiction du port du masque par les manifestants. "La décision de la Haute cour affaiblit gravement la gouvernance du chef de l'exécutif et du gouvernement" de Hong Kong, a déclaré Zang Tiewei, porte-parole de la commission des Lois du comité permanent de l'Assemblée nationale populaire (ANP), selon les médias d'État.

"Comme des rats dans un piège"

Dans le campus, des manifestants épuisés se montraient encore combatifs, alors même que leurs réserves de nourriture et d'eau en bouteille devaient être rationnées. "Je courrai, mais jamais je ne me rendrai. Je ne veux pas être arrêté", a déclaré un manifestant qui a refusé de donner son nom. "Nous sommes comme des rats dans un piège."

Les images du campus où sont retranchés de nombreux manifestants à Hong Kong

  Les images du campus où sont retranchés de nombreux manifestants à Hong Kong "Le Monde dans tous ses États" est cette semaine consacré au Liban, où depuis mi-octobre, la population manifeste contre le système politique et la corruption. Comment expliquer une telle unité nationale ? La démission du Premier Ministre Saad Hariri n'a pas convaincu. Quelle est la position du Hezbollah ? Comment le pays peut-il sortir de la crise ?

Hong Kong : grand incendie à l'entrée du campus où se trouvent les manifestants . Il semble que la police ait tenté une intervention sur le campus situé sur la péninsule de Kowloon, mais que Le campus et l'entrée toute proche du Cross Harbour Tunnel -un des trois tunnels routiers desservant

Hong Kong : grand incendie à l'entrée du campus où se trouvent les manifestants . Il semble que la police ait tenté une intervention sur le campus situé sur la péninsule de Kowloon, mais que La police a dit avoir tiré trois balles au petit matin près de l'université en précisant que personne ne semblait

Si certains ont réussi à fuir au moyen de cordes, d'autres ont tenté sans succès d'emprunter des tunnels. La police a qualifié le campus de "zone d'émeute". Or la participation à une émeute est passible de dix ans de prison. Et plusieurs centaines de manifestants qui s'étaient retranchés ont été arrêtés depuis dimanche.

Le mouvement avait débuté en juin sur le rejet d'un projet de loi qui visait à autoriser les extraditions vers la Chine, et qui est depuis suspendu. Les manifestants ont depuis considérablement élargi leurs demandes pour exiger des réformes démocratiques ou encore une enquête indépendante sur les violences policières. Près de 4500 personnes ont été arrêtées en cinq mois et demi.

LIRE AUSSI>> Hong Kong : affrontements sur un campus assiégé, la police tire à balles réelles

La contestation a basculé la semaine dernière dans une phase nouvelle, et beaucoup plus violente, avec une nouvelle stratégie baptisée "Éclore partout" ("Blossom Everywhere"), qui consistait à multiplier les actions simultanées - blocages, affrontements, vandalisme - pour éprouver au maximum les capacités de la police.

Alors que toutes les écoles du territoire sont fermées depuis une semaine, les autorités ont annoncé que l'amélioration des conditions de circulation allait permettre la réouverture de la majorité d'entre elles mercredi.

Hong Kong : au moins huit manifestants du campus assiégé se rendent à la police .
Près d'une semaine après le début du siège du campus de l'université polytechnique de Hong Kong, les rangs des contestataires se sont considérablement réduits. Huit manifestants se sont rendus à la police vendredi. Au moins huit manifestants pro-démocratie qui étaient retranchés depuis plusieurs jours dans un campus universitaire de Hong Kong se sont rendus dans la matinée du vendredi 22—novembre à la police. En parallèle, d'autresAu moins huit manifestants pro-démocratie qui étaient retranchés depuis plusieurs jours dans un campus universitaire de Hong Kong se sont rendus dans la matinée du vendredi 22—novembre à la police.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 1
C'est intéressant!